La mission de Jean-Baptiste
    Notes de bas de page

    Chapitre 6

    La mission de Jean-Baptiste

    « Jean (Baptiste) détenait la Prêtrise d’Aaron et était un administrateur légal, le précurseur du Christ, venu pour lui préparer le chemin. »

    Épisodes de la vie de Joseph Smith

    Pendant l’hiver de 1828, à Harmony, en Pennsylvanie, Joseph Smith continua la traduction du Livre de Mormon, mais le travail avançait lentement. En plus de devoir travailler à la ferme pour pourvoir aux besoins de sa famille, Joseph n’avait pas de secrétaire à temps plein pour l’aider. Voici ce qu’il raconte sur cette période de grand besoin : « J’invoquai le Seigneur pour qu’il me donnât la possibilité d’accomplir l’œuvre qu’il m’avait commandée1 ». Le Seigneur lui promit qu’il recevrait l’aide nécessaire pour continuer la traduction (voir : D&A 5:34). Le 5 avril 1829, un jeune instituteur du nom d’Oliver Cowdery accompagna Samuel, frère du prophète, dans le but de rencontrer Joseph Smith à Harmony. Oliver avait entendu parler des plaques pendant qu’il séjournait chez les parents du prophète et, après qu’il eut prié à ce sujet, il lui avait été révélé qu’il écrirait pour le prophète. Le 7 avril, les deux hommes commencèrent la traduction, Oliver servant de secrétaire.

    Tandis qu’ils traduisaient les plaques, Joseph et Oliver lurent les instructions du Sauveur aux Néphites relatives au baptême pour la rémission des péchés2. Le quinze mai, ils allèrent dans les bois, non loin de la maison du prophète, pour demander au Seigneur davantage de lumière concernant cette importante ordonnance. Oliver Cowdery rapporta : « Notre âme a été amenée à prier avec ferveur pour savoir comment nous pourrions recevoir les bénédictions du baptême et du Saint-Esprit selon l’ordre de Dieu. Nous avons diligemment recherché le droit de nos pères et l’autorité de la sainte prêtrise et le pouvoir d’officier avec elle3 ».

    Voici le récit de Joseph Smith, sur ce qui est survenu en réponse à leur prière : « Tandis que nous étions ainsi occupés à prier et à invoquer le Seigneur, un messager céleste descendit dans une nuée de lumière et, ayant posé les mains sur nous, il nous ordonna, disant : ‘À vous, mes compagnons de service, au nom du Messie, je confère la Prêtrise d’Aaron, qui détient les clefs du ministère d’anges, de l’Évangile de repentir et du baptême par immersion pour la rémission des péchés ; et cela ne sera plus jamais enlevé de la terre, jusqu’à ce que les fils de Lévi fassent de nouveau une offrande au Seigneur selon la justice.’

    « Il a dit que cette Prêtrise d’Aaron n’avait pas le pouvoir d’imposer les mains pour le don du Saint-Esprit, mais que cela nous serait conféré plus tard…

    « Le messager qui nous rendit visite à cette occasion et qui nous conféra cette Prêtrise dit qu’il se nommait Jean, celui-là même qui est appelé Jean-Baptiste dans le Nouveau Testament, qu’il agissait sous la direction de Pierre, Jacques et Jean, lesquels détenaient les clefs de la Prêtrise de Melchisédek, Prêtrise qui, dit-il, nous serait conférée en temps voulu » (voir Joseph Smith, Histoire 1:68-70, 72).

    La venue de Jean Baptiste était un événement important pour Joseph Smith et pour la progression du royaume de Dieu sur terre. Bien que Joseph Smith ait vu Dieu le Père et Jésus-Christ, qu’il ait reçu la visite de messagers célestes et qu’il ait reçu les plaques d’or et la faculté de les traduire, il n’avait pas encore reçu l’autorité et le pouvoir de la prêtrise. Désormais le pouvoir de la Prêtrise d’Aaron était rétabli sur terre, et celui de la Prêtrise de Melchisédek allait bientôt l’être aussi. Joseph Smith était devenu un administrateur autorisé dans le royaume de Dieu.

    Enseignements de Joseph Smith

    Jean-Baptiste a rempli deux missions d’importance, celle de préparer le chemin du Seigneur et celle de le baptiser.

    « J’ai assisté à une réunion au temple (le vingt-neuf janvier 1843) … J’ai déclaré que l’on m’avait posé deux questions, auxquelles j’avais promis de répondre publiquement, concernant le thème que j’avais abordé le dimanche précédent ; je profitai donc de cette occasion pour le faire.

    « Une question a été posée à propos des paroles de Jésus : ‘Parmi ceux qui sont nés de femmes, il n’y en a point de plus grand que Jean. Cependant, le plus petit dans le royaume de Dieu est plus grand que lui’ (Luc 7:28). Comment se fait-il que Jean ait été considéré comme l’un des plus grands prophètes ? Ses miracles n’auraient pas pu constituer sa grandeur (voir : Jean 10:41).

    « Premièrement : La mission divine de préparer la voie devant le Seigneur lui fut confiée. À qui pareille responsabilité a-t-elle été confiée avant ou depuis ? À personne.

    « Deuxièmement : Il lui fut confié, et cela fut même requis de lui, de baptiser le Fils de l’Homme. Qui a jamais reçu un tel honneur ? Qui a jamais eu une bénédiction et une gloire aussi grandes ? Qui a jamais conduit le Fils de Dieu dans les eaux du baptême et eu la chance de voir le Saint-Esprit descendre sous la forme d’une colombe, ou plutôt sous le signe de la colombe ? Le signe de la colombe fut institué avant la création du monde comme témoin du Saint-Esprit et le diable ne peut venir sous le signe d’une colombe. Le Saint-Esprit est un personnage et il a la forme d’une personne. Il ne se limite pas à la forme d’une colombe, mais au signe d’une colombe. Le Saint-Esprit ne peut être transformé en une colombe ; mais le signe d’une colombe fut donné à Jean pour attester la véracité de l’acte, car la colombe est un emblème ou un signe de vérité et d’innocence.

    « Troisièmement : Jean était à l’époque le seul administrateur légal des affaires du royaume sur la terre, détenant les clefs du pouvoir. Les Juifs devaient obéir à ses instructions ou être damnés, et ce en vertu de leur propre loi ; et le Christ lui-même accomplit tout ce qui était juste en devenant obéissant à la loi qu’il avait donnée à Moïse sur la montagne, la magnifiant ainsi et la rendant honorable au lieu de la détruire. Le fils de Zacharie arracha les clefs, le royaume, le pouvoir et la gloire aux Juifs par la sainte onction et le décret du ciel, et ces trois raisons font de lui le plus grand prophète né d’une femme.

    « Deuxième question : ‘Comment le plus petit dans le royaume était-il plus grand que lui ?’ (voir : Luc 7:28).

    « J’ai demandé en guise de réponse : ‘De qui Jésus parlait-il lorsqu’il a fait référence au plus petit ?’ Jésus était considéré comme ayant le moins de droits dans le royaume de Dieu et [apparemment] était le moins digne d’être accepté comme prophète ; comme s’il avait dit : « Celui qui est considéré comme étant le plus petit parmi vous, c’est-à-dire moi-même, est plus grand que Jean4 ».

    Il doit y avoir des administrateurs légaux dans le royaume de Dieu.

    « Il y en a qui disent que le royaume de Dieu ne fut pas établi sur la terre avant le jour de la Pentecôte et que Jean ne prêcha pas le baptême de repentir pour la rémission des péchés. Mais je dis, au nom du Seigneur, que le royaume de Dieu a été établi sur la terre depuis le temps d’Adam jusqu’à présent. Chaque fois qu’il y a eu sur la terre un homme juste à qui Dieu a révélé sa parole et à qui il a donné le pouvoir et l’autorité d’administrer en son nom; et là où il y a eu un prêtre de Dieu, un ministre qui a reçu de Dieu le pouvoir et l’autorité d’administrer les ordonnances de l’Évangile et d’officier dans la Prêtrise de Dieu, c’est là qu’était le royaume de Dieu ; et c’est parce que l’on a rejeté l’Évangile de Jésus-Christ et les prophètes envoyés par Dieu, que les jugements de Dieu sont tombés sur les hommes, sur les villes et les nations à diverses époques du monde, ce qui a été le cas de Sodome et Gomorrhe qui ont été détruites pour avoir rejeté les prophètes.

    « Pour ce qui est de l’Évangile et du baptême que Jean prêchait, je dirai que Jean est venu prêcher l’Évangile pour la rémission des péchés ; il détenait son autorité de Dieu, et les oracles de Dieu étaient avec lui, et le royaume de Dieu parut un certain temps reposer sur Jean seul. Le Seigneur avait promis à Zacharie qu’il aurait un fils qui serait descendant d’Aaron, le Seigneur ayant promis que la prêtrise continuerait avec Aaron et sa postérité tout au long de leurs générations. Que personne ne s’attribue cette dignité, ‘s’il n’est appelé de Dieu, comme le fut Aaron’ (voir : Hébreux 5:4) ; et Aaron reçut son appel par révélation…

    « Mais, dira-t-on, le royaume de Dieu ne pouvait être établi à l’époque de Jean, car Jean disait que le royaume était proche. Mais je demanderai s’il aurait pu être plus près d’eux qu’en étant dans les mains de Jean. Il n’était pas nécessaire que les gens attendent le moment de la Pentecôte pour trouver le royaume de Dieu, car Jean l’avait avec lui, et il est sorti du désert, en criant : ‘Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche’ (Matthieu 3:2), autant dire : ‘J’ai ici le royaume de Dieu et vous pouvez le recevoir, et je viens vous chercher ; et si vous ne le recevez pas, vous serez damnés’ ; et les Écritures nous disent que tout Jérusalem alla au baptême de Jean (voir : Matthieu 3:5-6). Il y avait un administrateur légitime, et ceux qui étaient baptisés étaient les sujets d’un roi ; et les lois et les oracles de Dieu étaient là aussi ; c’est pourquoi le royaume de Dieu était là ; car personne ne pouvait avoir de meilleure autorité pour administrer que celle de Jean ; c’est pourquoi le royaume de Dieu était bien établi sur la terre du temps même de Jean…

    « … Le Christ est venu selon les paroles de Jean (voir : Marc 1:7), et il était plus grand que Jean, parce qu’il détenait les clefs de la Prêtrise de Melchisédek et du royaume de Dieu et avait précédemment révélé la prêtrise de Moïse ; cependant le Christ a été baptisé par Jean pour accomplir toute justice (voir : Matthieu 3:15).

    « Jésus dit encore : ‘Si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu’, et ‘le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point’ (Jean 3:5 ; Matthieu 24:35). ‘Si un homme naît d’eau et d’Esprit, il peut entrer dans le royaume de Dieu.’ Il est évident que le royaume de Dieu était sur la terre et que Jean préparait des sujets pour ce royaume en leur prêchant l’Évangile et en les baptisant ; il prépara le chemin devant le Sauveur, ou vint comme précurseur et prépara des sujets pour la prédication du Christ ; et le Christ prêcha à travers Jérusalem sur le même territoire où Jean avait prêché… et Jean prêcha le même Évangile et le même baptême que Jésus et ses apôtres prêchèrent après lui.

    « Chaque fois que des hommes peuvent découvrir la volonté de Dieu et trouver un administrateur légalement autorisé par Dieu, là est le royaume de Dieu ; mais quand ceux-ci n’existent pas, le royaume de Dieu n’est pas. Toutes les ordonnances, les systèmes et les administrations de la terre sont inutiles aux enfants des hommes, à moins qu’ils ne soient ordonnés et autorisés par Dieu ; car personne d’autre, si ce n’est un administrateur légal, ne sauvera l’homme ; car aucun autre ne sera reconnu, que ce soit par Dieu ou par les anges5. »

    « Jean (Baptiste) détenait la Prêtrise d’Aaron, il était un administrateur légal, le précurseur du Christ ; et il est venu pour lui préparer le chemin… Jean était prêtre selon l’ordre d’Aaron…

    « Les clefs de la Prêtrise d’Aaron lui furent confiées, et il fut comme la voix de celui qui crie dans le désert : ‘Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez ses sentiers’ (Matthieu 3:3) …

    « Le Sauveur dit à Jean : ‘je dois être baptisé par toi.’ Pourquoi cela ? Pour accomplir tout ce qui est juste (voir : Matthieu 3:15) … Jésus n’avait pas d’autre administrateur légal à qui s’adresser.

    « D’un bout à l’autre de la Bible, il n’y a pas de salut, sans administrateur légal6. »

    Une personne qui a l’esprit d’Élias se voit confier une ‘œuvre préparatoire’ par le Seigneur.

    « C’est tout d’abord de l’esprit d’Élias que j’aimerais parler ; et pour en arriver au sujet, je vais apporter une partie du témoignage de l’Écriture et rendre le mien.

    « En premier lieu qu’il me suffise de dire que je suis allé dans les bois pour interroger le Seigneur par la prière sur sa volonté à mon sujet, que j’ai vu un ange et qu’il a posé les mains sur ma tête et m’a ordonné pour être prêtre selon l’ordre d’Aaron et pour détenir les clefs de cette prêtrise, office qui consistait à prêcher le repentir et le baptême pour la rémission des péchés et aussi à baptiser. Mais je fus informé que cet office n’allait pas jusqu’à l’imposition des mains pour le don du Saint-Esprit, que cet office-là était une œuvre plus grande qui serait donnée plus tard, mais que mon ordination était une œuvre préparatoire, une œuvre de précurseur, qui était l’esprit d’Élias ; car l’esprit d’Élias consiste à précéder pour préparer le chemin pour ce qui est plus grand, ce qui était le cas de Jean-Baptiste. Et il vint criant dans le désert : ‘Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez ses sentiers’ (Matthieu 3:3). Et il leur fut dit, s’ils pouvaient le recevoir, que c’était l’esprit d’Élias; et Jean prit bien soin de dire au peuple qu’il n’était pas la lumière, mais qu’il était venu pour rendre témoignage à la lumière (voir Jean 1:8).

    « Il dit aux gens que sa mission était de prêcher le repentir et de baptiser d’eau ; mais c’était celui qui viendrait après lui qui baptiserait de feu et du Saint-Esprit (voir Matthieu 3:11).

    « S’il avait été un imposteur, il aurait pu oeuvrer au delà de ses limites et entreprendre d’accomplir des ordonnances qui n’appartenaient pas à cet office et à cet appel, qui appartiennent à l’esprit d’Élias.

    « L’esprit d’Élias consiste à préparer la voie à une révélation plus grande de Dieu qui est la prêtrise d’Élias ou la prêtrise à laquelle Aaron fut ordonné. Et quand Dieu envoie un homme dans le monde pour préparer pour une œuvre plus grande, détenant les clefs et le pouvoir d’Élias, on l’appelle la doctrine d’Élias, et cela a été le cas dès les premiers temps du monde.

    « La mission de Jean se limitait à la prédication et au baptême ; mais ce qu’il faisait était légal, et quand Jésus-Christ rencontrait l’un des disciples de Jean, il le baptisait de feu et du Saint-Esprit… Jean ne dépassa pas ses limites, mais s’acquitta fidèlement de la partie qui relevait de son office ; c’est ainsi que toutes les parties du grand édifice doivent être préparées correctement et affectées à la place qui leur revient ; et qu’il est nécessaire de savoir qui détient les clefs du pouvoir et qui ne les détient pas, sinon nous risquons d’être trompés.

    « Celui qui détient les clefs d’Élias a une œuvre préparatoire à accomplir… L’esprit d’Élias m’a été révélé et je sais qu’il est vrai ; c’est pourquoi je parle avec hardiesse, car je sais en vérité que ma doctrine est vraie7. »

    Conseils pour l’étude et l’enseignement

    Réfléchissez à ces idées pendant votre étude du chapitre ou pour vous préparer à enseigner. Vous trouverez des aides supplémentaires aux pages v-xi.

    • Lisez les récits de l’ordination à la Prêtrise d’Aaron de Joseph Smith et d’Oliver Cowdery des mains de Jean-Baptiste (pages 85-87, 92). Quel effet cet événement a-t-il eu sur Joseph et Oliver ? Quel effet a-t-il eu dans votre vie ?

    • Lisez tout le premier paragraphe entier de la page 87, en remarquant que Jean-Baptiste appelle Joseph et Oliver ‘ses compagnons de service’. En quoi cette expression peut-elle aider les détenteurs de la prêtrise ? De quelle manière cette expression peut-elle influencer notre interaction avec les jeunes gens qui détiennent la Prêtrise d’Aaron ?

    • Relisez la section du chapitre qui commence à la page 81. Quels sont vos pensées et vos sentiments envers Jean-Baptiste et la mission qu’il a accomplie pendant sa vie ?

    • Joseph Smith, le prophète, a enseigné que Jean-Baptiste était un ‘administrateur légal’ (pages 89-92). Selon vous que signifie l’expression ‘administrateur légal’ en ce qui concerne la prêtrise? Pourquoi n’y a-t-il ‘pas de salut possible… sans un administrateur légal’ ? (page 92).

    • En lisant la dernière partie du chapitre (pages 92-93), revoyez la définition du mot ‘Élias’, donnée dans le Guide des Écritures, (Guide des Écritures, page 59). Qu’est-ce que l’esprit d’Élias ? Comment Jean-Baptiste a-t-il préparé le chemin pour la venue du Seigneur ?

    • Joseph Smith a dit que l’ordination à la Prêtrise d’Aaron est une ‘œuvre préparatoire’ car elle ouvre la voie à quelque chose de plus grand (page 92). Que peuvent faire les détenteurs de la Prêtrise d’Aaron pour recevoir la Prêtrise de Melchisédech ? Que peuvent faire les parents, les grand-parents, les instructeurs et les dirigeants pour les aider à s’y préparer ?

    Écritures en rapport avec le sujet : Matthieu 3:1-17 ; 1 Néphi 10:7-10 ; Traduction de Joseph Smith, Matthieu 3:43-46