Le Livre de Mormon, clé de voûte de notre religion
    Notes de bas de page

    Chapitre 4

    Le Livre de Mormon, clé de voûte de notre religion

    «Je dis aux frères que le Livre de Mormon était le plus correct de tous les livres de la terre et la clef de voûte de notre religion. »

    Épisodes de la vie de Joseph Smith

    Plus de trois ans s’étaient écoulés depuis le matin de 1820 où Joseph Smith avait prié pour savoir à quelle Église il devait se joindre. Le jeune prophète avait maintenant dix-sept ans et il désirait connaître sa situation vis-à-vis de Dieu et recevoir le pardon. Le soir du 21 septembre 1823, il se retira dans sa chambre en mansarde dans la maison familiale en rondins de Palmyra (New York), mais il resta éveillé après que les autres occupants de la chambre se furent endormis, priant ardemment pour en savoir davantage sur les desseins de Dieu le concernant. Il a expliqué : « Je commençai à prier et à supplier le Dieu Tout-Puissant de me pardonner tous mes péchés et toutes mes sottises et aussi de m’accorder une manifestation pour que je connusse mon état et ma situation vis-à-vis de lui; car j’avais la pleine assurance d’obtenir une manifestation divine comme j’en avais eu une précédemment » (Joseph Smith – Histoire 1:29).

    En réponse à sa prière, Joseph vit apparaître dans sa chambre une lumière qui s’accrut jusqu’à ce que la pièce fût « plus claire qu’à l’heure de midi ». Un messager céleste parut à son chevet ; il se tenait dans les airs, vêtu d’une tunique de « la plus exquise blancheur ». (Joseph Smith – Histoire 1:30-31.) Ce messager était Moroni, le dernier prophète néphite qui, des siècles auparavant, avait caché les plaques sur lesquelles était écrit le Livre de Mormon et qui, maintenant, détenait les clés rattachées à ces annales sacrées (voir D&A 27:5). Il avait été envoyé dire à Joseph que Dieu lui avait pardonné ses péchés1 et qu’il avait une grande œuvre pour lui. L’un des aspects de cette œuvre était que Joseph devait se rendre à une colline proche, où des annales sacrées, écrites sur des plaques d’or, étaient déposées. Ces annales avaient été écrites par des prophètes ayant vécu dans les temps anciens sur le continent américain. Par le don et le pouvoir de Dieu, il devait traduire ces annales et les donner au monde.

    Le lendemain, Joseph se rendit à la colline où le Livre de Mormon était caché. Là-bas, il rencontra Moroni et vit les plaques, mais on lui dit qu’il ne les recevrait pas avant quatre ans. Il devait commencer une importante période de préparation qui lui permettrait d’être à la hauteur de la tâche sacrée de traduire le Livre de Mormon. Pendant les quatre années qui suivirent, chaque 22 septembre, Joseph retourna à la colline pour recevoir d’autres instructions de Moroni. (Voir Joseph Smith, Histoire 1:33-54.) Au cours de ces années, il reçut aussi « de nombreuses visites des anges de Dieu qui lui montraient la majesté et la gloire des événements qui arriveraient dans les derniers jours2 ».

    Cette période préparatoire apporta aussi la joie du mariage dans la vie du prophète. En janvier 1827, il épousa Emma Hale, qu’il avait rencontrée pendant qu’il travaillait à Harmony (Pennsylvanie). Emma allait être une aide importante pour lui tout au long de son ministère. Le 22 septembre 1827, elle alla avec lui à la colline et attendit à proximité, pendant que Moroni remettait les plaques entre les mains du prophète.

    Une fois les annales sacrées en sa possession, Joseph découvrit vite pourquoi Moroni lui avait donné la consigne de protéger les plaques (voir Joseph Smith – Histoire 1:59-60). Des bandes de la région commencèrent à le harceler par des tentatives répétées de les voler. En décembre 1827, par une froide journée, espérant trouver un endroit où travailler en paix, Joseph et Emma quittèrent le foyer des Smith pour se réfugier chez les parents de la jeune femme, à Harmony. Le prophète y commença le travail de traduction. Au mois de février suivant, Martin Harris, ami de la famille Smith de Palmyra, se sentit inspiré d’aller à Harmony pour aider le prophète. Avec Martin pour secrétaire, Joseph avança dans la traduction des annales sacrées.

    Les résultats du travail du prophète allaient être publiés plus tard sous le titre le Livre de Mormon. Ce livre remarquable, contenant la plénitude de l’Évangile, représente un témoignage de la véracité de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours et de la mission prophétique de Joseph Smith.

    Enseignements de Joseph Smith

    Le Livre de Mormon a été traduit par le don et le pouvoir de Dieu.

    En réponse à la question : « Comment et où avez-vous obtenu le Livre de Mormon ? » Joseph Smith répondit : « Moroni, qui avait déposé les plaques dans une colline de Manchester, dans le comté d’Ontario (New York), étant mort et ressuscité, m’apparut et me dit où elles se trouvaient et m’expliqua comment les obtenir. Je les ai obtenues et, avec elles l’urim et le thummim, par l’intermédiaire desquels je les ai traduites ; voilà l’origine du Livre de Mormon3. »

    « [Moroni] me dit où étaient déposées les plaques sur lesquelles était gravé un résumé des annales des prophètes anciens qui avaient vécu sur ce continent… Ces annales étaient gravées sur des plaques qui avaient l’apparence de l’or, chacune d’elles mesurant 15 cm de large sur 21 cm de long, et n’étaient pas tout à fait aussi épaisses que le fer blanc commun. Elles étaient couvertes de caractères égyptiens gravés, et liées ensemble en un volume comme les pages d’un livre tenu par trois anneaux qui traversaient le tout. Ce volume avait environ quinze centimètres d’épaisseur et une partie en était scellée. Sur la partie qui n’était pas scellée, les caractères étaient petits et finement gravés. Le livre entier présentait de nombreuses marques d’ancienneté dans sa structure et la gravure en était habile. Avec les annales se trouvait un instrument curieux que les anciens appelaient ‘urim et thummim’. Cet instrument se composait de deux pierres transparentes montées sur un arc et fixées sur un pectoral. Par lédiaire de l’urim et du thummim, je traduisis les annales par le don et le pouvoir de Dieu4. »

    « C’est par le pouvoir de Dieu que je traduisis le Livre de Mormon à partir de hiéroglyphes, dont la connaissance est perdue pour le monde. Dans ces circonstances merveilleuses j’étais tout seul, jeune homme sans instruction, devant combattre par une nouvelle révélation la sagesse du monde et l’ignorance accumulée depuis dix-huit siècles5. »

    « Je tiens à préciser ici que la page de titre du Livre de Mormon est une traduction littérale, tirée de la toute dernière feuille, située du côté gauche du recueil ou du livre des plaques, lesquelles contenaient le document qui a été traduit, dont le texte se lit de la même manière que tout écrit hébreu en général [c’est à dire de droite à gauche], et que ladite page de titre n’est en aucune façon un écrit moderne, que ce soit de moi ou de tout autre homme qui ait vécu ou vive à notre époque. … Je donne ci-dessous cette partie de la page de titre de la version anglaise du Livre de Mormon, qui est la traduction authentique et littérale de la page de titre de l’original du Livre de Mormon, telle qu’elle apparaît sur les plaques :

    « LE LIVRE DE MORMON.

    « ‘Récit écrit de la main de Mormon sur des plaques d’après les plaques de Néphi.

    « ‘C’est pourquoi, ce livre est un abrégé des annales du peuple de Néphi et aussi des Lamanites — Écrit à l’intention des Lamanites, qui sont un reste de la maison d’Israël, et aussi à l’intention des Juifs et des Gentils — Écrit par commandement et aussi par l’esprit de prophétie et de révélation — Écrit, scellé et caché pour le Seigneur, afin qu’il ne soit pas détruit — Pour paraître, par le don et le pouvoir de Dieu, pour être interprété — Scellé de la main de Moroni et caché pour le Seigneur, pour paraître, en temps voulu, par le ministère des Gentils — Interprétation par le don de Dieu.

    « ‘Il comprend aussi un abrégé tiré du livre d’Éther, qui contient les annales du peuple de Jared, lequel fut dispersé à l’époque où le Seigneur confondit la langue des hommes, alors que ceux-ci bâtissaient une tour pour atteindre le ciel — Le but de ce livre est de montrer au reste de la maison d’Israël les grandes choses que le Seigneur a faites pour ses pères; et aussi de lui faire connaître les alliances du Seigneur, qu’il sache qu’il n’est pas rejeté à jamais — Et aussi de convaincre Juif et Gentil que Jésus est le Christ, le Dieu éternel, qui se manifeste à toutes les nations — Et maintenant s’il y a des fautes, ce sont les erreurs des hommes; c’est pourquoi ne condamnez pas les choses de Dieu, afin d’être trouvés sans tache devant le siège du jugement du Christ6.’ »

    La sagesse du Seigneur est plus grande que la ruse du diable.

    Le 14 juin 1828, le travail de Joseph Smith sur la traduction des plaques du Livre de Mormon avait produit 116 pages de manuscrit. Il se produisit alors un incident qui enseigna au prophète des leçons profondes concernant le rôle de Dieu dans la parution de ces annales sacrées. Le prophète écrivit : « Quelque temps après que M. Harris eut commencé à écrire pour moi, il se mit à insister pour que je lui permette d’emporter ces pages écrites chez lui pour les montrer. Il désirait que je demande au Seigneur, à l’aide de l’urim et du thummim, s’il y était autorisé. Je demandai, et la réponse fut non. Cependant, il ne fut pas satisfait de cette réponse, et désira que je demande à nouveau. Je le fis, et reçus la même réponse qu’auparavant. Il n’était toujours pas satisfait, et insista pour que je demande encore une fois.

    Après qu’il eut beaucoup insisté, je demandai de nouveau au Seigneur, et la permission fut accordée, à condition qu’il ne les montre qu’à son frère, Preserved Harris, à sa femme, à son père et à une certaine Mme Cobb, sœur de sa femme. Conformément à cette dernière réponse, j’exigeai qu’il s’engage par alliance d’une manière très solennelle à ne rien faire d’autre que suivre ces directives. C’est ce qu’il fit. Il s’engagea à faire ce que je lui demandais, prit les pages écrites, et s’en alla. Cependant, malgré les grandes restrictions auxquelles il avait été soumis, et la solennité de l’alliance qu’il [Martin Harris] avait faite avec moi, il les montra à d’autres qui les lui enlevèrent par stratagème, et à ce jour, elles n’ont pas été retrouvées7. »

    Dans la préface de la première édition du Livre de Mormon, le prophète déclara que les desseins de Dieu ne pouvaient pas être contrecarrés par la perte des 116 pages : « Comme beaucoup d’informations fausses ont été répandues concernant le [Livre de Mormon], et aussi beaucoup de mesures illégales ont été prises par des personnes malveillantes afin de me détruire ainsi que l’œuvre , je tiens à vous dire que je traduisis, par le don et le pouvoir de Dieu, et fis écrire, cent seize pages, que je pris du Livre de Léhi qui était un récit abrégé des plaques de Léhi, écrites de la main de Mormon ; lesquelles annales une ou des personnes m’ont volées et ne m’ont pas restituées, malgré tous mes efforts pour les récupérer – et ayant reçu du Seigneur le commandement de ne pas les traduire de nouveau, car Satan avait mis dans leur cœur l’intention de tenter le Seigneur, leur Dieu, en changeant les mots, afin que leur signification soit contraire à ce que j’avais traduit et fait écrire, de façon à ce que, si je devais faire écrire de nouveau les mêmes mots ou, autrement dit, si je devais les traduire de nouveau, ils publieraient ce qu’ils avaient volé, et Satan exciterait le cœur de cette génération afin qu’elle ne reçoive pas cette œuvre : Mais voici, le Seigneur me dit : Je ne souffrirai pas que Satan accomplisse son mauvais dessein dans cette affaire. Pour cette raison, tu traduiras les inscriptions qui sont gravées sur les plaques de Néphi, jusqu’à ce que tu arrives à ce que tu as traduit et gardé. Et voici tu le publieras comme étant les annales de Néphi, et c’est ainsi que je confondrai ceux qui ont altéré mes paroles. Je ne souffrirai pas qu’ils détruisent mon œuvre; oui, je leur montrerai que ma sagesse est plus grande que la ruse du diable (voir D&A 10 :38-43).

    « Ainsi, pour obéir aux commandements de Dieu, par sa grâce et sa miséricorde, j’ai accompli ce qu’il m’a commandé à ce sujet8. »

    Le Livre de Mormon est la parole de Dieu.

    « Je dis aux frères que le Livre de Mormon était le plus correct de tous les livres de la terre et la clef de voûte de notre religion, et qu’un homme se rapprocherait davantage de Dieu en en suivant les préceptes que par n’importe quel autre livre9. »

    8e Article de Foi : « Nous croyons que la Bible est la parole de Dieu dans la mesure où elle est traduite correctement; nous croyons aussi que le Livre de Mormon est la parole de Dieu11. »

    « [Le Livre de Mormon] nous rapporte que le Sauveur est venu sur ce continent après sa résurrection, qu’il y a répandu l’Évangile dans toute sa plénitude, richesse, puissance et bénédiction, qu’ils avaient des apôtres, des prophètes, des pasteurs, des docteurs et des évangélistes, qu’ils avaient le même ordre, la même prêtrise, les mêmes ordonnances, dons, pouvoirs et bénédictions que ceux qui existaient au Proche-Orient, que le peuple fut retranché à cause de ses transgressions, que le dernier des prophètes qui vivaient parmi ce peuple reçut le commandement de faire un abrégé de leurs prophéties, de leur histoire, etc. et de le cacher dans la terre ; qu’il paraîtrait et serait uni à la Bible pour que s’accomplissent les desseins de Dieu dans les derniers jours12. »

    David Osborn était présent quand Joseph Smith prêcha à Far West (Missouri), en 1837. Il rapporta ces paroles du prophète : « Le Livre de Mormon est vrai, tout comme il l’affirme, et je m’attends à rendre compte de ce témoignage au jour du jugement12. »

    Les Écritures nous donnent de la joie et du réconfort et nous rendent sages en vue de notre salut.

    « L’impression et la distribution du Livre de Mormon, des Doctrine et Alliances… et la nouvelle traduction de la [Bible] sont liées à l’édification du Royaume de Dieu. Il n’est pas nécessaire de parler de ces ouvrages. Ceux qui les ont lus et ont bu à la fontaine de la connaissance qu’ils transmettent savent les apprécier, et bien que des personnes insensées puissent s’en moquer, ils sont destinés à rendre les hommes sages en vue de leur salut et à balayer les toiles d’araignée de la superstition des siècles passés, à faire connaître les actes de Jéhovah qui ont déjà été accomplis et à décrire le futur dans toute sa réalité terrible et glorieuse. Ceux qui ont goûté aux bienfaits qui proviennent de l’étude de ces ouvrages, vont sans aucun doute rivaliser de zèle pour les envoyer partout dans le monde, afin que chaque fils d’Adam puisse jouir des mêmes bienfaits et se réjouir des mêmes vérités13. »

    « [Les Écritures des derniers jours sont publiées] pour encourager et réconforter les gens qui ont le cœur honnête, pour qu’ils poursuivent leur route, dans la joie, alors que leur âme est exposée à la connaissance de l’œuvre de Dieu qui éclaire aussi leur compréhension par l’intermédiaire des prophètes des temps anciens, de même que par ce qu’il s’apprête à faire dans les derniers jours pour accomplir les paroles des prophètes14. »

    « Nous prenons dans nos mains les écrits sacrés et reconnaissons qu’ils ont été donnés par inspiration directe pour le bien de l’homme. Nous croyons que Dieu a condescendu à parler du haut des cieux et a annoncé sa volonté concernant la famille humaine, pour donner aux hommes des lois justes et saintes, pour régler leur conduite et les guider sur un chemin direct, afin qu’en temps voulu il puisse les prendre à lui et en faire les cohéritiers de son Fils.

    « Mais lorsqu’on admet comme un fait que la volonté immédiate du ciel est contenue dans les Écritures, n’est-on pas tenu, en tant que créature raisonnable, de vivre conformément à tous ses préceptes ? À quoi nous servira de reconnaître que ceci est la volonté du ciel si nous ne nous conformons pas à tous ses enseignements ? Ne faisons-nous pas violence à l’intelligence suprême du ciel lorsque nous reconnaissons la véracité de ses enseignements et n’y obéissons pas ? Ne descendons-nous pas en dessous de notre niveau de connaissance personnelle et de la sagesse supérieure que le ciel nous a donnée, en agissant ainsi ? Pour ces raisons, si des révélations directes nous sont données par les cieux, assurément ces révélations n’ont pas été données pour qu’on les prenne à la légère ; l’insouciant qui le ferait risquerait de s’attirer les foudres et la vindicte du ciel, s’il y a une justice ; et il y en a une, c’est ce que doit reconnaître quiconque admet la vérité et la force des enseignements de Dieu, ses bénédictions et ses malédictions énoncées dans ce livre sacré…

    « … Celui qui peut reconnaître la puissance de l’omnipotence inscrite dans les cieux peut également voir la propre écriture de Dieu dans le livre sacré : et celui qui le lira le plus souvent sera celui qui l’aimera le plus, et celui qui connaîttra l’écriture, reconnaîtra la main qui a écrit chaque fois qu’il pourra la voir, et une fois qu’il l’aura découverte, non seulement il la reconnaîtra, mais il obéira à tous ses préceptes célestes15. »

    « Ô vous les Douze ! Et tous les saints ! Tirez profit de cette clef importante : que dans toutes vos épreuves, vos ennuis, vos tentations, vos afflictions, vos liens, vos emprisonnements et la mort, vous veilliez à ne pas trahir le ciel, à ne pas trahir Jésus-Christ, à ne pas trahir vos frères, à ne pas trahir les révélations de Dieu, qu’elles soient dans la Bible, dans le Livre de Mormon ou dans les Doctrine et Alliances, ou toute autre parole de Dieu qui ait jamais été ou sera jamais donnée et révélée à l’homme dans ce monde ou dans celui qui est à venir16. »

    Conseils pour l’étude et l’enseignement

    Réfléchissez à ces idées pendant que vous étudiez le chapitre ou pendant que vous vous préparez à enseigner. Pour toute aide supplémentaire, voir les pages v-xi.

    • Lisez ce qui est arrivé à Joseph Smith entre le 21 septembre 1823 et le 22 septembre 1827 (pages 63-65). Comment, à votre avis, ces expériences l’ont-elles préparé à traduire les plaques d’or ? De quelles façons avez-vous été préparé aux appels du Seigneur ?

    • Lisez le deuxième paragraphe de la page 67 ; remarquez les buts du Livre de Mormon. De quelles façons ces buts se sont-ils accomplis dans votre vie ou dans celle d’autres personnes ?

    • En réfléchissant au récit du prophète du commandement qu’il a reçu de ne pas retraduire les 116 pages de manuscrit qui avaient été perdues (pages 67-69), qu’apprenez-vous au sujet de Dieu ? Comment la compréhension de ce récit pourrait-elle influencer nos décisions ?

    • Lisez le deuxième paragraphe entier de la page 69. Remarquez que, dans une voûte en pierre, la clef de voûte est placée en haut, maintenant toutes les autres pierres en place. De quelles façons le Livre de Mormon est-il « la clef de voûte de notre religion ? Comment ce livre vous a-t-il aidé à vous « rapprocher de Dieu » ?

    • Joseph Smith a parlé des bénédictions que nous recevons lorsque nous avons « bu à la fontaine de la connaissance » dans les Écritures et « goûté aux bienfaits » de la parole de Dieu (pages 69-70). Que vous suggèrent ces expressions à propos de l’étude des Écritures ? Que pouvons-nous faire pour donner plus de sens à notre étude des Écritures ?

    • Lisez le paragraphe qui commence en bas de la page 69. Pourquoi, selon vous, les personnes qui étudient les Écritures deviennent-elles empressées à les faire connaître aux autres ? Que pouvons-nous faire pour faire connaître le Livre de Mormon ? Quelles expériences avez-vous eues en donnant le Livre de Mormon ou lorsque quelqu’un vous l’a donné ?

    • Lisez le deuxième paragraphe de la page 70. Quels passages du Livre de Mormon vous ont « encouragé et réconforté » ? De quelles façons le Livre de Mormon a-t-il éclairé votre compréhension ?

    Écritures en rapport avec le sujet : Ézékiel 37:15-17 ; introduction du Livre de Mormon ; 1 Néphi 13:31-42 ; 2 Néphi 27:6-26 ; D&A 20:6-15; Joseph Smith – Histoire 1:29-54

    Notes

    1. Voir Joseph Smith, History 1832, p. 4 ; Letter Book 1, 1829-1835, Joseph Smith, Collection, Archives de l’Église, Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, Salt Lake City (Utah).

    2. History of the Church, 4:537 ; extrait d’une lettre de Joseph Smith écrite à la demande de John Wentworth et George Barstow, Nauvoo (Illinois), publiée dans le Times and Seasons, 1er mars 1842, p. 707.

    3. History of the Church, 3:28 ; extrait d’un éditorial publié dans Elders’ Journal, juillet 1838, p. 42-43; Joseph Smith était rédacteur en chef du périodique.

    4. History of the Church, 4:537 ; paragraphes changés ; extrait d’une lettre de Joseph Smith écrite à la demande de John Wentworth et George Barstow, Nauvoo (Illinois), publiée dans le Times and Seasons, 1er mars 1842, p. 707.

    5. History of the Church, 6:74 ; extrait d’une lettre de Joseph Smith à James Arlington Bennet, 13 novembre 1843, Nauvoo (Illinois) ; le nom de famille de James Bennet est écrit de manière incorrecte « Bennett » dans History of the Church.

    6. History of the Church, 1:71-72 ; mots entre parenthèses dans l’original ; extrait de « History of the Church » (manuscrit), book A-1, p. 34-35, Archives de l’Église.

    7. History of the Church, 1:21 ; paragraphes changés; extrait de « History of the Church » (manuscrit), book A-1, p. 9-10, Archives de l’Église.

    8. Préface de la première (1830) édition du Livre de Mormon ; paragraphes changés.

    9. History of the Church, 4:461 ; extrait des instructions données par Joseph Smith le 28 novembre 1841 à Nauvoo (Illinois) ; rapportées par Wilford Woodruff.

    10. 8e Article de Foi.

    11. History of the Church, 4:538_ ; extrait d’une lettre de Joseph Smith écrite à la demande de John Wentworth et George Barstow, Nauvoo (Illinois), publiée dans le Times and Seasons, 1er mars 1842, p. 707-708.

    12. Cité par David Osborn, dans « Recollections of the Prophet Joseph Smith », Juvenile Instructor, 15 mars 1892, p. 173.

    13. History of the Church, 4:187 ; extrait d’une lettre de Joseph Smith et de ses conseillers dans la Première Présidence aux saints, septembre 1840, Nauvoo (Illinois), publiée dans le Times and Seasons, octobre 1840, p. 179.

    14. Lettre de Joseph Smith au Times and Seasons, vers mars 1842, Nauvoo (Illinois) ; Miscellany, Joseph Smith, Collection, Archives de l’Église ; cette lettre n’a apparemment pas été envoyée.

    15. History of the Church, 2:11, 14 ; paragraphes changés ; extrait de « The Elders of the Church in Kirtland, to Their Brethren Abroad », 22 janvier 1834, publié dans le Evening and Morning Star, février 1834, p. 136 ; mars 1834, p.142.

    16. History of the Church, 3:385 ; extrait d’un discours donné par Joseph Smith le 2 juillet 1839 à Montrose (Iowa) ; rapporté par Wilford Woodruff et Willard Richards. Le rapport de ce discours fait par frère Richards était basé sur des rapports du même discours faits par d’autres personnes. Frère Richards a aussi utilisé des rapports d’autres personnes pour noter le discours du prophète prononcé le 27 juin 1839, et les deux discours datés « environ juillet 1839 ». Il sera fait référence à ces discours tout au long du présent ouvrage.