Enseignements des présidents
Réagir aux persécutions avec foi et courage
précédent suivant

Chapitre 32

Réagir aux persécutions avec foi et courage

« Ne craignez point, mais fortifiez-vous dans le Seigneur, et par sa force toute-puissante. »

Épisodes de la vie de Joseph Smith

Pendant l’hiver 1838-1839, la milice de l’État du Missouri agissait sous les ordres du gouverneur de chasser les saints des derniers jours hors de l’État, et Joseph Smith, le prophète, a été incarcéré dans la prison de Liberty. Cet hiver-là et le printemps qui a suivi ont été le théâtre de terribles souffrances pour des milliers de saints forcés de fuir leurs maisons du Missouri. Laissant la plupart de leurs biens derrière eux, ils se sont engagés dans une retraite de plus de 300 kilomètres vers l’Est en direction de l’ouest de l’Illinois sous la conduite de Brigham Young et d’autres dirigeants de l’Église. Peu de saints possédaient de bons chariots et des chevaux, et nombreux étaient ceux qui dormaient sans abri sous la pluie et dans la neige. Certains, n’ayant pas de souliers, ont entouré leurs pieds de lambeaux de chiffons pour marcher dans la neige.

En février 1839, un voisin bienveillant a aidé Emma Smith à installer ses quatre enfants et quelques effets dans une charrette tapissée de paille. Quand son groupe est arrivé au Mississippi, Emma a traversé le fleuve gelé a pied avec ses enfants, portant les manuscrits de la traduction de la Bible par le prophète dans deux sacs de toile attachés autour de la taille sous sa jupe. Avec de nombreux saints indigents elle a trouvé refuge dans la commune de Quincy (Illinois) où ils ont continué à souffrir de la faim, du froid, et de la maladie, bien que ces souffrances aient été soulagées par les nombreux actes de bonté à leur égard de la part de la commune bienveillante.

Malgré tout son désir d’aider les saints, le prophète ne pouvait faire plus que de prier et donner des directives par lettres à Brigham Young et aux autres frères qui dirigeaient les saints en son absence. Dans cette situation désespérée, il a écrit des paroles d’encouragement et de paix aux membres de l’Église : « frères tendrement aimés, faisons joyeusement tout ce qui est en notre pouvoir ; alors nous pourrons nous arrêter avec la plus grande assurance pour voir le salut de Dieu, et voir son bras se révéler » (D&A 123:17).

Le 6 avril 1839, le prophète et ses compagnons de prison ont été transférés, suite à un changement de lieu de procès, de la prison de Liberty à Gallatin, comté de Daviess (Missouri). Après comparution devant le tribunal, les frères ont de nouveau changé de juridiction pour aller de Gallatin à Columbia, comté de Boone (Missouri). Mais, mi-avril, alors que le prophète et les autres prisonniers étaient en cours de transfert vers Columbia, les gardes leur ont permis de s’échapper. En moins d’une semaine, les frères avaient rejoint l’ensemble des saints à Quincy (Illinois). Dans son journal, frère Wilford Woodruff a décrit les retrouvailles avec le prophète : « … Il nous a salués avec une grande joie. Il venait juste d’être libéré de prison et de ses ennemis et il rentrait auprès de sa famille et des ses amis. Joseph était franc, ouvert et amical comme à son habitude. Sœur Emma était vraiment heureuse1. »

Plus tard, le prophète a rendu hommage aux membres de l’Église qui, avec lui, ont vaillamment enduré tant de choses pour leur foi dans l’Évangile rétabli de Jésus-Christ. « L’attitude des saints, sous l’accumulation d’injustices et de souffrances, a été digne de louanges ; comme leur courage dans la défense de leurs frères contre les ravages des émeutiers ; comme leur attachement à la cause de la vérité, dans des circonstances les plus éprouvantes et pénibles que l’homme puisse supporter ; comme leur amour l’un pour l’autre ; comme leur disposition à nous secourir quand mes frères et moi étions enfermés dans un cachot ; comme leurs sacrifices quand ils ont quitté le Missouri et sont venus en aide aux pauvres veuves et orphelins, leur offrant un toit dans un pays plus hospitalier. Tout concourt à les élever dans l’estime de tous les hommes bons et vertueux, et cela leur a assuré la grâce et l’approbation de Jéhovah, et une réputation aussi impérissable que l’éternité2. »

Enseignements de Joseph Smith

L’ennemi de la vérité s’oppose aux serviteurs du Seigneur, particulièrement lorsque ceux-ci se rapprochent de lui.

« La persécution a grondé sur nos têtes de temps en temps… comme des coups de tonnerre, à cause de notre religion3. »

« Nos principes religieux sont exposés aux yeux du monde et tous les hommes peuvent les étudier, cependant nous sommes conscients que toutes les persécutions contre nos amis viennent de calomnies [accusations fausses] et de mauvaises interprétations, sans fondement dans la vérité et la justice. Ce que nous avons subi est commun à toutes les sociétés religieuses à leurs débuts4. »

Ne soyez donc pas étonnés si vous êtes persécutés ; mais souvenez vous des paroles du Sauveur : ‘Le serviteur n’est pas plus grand que son maître, ils vous persécuteront aussi’ [voir Jean 15:20] et que toutes les afflictions que les saints doivent subir sont l’accomplissement des paroles des prophètes depuis le commencement du monde5. »

« Quand je fais de mon mieux, quand j’accomplis le plus grand bien, alors les intentions les plus funestes et les plus pernicieuses se dressent contre moi… Les ennemis de ce peuple ne se lasseront jamais de persécuter l’Église, jusqu’à ce qu’ils soient eux-mêmes anéantis. Je m’attends à ce qu’ils déploient contre moi tout ce qui est en leur pouvoir, et à ce que nous ayons un long et terrible conflit. Celui qui livrera le combat du vrai chrétien contre la corruption des derniers jours verra continuellement se déployer contre lui des hommes méchants et les anges des démons, et toutes les puissances infernales. Quand des hommes méchants et corrompus s’acharnent, c’est le critère qui permet de savoir qu’un homme est engagé dans le combat chrétien. Bénis serez-vous quand tous les hommes diront faussement du mal de vous, etc. [voir Matthieu 5:11]. Un homme est-il mauvais lorsqu’on dit du mal de lui ? Non. Si un homme se dresse et combat le monde du péché, il peut s’attendre à voir tous les esprits mauvais et corrompus déployés contre lui.

« Mais ce ne sera que pour un peu de temps, puis toutes ces afflictions seront chassées de devant nous, pour autant que nous restions fidèles et ne soyons pas vaincus par ces maux. En voyant les bénédictions de la dotation continuer d’avancer, et le Royaume grandir et s’étendre d’une mer à l’autre, nous nous réjouirons de n’avoir pas été vaincus par ces choses folles6. »

« Certains pensent que nos ennemis seront comblés par ma destruction, mais je vous dis que dès qu’ils auront versé mon sang ils seront assoiffés du sang de tout homme qui a dans le cœur la moindre étincelle de l’esprit de la plénitude de l’Évangile. L’opposition de ces hommes est suscitée par l’esprit de l’adversaire de la justice. Il ne s’agit pas seulement de me détruire, mais de détruire tout homme et toute femme qui osent croire aux préceptes que Dieu m’a inspiré d’enseigner à cette génération7. »

« J’ai appris par expérience que l’ennemi de la vérité ne dort pas, ni ne cesse ses efforts pour susciter chez des groupes de gens des préventions à l’encontre des serviteurs du Seigneur, en provoquant l’indignation des hommes contre toutes les choses d’importance ou d’intérêt8. »

Les gens qui aiment Dieu affronteront les persécutions avec courage et foi.

« À tous les saints ! Tirez profit de cette Clé importante : dans toutes vos épreuves, troubles, tentations, afflictions, liens, emprisonnements et dans la mort, veillez à ne pas trahir le ciel, ni Jésus-Christ, ni les frères, ni les révélations de Dieu dans la Bible, le Livre de Mormon ou les Doctrine et Alliances, ni quoi que ce soit d’autre qui a été ou sera donné et révélé aux hommes dans ce monde ou celui à venir. Oui, quand vous regimbez ou quand vous vous débattez, veillez à ne rien commettre de tel, de peur que du sang innocent ne tâche vos vêtements et que vous n’alliez en enfer9. »

Au printemps 1830 les saints étaient persécutés parce que le Livre de Mormon avait été publié : « Le Livre de Mormon (le bois de Joseph dans les mains d’Éphraïm) avait été publié depuis un certain temps maintenant et, comme l’avait prédit le prophète ancien à propos de ces choses, elles étaient regardées comme quelque chose d’étranger [voir Osée 8:12]. Sa parution avait causé une agitation peu ordinaire. Une grande opposition et beaucoup de persécutions avaient poursuivi ceux qui avaient cru à son authenticité. Mais maintenant que la vérité avait jailli de la terre et que la justice avait regardé du haut des cieux [voir Psaumes 85:11 ; Moïse 7:62], nous ne craignions pas nos agresseurs, sachant que la vérité et la justice étaient de notre côté, sachant que nous avions le Père et le Fils parce que nous avions les enseignements du Christ, auxquels nous étions fidèles ; par conséquent, nous avons continué à prêcher et à informer tous ceux qui étaient prêts à nous écouter10. »

En juillet 1839, Wilford Woodruff a rapporté : « Joseph nous a adressé quelques mots pour nous dire : ‘souvenez-vous, frères, que si vous êtes emprisonnés, le frère Joseph l’a été avant vous. Si vous êtes mis en un lieu d’où vous ne pouvez voir vos frères qu’à travers les barreaux d’une fenêtre tandis que vous êtes dans les fers à cause de l’Évangile de Jésus-Christ, souvenez-vous que le frère Joseph a été en pareille situation11.’ »

En 1841 Joseph Smith et ses conseillers dans la Première Présidence ont écrit : « la vérité, comme un chêne vigoureux, est restée intacte au milieu des éléments hostiles qui la combattent avec une force extrême. Les flots se sont déversés, vague après vague, en succession rapide, et ne l’ont pas engloutie. ‘Les fleuves élèvent, ô Éternel ! Les fleuves élèvent leur voix mais le Seigneur des Armées est plus puissant que les flots impétueux de la mer’ [voir Psaumes 93:3-4]. Les flammes de la persécution, sous l’influence d’émeutiers, n’ont pas a été plus capables de la détruire ; comme le buisson de Moïse, elle ne s’est pas consumée, et la vérité offre en ce moment un grand spectacle aux hommes et aux anges.

« Où pouvons nous regarder pour voir l’équivalent ? Nous voyons un peuple qui a embrassé une religion impopulaire, et dont l’adhésion a attiré sur lui des persécutions répétées. Un peuple qui, par amour pour Dieu, et par attachement à sa cause, a souffert la faim, le dénuement, les dangers et presque toutes les privations. Un peuple qui, pour sa religion, a pleuré la mort prématurée de parents, de maris, de femmes et d’enfants. Un peuple qui a choisi la mort plutôt que l’esclavage et l’hypocrisie, qui a conservé son intégrité avec honneur ; qui s’est tenu ferme et solide, en des temps d’épreuves pour l’âme de l’homme12. »

La toute puissance de Dieu soutiendra ceux qui seront persécutés à cause de la justice.

Pendant son incarcération à la prison de Liberty, Joseph Smith a écrit aux saints : « Ne croyez pas que notre cœur défaille comme si d’étranges choses nous étaient arrivées [voir 1 Pierre 4:12], car nous avons vu et avons été informés de toutes ces choses avant, et nous avons l’assurance d’une meilleure espérance que celle de nos persécuteurs. Ainsi, Dieu a élargi nos épaules pour le fardeau. Nous nous glorifions de nos tribulations, parce que nous savons que Dieu est avec nous, qu’il est notre ami, et qu’il sauvera notre âme. Nous n’avons que faire de ceux qui peuvent tuer le corps, car ils ne peuvent meurtrir notre âme [voir Matthieu 10:28]. Nous ne réclamons aucune grâce aux émeutiers, ni au monde, ni au diable, ni à ses émissaires, les dissidents, ni à ceux qui aiment, pratiquent et profèrent des mensonges, pour nous prendre la vie. Nous n’avons jamais agi avec dissimulation, ni ne le ferons pour notre vie… Nous savons que nous nous efforçons de tout notre esprit, de tout notre pouvoir et de toutes nos forces de faire la volonté de Dieu et tout ce qu’il nous a commandé…

« Le Sauveur a dit : ‘Car il est nécessaire qu’il arrive des scandales, mais malheur à l’homme par qui le scandale arrive’ [voir Matthieu 18:7]. Il a dit encore : ‘Heureux serez-vous, lorsqu’on vous outragera, qu’on vous persécutera et qu’on dira faussement de vous toute sorte de mal, à cause de moi. Réjouissez-vous et soyez dans l’allégresse, parce que votre récompense sera grande dans les cieux ; car c’est ainsi qu’on a persécuté les prophètes qui ont été avant vous’ [Matthieu 5:11-12].

« Maintenant, chers frères, si quelqu’un a le droit de réclamer l’accomplissement de cette promesse, c’est bien nous, car nous savons que non seulement le monde nous hait, mais qu’il raconte toutes sortes de méchancetés mensongères, simplement parce que nous nous efforçons d’enseigner la plénitude de l’Évangile de Jésus-Christ…

« Et maintenant, mes chers frères bien aimés (et quand que dis frères, je veux dire tous ceux qui sont restés fidèles au Christ, hommes, femmes et enfants), nous vous exhortons au nom du Seigneur Jésus à être forts dans la foi en la nouvelle alliance éternelle, et de ne craindre nullement vos ennemis… Tenez bon, jusqu’à la mort même, car Jésus-Christ a dit : ‘Celui qui voudra sauver sa vie la perdra, et celui qui perdra sa vie à cause de moi et de la bonne nouvelle la sauvera’ [voir Marc 8:35]13. »

Toujours de la prison de Liberty, le prophète et ses conseillers dans la Première Présidence ont écrit aux dirigeants de l’Église : « Frères, ne craignez point, mais soyez fermes dans le Seigneur et dans sa force toute puissante. Qu’est-ce que l’homme pour que le serviteur de Dieu le craigne, ou le fils d’un homme pour qu’il tremble devant lui ? Ne soyez pas surpris, comme d’une chose étrange qui nous arrive, de la fournaise qui est au milieu de nous pour nous éprouver. Souvenez-vous que nous avons tous part aux mêmes souffrances [voir 1 Pierre 4:12-13]. Réjouissons-nous donc de nos souffrances par lesquelles nous sommes élevés à la perfection comme elles ont élevé à la perfection le Prince de notre salut [voir Hébreux 2:10]. Que votre cœur et le cœur des saints soient consolés à votre sujet, qu’ils soient transportés d’allégresse, parce que notre récompense sera grande dans les cieux ; car c’est ainsi que les méchants ont persécuté les prophètes qui ont été avant nous [voir Matthieu 5:11-12]14. »

Conseils pour l’étude et l’enseignement

Réfléchissez à ces idées pendant votre étude du chapitre ou pour vous préparer à enseigner. Vous trouverez des aides supplémentaires aux pages v-xi.

  • Relisez le récit des pages 397-400. Qu’est-ce qui vous touche dans la réaction de Joseph Smith et des frères aux persécutions ? À votre avis, pourquoi étaient-ils disposés à endurer les persécutions ?

  • Lisez les pages 400 et 401 où le prophète enseigne que les justes rencontreront souvent des persécutions. Pourquoi est-ce le cas ? En quoi les persécutions d’aujourd’hui ressemblent-elles à celles du temps de Joseph Smith ? En quoi sont-elles différentes ?

  • À la page 401, Joseph Smith a donné une clé pour aider les saints. Quelles expériences vous ont montré la valeur de cette clé ? Quel autre conseil donneriez-vous à quelqu’un qui rencontre des persécutions à cause de sa foi ? (Vous trouverez quelques exemples aux pages 401-403.)

  • Relisez les pages 403-405 dans lesquelles Joseph Smith nous assure que le Seigneur nous soutiendra si nous réagissons aux persécutions avec foi et courage. À votre avis, que signifie « Dieu a élargi nos épaules pour le fardeau » ? Comment pouvons-nous « nous glorifier dans nos tribulations » et « nous réjouir de nos afflictions » ? À votre avis, de quelles façons nos afflictions peuvent-elles contribuer à nous rendre parfaits ?

Écritures en rapport avec le sujet : Matthieu 5:43-44 ; Romains 8:35-39 ; 2 Néphi 26:8, Mosiah 24:8-16 ; 3 Néphi 6:13

Notes

  1. Wilford Woodruff, Journals, 1833-1898, note du 3 mai 1839, Archives de l’Église, Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, Salt Lake City (Utah).

  2. History of the Church, 3:329-330 ; extrait de « Extract, from the Private Journal of Joseph Smith Jr. », Times and Seasons, novembre 1839, p. 8.

  3. History of the Church, 6:210 ; extrait d’un discours de Joseph Smith, 8 février 1844, Nauvoo (Illinois) ; rapporté par Wilford Woodruff.

  4. History of the Church, 2:460 ; extrait d’une lettre de Joseph Smith et autres à John Thornton et autres, 25 juillet 1836, Kirtland (Ohio) ; publiée dans le Messenger and Advocate, août 1836, p. 358.

  5. History of the Church, 3:331 ; extrait de « Extract, from the Private Journal of Joseph Smith Jr. », Times and Seasons, novembre 1839, pages 8-9.

  6. History of the Church, 5:140-141 ; division des paragraphes modifiée ; extrait d’un discours de Joseph Smith, 31 août 1842, Nauvoo (Illinois) ; rapporté par Eliza R. Snow, voir aussi l’annexe, page 598, article 3.

  7. History of the Church, 6:498 ; extrait d’un discours de Joseph Smith, 18 juin 1844, Nauvoo (Illinois). Les rédacteurs de History of the Church ont combiné les comptes rendus verbaux de plusieurs témoins directs en un seul récit du discours.

  8. History of the Church, 2:437 ; extrait d’une lettre de Joseph Smith à Oliver Cowdery, avril 1836, Kirtland (Ohio) ; publiée dans le Messenger and Advocate, avril 1836, p. 289.

  9. History of the Church, 3:385 ; extrait d’un discours de Joseph Smith, 2 juillet 1839, Montrose (Iowa) ; rapporté par Wilford Woodruff et Willard Richards.

  10. History of the Church, 1:84 ; extrait de « History of the Church » (manuscrit), livre A-1, p. 41, Archives de l’Église.

  11. Wilford Woodruff, rapportant une déclaration de Joseph Smith, 7 juillet 1839, Commerce (Illinois), Wilford Woodruff, Journals, 1833-1898, Archives de l’Église.

  12. History of the Church, 4:337 ; division des paragraphes modifiée ; extrait d’un compte rendu de Joseph Smith et de ses conseillers dans la Première Présidence, 7 avril 1841, Nauvoo (Illinois) ; publié dans le Times and Seasons, 15 avril 1841, p. 384-385.

  13. History of the Church, 3:227-229, 232-233 ; division des paragraphes modifiée ; extrait d’une lettre de Joseph Smith aux membre de l’Église du Comté de Caldwell (Missouri), 16 déc. 1838, prison de Liberty, (Missouri).

  14. Lettre de Joseph Smith et de ses conseillers dans la Première Présidence à Heber C. Kimball et Brigham Young, 16 janvier 1839, prison de Liberty (Missouri), Archives de l’Église.