Le Liahona
Avancer sans perdre espoir dans les périodes d’imprévus
Téléchargements
Tout le livre (PDF)
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

Jeunes adultes

Avancer sans perdre espoir dans les périodes d’imprévus

Lorsque la peur et l’incertitude nous empêchent d’avancer dans la vie, notre espérance et notre foi en Christ éclaireront notre route.

Personne ne s’attendait à ce que l’épidémie de COVID-19 frappe le monde entier.

C’est comme si tout dans le monde avait été mis à l’arrêt pour une période indéfinie, faisant régner l’incertitude dans nos pensées au sujet de l’avenir.

Je suis rentrée de ma mission en Arizona (États-Unis) juste avant que la pandémie ne se répande dans le monde entier. Pendant les dernières semaines de ma mission, je m’étais fait une idée de ce que je voulais faire de ma vie après mon retour chez moi. J’avais élaboré des projets et m’étais fixé des buts précis, et j’étais prête à commencer ! J’avais prévu de faire une école d’infirmière, de me lancer dans de nouveaux passe-temps, de me faire de nouveaux amis et de saisir les nombreuses possibilités qui se présentent aux jeunes adultes. Un sentiment de paix et d’assurance me disait que Dieu me guidait et me réservait de grandes choses après ma mission.

Peu de temps après mon retour, cela a changé.

L’un après l’autre, mes projets ont été annulés à cause de la COVID-19. J’ai commencé à me poser des questions et à douter de mes décisions et de mes objectifs. J’ai choisi de commencer à chercher un emploi en attendant que les cours en ligne commencent, au lieu de déménager dans un autre État pour me lancer dans les études que j’avais prévues à l’origine. Au bout d’un moment, j’ai eu l’impression d’avoir perdu ma détermination et beaucoup de temps. J’avais l’habitude d’avoir un emploi du temps surchargé quand j’étais missionnaire, si bien que je me suis soudain sentie seule, lasse et inutile.

Je n’envisageais pas l’avenir avec enthousiasme. Je ne voulais pas affronter cette transition dans ma vie. Je voulais revenir en arrière, retrouver d’anciennes amitiés et d’anciens lieux qui m’avaient rendue heureuse autrefois. La vision de ma vie et les projets que j’avais, à peine quelques semaines auparavant, avaient disparu et j’étais paralysée par les ténèbres, la peur et le découragement. Je ne me sentais plus du tout moi-même. Je venais à peine de terminer une expérience des plus extraordinaires de dix-huit mois au service du Seigneur et, à présent, j’étais déprimée comme jamais auparavant.

Je me demandais pourquoi tout allait mal et où étaient les bénédictions du Seigneur qui nous sont promises. L’assurance que j’avais ressentie dans les dernières semaines de ma mission semblait avoir disparu.

Puis est arrivée la conférence générale et je me suis rendu compte à quel point j’étais déficiente dans un domaine : l’espérance.

Jeffrey R. Holland, du Collège des douze apôtres, a donné un discours intitulé « Une espérance d’une pureté parfaite » (conférence générale d’avril 2020), qui a attiré particulièrement mon attention. Je me suis rendu compte que, grâce à ma foi au Christ, je pouvais et devais avoir l’espérance de choses meilleures à venir. Parce que le Christ vit et agit constamment dans ma vie, j’ai compris que mon avenir serait tout autant rempli de miracles et abondamment béni que l’avait été mon passé.

Parce que le Sauveur a ressenti et vaincu tout ce qui pouvait m’arriver, je pouvais croire, malgré toutes les raisons qu’il y avait de ne pas croire, que les choses iraient en s’améliorant, même si mes projets étaient parfois contrariés.

J’ai compris que, si je voulais avoir de la joie, de la réussite et de l’épanouissement dans la vie, je devais garder l’espoir, avancer avec l’espérance, même au milieu de l’incertitude. Il est facile d’abandonner et d’être malheureux. Il est difficile de supporter nos afflictions avec patience et l’assurance confiante et inébranlable que Dieu est à la barre et que tout s’arrangera. Mais, comme le président Monson (1927-2018) nous l’a conseillé, « puissions-nous continuellement choisir le bien, ce qui est plus difficile que de choisir le mal1 ».

Ayez confiance que Dieu est en train de vous édifier même quand vous avez l’impression de vous écrouler. Ayez confiance qu’à la fin tout ira bien parce que « toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu » (Romains 8:28).

Lorsque des nuages noirs s’amoncèlent autour de nous, que nous craignons d’avancer là où la vie nous entraîne, notre espérance et notre foi en Christ éclaireront notre route et nous permettront de faire ne serait-ce qu’un pas en avant. Grâce à lui, il nous est possible d’avoir de la joie dans le présent même lorsque notre situation n’est pas celle que nous voulions ou souhaitions.

Si vous vous retrouvez pris dans une période de transition ou que les choses ne vont pas exactement comme vous aimeriez, n’oubliez pas que notre Père céleste a un dessein pour vous que vous n’êtes peut-être même pas capables d’imaginer. Même s’il peut sembler silencieux par moments, il opère activement dans votre vie. Il voit la fin depuis le commencement. Si vous lui faites confiance et continuez à avancer, en faisant de votre mieux dans les circonstances qui sont les vôtres, votre vie sera infiniment meilleure que ce que vous auriez jamais imaginé.

N’abandonnez-pas ! Continuez d’essayer même lorsque vous n’arrivez pas à voir les résultats de vos efforts et que rien ne semble aller en s’améliorant. Continuez d’avancer même lorsque rien ne se passe comme prévu. Cherchez la main du Seigneur à l’œuvre dans votre vie et reconnaissez sa bonté. Recherchez la direction de l’Esprit avec l’intention d’agir conformément à ses paroles. Faites de votre mieux, selon votre perception d’aujourd’hui. Tenez bon. Continuez d’aller de l’avant, et gardez l’espoir que, sous sa direction, les choses iront mieux.