Institut
Leçon 22 Documentation pour se préparer au cours : Le mariage plural
Téléchargements
Tout le livre (PDF)
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

« Leçon 22 Documentation pour se préparer au cours : Le mariage plural », Les fondements du Rétablissement, documentation pour l’instructeur, 2019

« Leçon 22 Documentation pour se préparer au cours », Les fondements du Rétablissement, documentation pour l’instructeur

Leçon 22 Documentation pour se préparer au cours

Le mariage plural

Le Seigneur a enseigné à Abraham que l’un des buts de la condition mortelle est de mettre « à l’épreuve » les enfants de Dieu « pour voir s’ils feront tout ce que le Seigneur, leur Dieu, leur commandera » (Abraham 3:25). Certains des commandements de Dieu peuvent paraître très difficiles, en particulier lorsqu’ils vont à l’encontre des usages culturels ou de nos propres attentes. Pendant votre étude, méditez sur ce que vous apprenez de la foi et de l’obéissance extraordinaires de Joseph Smith, le prophète, et des premiers saints lorsqu’ils ont reçu le commandement du Seigneur de pratiquer le mariage plural.

Section 1

Pourquoi Joseph Smith et un grand nombre des premiers saints ont-ils pratiqué le mariage plural ?

Dès 1831, pendant qu’il travaillait à la traduction inspirée de l’Ancien Testament, Joseph Smith a prié pour comprendre pourquoi certains prophètes anciens et certains rois israélites avaient pratiqué le mariage plural (voir le chapeau de section et le verset 1 de Doctrine et Alliances 132). Le Seigneur donna alors une révélation au prophète.

Étudier pour se préparer au cours

Lisez Doctrine et Alliances 132:34-37.

Au verset 37, le terme concubine désignait, dans l’Ancien Testament, une femme qui était légalement mariée à un homme, mais qui avait un statut social inférieur à l’épouse. La pratique du mariage plural dans notre dispensation ne comportait pas de concubines.

Quelque temps après avoir révélé le principe du mariage plural à Joseph Smith, le Seigneur a commandé au prophète de le vivre et de l’enseigner à d’autres personnes. Bien que nous ne comprenions pas tous les desseins de Dieu en instaurant le mariage plural aux débuts de l’Église, son introduction faisait partie du rétablissement de « toutes choses » (Doctrine et Alliances 132:40, 45 ; voir aussi Actes 3:19-21).

Section 2

Que savons-nous de l’expérience de Joseph Smith relativement au mariage plural ?

Des personnes proches de Joseph Smith ont rapporté qu’il leur avait dit qu’un ange de Dieu lui était apparu pas moins de trois fois entre 1834 et 1842 et lui avait commandé de s’engager dans le mariage plural. « Des preuves fragmentaires suggèrent qu’au milieu des années 1830 à Kirtland (Ohio), Joseph Smith a suivi le premier commandement de l’ange en épousant Fanny Alger dans le cadre du mariage plural. […] On sait peu de choses sur ce mariage et rien concernant les conversations entre Joseph et Emma à propos de Fanny Alger. Le mariage avec Fanny Alger s’est terminé par une séparation, après quoi il semble que Joseph ait mis de côté le sujet du mariage plural jusqu’à l’installation de l’Église à Nauvoo (Illinois) » (« Le mariage plural à Kirtland et à Nauvoo », Sujets de l’Évangile, topics.ChurchofJesusChrist.org).

À partir de1841, conformément au commandement du Seigneur, Joseph Smith a épousé d’autres femmes et présenté le principe du mariage plural à un nombre restreint de membres de l’Église.

Eliza R. Snow, qui a été scellée au prophète et a été plus tard la deuxième présidente générale de la Société de Secours, a raconté :

Le prophète Joseph […] a décrit le mal qu’il a eu à surmonter sa répugnance à l’idée de devoir introduire le mariage plural. Il connaissait la voix de Dieu. Il savait que le Tout-Puissant lui commandait d’aller de l’avant. […] Il savait qu’il n’avait pas seulement à combattre et à vaincre ses préjugés et ses idées préconçues personnels, mais c’étaient aussi ceux du monde chrétien tout entier qui l’attendaient ; mais Dieu, qui est au-dessus de tout, avait commandé et il fallait lui obéir. (Eliza R. Snow, dans Biography and Family Record of Lorenzo Snow, 1884, p. 69)

Méditer pour se préparer au cours

Qu’est-ce que la disposition de Joseph Smith à obéir à ce commandement si difficile révèle sur sa foi et sa personnalité ?

Une des raisons de notre compréhension limitée de la pratique du mariage plural par Joseph Smith est que lui et les autres personnes qui suivaient ce principe à Nauvoo l’ont rarement mentionné dans des écrits. De nombreux détails de la pratique du mariage plural furent gardés secrets et les documents historiques ne répondent pas à toutes nos questions.

Un des Essais sur les sujets de l’Évangile nous apprend ce qui suit :

Pendant la période où le mariage plural fut pratiqué, les saints des derniers jours faisaient la distinction entre les scellements pour le temps et l’éternité et les scellements pour l’éternité seulement. Les scellements pour le temps et l’éternité comportaient des engagements et des relations pendant cette vie, et incluaient généralement la possibilité de relations sexuelles. Les scellements pour l’éternité seulement indiquaient des relations dans l’au-delà seulement. […]

Certaines des femmes qui furent scellées à Joseph Smith témoignèrent plus tard que leur mariage était pour le temps et l’éternité. D’autres dirent que leur relation était pour l’éternité seulement.

La plupart des femmes scellées à Joseph Smith avaient entre vingt et quarante ans au moment de leur scellement. La plus âgée, Fanny Young, avait cinquante-six ans. La plus jeune était Helen Mar Kimball, […] qui fut scellée à Joseph quelques mois avant son quinzième anniversaire. Le mariage à ce jeune âge, inconvenant selon les critères d’aujourd’hui, était légal à l’époque, et certaines femmes se mariaient au milieu de l’adolescence. Helen Mar Kimball dit de son scellement à Joseph qu’il était ‘pour l’éternité seulement’, suggérant qu’il ne comportait pas de relations sexuelles. […]

[…] Plusieurs femmes déjà mariées furent scellées à Joseph Smith. Aucune de ces femmes ni Joseph ne donnèrent beaucoup d’explications sur ces scellements, quoique plusieurs femmes aient dit qu’ils étaient pour l’éternité seulement. […]

Il y a plusieurs explications possibles à cette pratique. Il se peut que ces scellements aient fourni un moyen de constituer un lien éternel entre la famille de Joseph et d’autres familles de l’Église. […]

Ces scellements peuvent aussi s’expliquer par la réticence de Joseph à contracter des mariages pluraux à cause du chagrin que cela aurait causé à sa femme, Emma. Peut-être croyait-il qu’en étant scellé à des femmes mariées, il se conformerait au commandement du Seigneur sans devoir avoir avec elles une relation conjugale normale. […]

Une autre possibilité est que, à une époque où la durée de la vie était plus courte qu’aujourd’hui, les femmes fidèles avaient grand-hâte d’être scellées par l’autorité de la prêtrise. Plusieurs de ces femmes étaient mariées à des non-mormons ou à d’anciens mormons, et plus d’une d’entre elles dit plus tard qu’elle était malheureuse dans son mariage actuel. Vivant à une époque où il était difficile d’obtenir le divorce, ces femmes croyaient peut-être qu’un scellement à Joseph Smith leur donnerait des bénédictions que, sans cela, elles ne recevraient peut-être pas dans l’au-delà. […]

[…] Après la mort de Joseph Smith, la plupart des femmes scellées à lui partirent en Utah avec les saints, restèrent des membres fidèles de l’Église et défendirent le mariage plural et Joseph. (« Le mariage plural à Kirtland et à Nauvoo », topics.ChurchofJesusChrist.org)

Section 3

Comment les membres de l’Église ont-ils réagi au principe du mariage plural ?

La pratique du mariage plural fut aussi curieuse et difficile pour la plupart des premiers saints qu’elle le serait pour les membres de l’Église aujourd’hui. « Dans de nombreuses parties du monde, la polygamie était socialement acceptable et était permise par la loi. Mais aux États-Unis, la plupart des gens pensaient que cette pratique était immorale » (« Le Manifeste et la fin du mariage plural », Sujets de l’Évangile, topics.ChurchofJesusChrist.org). Le commandement de pratiquer le mariage plural « fut l’un des aspects les plus difficiles du Rétablissement, pour Joseph personnellement et pour d’autres membres de l’Église. […] Pour Emma, la femme de Joseph Smith, ce fut une épreuve déchirante. […] Elle changea plusieurs fois d’avis sur le mariage plural, tantôt le soutenant, tantôt le dénonçant » (« Le mariage plural à Kirtland et à Nauvoo », topics.ChurchofJesusChrist.org).

Il n’était pas attendu de tous les saints des derniers jours qu’ils pratiquent le mariage plural. Quelques membres qui s’efforcèrent d’obéir à ce principe eurent la bénédiction de recevoir un témoignage spirituel qui leur donna le courage de s’engager dans la pratique. Les expériences de deux de ces membres sont résumées ici :

Brigham Young dit du jour où il apprit la pratique du mariage plural : « C’est la première fois de ma vie que j’ai désiré mourir. » Il ajouta : « J’ai dû prier sans cesse et exercer ma foi, et le Seigneur m’en a révélé la vérité et cela m’a convaincu. » […]

Lucy Walker raconta combien elle fut bouleversée quand Joseph Smith l’invita à devenir sa femme : « Toute mon âme se révoltait à cette idée. » Cependant, après plusieurs nuits sans repos passées à genoux, en prière, elle fut soulagée quand sa chambre « s’emplit d’une sainte influence semblable à la lumière du soleil la plus brillante ». Elle dit : « Mon âme s’emplit d’une paix douce et calme que je n’avais jamais connue et un bonheur sublime prit possession de tout mon être ».

Tous n’eurent pas des expériences semblables. Certains saints des derniers jours rejetèrent le principe du mariage plural et quittèrent l’Église, d’autres refusèrent de le pratiquer, mais restèrent fidèles. Cependant, chez beaucoup de femmes et d’hommes, à la révulsion et à l’angoisse initiales succédèrent le combat, la résolution, et, enfin, la lumière et la paix. Des expériences sacrées permirent aux saints d’aller de l’avant avec foi. (« Le mariage plural à Kirtland et à Nauvoo », topics.ChurchofJesusChrist.org)

Méditer pour se préparer au cours

En quoi ces expériences des premiers membres de l’Église sont-elles utiles à quelqu’un qui se demande si Joseph Smith agissait comme un prophète inspiré de Dieu quand il a instauré la pratique du mariage plural ?

Section 4

Comment la pratique du mariage plural au sein de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours a-t-elle pris fin ?

En 1844, peu après la mort de Joseph Smith, les saints émigrèrent vers la vallée du lac Salé, dans l’ouest des États-Unis, où les membres de l’Église finirent par pratiquer le mariage plural ouvertement. Des années 1860 à 1880, le gouvernement des États-Unis vota des lois prohibant la pratique et punissant lourdement les personnes qui ne se conformeraient pas à ces lois, notamment en les condamnant à la prison. En septembre 1890, après avoir recherché les conseils du Seigneur et reçu ses instructions, Wilford Woodruff, alors président de l’Église, prépara une déclaration appelée « Le Manifeste » (Déclaration officielle 1), qui conduisit finalement à l’abandon de la pratique du mariage plural par les membres de l’Église.

Un petit nombre de saints des derniers jours continua à contracter de nouveaux mariages pluraux après la publication du Manifeste. Lors de la conférence générale d’avril 1904, Joseph F. Smith publia un second manifeste annonçant que « tous les mariages [pluraux] [étaient] interdits, et [que] si l’un des officiers ou membres de l’Église pren[ait] la responsabilité de célébrer ou de contracter un mariage de cette nature, il ser[ait] […] excommunié » (dans Conference Report, avril 1904, p. 75). Cette règle est toujours d’application aujourd’hui.

Section 5

Le mariage plural est-il une condition requise à l’exaltation ?

Marcus B. Nash, des soixante-dix, a enseigné :

Certaines personnes [se sont méprises sur les Écritures] et d’après elles, le mariage plural est nécessaire à l’exaltation. […] Cependant, cela n’est pas corroboré par les révélations. […] La vie éternelle est promise au couple monogame qui est scellé par l’autorité de la prêtrise et qui respecte l’alliance, sans autre condition ou obligation [voir Doctrine et Alliances 132:19]. […] L’Église confirme que la monogamie est la règle de Dieu en ce qui concerne le mariage, sauf quand il l’autorise ou le commande par l’intermédiaire de son prophète. L’Église n’enseigne pas qu’il est nécessaire de contracter un mariage plural pour obtenir l’exaltation. (Uniquement en anglais « The New and Everlasting Covenant », Ensign, décembre 2015, p. 44, 46 ; N.D.T. « La nouvelle alliance éternelle »)

Encore une fois, nous ne comprenons pas tous les desseins de Dieu concernant l’instauration du mariage plural aux débuts de l’Église. Mais les saints des derniers jours d’aujourd’hui respectent les sacrifices et les efforts dévoués accomplis par celles et ceux qui ont adopté cette pratique conformément au commandement de Dieu.

Notez vos pensées

D’après ce que vous avez appris, en quoi la pratique du mariage plural par les premiers saints de cette dispensation était-elle une indication de leur foi, de leur confiance et de leur amour pour le Seigneur ?