Le Liahona
Message d’espoir pour les personnes en prison
Téléchargements
Tout le livre (PDF)
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

Message d’espoir pour les personnes en prison

La lumière de Dieu peut faire partie de votre avenir.

Illustrations David Green

Il y a des années, je suis allé dans une prison où j’ai rencontré un homme appelé Eric. Cela faisait dix-sept ans qu’il était détenu. Eric manquait rarement l’église. Il priait souvent avec les autres et aidait beaucoup de gens à connaître les Écritures. Quand je l’ai rencontré, il avait de graves problèmes de santé. Je lui ai parlé dans sa chambre à l’hôpital de la prison.

Au cours de notre conversation, Eric m’a dit qu’il était reconnaissant aux nombreux membres de l’Église qui lui avaient apporté leur soutien au cours des années. Il a exprimé son témoignage de Jésus-Christ et sa foi en lui. Ensuite, dans un murmure, il a dit qu’il y avait toujours beaucoup de journées où il se sentait oublié et seul. Nous avons parlé encore un moment, avons prié ensemble et nous sommes séparés bons amis. Quelques heures plus tard, j’ai appris d’Eric était décédé.

Son parcours dans la condition mortelle avait été éprouvant, mais il avait fini par connaître et aimer notre Père céleste, Jésus-Christ, et lui-même. Et c’est cela qui compte. Je ne crois pas que, dans l’éternité, ce soient l’endroit ou la manière qui nous auront permis de trouver Jésus qui compteront. Ce qui aura de l’importance, c’est ce que chacun de nous aura fait de sa vie après l’avoir trouvé.

Les circonstances et les choix qui ont conduit à votre incarcération ne doivent pas obligatoirement définir votre vie. Vous pouvez avoir commis des fautes, petites et grandes. Vous pouvez avoir commis un délit, une ou plusieurs fois. Cela fait partie de votre passé mais votre passé ne décide pas de votre avenir. Vous avez le pouvoir de faire des choix qui vous apporteront du bonheur, même dans les moments difficiles.

Votre véritable identité

Joy D. Jones, présidente générale de la Primaire, s’est rendue plusieurs fois dans des prisons. Un jour, elle m’a raconté l’histoire suivante :

« Je me souviens de ma première visite dans une prison près de chez moi. En parlant avec un groupe de détenues, j’ai eu le sentiment d’être dans un espace saint parce que je savais qu’elles voulaient sincèrement changer et aller au Christ. Nous avons parlé de notre identité d’enfants de Dieu.

« À un moment, je leur ai parlé de ma petite-fille de deux ans qui, un jour, est venue vers moi en souriant. Avec enthousiasme, elle m’a annoncé : ‘Grand-mère, je suis enfant de Dieu !’ À cet instant, une personne a dit tout doucement : ‘Je me demande ce que ma vie serait aujourd’hui si quelqu’un m’avait dit, quand j’étais jeune, que j’étais une enfant de Dieu.’ »

Sœur Jones a ajouté : « La bonne nouvelle, c’est que nous sommes tous des enfants de Dieu, que nous l’apprenions enfant ou plus tard dans la vie. Il n’est jamais trop tard. Vous n’êtes pas oubliés. Dieu vous connaît. Il vous aime. Son Fils, Jésus-Christ, est notre Sauveur. Il a expié pour chacun d’entre nous. Grâce à cela, Jésus comprend parfaitement notre vie, et nos péchés peuvent nous être complètement pardonnés. Il a dit : ‘« Quand elle t’oublierait, moi je ne t’oublierai point. […] Voici, je t’ai gravée sur mes mains ; tes murs sont toujours devant mes yeux » (1 Néphi 21:15-16). »

Le fait de croire que vous, et toutes les personnes que vous connaissez, êtes enfants de Dieu peut être une source de force intérieure. Si vous acceptez cette vérité et la laissez guider votre vie, vous trouverez une plus grande paix et deviendrez un bon exemple pour les autres.

Rétablir la confiance

Tout au long de la vie, c’est parfois difficile de savoir qui croire mais vous pouvez toujours avoir confiance en votre Père céleste. Les Écritures enseignent que Dieu vous connaît parfaitement. Il vous aime et ne peut mentir1. Si vous avez du mal à faire confiance aux autres, y compris à Dieu, priez à ce sujet. Demandez à votre Père céleste : « M’aimes-tu ? Puis-je avoir confiance en toi ? » Ensuite, soyez à l’écoute de la réponse. Elle peut prendre la forme d’un sentiment de paix ou d’une pensée calme. Elle peut prendre du temps à venir. Mais Dieu répondra à vos prières.

En plus de savoir en qui vous pouvez avoir confiance, il est aussi important que vous deveniez quelqu’un en qui l’on peut avoir confiance. Il se peut qu’il ne soit pas bon que vous ayez des contacts avec les personnes à qui vous avez fait du mal. Néanmoins, analysez les événements passés de leur point de vue, acquérez de la compassion et priez pour elles. Choisissez d’être une personne de confiance dans les nouvelles relations que vous tissez.

La route peut être longue. Je suis reconnaissant de l’encouragement que nous a donné Jeffrey R. Holland, du Collège des douze apôtres : « Continuez à aimer. Continuez à essayer. Continuez à avoir confiance. Continuez à croire. Continuez à progresser. Les cieux vous encourageront aujourd’hui, demain et toujours2. »

Être parent en prison

Vous serez peut-être tentés de penser que vous ne pouvez pas être parent pendant votre séjour en prison. Résistez à ces pensées. Chaque fois que c’est possible, trouvez des moyens d’apporter votre soutien à votre famille et à vos enfants.

Ces dernières années, les dirigeants de l’Église ont souligné combien il est important de nous enseigner mutuellement l’Évangile au foyer. Posez-vous cette question : « Comment aider ma famille à recevoir les bénédictions de l’Évangile ? » Voici quatre idées :

  • Vous pouvez toujours prier pour votre famille. La prière est un genre puissant de travail spirituel qui n’est pas limité par des murs ou la distance.

  • Si vous avez l’autorisation de communiquer avec vos enfants, trouvez des moyens appropriés d’exprimer votre amour. Enseignez-leur les leçons spirituelles que vous êtes en train d’apprendre.

  • Faites un effort pour rétablir des liens avec des amis de confiance. Nouez des relations avec des personnes qui auront une bonne influence sur votre famille.

  • Devenez meilleur. Chaque effort que vous faites pour vous améliorer et assumer la responsabilité de vos choix vous aidera à être un meilleur père ou une meilleure mère.

Aller de l’avant

Notre prophète actuel, le président Nelson, a dit que la raison d’être de cette vie est de nous préparer à rencontrer Dieu en suivant l’exemple de Jésus-Christ. « Et nous faisons cela en nous repentant quotidiennement et en recevant son pouvoir purificateur, guérisseur et fortifiant. « Alors, nous pouvons éprouver une paix et une joie durables, même dans les moments de grandes turbulences3. »

Le repentir est une partie importante de la guérison. Il commence par une prière sincère adressée à Dieu pour lui dire que nous avons mal agi et pour lui demander pardon. Vous commencerez à vous sentir en paix en approfondissant votre connaissance de l’Évangile et en suivant l’exemple de Jésus-Christ. Ces sentiments, et votre changement de comportement, sont la preuve que vous commencez à guérir.

Les dirigeants de l’Église sont là pour vous aider à reprendre le chemin qui ramène à Dieu. Grâce à Jésus-Christ, il sera toujours possible de retourner auprès de votre Père céleste. Vous pouvez avoir le sentiment que Dieu vous a pardonné longtemps avant que votre famille, la société ou certains membres le fassent, mais ne désespérez pas ! Continuez simplement d’aller de l’avant. Faites confiance aux promesses de Dieu et à son calendrier.

Dieu vous aidera à guérir

N’oubliez pas que n’importe quelle guérison, notamment d’une dépendance, de sévices ou d’autres traumatismes, prend du temps. La Bible raconte que Jésus a guéri un aveugle dont la vue est revenue par étapes. Au début, il voyait les hommes « comme des arbres, et qui marchent ». Ensuite, Jésus lui « a de nouveau mis les mains sur les yeux » et c’est alors que l’homme a pu tout voir distinctement (Marc 8:24-25). De même, quand Jésus a guéri une femme qui souffrait de pertes de sang, cela faisait douze ans qu’elle avait ce problème de santé (voir Marc 5:25-34). Ces histoires nous rappellent que la guérison physique, spirituelle et mentale se fait souvent dans le temps. Si vous avez l’impression que votre guérison ne se produit pas aussi vite que vous l’aimeriez, essayez de relever les petites réussites. Priez et faites part à Dieu de vos sentiments, sans oublier de le remercier pour le moindre progrès que vous remarquez.

Que vous soyez déjà membre de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, que vous soyez en train d’étudier l’Évangile ou de redevenir membre de l’Église, sachez que nous nous soucions de vous. Quel qu’ait pu être votre passé ou quelle que soit la longueur du chemin que vous avez à parcourir, votre avenir peut être rempli de la lumière de Dieu. Le chemin de l’Évangile nous donne de la force. Il nous apporte du réconfort. Il nous mène à un plus grand bonheur dans cette vie et dans l’éternité.

Votre Père céleste et Jésus-Christ vous connaissent et vous aiment parfaitement. Ils ne vous abandonneront jamais. Ils ne vous feront jamais de mal. Ils ne vous oublieront jamais.