Enseignements des présidents
Jésus-Christ, le divin Rédempteur du monde
précédent suivant

Chapitre 3

Jésus-Christ, le divin Rédempteur du monde

« Le salut ne pourrait pas venir au monde sans la médiation de Jésus-Christ. »

Épisodes de la vie de Joseph Smith

Des années avant la naissance de Joseph Smith, son grand-père paternel a ressenti qu’il se passerait quelque chose dans sa famille qui « révolutionnerait le monde1 ». L’histoire de Joseph Smith déclare : « Asael Smith, mon grand-père, prédit, il y a longtemps, qu’un prophète serait appelé dans sa famille, et ma grand-mère était tout à fait sûre que cela s’était accompli en moi. Mon grand-père Asael mourut à East Stockholm, comté de St. Lawrence (New York), après avoir reçu le Livre de Mormon et l’avoir lu presque en entier ; et il déclara que j’étais bien le prophète dont il savait depuis longtemps qu’il viendrait dans sa famille2 ».

En tant que prophète du Rétablissement, l’un des rôles les plus importants de Joseph Smith fut de témoigner de Jésus-Christ. Il lui avait été accordé la connaissance personnelle de la divinité de Jésus-Christ et de la compréhension de son rôle de Rédempteur du monde. Cette connaissance a commencé par la Première Vision, quand le jeune Joseph a vu notre Père céleste et Jésus-Christ et a entendu le Père déclarer : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé. Écoute-le ! » (Joseph Smith – Histoire 1:17). Au cours de cette expérience sacrée, Joseph a eu le privilège d’être instruit par le Sauveur du monde.

Le 16 février 1832, douze ans plus tard, le prophète traduisait la Bible, avec Sidney Rigdon comme secrétaire, chez John Johnson à Hiram (Ohio). Après que le prophète eut traduit Jean 5:29, qui décrit la résurrection des bons et des méchants, une vision s’ouvrit à Joseph et à Sidney et ils virent le Sauveur et conversèrent avec lui :

« Par la puissance de l’Esprit, nos yeux furent ouverts et notre intelligence fut éclairée de manière à voir et à comprendre les choses de Dieu : oui, ces choses qui étaient dès le commencement, avant que le monde fût, qui furent établies par le Père, par l’intermédiaire de son Fils unique, qui était dès le commencement dans le sein du Père, de qui nous rendons témoignage; et le témoignage que nous rendons est la plénitude de l’Évangile de Jésus-Christ, qui est le Fils, que nous avons vu et avec qui nous avons conversé dans la vision céleste…

« Et nous vîmes la gloire du Fils, à la droite du Père, et reçûmes de sa plénitude ; nous vîmes les saints anges et ceux qui sont sanctifiés devant son trône, adorant Dieu et l’Agneau, lui qu’ils adorent pour toujours et à jamais.

« Et maintenant, après les nombreux témoignages qui ont été rendus de lui, voici le témoignage, le dernier de tous, que nous rendons de lui: qu’il vit!

« Car nous le vîmes, et ce, à la droite de Dieu; et nous entendîmes la voix rendre témoignage qu’il est le Fils unique du Père ; que par lui, à travers lui et en lui, les mondes sont et furent créés, et que les habitants en sont des fils et des filles engendrés pour Dieu » (D&A 76:12-14, 20-24).

Joseph Smith a de nouveau vu le Sauveur le 3 avril 1836. Le prophète et Oliver Cowdery s’étaient retirés vers la chaire située à l’est du temple de Kirtland. Ils s’étaient inclinés en prière solennelle ; alors le Sauveur était apparu devant eux. Et le prophète a déclaré :

« Le voile fut enlevé de notre esprit, et les yeux de notre entendement furent ouverts. Nous vîmes le Seigneur debout sur la balustrade de la chaire devant nous. Sous ses pieds, il y avait un pavement d’or pur, d’une couleur semblable à l’ambre. Ses yeux étaient comme une flamme de feu, ses cheveux étaient blancs comme la neige immaculée, son visage était plus brillant que l’éclat du soleil et sa voix était comme le bruit du déferlement de grandes eaux, oui, la voix de Jéhovah, disant : Je suis le premier et le dernier; je suis celui qui vit, je suis celui qui fut immolé; je suis votre avocat auprès du Père » (D&A 110:1-4).

Par de telles expériences, le prophète a obtenu la connaissance de première main et est devenu un témoin spécial de la divinité du Sauveur.

Enseignements de Joseph Smith

Dans toutes les dispensations, le peuple de Dieu s’en est remis à l’Expiation du Christ pour la rémission de ses péchés.

« Le salut ne pourrait pas parvenir au monde sans la médiation de Jésus-Christ3. »

« Dieu… a préparé un sacrifice en donnant son propre Fils qui allait être envoyé en temps voulu pour préparer le chemin ou ouvrir la porte par laquelle l’homme pourrait entrer en sa présence d’où il avait été chassé pour désobéissance. De temps en temps, à différentes époques du monde, cette bonne nouvelle a été annoncée aux hommes, jusqu’au temps de la venue du Messie.

« C’est par la foi en cette expiation ou plan de rédemption qu’Abel offrit à Dieu un sacrifice qui fut accepté, qui se composait des premiers-nés du troupeau. Caïn offrit des fruits de la terre et ce ne fut pas accepté, parce qu’il ne pouvait pas le faire avec foi ; il ne pouvait pas avoir la foi ou ne pouvait pas exercer une foi contraire au plan du ciel. Il fallait l’effusion du sang du Fils unique pour expier pour l’homme, car tel était le plan de la rédemption et, sans l’effusion du sang, il n’y avait pas de rémission. Et comme le sacrifice avait été institué comme figure, permettant à l’homme de discerner le grand sacrifice que Dieu avait préparé, si l’on offrait un sacrifice contraire à celui-là, la foi ne pouvait s’exercer, parce que la rédemption n’a pas été achetée de cette manière-là, ni le pouvoir de l’expiation institué selon cet ordre ; par conséquent Caïn ne pouvait pas avoir la foi, et tout ce qui n’est pas de la foi est péché. Mais Abel offrit un sacrifice acceptable par lequel il fut déclaré juste, Dieu lui-même approuvant ses offrandes [voir Hébreux 11:4].

« Assurément l’effusion du sang d’un animal ne pourrait être profitable à personne si elle n’était faite par imitation, ou comme figure, ou explication de ce qui allait être offert par le don de Dieu lui-même ; et cela devait être accompli dans l’attente et avec foi au pouvoir de ce grand sacrifice pour la rémission des péchés…

« … Nous ne pouvons croire que les anciens de toutes les époques aient été aussi ignorants du système des cieux que beaucoup le croient, puisque tous ceux qui ont jamais été sauvés l’ont été par le pouvoir de ce grand plan de rédemption tout aussi bien avant la venue du Christ que depuis ; sinon Dieu a mis en application différents plans (si l’on peut s’exprimer ainsi), pour ramener les hommes demeurer avec lui. Et cela nous ne pouvons le croire puisqu’il n’y a pas eu de changements dans la nature de l’homme depuis sa chute ; et l’ordonnance ou la pratique d’offrir du sang en sacrifice n’était censée être accomplie que jusqu’au moment où le Christ serait offert et aurait versé son sang, comme nous l’avons déjà dit, afin que l’homme puisse attendre ce jour-là avec foi…

« L’offrande des sacrifices ne servait qu’à tourner l’esprit vers le Christ, c’est ce que nous déduisons de ces paroles remarquables de Jésus aux juifs : ‘Abraham, votre père, a tressailli de joie de ce qu’il verrait mon jour: il l’a vu, et il s’est réjoui’ [Jean 8:56]. Ainsi donc le fait que les anciens offraient des sacrifices ne les empêchait pas d’entendre l’Évangile, mais cela servit, comme nous ldéjà dit, à leur ouvrir les yeux et à leur permettre d’espérer le moment de la venue du Sauveur et de se réjouir de sa rédemption… Nous concluons que chaque fois que le Seigneur s’est révélé aux hommes dans les temps anciens et leur a commandé de lui offrir un sacrifice, ce fut fait afin qu’ils pussent espérer avec foi le moment de sa venue et être assurés que cette expiation avait le pouvoir de leur assurer la rémission de leurs péchés. Et cela ils l’ont fait, des milliers de ceux qui nous ont précédés, dont les vêtements sont sans tâche et qui, comme Job, attendent, avec une assurance semblable à la sienne, le moment où ils le verront au dernier jour sur la terre et ce, dans leur chair [voir Job 19:25-26].

« Nous pouvons en conclure que bien qu’il y ait eu différentes dispensations, néanmoins tout ce que Dieu a communiqué à son peuple visait à attirer son attention sur le grand but, et à lui enseigner à mettre sa confiance en Dieu seul comme Auteur de son salut, comme cela est exprimé dans sa loi4. »

Parce que Jésus-Christ est ressuscité d’entre les morts, toute l’humanité ressuscitera.

« Les principes fondamentaux de notre religion sont le témoignage des apôtres et des prophètes concernant Jésus-Christ, qu’il est mort, a été enseveli et est ressuscité le troisième jour et est monté au ciel ; et toutes les autres choses qui ont trait à notre religion n’en sont que des annexes. Mais en relation avec ceux-ci, nous croyons au don du Saint-Esprit, au pouvoir de la foi, aux dons spirituels reçus selon la volonté de Dieu, au rétablissement de la maison d’Israël et au triomphe final de la vérité5. »

« ‘Et comme tous meurent en Adam, de même aussi tous revivront en Christ ; tous ressusciteront’ [1 Corinthiens 15:22]. L’Agneau de Dieu a accompli la résurrection, afin que tous ressuscitent6. »

« Dieu a fixé un jour où il jugera le monde, et il en a donné l’assurance en ressuscitant des morts son Fils Jésus-Christ, point sur lequel est basée la foi de tous ceux qui croient aux annales inspirées pour leur joie et leur bonheur futurs, car Paul a dit aux Corinthiens : ‘Et si Christ n’est pas ressuscité, votre foi est vaine, vous êtes encore dans vos péchés, et par conséquent aussi ceux qui sont morts en Christ sont perdus’ [1 Corinthiens 15:17-18]…

« Le Christ est assurément ressuscité et, s’il est ressuscité, il amènera, par son pouvoir, tous les hommes à se tenir devant lui : car s’il est ressuscité, les liens de la mort temporelle sont rompus afin que la tombe n’ait pas de victoire. Si alors la tombe n’a pas de victoire, ceux qui observent la parole de Jésus et obéissent à ses enseignements ont non seulement la promesse de la résurrection, mais aussi l’assurance d’être admis dans son royaume glorieux, car il dit : ‘Là où je suis, là aussi sera mon serviteur’ [Jean 12:26]7. »

« Ceux qui sont morts en Jésus-Christ peuvent s’attendre, lorsqu’ils se lèveront de nouveau, à jouir de toute cette joie qu’ils possédaient ou espéraient sur terre… Je suis heureux d’avoir la chance de vous communiquer certaines choses qui, si vous les saisissez bien, seront une aide pour vous quand les tremblements de terre gronderont, que les nuages s’accumuleront, que les éclairs jailliront et que les orages seront prêts à se déverser sur vous comme des coups de tonnerre. Saisissez-vous de ces choses et que vos genoux, vos articulations ne tremblent pas, et que votre cœur ne se décourage pas ; et alors que pourront faire les tremblements de terre, les guerres et les tornades ? Rien. Toutes vos pertes seront compensées pour vous dans la résurrection à condition que vous continuiez à être fidèles. Je l’ai vu par la vision du Tout-Puissant…

« Dieu a révélé son Fils du haut des cieux ainsi que la doctrine de la résurrection ; et nous savons que ceux que nous enterrons ici, Dieu les ressuscitera, revêtus et vivifiés par l’Esprit du grand Dieu ; et qu’importe si nous les déposons en terre ou si nous sommes déposés avec eux quand ils doivent partir ! Que ces vérités pénètrent donc dans notre cœur, afin que nous commencions dès à présent à jouir de ce qui sera un jour dans la plénitude8. »

Par l’Expiation du Christ et l’obéissance à l’Évangile, nous pouvons devenir cohéritiers de Jésus-Christ.

« Je crois à la divinité de Jésus-Christ et qu’il est mort pour les péchés de tous les hommes qui sont tombés en Adam9. »

3e Article de Foi : « Nous croyons que, grâce au sacrifice expiatoire du Christ, tout le genre humain peut être sauvé en obéissant aux lois et aux ordonnances de l’Évangile10. »

« Après avoir créé les cieux et la terre, le sixième jour, Dieu descendit et dit : ‘Faisons l’homme à notre image.’ À l’image de qui ? Ils les créèrent à l’image de Dieu, l’homme et la femme, innocents, inoffensifs et sans tache, ayant la même personnalité et la même image que les Dieux [voir Genèse 1:26-27]. Et quand l’homme tomba, il ne perdit pas son image, mais sa personnalité gardait toujours l’image de son Créateur, le Christ, qui est l’image de l’homme et aussi l’empreinte expresse de la personne de son Père [voir Hébreux 1:3]… Par l’Expiation du Christ, la résurrection et l’obéissance à l’Évangile, nous serons de nouveau rendus semblables à l’image de son Fils, Jésus-Christ [voir Romains 8:29], alors nous aurons atteint l’image, la gloire et la personnalité de Dieu11. »

« Le Père de notre esprit [a pourvu] un sacrifice pour ses créatures, un plan de rédemption, un pouvoir d’expiation, un plan de salut dont le grand dessein est de ramener les hommes en la présence du Roi des cieux, les couronnant dans la gloire céleste, et les rendant cohéritiers avec le Fils de l’héritage qui est incorruptible, sans tache et qui ne diminue pas12. »

« L’Écriture dit que ceux qui obéiront aux commandements seront héritiers de Dieu et cohéritiers du Christ. … ‘L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Or, si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers de Dieu, et cohéritiers de Christ, si toutefois nous souffrons avec lui dans la chair, afin d’être glorifiés avec lui’ [voir Romains 8:16-17].13 »

« Quelle consolation pour une personne endeuillée quand elle est appelée à se séparer de son mari, de sa femme, de son père de sa mère, de son enfant ou d’un parent qui lui est cher, que de savoir que, bien que l’enveloppe terrestre soit déposée et se dissolve, ils se relèveront pour demeurer dans les embrasements éternels de la gloire immortelle pour ne plus être affligés, souffrir ou mourir, mais pour être héritiers de Dieu et cohéritiers de Jésus-Christ14 ! »

Jésus-Christ est parfait, pur et saint et il nous appelle à être comme lui.

« Qui, parmi tous les saints en ces derniers jours, peut se considérer comme aussi bon que notre Seigneur ? Qui est aussi parfait ? Qui est aussi pur ? Qui est aussi saint que lui ? Peut-on trouver quelqu’un qui le soit ? Il n’a jamais transgressé ni enfreint de commandement ou de loi céleste. Il n’y avait pas de tromperie dans sa bouche ni de fraude dans son cœur… Où y a-t-il quelqu’un qui soit semblable au Christ ? On ne peut pas le trouver sur terre15. »

« Car la créature a été soumise à la vanité, non de son gré, mais le Christ l’y a soumise, avec l’espérance [voir Romains 8:20]. Tous sont soumis à la vanité pendant qu’ils parcourent les sentiers détournés et les difficultés qui les entourent. Où est l’homme qui est dénué de vanité ? Personne n’a jamais été parfait sauf Jésus ; et pourquoi était-il parfait ? Parce qu’il était le Fils de Dieu et avait la plénitude de l’Esprit et un pouvoir plus grand que n’importe quel homme16. »

« Alors qu’il était encore enfant, [Jésus-Christ] avait toute l’intelligence nécessaire pour lui permettre de gouverner le royaume des Juifs et pouvait raisonner avec les docteurs de la loi et de la religion les plus sages et les plus accomplis et faire en sorte que leurs théories et leurs pratiques paraissent sottises en comparaison avec la sagesse qu’il possédait17. »

« Nous espérons que les commandements de notre Seigneur sont constamment médités dans votre cœur, qu’ils vous enseignent non seulement sa volonté en proclamant son Évangile, mais également son humilité et son comportement parfait devant tous, même dans les moments de persécutions cruelles et d’injures déversées sur lui par une génération méchante et adultère. Souvenez-vous, frères, qu’il vous a appelés à la sanctification ; et faut-il l’ajouter, à être comme lui en pureté ? Combien sage, sainte, chaste et parfaite devrait donc être votre conduite devant lui ; et souvenez-vous aussi que ses yeux sont constamment sur vous18. »

« Quand nous réfléchissons à la sainteté et à la perfection de notre grand Maître, qui a ouvert un chemin par lequel nous pouvons aller à lui, en s’offrant lui-même en sacrifice, notre cœur fond à cause de sa condescendance. Et quand nous pensons aussi qunous a appelés à être parfaits en toute chose, afin que nous puissions être préparés à le rencontrer en paix lorsqu’il viendra dans sa gloire, avec tous les saints anges, nous désirons exhorter nos frères avec hardiesse à être humbles et adonnés à la prière, à marcher réellement comme des enfants de la lumière et du jour, afin d’avoir la grâce de résister à toute tentation et de vaincre tout mal au nom digne de notre Seigneur Jésus-Christ. Car soyez assurés, frères, que le jour est vraiment proche où le Maître de la maison se lèvera et fermera la porte et personne, sauf ceux qui ont revêtu un habit de noces, ne pourra s’asseoir à la table du repas de noces ! [voir Matthieu 22:1-14.]19 »

Conseils pour l’étude et l’enseignement

Réfléchissez à ces idées pendant que vous étudiez le chapitre ou pendant que vous vous préparez à enseigner. Pour toute aide supplémentaire, voir les pages v-xi.

  • Lisez le récit des visions que Joseph Smith a eues du Sauveur (pages 49-52). Qu’éprouvez-vous en méditant à leur sujet ?

  • Dans les temps anciens, les sacrifices d’animaux aidaient le peuple du Seigneur « à ouvrir les yeux et… à espérer le moment de la venue du Sauveur et à se réjouir de sa rédemption » (page 53). Quelles sont les choses qui vous aident à regarder vers le Sauveur aujourd’hui ?

  • Lisez le premier paragraphe entier de la page 54. Remarquez que dans cette déclaration une annexe est quelque chose qui est lié à une chose plus importante, de même qu’une branche est liée au tronc d’un arbre. Selon vous, pourquoi les témoignages des apôtres et des prophètes concernant l’Expiation et la résurrection du Sauveur sont-ils les « principes fondamentaux de notre religion » ? Comment pourriez-vous aborder votre service au foyer et dans l’Église, si vous vous rappelez que toutes les autres choses sont des annexes de ces principes ?

  • Lisez les enseignements du prophète Joseph concernant la résurrection (pages 54-56). Quel réconfort vous apporte la connaissance que « toutes vos pertes seront compensées pour vous dans la résurrection à condition que vous continuiez à être fidèles » ? De quelles façons la connaissance de la résurrection nous aide-t-elle à « commencer à jouir de ce qui sera un jour dans la plénitude » ?

  • En lisant les pages 56-57, réfléchissez à ce que le Sauveur a fait afin que nous puissions devenir cohéritiers avec lui. Pensez à la manière dont vous pouvez lui montrer votre reconnaissance pour son sacrifice expiatoire.

  • Aux pages 57-59, Joseph Smith, le prophète, mentionne plusieurs des attributs du Sauveur. À quels autres attributs pensez-vous en méditant sur la vie et la mission du Sauveur ? Pensez à ce que vous pouvez faire pour devenir davantage comme lui.

Écritures en rapport avec le sujet : Ésaïe 53:1-12 ; 2 Néphi 9:5-26 ; D&A 20:21-29

Notes

  1. Rapporté par George A. Smith, Deseret News, 12 août 1857, p. 183.

  2. History of the Church, 2:443 ; du « History of the Church » (manuscrit), book B-1, addenda, p. 5, Archives de l’Église, l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, Salt Lake City (Utah).

  3. History of the Church, 5:555 ; extrait d’un discours prononcé par Joseph Smith le 27 août 1843, à Nauvoo (Illinois) ; rapporté par Willard Richards et William Clayton.

  4. History of the Church, 2:15-17 ; paragraphes changés ; du « The Elders of the Church in Kirtland, to Their Brethren Abroad », 22 janvier 1834, publié dans Evening and Morning Star, mars 1834, p. 143.

  5. History of the Church, 3:30; d’un éditorial publié dans Elders’ Journal, juillet 1838, p. 44; Joseph Smith était rédacteur en chef du périodique.

  6. History of the Church, 6:366 ; extrait d’un discours prononcé par Joseph Smith le 12 mai 1844, à Nauvoo (Illinois) ; rapporté par Thomas Bullock

  7. History of the Church, 2:18-19 ; paragraphes changés ; extrait de « The Elders of the Church in Kirtland, to Their Brethren Abroad », 22 janvier 1834, publié dans Evening and Morning Star, mars 1834, p. 144.

  8. History of the Church, 5:361-362 ; paragraphes changés ; extrait d’un discours prononcé par Joseph Smith le 16 avril 1843, à Nauvoo (Illinois) ; rapporté par Wilford Woodruff et Willard Richards.

  9. History of the Church, 4:78 ; extrait d’une lettre de Matthew L. Davis à Mary Davis, 6 février 1840, Washington, D.C., rapporte un discours prononcé par Joseph Smith le 5 février 1840, à Washington, D.C.

  10. 3e Article de Foi.

  11. Cité par James Burgess, dans une compilation d’extraits des discours de Joseph Smith ; James Burgess, Journals, 1841-1848, tome 2, Archives de l’Église.

  12. History of the Church, 2:5 ; extrait de « The Elders of the Church in Kirtland, to Their Brethren Abroad », 22 janvier 1834, publié dans Evening and Morning Star, mars 1834, p. 135.

  13. Cité par George Laub, dans une compilation d’extraits des discours de Joseph Smith, environ 1845 ; George Laub, Reminiscences and Journal, janvier1845 – avril 1857, p. 31, Archives de l’Église.

  14. History of the Church, 6:306 ; extrait d’un discours prononcé par Joseph Smith le 7 avril 1844, à Nauvoo (Illinois) ; rapporté par Wilford Woodruff, Willard Richards, Thomas Bullock et William Clayton.

  15. History of the Church, 2:23 ; extrait de « The Elders of the Church in Kirtland, to Their Brethren Abroad », 22 janvier 1834, publié dans Evening and Morning Star, avril 1834, p. 152.

  16. History of the Church, 4:358 ; extrait d’un discours prononcé par Joseph Smith le 16 mai 1841, à Nauvoo (Illinois) ; rapporté par Times and Seasons, 1er juin 1841, p. 429-430.

  17. History of the Church, 6:608 ; extrait des instructions données par Joseph Smith le 27 juin 1844, à la prison de Carthage, Carthage (Illinois) ; rapporté par Cyrus H. Wheelock.

  18. History of the Church, 2:13 ; extrait de « The Elders of the Church in Kirtland, to Their Brethren Abroad », 22 janvier 1834, publié dans Evening and Morning Star, mars 1834, p. 142.

  19. Lettre de Joseph Smith et des grands prêtres aux frères à Geneseo (New York), 23 novembre 1833, Kirtland (Ohio), Archives de l’Église.