2018
Le mariage, l’argent et la foi
précédent suivant

Le mariage, l’argent et la foi

L’auteur vit dans la région d’Ashanti, au Ghana.

Ma fiancée et moi disposions de peu de temps avant notre mariage et d’encore moins d’argent mais nous avions quelque chose de bien plus important : la foi.

MARRIAGE MONEY AND FAITH

J’ai participé à la rencontre au sommet des jeunes adultes seuls à Kumasi (Ghana) non pas parce que j’avais besoin d’une petite amie (j’étais déjà fiancé), mais parce que j’avais besoin d’une plus grande motivation et que c’était le bon endroit pour la trouver. Effectivement, mes prières ont été exaucées à cette occasion lorsque sœur Call, missionnaire d’âge mûr appelée à travailler avec les jeunes adultes seuls, a parlé de l’importance du mariage au temple.

Vers la fin de la discussion, l’expression de son visage a soudain changé et elle a dit : « Vous n’avez pas besoin d’argent pour vous marier, tout ce dont vous avez besoin, c’est de foi. » J’avais l’impression qu’elle s’adressait directement à moi, mais je ne pensais pas que cela pouvait vraiment s’appliquer à ma situation parce que nous avions encore plusieurs achats à faire pour préparer le mariage. Je me suis dit : « Comment puis-je ne pas avoir besoin d’argent mais uniquement de foi ? »

J’y ai réfléchi continuellement tout au long de la semaine. Ce faisant, je me suis demandé : « Dieu est-il limité dans ce qu’il peut faire ? » J’ai d’abord pensé que non mais, en y réfléchissant, j’ai pensé que oui. Mais une autre question m’est venue ensuite : « Comment peut-il être limité s’il est tout-puissant ? » L’Esprit m’a enseigné la réponse : Les bénédictions de Dieu dépendent de notre obéissance. Il n’est pas limité dans sa capacité de nous bénir mais nous devons provoquer ces bénédictions en exerçant la foi de faire ce qu’il veut que nous fassions.

Plus tard, j’ai téléphoné à ma fiancée, Priscilla, pour discuter de nos projets de mariage. Malgré notre manque d’argent, nous avons décidé de fixer une date mais nous n’arrivions pas à en décider. Nous nous sommes mis d’accord pour qu’elle demande à son évêque quelles étaient les dates libres sur les calendriers de paroisse et de pieu. Des deux dates proposées, nous avons choisi le 27 septembre 2014, ce qui voulait dire qu’il nous restait à peine sept semaines jusqu’au jour du mariage !

Priscilla m’a demandé : « Obim [qui signifie « mon cœur » en ibo], as-tu de l’argent ? Il reste peu de temps. »

J’ai répondu : « Non, mais j’ai de la foi. »

Elle a ri et dit : « C’est bien. Jeûnons et prions. » Paraphrasant 1 Néphi 3:7, elle a ajouté : « Le Seigneur nous préparera la voie parce qu’il nous a commandé de nous marier. »

Cette semaine-là, j’ai été payé pour un travail que j’avais effectué des mois auparavant. Ensuite, Priscilla m’a dit qu’elle voulait créer une entreprise pour réunir davantage de fonds. Avec l’argent que j’avais gagné, elle a acheté des sacs à main de femme usagés et les a revendus. Après avoir acheté certains des articles de sa liste, il lui restait encore le double de la somme que je lui avais donnée.

Pendant ce temps, je ne trouvais aucun emploi. Toutes les promesses d’embauche tombaient à l’eau. Il restait deux semaines et nous avions encore quelques achats à faire. Ma fiancée proposait de reporter la date. Je me suis contenté de dire : « Un miracle va arriver. »

Deux jours avant notre mariage, le miracle s’est produit : j’ai été payé pour un travail effectué plus de deux semaines plus tôt. J’apprenais aussi qu’avec notre foi et notre travail acharné, le Seigneur nous permet d’atteindre nos objectifs justes.

Nous sommes allés à la banque encaisser le chèque et de là au marché pour terminer nos achats sous une pluie battante que nous avons considérée comme l’approbation céleste de notre acte de foi.

Moins de vingt-quatre heures plus tard, nous étions mariés. Lorsqu’on nous a demandé d’échanger nos vœux, j’ai éprouvé un sentiment que je n’avais encore jamais éprouvé. Je me sentais tellement accompli que je croyais dès lors pouvoir tout faire par la foi. Plus tard, nous avons été scellés dans le temple d’Accra, au Ghana.

Bien qu’il faille une certaine somme d’argent pour se préparer au mariage, la chose la plus importante dont vous ayez besoin, c’est de foi.