David
    Notes de bas de page
    Theme

    David

    Personnage de l’Ancien Testament. Roi d’Israël.

    David était fils d’Isaï, de la tribu de Juda. C’était un jeune courageux qui tua un lion, un ours et le géant philistin Goliath (1 S 17). Il fut choisi et oint roi d’Israël. Comme Saül, il se rendit coupable, dans sa vie adulte, de crimes graves, mais, au contraire de Saül, il était capable d’une vraie contrition. Il put donc trouver le pardon, sauf pour le meurtre d’Urie (D&A 132:39). Sa vie peut se diviser en quatre parties : (1) à Bethléhem, où il était berger (1 S 16–17) ; (2) à la cour du roi Saül (1 S 18:1–19:18) ; (3) son existence de fugitif (1 S 19:18–31:13; 2 S 1) ; (4) roi de Juda à Hébron (2 S 2–4) et, plus tard, roi de tout Israël (2 S 5–24; 1 R 1:1–2:11).

    Après avoir commis l’adultère avec Bath-Schéba, David connut une série de malheurs qui gâchèrent les vingt dernières années de sa vie. Le pays, dans son ensemble, fut prospère pendant son règne, mais David, lui, subit les conséquences de ses péchés. Il y avait des querelles familiales constantes qui, dans le cas d’Absalom et d’Adonija, débouchèrent sur une véritable rébellion. Ces incidents sont l’accomplissement de la sentence prononcée par le prophète Nathan contre David à cause de son péché (2 S 12:7–13).

    En dépit de ces désastres, le règne de David fut le plus brillant de l’histoire israélite, car (1) il unit les tribus en une seule nation, (2) il s’assura la possession incontestée du pays, (3) il basa le gouvernement sur la religion véritable, de sorte que la volonté de Dieu était la loi d’Israël. Pour ces raisons, le règne de David fut considéré plus tard comme l’âge d’or du pays et le symbole de l’ère de gloire où le Messie viendrait (És 16:5; Jé 23:5; Éz 37:24–28).

    La vie de David illustre l’importance de persévérer dans la justice jusqu’à la fin. Quand il était jeune, le Seigneur le considérait comme « un homme selon son cœur » (1 S 13:14) ; devenu adulte, il parlait selon l’Esprit et eut beaucoup de révélations. Mais il paya très cher sa désobéissance aux commandements de Dieu (D&A 132:39).