2010
Le potager de mon rêve
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

Le potager de mon rêve

Anonyme

Ayant grandi dans une famille de saints des derniers jours fidèles et pratiquants, je n’ai jamais pensé qu’un jour l’un de mes enfants quitterait l’Église.

Mon mari et moi, nous nous étions mariés au temple et avions eu ensuite sept enfants. Nous avions fait tout ce que nous pouvions pour obéir aux conseils des prophètes. Nous avions enseigné l’Évangile à nos enfants, leur avions rendu notre témoignage, avions participé aux réunions dominicales ensemble, tenu nos soirées familiales, prié quotidiennement matin et soir et lu les Écritures en famille. Cependant, rien de tout cela n’avait empêché notre fils de quitter l’Église.

Dans mon chagrin, je me suis tournée vers le Seigneur pour qu’il me donne de la force et m’aide à comprendre plus clairement le rôle du libre-arbitre dans notre vie. Malgré tout, je me demandais : « Que puis-je faire de plus ? Il y a certainement quelque chose que je peux faire pour le ramener à la vérité. » Je priais pour notre fils, mais je sentais que je ne faisais pas assez. En effet, si j’avais assez de foi, est-ce qu’il ne changerait pas ?

Telles étaient les pensées qui me hantaient un soir, tandis que je m’endormais. Notre Père céleste a jugé utile de répondre à mes questions par l’intermédiaire d’un rêve. C’était un simple rêve, mais pour moi, sa signification a été profonde.

Dans mon rêve, je me tenais au milieu de mon potager. J’avais planté et arrosé les semences, mais les plants n’avaient pas commencé à pousser. Dans mon rêve, je disais à mes plants de pousser. Je les harcelais pour qu’ils poussent ! Puis, je me suis mise à rire de moi-même. L’idée même d’essayer de faire pousser mes plants en leur disant de le faire était absurde.

Puis je me suis réveillée. J’ai immédiatement compris la signification de mon rêve. Mon fils était la semence que j’essayais de faire pousser. Mais, pas plus que je ne pouvais faire pousser les semences du potager, je ne pouvais faire changer mon fils. La capacité de pousser, donnée par Dieu, est inhérente à chaque semence de mon potager et c’est Dieu qui dirige la croissance de chacune d’elles. De même, mon fils a la capacité de grandir parce qu’il est un fils d’esprit de notre Père céleste. Mais si la croissance et le changement doivent se produire dans sa vie, ce sera le résultat de son libre arbitre conjugué au pouvoir de Dieu.

Dans le potager de mon rêve, je plantais les semences, j’arrosais, j’ôtais les mauvaises herbes et je m’efforçais de toutes les façons de nourrir mes semences. De même, dans mon rôle de mère, je plante des semences dans la vie de mes enfants. Avec l’aide de mon Père céleste, je les instruis, j’essaie de leur montrer l’exemple, je leur rends témoignage et je les aime, faisant tout ce qui est en mon pouvoir pour être un facteur bénéfique dans leur vie. Puis je dois attendre. Le temps venu, le maître-jardinier aidera les semences à pousser.

Dans l’intervalle, il m’aide à attendre patiemment. Il remplit mon cœur d’espoir. Il me rappelle que je fais tout ce qu’il exige de moi. Il me donne des preuves quotidiennes de son amour. Il me soutient de toutes les façons possibles.

Alors je vais attendre, prier, me fier à ses promesses et continuer à planter des semences. La moisson viendra.

Je disais à mes plants de pousser. Je les harcelais pour qu’ils poussent ! Puis, je me suis mise à rire de moi-même.