2010
Courage moral
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

Message de la Première Présidence

Le courage moral

President Henry B. Eyring

Un des buts de la condition mortelle est de démontrer à Dieu que nous respectons ses commandements quand il nous faut du courage pour le faire. Nous avons réussi ce test dans le monde des esprits. Mais un tiers des armées célestes s’est rebellé contre l’idée d’être mis à l’épreuve au cours d’une condition mortelle comportant un risque d’échec.

Avant la naissance, nous connaissions personnellement Dieu le Père et son Fils, Jésus-Christ. Nous pouvions les voir et les entendre nous instruire et nous encourager. Depuis, un voile a été placé sur notre esprit et sur notre mémoire. Satan, le père du mensonge, possède un avantage sur nous parce que nous sommes obligés de voir notre identité réelle par les yeux de la foi tandis que notre corps nous soumet aux tentations charnelles et aux faiblesses physiques.

De grandes choses sont là pour nous aider à avoir du courage dans cette vie. La plus grande est l’expiation de Jésus-Christ. Grâce à ce qu’il a accompli, nous pouvons être lavés de nos péchés dans les eaux du baptême. Cette bénédiction se renouvelle chaque fois que nous prenons la Sainte-Cène avec foi et un cœur repentant.

Une autre source d’aide, ce sont les dons spirituels. Nous recevons l’Esprit du Christ à la naissance. Cela nous donne le pouvoir de savoir si un choix que nous avons à faire peut nous conduire vers la vie éternelle. Les Écritures sont un guide sûr quand nous les lisons avec le Saint-Esprit comme compagnon.

Le Saint-Esprit nous amène à exprimer nos remerciements et à demander de l’aide dans nos prières avec la clarté et la confiance dont nous jouissions jadis auprès de notre Père céleste, clarté que nous retrouverons lorsque nous retournerons à lui. Cette communication avec Dieu aide à bannir la peur de notre cœur car elle édifie la foi et l’amour que nous éprouvons pour notre Père céleste et Jésus-Christ.

La sainte prêtrise nous donne du courage pour servir. À travers ses ordonnances, nous obtenons le pouvoir de servir les enfants de Dieu et de résister à l’influence du mal. Lorsque Dieu nous appelle à servir, nous avons la promesse suivante : « Et là où quiconque vous reçoit je serai aussi, car j’irai devant votre face, je serai à votre droite et à votre gauche, et mon Esprit sera dans votre cœur, et mes anges seront tout autour de vous pour vous soutenir » (D&A 84:88).

Au cours de son ministère, Joseph Smith, le prophète, avait des raisons d’avoir peur. Mais Dieu lui a donné du courage par l’assurance qu’il tirait de l’exemple du Maître :

« Et si tu dois être jeté dans la fosse, ou entre les mains d’assassins, et que la peine de mort soit passée sur toi ; si tu es jeté dans l’abîme, si les vagues houleuses conspirent contre toi, si des vents féroces deviennent tes ennemis, si les cieux s’enténèbrent et que tous les éléments s’unissent pour te barrer la route, et par-dessus tout si la gueule même de l’enfer ouvre ses mâchoires béantes pour t’engloutir, sache, mon fils, que toutes ces choses te donneront de l’expérience et seront pour ton bien.

« Le Fils de l’Homme est descendu plus bas que tout cela. Es-tu plus grand que lui ? » (D&A 122:7–8).

Dieu nous a donné suffisamment d’éléments pour nous aider à bannir la peur et à obtenir du courage, quoi que nous ayons à affronter dans cette vie. Quand nous cherchons son aide, il est en mesure de nous élever vers cette vie éternelle à laquelle nous aspirons.

Néphi écrit sur les plaques d’or, tableau de Paul Mann ; illustrations Matt Smith