2018
L’intégrité : ce qui donne l’autorisation aux autres d’être au meilleur d’eux-mêmes
précédent suivant

L’intégrité : ce qui donne l’autorisation aux autres d’être au meilleur d’eux-mêmes

Comme bien des adolescents Saints des Derniers Jours en Afrique, j’étais parmi une poignée de membres de l’Église dans mon lycée. Je me suis habituée à partager mes croyances avec mes amies, et j’étais connue pour avoir un certain nombre de normes. Heureusement pour moi, je ne me souviens pas être jamais ostracisée pour être différente. Dans certains cas, j’étais respectée et admirée. Mes amies m’ont considérée comme une sorte d’ancre durant une période souvent difficile et confuse de leur vie.

Un jour, pendant la dernière année de lycée, je me suis jointe à un groupe d’amies pour regarder un film. Lorsque nous avons acheté nos billets, l’affiche du film n’a pas donné une indication de la classification du film. Un peu naïvement, j’ai décidé d’acheter un billet de toute façon dans l’espoir que le film serait régulier.

Deux minutes après le début du film, j’ai réalisé que mes espoirs étaient vains. La scène d’ouverture était scandaleusement vulgaire. Lorsque j’ai couvert mes yeux de mes mains, j’ai réalisé qu’il n’y avait qu’une chose à faire : sortir. J’étais vers la fin d’une longue ligne de gens, dont certains auxquels je tenais à faire une impression positive. Il n’y avait aucune façon de faire une sortie discrète. Mais il était aussi impossible de rester assise dans ce cinéma et être fidèle à moi-même.

Le cœur battant très vite, je me suis penchée vers une amie et j’ai chuchoté : « Je te verrai dehors. »

Saisissant mon pop-corn, je me suis frayée un chemin dans l’obscurité noire devant la longue rangée d’amies. De retour à la lumière du guichet, je me demandais comment passer les prochaines heures en attendant les autres. À ma grande surprise, j’ai aussitôt entendu des pas derrière moi.

Une de mes amies est apparue, souriante. « Je n’ai pas aimé ce film non plus », a-t-elle dit. Trente secondes plus tard, nous avons entendu une deuxième paire de pas, puis une troisième. Après quelques minutes, un grand groupe d’entre nous s’était formé.

J’ai regardé autour de moi, incroyable. Quand j’ai décidé de sortir, il m’était impossible de prédire que plus de la moitié de mon groupe d’amies souhaitaient discrètement pouvoir sortir aussi.

Marianne Williamson a dit : « Lorsque nous laissons notre propre vie briller, nous donnons inconsciemment autorisation aux autres de faire la même chose. »

La même année, un des amis de mon cercle a décidé d’arrêter de boire de l’alcool. Il ne l’a dit à personne, mais au cours de plusieurs mois, il a réussi à se débarrasser de l’habitude. Plus tard, il m’a dit : « quand les choses sont devenues difficiles, je me demandais ‘que feriez-vous [Ruth Randall] ?’ »

J’ai été choquée par le degré d’influence que j’avais inconsciemment eu dans sa vie.

Le blog d’autonomie nous dit :

« L’intégrité est contagieuse. Quand nous vivons selon ses principes, les autres s’accrocheront, en particulier notre famille. L’une des plus grandes bénédictions que nous puissions leur donner est de vivre une vie d’intégrité et de leur apprendre à la développer. »

Des années plus tard, en tant que mère, j’essaie de vivre selon ces principes. À certains égards, il est devenu beaucoup plus difficile d’être un parfait exemple d’intégrité, car mon public (mes enfants) me surveille constamment, à chaque instant, chaque jour. Ils ne sont pas seulement sensibles à mes actions, mais aussi à mon attitude, à mon humeur et même à ma motivation. Mon « intégrité » doit exceller ce que je pose comme exemple. Cela doit devenir ce que je suis.

Le blog enseigne que l’intégrité est la clé du progrès personnel.

« Nous assistons au culte chaque semaine et renouvelons nos alliances lorsque nous prenons la Sainte-Cène, nous repentant des péchés que nous avons commis durant la semaine. Mais si nous n’examinons pas bien notre vie et ne prenons pas des mesures pour nous améliorer, alors nous répéterons sans cesse les mêmes erreurs. Il faut de l’intégrité personnelle pour progresser. »

Hélaman 3:35 me fournit des outils personnels pour appliquer les principes d’intégrité et de progrès personnel.

Les Néphites, à ce stade, un groupe de peuple juste, « jeûnaient et priaient souvent, et devenaient de plus en plus forts dans leur humilité, et de plus en plus fermes dans la foi au Christ, au point que cela leur remplissait l’âme de joie et de consolation, oui, au point que cela leur purifiait et leur sanctifiait le cœur, sanctification qui venait de ce qu’ils avaient livré leur cœur à Dieu. »

Lorsque nous livrons notre cœur à Dieu, je trouve que non seulement je peux être fidèle à moi-même, mais que mon « moi » devient de plus en plus semblable à Dieu que j’écoute.