Le Liahona
Une plénitude de joie
Téléchargements
Tout le livre (PDF)
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

Une plénitude de joie

J’ai du mal à décrire la joie extraordinaire qui a rempli mon âme lorsque j’ai quitté la clinique ce jour-là.

Pendant que j’étais assise dans la salle d’attente, j’ai remarqué une mère et sa fille. La fillette portait un masque et toussait beaucoup. Elle avait les yeux enfoncés et le visage livide. Je ne pouvais m’empêcher d’avoir de la peine pour elle. Sa mère semblait épuisée.

Comme la salle d’attente était petite, j’entendais tout ce qu’elle disait. Une fois qu’elle a eu payé le ticket modérateur de la visite, la préposée à l’accueil lui a rappelé que le solde impayé de ses cotisations représentait le double du coût de la visite.

Contrôlant difficilement son émotion, la femme a expliqué qu’elle n’aurait pas d’argent avant le mois suivant. Elle a dit qu’elle avait à peine assez pour payer son loyer. La préposée à l’accueil lui a répondu qu’elle devait essayer de payer le solde le plus vite possible. La femme et son enfant ont ensuite été conduites à l’arrière pour leur rendez-vous.

Assise là, je ne pouvais m’empêcher de penser à la femme et à sa situation. Je suis loin d’être riche mais, en réfléchissant à la bonté du Seigneur envers ma famille et moi, j’ai éprouvé le désir irrépressible d’aider cette femme et sa fille.

Je suis allée voir la préposée à l’accueil, me demandant si ce que je voulais faire était même possible. J’ai expliqué que j’avais entendu par hasard la femme parler de sa situation difficile et que je voulais payer la somme due. La réceptionniste était surprise mais aussi ravie d’honorer ma demande.

Je lui ai demandé de dire à la femme que le solde avait été réglé et qu’elle n’avait plus besoin de s’inquiéter. Je lui ai aussi dit de ne pas révéler qui avait payé. J’ai réglé le montant après quoi j’ai eu mon rendez-vous. Je n’ai pas revu la femme et sa fille mais j’ai prié pour que leur situation s’arrange rapidement.

J’ai du mal à décrire la joie extraordinaire qui a rempli mon âme lorsque j’ai quitté la clinique ce jour-là. Il n’est pas étonnant que le Sauveur parle de plénitude de joie (voir Doctrine et Alliances 11:13). J’ai su plus que jamais auparavant que je voulais ressembler davantage à mon Sauveur et ressentir plus souvent la joie que l’on éprouve à son service.