2018
Découvrir qui est le Sauveur
précédent suivant

Découvrir qui est le Sauveur

L’auteur vit en Utah (États-Unis).

Quand vous étudiez la vie et les enseignements de Jésus-Christ, vous vous préparez à recevoir sa paix et sa présence dans votre vie.

Where Are the Nine

Détail du tableau Où sont les neuf autres, de Liz Lemon Swindle

Imaginez que vous lisiez tout ce qui est dit au sujet du Sauveur dans les Écritures : la Bible, le Livre de Mormon, les Doctrine et Alliances, la Perle de Grand Prix. Cela représente beaucoup de temps et de travail ! Mais c’est exactement ce que Russell M. Nelson nous a demandé de faire en janvier 2017 : d’étudier dans les ouvrages canoniques tout ce que Jésus a dit et fait. Le président Nelson a dit que, l’ayant fait lui-même, il était devenu « un homme différent ». Non seulement il en a appris plus sur Jésus-Christ, mais il a aussi éprouvé plus de dévotion envers lui1.

Vous aussi, vous pouvez vous rapprocher du Christ en apprenant à le connaître. L’étude de sa vie et de ses desseins vous prépare à recevoir sa paix et vous aide à le connaître, ainsi que notre Père céleste. Regardez comment ces jeunes ont répondu à deux questions : (1) Quelle est votre histoire scripturaire préférée au sujet du Sauveur et pourquoi ? (2) Comment votre étude de l’Évangile vous a-t-elle apporté la paix ?

J’aime l’histoire des dix lépreux parce que le Christ a montré beaucoup d’amour envers celui qui l’a remercié. Il lui a dit : « Ta foi t’a sauvé » (Luc 17:19 ; voir les versets 11 à 19). J’aime la bonté sincère dont il fait preuve envers tous.

En raison d’événements tragiques survenus dans mon école récemment, tout le monde a besoin de beaucoup de paix et de réconfort. J’ai trouvé de la force et de la paix en étudiant les Écritures au séminaire. Les instructeurs du séminaire rendent les Écritures et l’Évangile très personnels pour chacun. C’est vraiment génial de voir le contraste entre une classe du séminaire et une classe ordinaire. Il y a un sentiment différent qui apporte la paix.

Gabriel S., seize ans (Colorado, États-Unis)

L’histoire d’Alma au sujet de la foi et de la parole de Dieu (voir Alma 32:18-43) m’a appris que, quand nous semons l’amour, nous le recevons aussi. Comme Alma l’a expliqué aux Zoramites, la foi est comparable à une semence. Avoir la foi, c’est croire que quelque chose est vrai sans le voir réellement. La foi grandit quand on a le désir de croire et d’entendre la parole de Dieu. Tout cela m’a aidée à être calme, à fortifier mon cœur et à acquérir le témoignage que notre Père céleste me voit avec des yeux pleins d’amour et de miséricorde.

En étudiant les Écritures chaque jour, je comprends mieux l’amour que notre Sauveur a pour chacun de nous. Cette connaissance m’aide à expliquer à mes amis à l’école qu’ils ne sont pas seuls quand ils ont des problèmes, parce qu’il y a un Dieu qui nous aime.

Maria D., dix-sept ans (Guadalajara, Espagne)

Christ and the Book of Mormon children

Détail du tableau Le Christ et les enfants du Livre de Mormon, de Del Parson

J’aime 3 Néphi 17, quand le Sauveur apparaît en Amérique et invite les enfants à venir à lui. Il s’assied avec eux et passe du temps avec eux, un par un. Pour moi, c’est une histoire magnifique qui montre qui est Jésus-Christ et combien il aime chacun d’entre nous. Je crois qu’il est disposé à s’asseoir avec chacun de nous aussi quand nous avons besoin de son aide.

Cette année, je me suis fixé le but de lire une page des Écritures chaque jour. En le faisant, j’en suis arrivée à attendre ce moment avec impatience chaque jour. J’ai beaucoup appris des paroles et des histoires qui se trouvent dans les Écritures en essayant de passer du temps à les comprendre, et je me suis rapprochée de mon Père céleste et de mon Sauveur en apprenant aussi à les connaître. Cela m’a apporté une grande paix.

Anna C., dix-sept ans (Montana, États-Unis)

J’aime quand le Christ vient sur le continent américain, demande s’il y a des malades et des affligés parmi le peuple, puis les guérit. Ensuite, il bénit les petits enfants. (Voir 3 Néphi 17.) C’est une histoire formidable et très touchante. J’aime les petits enfants et j’aime quand les gens leur témoignent plus d’amour, parce que les enfants sont purs. Cette histoire me montre la profondeur de l’amour du Sauveur pour nous. Étant donné qu’il aimait suffisamment les gens à l’époque pour faire tout ce qu’il a fait, il peut nous aimer aussi aujourd’hui.

Ésaïe 53:3 dit que le Sauveur est un « homme de douleur et habitué à la souffrance ». Quand je pense à l’expiation du Christ, à ce qu’il a enduré pour nous et à la possibilité que j’ai d’être pardonnée quand je me repens de mes péchés, je me sens vraiment en paix. Dans le Livre de Mormon, de nombreuses personnes – les fils de Mosiah, Ammon et Alma le jeune – avaient un passé chaotique, mais elles ont pu être pardonnées. Elles se sont tournées vers le Christ, se sont repenties et sont devenues de merveilleux exemples dont nous pouvons apprendre aujourd’hui. C’est réconfortant pour moi de savoir que je peux être pardonnée aussi.

Alina T., dix-huit ans (Oregon, États-Unis)

Mon histoire scripturaire préférée au sujet de Jésus est celle où il a changé l’eau en vin pendant des noces, à la demande de sa mère (voir Jean 2:1-11). C’est mon histoire préférée parce qu’elle montre le respect de Jésus pour les femmes, pour sa mère en particulier. Cette histoire incite les enfants à obéir à leurs parents, non par peur mais par amour. L’exemple de Jésus-Christ est ce que chacun devrait s’efforcer d’imiter. Son amour pour sa mère n’a jamais cessé, et notre amour pour nos parents ne le devrait pas non plus. C’est aussi mon passage préféré parce que son miracle est un acte de service, et nous pouvons nous aussi faire des miracles en aidant les autres.

Cette histoire et d’autres histoires des Écritures m’ont apporté la paix. C’est très réconfortant de savoir que, si je cherche toujours à apprendre du Christ et suis ses enseignements, je pourrai retourner un jour auprès de notre Père céleste aimant.

Anne R., dix-sept ans (Victoria, Australie)

J’aime l’histoire où le Christ marche sur l’eau. Il se dirige vers le bateau où sont tous les apôtres, et il invite Pierre à venir sur l’eau. D’abord, Pierre a la foi et peut marcher sur l’eau, mais ensuite il perd sa foi et commence à couler. Alors le Christ tend la main et l’attrape (voir Matthieu 14:25-33). Cette histoire est ma préférée parce que le Christ est toujours présent dans notre vie ; il nous protège.

Mon étude m’aide parce que j’étudie mes Écritures le matin, et cela rend la journée meilleure. Quand je n’étudie pas, ma journée n’est pas aussi heureuse ou agréable ; elle ne se passe pas bien. Quand je lis mes Écritures régulièrement le matin, ma journée se passe beaucoup mieux parce que je permets au Saint-Esprit d’être avec moi.

James K., dix-sept ans (Alaska, États-Unis)

Christ and the rich young ruler

Détail du tableau LE CHRIST ET LE JEUNE HOMME RICHE, de HEINRICH HOFFMANN

J’aime l’histoire du Christ et du jeune homme riche (voir Marc 10:17-22). Elle me donne une idée claire de la nécessité de donner la priorité à Dieu par-dessus tout. Ce serait très difficile pour à peu près n’importe qui de devoir vendre chacun de ses biens terrestres. Mais je pense qu’être disposé à placer Dieu au-dessus de nos biens est une des choses que chacun de nous doit apprendre. L’amour sans limites de Jésus-Christ pour nous est vraiment spectaculaire. C’est indiscutablement mieux que n’importe quelle quantité d’argent ou de biens que nous acquérons dans cette vie.

La lecture des Écritures m’apporte paix et réconfort, ainsi qu’une plus grande sagesse et une meilleure compréhension. Je ne ressens pas toujours le pouvoir de l’étude des Écritures immédiatement mais je sais que leur lecture a un effet positif sur ma vie et m’aide à ressentir l’Esprit et à reconnaître ses murmures.

Yuzhen C., dix-neuf ans (Taichung, Taiwan)

Getting to know the Savior

Détail du tableau Une femme touche le bord du vêtement du Christ, de Heidi Daynes Darley

Pendant que le Christ se rend auprès d’une jeune fille mourante, une femme atteinte d’une perte de sang touche simplement son vêtement et est guérie. Le Christ se retourne et parle avec elle après s’être rendu compte qu’elle l’a touché (voir Luc 8:43-48). Bien qu’allant aider quelqu’un d’autre, le Christ a pris du temps pour elle aussi. Il prend aussi du temps pour nous tous.

J’ai une vie très remplie, partagée entre l’école, les cours de danse et d’autres occupations. Avec toutes ces activités, je trouve rarement un moment où je suis seule ou en paix. Quand je lis mes Écritures ou que je prie, je me sens en paix. Cela fait du bien d’avoir cette sensation et de rompre avec ma vie trépidante. Dans ces moments de paix, je me rapproche du Sauveur et je progresse dans l’Évangile.

Zoe B., dix-sept ans (Utah, États-Unis)