Enseignements des présidents
Vaillant dans la cause du Christ
précédent suivant

Chapitre 30

Vaillant dans la cause du Christ

« J’aime la cause du Christ. »

Épisodes de la vie de Joseph Smith

En octobre 1838, le conflit entre les saints vivant dans le nord du Missouri et les émeutiers locaux et la milice de l’endroit ont atteint un stade critique. Le 27 de ce mois, Lilburn W. Boggs, gouverneur du Missouri, a lancé un ordre infâme à un commandant de la milice de l’État : « Les mormons doivent être traités comme des ennemis et doivent, si nécessaire, être exterminés ou chassés de l’État, pour le bien public. Leurs outrages dépassent toute description1. » Trois jours plus tard, un groupe important de militiens armés s’est installé près de Far West (Missouri), où se trouvait le siège de l’Église, et s’est préparé à attaquer la ville.

Sérieusement inquiets pour la sécurité des saints des derniers jours, Joseph Smith et d’autres dirigeants de l’Église ont décidé de rencontrer les officiers de la milice le 31 octobre pour négocier la paix. Cependant, alors qu’ils approchaient du camp de la milice, le prophète et ses compagnons ont soudain été arrêtés. Ils ont alors été conduits dans le camp, où ils ont été forcés de rester toute la nuit allongés sur le sol froid sous une pluie torrentielle glacée pendant que les gardes criaient et les injuriaient. Quand les officiers ont décidé d’emmener les prisonniers à Independence (Missouri), Joseph et ses compagnons leur ont demandé la permission de voir leurs familles.

« J’ai trouvé ma femme et mes enfants en larmes, écrit le prophète. Ils craignaient que nous n’ayons été tués par les gens qui avaient juré de le faire, et pensaient ne plus me voir… Qui peut comprendre les sentiments que j’ai éprouvés alors, d’être ainsi arraché à ma femme et de la laisser au milieu de monstres sous forme humaine, ainsi que mes enfants, ne sachant qui subviendrait à leurs besoins ; alors que l’on m’emmenait loin d’eux pour que mes ennemis puissent me tuer quand ils le jugeraient bon. Ma femme pleurait, mes enfants s’accrochaient à moi, jusqu’à ce qu’ils me soient arrachés par l’épée des gardes2. »

Après un court emprisonnement à Independence, le prophète et plusieurs autres dirigeants de l’Église ont été emmenés à Richmond (Missouri), où ils ont été enfermés dans une vieille maison en rondins, enchaînés les uns aux autres et sous bonne garde. Le prophète allait rester emprisonné à Richmond pendant environ trois semaines avant d’être transféré à la prison de Liberty. C’est dans cette situation peu enviable que le prophète écrivit à Emma peu après son arrivée à Richmond : « Nous sommes enchaînés et sous bonne garde, pour l’amour du Christ et pour aucune autre raison… Frère [George W.] Robinson est enchaîné à moi ; il a le cœur sincère et l’esprit ferme. Frère [Lyman] Wight est à côté, puis vient frère [Sidney] Rigdon, ensuite Hyrum [Smith], Parley [P. Pratt], Amasa [Lyman], et ainsi nous sommes enchaînés les uns aux autres par les liens de l’amour éternel. Notre moral est bon et nous nous réjouissons d’être considérés comme dignes d’être persécutés pour l’amour du Christ3. »

Au cours d’une nuit froide et pénible, les hommes étaient allongés sur le sol jusqu’après minuit, incapables de dormir parce que les gardes se vantaient de leurs récentes attaques envers les saints, parmi lesquels vols, viols et meurtres. Parley P. Pratt a raconté : « J’avais écouté jusqu’à ce que je fusse si dégoûté, choqué et horrifié, et si rempli d’esprit de justice indignée que j’avais du mal à m’empêcher de me lever et de réprimander les gardes ; mais je n’avais rien dit à Joseph ni à personne d’autre, bien que je fusse couché à côté de lui et susse qu’il était éveillé. Soudain, il se leva et parla d’une voix de tonnerre, comme un lion rugissant, disant, dans la mesure où je peux m’en souvenir, les paroles suivantes :

« ‘SILENCE… Au nom de Jésus-Christ je vous réprimande, et je vous commande de vous taire. Je ne vivrai pas un instant de plus pour entendre un pareil langage. Cessez ce genre de conversation ou bien vous ou moi mourrons À l’INSTANT !’

« Il cessa de parler. Il se tenait droit avec une majesté terrible. Enchaîné, sans arme, calme, serein et digne comme un ange, il posait les yeux sur les gardes tremblants qui baissèrent leurs armes ou les laissèrent tomber par terre, et qui, les genoux s’entrechoquant et se blottissant dans un coin ou rampant à ses pieds, lui demandèrent pardon et restèrent silencieux jusqu’à la relève de la garde4. »

Enseignements de Joseph Smith

Les personnes vaillantes font joyeusement tout ce qu’elles peuvent, même dans les moments difficiles.

En septembre 1839, quand les saints ont commencé le difficile travail de construction de la ville de Nauvoo (Illinois), le prophète a écrit à un membre de l’Église à Kirtland : « En ce qui concerne la situation de l’Église ici, les choses vont aussi bien qu’on peut raisonnablement l’espérer… Pas mal de familles se sont déjà rassemblées ici et nous pensons qu’il va continuer à en être ainsi, surtout qu’après enquête, nous avons constaté que nous n’avons pas eu plus que le nombre normal de malades, malgré les épreuves que nous avons eues et les difficultés que nous avons dû endurer. Dépendants comme nous le sommes de la miséricorde et du pouvoir de Dieu en notre faveur, nous espérons persévérer dans toute bonne œuvre utile, même jusqu’à la fin, afin que lorsque nous serons pesés dans la balance nous ne soyons pas trouvés légers5. »

En septembre 1842, le prophète a écrit les paroles suivantes dans une lettre à l’Église, inscrites par la suite dans Doctrine et Alliances 128:19, 22 : « Or, qu’entendons-nous dans l’Évangile que nous avons reçu ? Une voix d’allégresse ! Une voix de miséricorde venant du ciel et une voix de vérité sortant de la terre, de bonnes nouvelles pour les morts, une voix d’allégresse pour les vivants et les morts, de bonnes nouvelles d’une grande joie…Frères, ne persévérerons-nous pas dans une si grande cause ? Allez de l’avant et pas en arrière. Courage, frères ; et en avant, en avant, vers la victoire ! Que votre cœur se réjouisse et soit dans l’allégresse6. »

En 1831, le prophète a parlé des progrès de L’Église : « Il était tout à fait évident que le Seigneur nous donnait du pouvoir proportionnellement à l’œuvre qui devait être accomplie, de la force selon les difficultés que nous devions affronter, et sa grâce et son aide selon nos besoins7. »

Les personnes vaillantes aiment la cause du Christ et s’efforcent d’acquérir des qualités semblables aux siennes.

« J’aime la cause du Christ et la vertu, la chasteté et une conduite droite, juste et sainte8. »

« Je crois qu’il faut mener une vie vertueuse, droite et sainte devant Dieu et je sens que mon devoir est de persuader tous les hommes que je dirige de faire la même chose, afin qu’ils cessent de faire le mal, qu’ils apprennent à faire le bien et qu’ils mettent un terme à leurs péchés en pratiquant la justice9. »

« Nous devons fortifier notre foi en ajoutant toutes les qualités qui ornent les enfants du bienheureux Jésus, nous pouvons prier quand il faut prier, nous pouvons aimer notre prochain comme nous-mêmes et être fidèles dans les épreuves, sachant que la récompense de ce genre de conduite est plus grande dans le royaume des cieux. Quelle consolation ! Quelle joie ! Je veux vivre la vie des justes et que ma récompense soit semblable à la leur ! …

« La justice doit être le but des saints en toutes choses et quand les [Doctrine et Alliances seront] publiées, ils apprendront qu’on doit en attendre de grandes choses. Faites le bien et œuvrez en justice, l’œil fixé uniquement sur la gloire de Dieu et vous récolterez votre récompense quand le Seigneur rétribuera chacun selon ses œuvres… Au nom de Jésus-Christ, nous vous implorons de vivre dignes des bénédictions qui suivront beaucoup de tribulations, pour rassasier l’âme de ceux qui sont fidèles jusqu’à la fin 10. »

« Désormais, que la vérité et la justice règnent et abondent en vous ; soyez tempérés en tout, abstenez-vous de l’ivrognerie, des jurons, de tout langage vulgaire et de tout ce qui est impie ou profane, ainsi que de l’inimitié, de la haine et de l’envie et de tout désir impie. Soyez honnêtes les uns avec les autres, car il semble que certains n’y soient pas arrivés et certains n’ont pas été charitables ou ont manifesté de la cupidité… Dieu hait ce genre de personnages et ils auront leur lot de chagrins quand la grande roue de la vie tournera, car elle tourne et personne ne peut la retenir. Sion vivra un jour, bien qu’elle semble morte11. »

« Étant quelqu’un qui désire grandement le salut des hommes, je veux vous rappeler de faire tous preuve d’un zèle divin pour vous efforcer d’atteindre la vertu, la sainteté et les commandements du Seigneur. Soyez bons, soyez sages, soyez justes, soyez généreux et, par-dessus tout, soyez charitables, abondant toujours en bonnes œuvres. La prière sincère de votre frère et ami dévoué dans l’Évangile éternel est que la santé, la paix et l’amour de Dieu, notre Père, et la grâce de Jésus-Christ, notre Seigneur, soient et restent avec vous tous12. »

« Soyez doux et humbles, droits et purs, rendez le bien pour le mal… Soyez humbles et patients dans toutes les circonstances de la vie, alors notre triomphe sera plus glorieux13. »

« Nous voulons exhorter hardiment nos frères à être humbles et à prier, à marcher réellement comme des enfants de la lumière et du jour, afin qu’ils aient la grâce de résister à toutes les tentations et de surmonter tout mal au saint nom de notre Seigneur Jésus-Christ14. »

Les personnes vaillantes s’efforcent de s’améliorer pendant cette vie.

« La pensée que chacun doit recevoir en fonction de sa diligence et de sa persévérance personnelles alors qu’il est dans la vigne, doit inspirer tous ceux qui sont appelés à répandre ces bonnes nouvelles à améliorer leur talent de telle sorte qu’ils puissent en acquérir d’autres, afin que, lorsque le Maître s’assoira pour vérifier la conduite de ses serviteurs, il puisse dire : ‘C’est bien, bon et fidèle serviteur ; tu as été fidèle en peu de chose, je te confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître’ [Matthieu 25:21]…

« … Aucune considération ne doit nous empêcher de nous montrer dignes de l’approbation de Dieu, selon son commandement divin. Il n’est pas rare que les hommes oublient qu’ils dépendent du ciel pour toutes les bénédictions dont il leur est permis de jouir et que, pour chaque possibilité qui leur est accordée, ils doivent rendre compte. Vous savez, frères, que quand le maître dans la parabole des talents, racontée par le Sauveur, fit comparaître ses serviteurs, il leur donna plusieurs talents à faire fructifier pendant qu’il serait un certain temps à l’étranger, et lorsqu’il revint, il demanda des comptes [voir Matthieu 25:14-30]. Il en va de même maintenant. Notre Maître n’est absent que pendant un certain temps et, à la fin de ce temps, il appellera chacun de nous pour rendre des comptes ; et là où cinq talents auront été conférés, il en sera exigé dix ; et celui qui ne les aura pas fait fructifier sera chassé comme un serviteur inutile, tandis que les fidèles jouiront d’honneurs éternels. C’est pourquoi nous implorons, de tout notre cœur, notre Père pour que sa grâce repose sur vous, par Jésus-Christ, son Fils, afin que vous ne faiblissiez pas à l’heure de la tentation ni ne soyez vaincus au moment de la persécution15. »

« Après cet enseignement, vous serez responsables de vos propres péchés ; c’est un honneur que de marcher devant notre Père céleste de telle façon que vous puissiez vous sauver ; nous sommes tous responsables devant Dieu de la manière dont nous améliorons la lumière et la sagesse que le Seigneur nous a données pour nous permettre de nous sauver16. »

Les personnes vaillantes persévèrent fidèlement jusqu’à la fin et recevront une couronne de gloire céleste.

« Nous avons confiance en Dieu et nous sommes déterminés, avec le secours de sa grâce, à défendre la cause et à rester fidèles jusqu’à la fin, afin de recevoir les couronnes de la gloire céleste et d’entrer dans le repos préparé pour les enfants de Dieu17. »

« Livrez le bon combat de la foi afin de gagner la couronne qui est réservée à ceux qui restent fidèles jusqu’à la fin de leur épreuve [voir 2 Timothée 4:7-8]. Par conséquent, soyez fidèles à ce que vous avez reçu si libéralement de la main de Dieu afin que, lorsque les temps de rafraîchissement viendront, vous n’ayez pas œuvré en vain, mais que vous puissiez vous reposer de tous vos travaux et avoir une plénitude de joie dans le royaume de Dieu18. »

« Vous ne pouvez pas être trop bons. La patience est céleste, l’obéissance est noble, le pardon est miséricordieux et l’exaltation est divine, et celui qui tient bon avec fidélité jusqu’à la fin ne perdra en aucun cas sa récompense. Un homme bon endurera toutes choses pour honorer le Christ et renoncera même au monde entier, et tout cela dans le but de sauver son âme19. »

Conseils pour l’étude et l’enseignement

Réfléchissez à ces idées pendant votre étude du chapitre ou pour vous préparer à enseigner. Vous trouverez des aides supplémentaires aux pages v-xi.

  • Lisez l’histoire de Joseph Smith réprimandant les gardes à la page 377. Quelle influence cette histoire a-t-elle sur ce que vous pensez de Joseph Smith ?

  • Joseph Smith a dit que l’Évangile est « une voix d’allégresse » et il a déclaré : « Que votre cœur se réjouisse et soit dans l’allégresse » (page 378). Comment notre connaissance de l’Évangile nous aide-t-elle à nous réjouir et à être « dans l’allégresse » même dans les moments d’épreuve ?

  • Lisez le dernier paragraphe de la page 378. Que veut dire recevoir « du pouvoir proportionnellement à l’œuvre qui doit être accomplie » ? Quels exemples vous rappelez-vous qui illustrent cette vérité ?

  • Relisez le premier paragraphe de la section page 379. Quelles qualités espéreriez-vous trouver chez quelqu’un qui dit « aimer la cause du Christ » ? (Vous trouverez des exemples aux pages 379-380.)

  • En étudiant les conseils de Joseph, le prophète, aux pages 380 à 382, pensez à quelque chose qui a besoin d’être amélioré dans votre vie. Déterminez ce que vous allez faire pour vous améliorer dans ce domaine.

  • Relisez les deux derniers paragraphes du chapitre (à la page 382). Quelles récompenses attendent les personnes qui « livrent le bon combat de la foi » ? Comment certaines personnes essaient-elles de nous persuader de ne pas être « trop bons » ? Comment répondre à de telles pressions ?

Écritures en rapport avec le sujet : Deutéronome 31:6 ; 2 Timothée 1:7-8 ; 2 Néphi 31:19-20 ; Mosiah 5:15 ; D&C 59:23

Notes

  1. Lilburn W. Boggs, cité dans History of the Church, 3:175 ; extrait des ordres donnés à John B. Clark, le 27 octobre 1838, à Jefferson City (Missouri).

  2. History of the Church, 3:193 ; extrait de « Extract, from the Private Journal of Joseph Smith Jr. », Times and Seasons, novembre 1839, p. 6.

  3. Lettre de Joseph Smith à Emma Smith, le 12 novembre 1838, Richmond (Missouri) ; Archives de la Community of Christ, à Independence (Missouri).

  4. Parley P. Pratt, Autobiography of Parley P. Pratt, édité par Parley P. Pratt, fils, p. 210-211, italiques supprimées.

  5. . History of the Church, 4:8-9 ; mots entre crochets dans l’original ; division en paragraphes modifiée ; extrait d’une lettre de Joseph Smith à Isaac Galland, le 11 septembre 1839, à Commerce (Illinois).

  6. Doctrine et Alliances 128:19, 22 ; lettre de Joseph Smith aux saints, le 6 septembre 1842, à Nauvoo.

  7. History of the Church, 1:176 ; extrait de « History of the Church » (manuscrit), book A-1, p. 118, Archives de l’Église, l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, Salt Lake City.

  8. Lettre de Joseph Smith à William W. Phelps, 31 juillet 1832, Hiram (Ohio) ; Joseph Smith, Collection, Archives de l’Église.

  9. Lettre de Joseph Smith à l’éditeur du Chester County Register and Examiner, 22 janvier 1840, Brandywine (Pennsylvanie) ; l’original appartient à une collection privée ; la lettre a été publiée dans le journal du 11 février 1840.

  10. History of the Church, 2:229-230, note de bas de page ; extrait de « To the Saints Scattered Abroad », Messenger and Advocate, juin 1835, p. 137-138.

  11. . History of the Church, 3:233 ; extrait d’une lettre de Joseph Smith aux membres de l’Église du comté de Caldwell, le 16 décembre 1838, prison de Liberty.

  12. History of the Church, 5:417 ; extrait d’une lettre de recommandation écrite par Joseph Smith à Brigham Young, le 1er juin 1843, Nauvoo.

  13. . History of the Church, 6:411 ; extrait d’un discours de Joseph Smith fait le 26 mai 1844, à Nauvoo ; cité par Thomas Bullock.

  14. Lettre de Joseph Smith et des grands prêtres aux frères à Geneseo (New York), le 23 novembre 1833, à Kirtland, Archives de l’Église.

  15. History of the Church, 2:6, 23-24 ; extrait de « The Elders of the Church in Kirtland, to Their Brethren Abroad », 22 janvier 1834, publié dans le Evening and Morning Star, en février 1834, p. 135 ; avril 1834, p. 152.

  16. History of the Church, 4:606 ; extrait d’un discours de Joseph Smith, le 28 avril 1842, à Nauvoo ; cité par Eliza R. Snow ; voir aussi annexe, page 598, article 3.

  17. History of the Church, 1:450 ; extrait d’une lettre de Joseph Smith à Edward Partridge et à d’autres personnes, 5 décembre 1833, Kirtland.

  18. Lettre de Joseph Smith et de John Whitmer aux saints de Colesville (New York), 20 août 1830, Harmony (Pennsylvanie) ; dans Newel Knight, Autobiography and Journal, vers 1846-1847, p. 129-130, Archives de l’Église.

  19. History of the Church, 6:427 ; extrait d’une lettre de Joseph Smith et Hyrum Smith à Abijah Tewksbury, le 4 juin 1844, Nauvoo ; le nom de famille d’Abijah Tewksbury est orthographié incorrectement « Tewkesbury » dans History of the Church.