Institut
Leçon 19 Documentation pour se préparer au cours : La rédemption des morts
Téléchargements
Tout le livre (PDF)
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

« Leçon 19 Documentation pour se préparer au cours : La rédemption des morts », Les fondements du Rétablissement, documentation pour l’instructeur, 2019

« Leçon 19 Documentation pour se préparer au cours », Les fondements du Rétablissement, documentation pour l’instructeur

Leçon 19 Documentation pour se préparer au cours

La rédemption des morts

Pensez à une occasion où quelqu’un a fait quelque chose pour vous que vous ne pouviez pas faire seul(e). Quels ont été vos sentiments vis-à-vis de cette personne ? Pendant votre étude, réfléchissez à ce que les membres de votre famille décédés doivent ressentir à votre égard lorsque vous accomplissez pour eux ce qu’ils ne peuvent pas faire pour eux-mêmes, à savoir les ordonnances essentielles à leur salut.

Section 1

Qu’arrive-t-il aux personnes qui meurent sans connaître l’Évangile ?

Remarque : Au lieu de lire cette première section de la leçon, vous pouvez choisir de regarder cette vidéo et de méditer ensuite sur les questions à la fin de la section.

À l’âge de dix-sept ans, Joseph Smith eut le cœur brisé suite à la mort soudaine de son frère Alvin, qu’il aimait et admirait énormément. La famille demanda à un pasteur presbytérien de Palmyra, dans l’État de New York, de diriger son service funèbre. Comme Alvin n’avait pas été membre de l’assemblée du pasteur, ce dernier affirma dans son sermon qu’Alvin ne pouvait être sauvé. William Smith, frère cadet de Joseph, raconta : « [Le pasteur] […] laissa fortement entendre qu’Alvin était allé en enfer, car il n’était pas membre d’une Église. Mais c’était un bon garçon et cela déplut fort à mon père » (Enseignements des présidents de l’Église : Joseph Smith, 2007, p. 431, 433).

La réponse du pasteur concernant la mort d’Alvin a pu sembler dure. Cependant, son enseignement était fondé sur la vérité que tout le monde doit accepter le Christ et être baptisé pour être sauvé (voir Jean 3:5).

En janvier 1836, plus de douze ans après la mort d’Alvin, Joseph Smith, le prophète, s’est réuni avec son père et d’autres dirigeants de l’Église dans la salle à l’étage du temple de Kirtland presque terminé. Au cours de cette réunion, le prophète a eu une vision de l’avenir, maintenant rapportée dans Doctrine et Alliances 137.

Étudier pour se préparer au cours

Lisez Doctrine et Alliances 137:1, 5-8.

Joseph « s’émerveilla » à la vue de son frère Alvin dans le royaume céleste, car Alvin n’avait pas été baptisé. Quatre ans plus tard, en août 1840, le prophète a commencé à enseigner aux saints la doctrine du baptême pour les morts. L’apôtre Paul avait enseigné cette doctrine dans le Nouveau Testament avant que le Seigneur ne la rétablisse à notre époque (1 Corinthiens 15:29).

Dans une lettre à son mari, Vilate Kimball a décrit l’enthousiasme des saints à l’égard de cette doctrine nouvellement rétablie :

Le président Smith a ouvert un sujet nouveau et glorieux. […] Il dit que dans l’Église, il est possible que chacun se fasse baptiser pour tous les membres de sa famille qui sont morts avant que cet Évangile ait été annoncé. […] En agissant ainsi, nous les représentons et leur donnons la possibilité de se lever à la première résurrection. Il dit que l’Évangile leur sera prêché en prison. […] Depuis que cet ordre a été prêché ici, les eaux ont été continuellement agitées. Pendant la conférence, il y avait parfois entre huit et dix anciens dans le fleuve en train de baptiser. […] N’est-ce pas là une doctrine glorieuse ? (Vilate Kimball, dans Janiece Johnson and Jennifer Reeder, The Witness of Women: Firsthand Experiences and Testimonies from the Restoration, 2016, p. 181)

Il ne fait aucun doute que la famille Smith a ressenti une joie immense quand Hyrum s’est fait baptiser pour son frère Alvin.

Méditer pour se préparer au cours

D’après vous, qu’est-ce qui fait de la rédemption des morts « une doctrine glorieuse » ? Qu’est-ce que cette doctrine vous enseigne sur la nature et les désirs de notre Père céleste et de son Fils, Jésus-Christ ?

L’année suivante, en 1841, le Seigneur a déclaré : « Cette ordonnance appartient à ma maison », et il a commandé qu’une fois que les fonts baptismaux seraient prêts, les saints devraient cesser d’accomplir les baptêmes pour les morts dans le fleuve (voir Doctrine et Alliances 124:29-34). Joseph Smith a fourni des instructions supplémentaires au sujet de la rédemption des morts dans deux lettres écrites aux saints tandis qu’il se cachait pour échapper à de fausses accusations. Le contenu de ces lettres figure à présent dans Doctrine et Alliances 127 et 128. Le prophète a enseigné que ce n’est que lorsqu’elle est accomplie par l’autorité de la prêtrise et qu’un registre correct est tenu qu’une ordonnance de l’Évangile, telle que le baptême pour les morts, est liée sur la terre et dans les cieux (voir Doctrine et Alliances 127:5-7 ; 128:1-9).

Section 2

Qu’est-ce que le Seigneur a révélé d’autre au sujet de la rédemption des morts dans la vision qu’il a donnée à Joseph F. Smith, ancien président de l’Église ?

Après la mort de Joseph Smith, le Seigneur a continué de révéler des vérités, « ligne sur ligne », sur son plan de rédemption des morts (Doctrine et Alliances 98:12). En 1918, Joseph F. Smith a eu une vision qui révéla de nouvelles vérités concernant la rédemption des morts. Cette vision est rapportée dans Doctrine et Alliances 138.

M. Russell Ballard, président du Collège des Douze apôtres, a expliqué comment Joseph F. Smith avait été préparé à recevoir cette vision remarquable :

De son vivant, le président Smith perdit son père [à l’âge de cinq ans], sa mère [à l’âge de treize ans], un frère et deux sœurs, deux épouses et treize enfants. Il connaissait bien le chagrin de perdre des êtres chers.

Cette année [1918] fut particulièrement douloureuse pour lui. Il éprouvait du chagrin en songeant aux morts de la Grande Guerre, dont le nombre continua de grimper jusqu’à dépasser vingt millions. En outre, une épidémie de grippe se répandait dans le monde. Elle coûta la vie à plus de cent millions de personnes.

Au cours de cette année-là, le président Smith perdit aussi trois autres membres précieux de sa famille. Hyrum Mack Smith, du Collège des douze apôtres, qui était son fils aîné et mon grand-père, mourut soudain d’une rupture de l’appendice.

Le président Smith écrivit : « Je suis sans voix, [paralysé] par la douleur !… Mon cœur est brisé et peine à vivre ! […] Ô ! Je l’aimais ! Je remercie Dieu pour lui des tréfonds de mon âme ! Mais… Ô ! J’avais besoin de lui ! Nous avions tous besoin de lui ! Il était tellement utile à l’Église. […] Et maintenant… Ô ! que faire ! Ô ! Dieu, aide-moi ! […] »

Et c’est ainsi que le 3 octobre 1918, ayant éprouvé un immense chagrin suite à la mort de millions de personnes des effets de la guerre et de la maladie, et au décès des membres de sa famille, le président Smith reçut la révélation divine appelée « la vision de la rédemption des morts ». (M. Russell Ballard, « La vision de la rédemption des morts », Le Liahona, novembre 2018, p. 72)

Joseph F. Smith a reçu sa vision divine tandis qu’il méditait sur le sacrifice expiatoire du Sauveur et lisait la description faite par l’apôtre Paul du ministère de Jésus dans le monde des esprits après sa crucifixion (voir Doctrine et Alliances 138:1-11).

Joseph F. Smith avec son fils Hyrum et son petit-fils Joseph.

Étudier pour se préparer au cours

Lisez Doctrine et Alliances 138:30, 33-34, 57 et pensez à marquer ce que le Seigneur enseigne au président Smith sur la façon dont l’Évangile est prêché dans le monde des esprits.

À une autre occasion, le président Smith a enseigné que les femmes fidèles sont aussi appelées à prêcher l’Évangile dans le monde des esprits (voir Doctrine de l’Évangile, 1re édition française, 1982, p. 388).

Section 3

Comment le fait de participer à l’œuvre de rédemption des morts m’aide-t-il à me rapprocher du Sauveur ?

D. Todd Christofferson, du Collège des douze apôtres, a enseigné :

Le président Hinckley a dit : « Je pense que l’œuvre que nous effectuons par procuration pour les morts se rapproche davantage du sacrifice que le Sauveur a fait pour nous que toutes les autres œuvres que je connais. […] » [« Excerpts from Recent Addresses of President Gordon B. Hinckley », Ensign, janvier 1998, p. 73]

Notre souci de racheter les morts et le temps et les moyens que nous consacrons à cet engagement sont, avant tout, l’expression de notre témoignage de Jésus-Christ. C’est la citation la plus puissante que nous puissions faire concernant sa nature et sa mission divines. […]

En identifiant nos ancêtres et en accomplissant pour eux les ordonnances salvatrices qu’ils ne peuvent accomplir eux-mêmes, nous témoignons de la portée infinie de l’expiation de Jésus-Christ. (D. Todd Christofferson, « La rédemption des morts et le témoignage de Jésus », Le Liahona, janvier 2001, p. 12)

Méditez et discutez pour vous préparer au cours

Comment le fait de participer à l’œuvre de rédemption des morts est-il une expression de votre témoignage de Jésus-Christ et de son expiation ?

Si vous le pouvez, demandez à un membre de votre famille ou à un ami de raconter une expérience qu’il a eue en faisant l’œuvre de l’histoire familiale. Posez des questions sur la manière de commencer ou d’être plus efficace à cette tâche. Allez en classe prêt(e) à faire part de ce que vous avez appris.