Convois de charrettes à bras
    Notes de bas de page
    Theme

    « Convois de charrettes à bras », Sujets de l’histoire de l’Église

    « Convois de charrettes à bras »

    Convois de charrettes à bras

    Jusqu’au milieu des années 1850, les pionniers saints des derniers jours voyageaient jusqu’à la vallée du lac Salé en convoi de chariots. Cependant la nécessité d’un moyen de transport moins coûteux et plus efficace persuada Brigham Young de demander aux dirigeants d’organiser des convois de charrettes à bras. Au lieu d’utiliser des chariots habituellement tirés par des bœufs, les pionniers tiraient eux-mêmes leur charrette. Ces dernières étaient moins chères et les convois pouvaient se déplacer plus vite.

    Pionniers tirant des charrettes à bras, tableau de Minerva Teichert

    Représentation de pionniers tirant des charrettes à bras par Minerva Teichert.

    Les voyages en charrettes à bras commencèrent en 1856 et durèrent jusqu’en 1860. Le Fonds Perpétuel d’Émigration (FPE) prêtait de l’argent aux personnes qui n’avaient pas les moyens de faire le voyage. Sur plus de trois cent cinquante convois de saints des derniers jours, seulement dix firent le voyage en charrettes à bras1.

    La plupart des convois de charrettes à bras voyagèrent sans incident majeur. Cependant, les saints des derniers jours se souviennent des convois dirigés par James G. Willie et Edward Martin pour leur traversée tardive et tragique. En 1856, des tempêtes de neige les bloquèrent, eux et les convois de chariots Hunt et Hodgetts, dans les plaines de l’actuel Wyoming. Près de mille cinq cents personnes furent immobilisées sur la piste. Environ deux cent cinquante d’entre elles moururent après avoir enduré le froid, les gelures et la faim. Une équipe de sauvetage composée de milliers de membres de l’Église venant d’Utah fournit de la nourriture et des soins, et plus de trois cents sauveteurs risquèrent leur vie pour retrouver les convois et les aider à rejoindre la vallée du lac Salé, sauvant la vie de plus de mille deux cents personnes. Bien que certains détails du sauvetage et de ses suites aient été exagérés2, la réaction rapide des saints, leur disposition héroïque à prendre des risques, et le soutien et le souci de la communauté envers les survivants sont une inspiration pour les saints des derniers jours.

    Mis à part les épreuves traversées par les convois Willie et Martin, le taux de mortalité des autres convois de charrettes à bras ne dépassait pas celui des convois de chariots, et les administrateurs du FPE continuèrent de soutenir ce moyen de transport. En 1860, environ trois mille saints étaient arrivés à destination grâce aux charrettes à bras.