2018
Chemins vers le bonheur véritable
précédent suivant

Chemins vers le bonheur véritable

Tiré d’un discours intitulé « Des chemins vers le bonheur », prononcé le 8 juin 2017 à l’université Brigham Young-Hawaï.

Puissions-nous tous décider d’aimer le Seigneur et de suivre ses chemins vers le bonheur.

Couples

Plus que tout, notre Père céleste désire notre bonheur, véritable et durable.

« Notre bonheur est la raison d’être de toutes les bénédictions qu’il nous accorde : les enseignements de l’Évangile, les commandements, les ordonnances de la prêtrise, les relations familiales, les prophètes, les temples, les beautés de la création, et même la possibilité de rencontrer de l’adversité. […] Il a envoyé son Fils bien-aimé accomplir l’Expiation afin que nous puissions être heureux dans cette vie et recevoir une plénitude de joie dans les éternités1. »

Partout, les gens sont à la recherche de quelque chose. À leur manière, ce qu’ils recherchent réellement, c’est le bonheur. Cependant, comme pour la vérité, beaucoup sont empêchés d’y accéder « parce qu’ils ne savent pas où l[e] trouver » (D&A 123:12).

Du fait qu’ils ne savent pas où trouver le bonheur véritable et durable, ils le recherchent dans ce qui, en réalité, n’apporte qu’un plaisir temporaire : les achats, la recherche des honneurs et des louanges du monde par des comportements inconvenants ou la polarisation sur la beauté et l’attrait physiques.

On confond souvent le plaisir et le bonheur. Il semble que plus les gens recherchent le plaisir éphémère, plus ils sont malheureux. Généralement, le plaisir ne dure pas longtemps.

Comme le président McKay (1873-1970) l’a dit, « vous pouvez éprouver ce plaisir éphémère, oui, mais vous ne pouvez pas trouver la joie, vous ne pouvez pas trouver le bonheur. Le bonheur ne se trouve que sur ce sentier bien battu, aussi étroit soit-il, bien que droit, qui conduit à la vie éternelle2 ».

Malheureusement pour beaucoup, le bonheur est hors d’atteinte. Les chercheurs savent que « le bonheur n’est pas simplement le fruit d’un esprit positif, mais un état de bien-être qui comprend le fait de mener une bonne vie, c’est-à-dire une vie qui a du sens et qui procure une satisfaction profonde3 ».

Des études montrent que bondir d’une expérience à l’autre ne produit pas le bonheur. Au contraire, il est habituellement le résultat d’un effort soutenu dans le temps pour obtenir quelque chose de plus important dans la vie. Le bonheur est le produit d’habitudes, de comportements et de modes de pensée sur lesquels nous pouvons délibérément agir. Une grande partie de notre bonheur est en réalité « sous notre contrôle personnel4 ».

Réfléchissons à l’importance de certains des chemins du bonheur indiqués dans les Écritures et enseignés par les prophètes et apôtres actuels. En positionnant fidèlement et fermement nos pas sur ces chemins, nous trouverons le bonheur pendant le voyage qui nous attend.

La vertu

Le premier de ces chemins est la vertu, qui est un mode de pensée et de comportement basé sur des principes moraux élevés. Elle englobe la chasteté et la pureté morale, qui vous qualifient pour entrer dans les saints temples du Seigneur. Les gens vertueux possèdent une dignité tranquille et une force intérieure. Ils sont confiants parce qu’ils sont dignes de recevoir le Saint-Esprit et d’être guidés par lui. La vertu naît dans le cœur et dans l’esprit et elle résulte de l’accumulation de milliers de petites décisions et actes quotidiens.

« Que la vertu orne sans cesse tes pensées ; alors ton assurance deviendra grande en la présence de Dieu, et la doctrine de la prêtrise se distillera sur ton âme comme la rosée des cieux.

Le Saint-Esprit sera ton compagnon constant et ton sceptre, un sceptre immuable de justice et de vérité ; et ta domination sera une domination éternelle et, sans moyens de contrainte, elle affluera vers toi pour toujours et à jamais » (D&A 121:45-46).

Le président Monson (1927-2018) a enseigné ce qui suit : « Nulle amitié n’est plus précieuse qu’une conscience pure, que la pureté morale. Et quel magnifique sentiment que de savoir que vous êtes à la place qui vous est désignée, pur et habité par la confiance que vous êtes digne de l’occuper5. »

L’intégrité

Un deuxième chemin du bonheur est l’intégrité. Richard G. Scott (1928-2015), du Collège des douze apôtres, a enseigné :

« Sachez que le bonheur durable vient de ce que l’on est, non pas de ce que l’on a.

« La véritable joie est le produit de la droiture, qui se cultive en prenant constamment des décisions justes. […] Les décisions justes que vous prenez déterminent votre personnalité et l’échelle de vos valeurs. Elles permettent de faire ce qui est juste plus facilement. Pour votre bonheur à présent et tout au long de la vie, obéissez résolument au Seigneur6. »

En étudiant les Écritures, nous découvrons que les promesses que le Seigneur nous a faites nous incitent à mener une vie juste. Elles nourrissent notre âme en nous donnant de l’espoir et en nous encourageant à ne pas abandonner, même lorsque nous sommes en butte à des problèmes quotidiens dus à notre vie dans un monde où les valeurs morales déclinent. Nous devons donc nous assurer que nos pensées, nos paroles et nos actes nous font avancer le long du chemin de retour vers notre Père céleste.

La fidélité

Un troisième chemin vers le bonheur est la fidélité. Il est essentiel de comprendre que Dieu nous bénit selon notre foi, laquelle est la source d’une vie dotée d’un objectif divin et d’une perspective éternelle. La foi est un principe pratique qui suscite la diligence. Elle se manifeste dans notre attitude positive et dans notre désir de faire de bon cœur tout ce que Dieu et Jésus-Christ attendent de nous. C’est elle qui nous pousse à nous mettre à genoux pour implorer le Seigneur de nous guider et qui nous encourage à nous relever et à agir avec confiance pour accomplir ce qui est conforme à sa volonté.

Le long de votre voyage, vous serez éprouvés pour voir si vous ferez tout ce que le Seigneur, votre Dieu, vous commandera (voir Abraham 3:25). Cela fait partie de l’expérience dans la condition mortelle. Cela exigera que vous marchiez résolument avec une foi constante dans le Christ, conduits par l’Esprit et certains que Dieu pourvoira à vos besoins.

Souvenez-vous que votre foi ne doit pas faiblir, même dans les moments de grandes difficultés. Si vous êtes constants, le Seigneur accroîtra votre faculté de vous élever au-dessus des épreuves de la vie. Il vous donnera la force de maîtriser les impulsions négatives et vous acquerrez la capacité de surmonter ce qui peut sembler être des obstacles infranchissables.

La sainteté

Provo City Center Temple

La sainteté, un autre chemin vers le bonheur, est liée à la perfection spirituelle et morale. La sainteté dénote la pureté du cœur et des intentions. Comment pouvons-nous œuvrer chaque jour pour nous nourrir spirituellement afin d’acquérir une personnalité aussi divine ?

Le président Lee (1899-1973) a répondu : « Nous développons notre être spirituel par la pratique. […] Nous devons exercer quotidiennement notre esprit en priant, en faisant chaque jour de bonnes actions et en partageant avec les autres. Nous devons nourrir chaque jour notre esprit en étudiant les Écritures, en [tenant la soirée familiale], en assistant aux réunions et en prenant la Sainte-Cène. […]

« Le juste s’efforce de s’améliorer sachant qu’il a besoin de se repentir quotidiennement7. »

Un autre élément important de la sainteté est lié au fait de contracter et de respecter les alliances du temple. Si nous sommes fidèles, ces alliances peuvent nous élever au-delà des limites de notre pouvoir et de notre compréhension. Si nous sommes fidèles aux ordonnances et aux alliances que nous faisons devant notre Père céleste et Jésus-Christ dans le temple, nous pouvons recevoir toutes les bénédictions de l’Évangile de Jésus-Christ qui sont promises. Le modèle pour vivre heureux comprend, entre autres, la construction d’un temple dans lequel on peut adorer Dieu et faire alliance avec le Seigneur (voir 2 Néphi 5:16, 27).

L’élément clé de ce chemin est que nous devons faire très attention à cultiver la spiritualité et à être moralement purs.

L’obéissance

Le respect de tous les commandements de Dieu est lié aux autres chemins vers le bonheur. Après s’être séparés des Lamanites, les Néphites ont prospéré extrêmement en respectant en tout les ordonnances, les lois et les commandements « du Seigneur, selon la loi de Moïse » (2 Néphi 5:10). Ce modèle est un autre élément important d’une vie heureuse.

Le président Monson a enseigné : « Lorsque nous respectons les commandements, notre vie est plus heureuse, plus enrichissante et moins compliquée. Nos difficultés et nos problèmes seront plus faciles à supporter et nous recevrons les bénédictions que [Dieu] a promises8. » Il a aussi dit : « La connaissance que nous recherchons, les réponses auxquelles nous aspirons ardemment, et la force que nous désirons aujourd’hui pour affronter les difficultés d’un monde complexe et changeant peuvent être nôtres si nous obéissons volontiers aux commandements de Dieu9. »

Le Sauveur nous supplie :

« Si vous m’aimez, gardez mes commandements […]

« Celui qui a mes commandements et qui les garde, c‘est celui qui m’aime ; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père, je l’aimerai, et je me ferai connaître à lui » (Jean 14:15, 21).

L’altruisme et l’amour

Le chemin par excellence qui mène au bonheur est celui de l’altruisme et de l’amour, l’amour rempli de sollicitude, d’intérêt et de charité pour toutes les âmes vivantes. L’amour est le chemin direct vers un bonheur qui enrichira et améliorera notre vie et celle des autres. Cela signifie, comme le Sauveur l’a dit, que nous fassions preuve d’amour même envers nos ennemis (voir Matthieu 5:44).

Ainsi, nous respecterons le plus grand commandement, qui est d’aimer Dieu. Nous nous élèverons au-dessus des vents contraires, au-dessus du sordide, du contre-productif et de l’amer. Nous n’obtenons le bonheur véritable et durable que lorsque nous décidons d’aimer « le Seigneur, [notre] Dieu, de tout [notre] cœur, de toute [notre] âme, et de toute [notre] pensée » (Matthieu 22:37 ; voir aussi Deutéronome 6:5 ; Marc 12:30 ; Luc 10:27).

Puissions-nous tous décider d’aimer le Seigneur et de suivre ses chemins vers le bonheur, ce qui est « l’objet et le but de notre existence10 ».

Notes

  1. « Bonheur », Sujets de l’Évangile, topics.lds.org

  2. David O. McKay, Conference Report, octobre 1919, p. 180.

  3. « Happiness », Psychology Today, psychologytoday.com/basics/happiness.

  4. « Happiness », Psychology Today.

  5. Thomas S. Monson, « Exemples de droiture », Le Liahona, mai 2008, p. 65.

  6. Voir Richard G. Scott, « Prendre les bonnes décisions », L’Étoile, juillet 1991, p. 34.

  7. Enseignements des présidents de l’Église : Harold B. Lee, 2000, p. 176, 178.

  8. Thomas S. Monson, « Respectez les commandements », Le Liahona, novembre 2015, p. 83.

  9. Thomas S. Monson, « L’obéissance, source de bénédictions », Le Liahona, mai 2013, p. 92.

  10. Joseph Smith, History of the Church, 5:134.