Le Liahona
Comment aider les enfants à se préparer au baptême
Téléchargements
Tout le livre (PDF)
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

Comment aider les enfants à se préparer au baptême

Livrons-nous à la prière, soyons déterminés et patients tandis que nous aidons nos enfants à s’engager sur le chemin de l’alliance.

Illustrations Bryan Beach

Le baptême et la confirmation sont une étape palpitante pour les enfants dans l’Église. Nombreux sont ceux qui attendent ces ordonnances avec impatience mais il est aussi courant que les enfants soient un peu angoissés .

J’écris pour L’Ami, le magazine de l’Église pour les enfants, et j’ai entendu de nombreuses histoires d’enfants qui craignent de ne pas être prêts à faire cette alliance. Certains d’entre eux s’inquiètent de ne pas avoir un témoignage assez fort. Certains ont peur de l’eau, et certains ressentent la pression incroyable d’être parfaits.

Voici certaines manières d’aider vos enfants à se sentir prêts et confiants pour faire leur premier pas sur le chemin de l’alliance.

Enseigner à dessein

C’est facile de considérer que le baptême est un rite de passage ou simplement quelque chose qui se produit lorsque votre enfant a huit ans. En réalité, le baptême est un choix sacré, ce qui signifie que l’enfant doit comprendre pourquoi c’est important. L’instruire dans cette perspective l’aidera à donner plus de sens au baptême (et à l’entourer de moins de peur). Instruisez-le de la même manière que vous instruiriez n’importe quelle personne qui découvrirait l’Église avant de se faire baptiser.

Il est important que nous enseignions aux enfants les alliances qu’ils vont faire au baptême. La bonne nouvelle, c’est que ce n’est pas quelque chose que nous devons (ou devrions) essayer de faire du jour au lendemain ou en une semaine. L’étude de l’Évangile en famille, au fil du temps, est la meilleure manière d’aider votre enfant à se préparer à contracter cette alliance. Voici quelques éléments sur lesquels il est particulièrement utile de se concentrer à l’approche du baptême de votre enfant :

  • Expliquez en termes simples que se faire baptiser, c’est promettre de suivre Jésus-Christ.

  • Lisez des passages des Écritures sur le baptême, tels que Mosiah 18:8-10. Expliquez les versets afin que votre enfant en comprenne les idées et puisse vous les expliquer à son tour. Par exemple, une fillette récemment baptisée à Hawaï a dit que l’expression « porter les fardeaux les uns des autres » signifie « aider tous les gens chaque fois qu’ils ont besoin d’aide ».

  • Veillez à parler avec votre enfant du don du Saint-Esprit et racontez des expériences vécues dans lesquelles le Saint-Esprit vous a béni.

Certains enfants peuvent être inquiets au sujet du baptême parce qu’ils ne pensent pas avoir un témoignage assez fort. Aidez votre enfant à se souvenir des bons sentiments qu’il a eus après avoir fait quelque chose de gentil, chanté à la Primaire ou parlé de l’Évangile. Encouragez-le à penser à ce qui lui montre que notre Père céleste l’aime. Expliquez que tout cela constitue le début d’un témoignage et que ce témoignage grandira au fil du temps tandis qu’il continuera de faire de bons choix.

Montrer ce qui va arriver

Si votre enfant est angoissé à l’idée de se faire baptiser, même s’il ne le montre pas, il sera utile de parler de ce qui va arriver. Le préparer pour son entretien avec l’évêque ou le président de branche est un bon point de départ. Pour le préparer à cette discussion, aidez votre enfant à répondre à des questions telles que : « Pourquoi le baptême est-il important ? » et « Que signifie prendre sur nous le nom du Christ ? ». Dites-lui de ne pas oublier que l’évêque est là pour l’aider à être prêt, pas pour lui faire passer un examen ou le mettre mal à l’aise. Et n’oubliez-pas que vous pouvez toujours accompagner votre enfant à l’entretien si vous le souhaitez.

Dans la préparation de votre enfant, expliquez-lui aussi ce qui va se passer physiquement le jour du baptême. Montrez-lui comment il devra se tenir dans les fonts baptismaux. Vous pourriez même demander au détenteur de la prêtrise qui va le baptiser de lui montrer physiquement, hors de l’eau, comment il va procéder afin que votre enfant sache à l’avance comment il va être plongé dans l’eau puis relevé. Expliquez ce qui va se passer pendant la confirmation.

Si votre enfant à peur d’avoir la tête sous l’eau, réfléchissez en vous aidant de la prière à des moyens de l’aider à surmonter sa peur au fur et à mesure que la date du baptême approche. Votre enfant et vous pourriez assister au baptême de quelqu’un afin de voir qu’on ne reste que brièvement sous l’eau. Exercez-vous avec votre enfant à vous boucher le nez et à mettre ensemble la tête sous l’eau pendant quelques secondes à chaque fois. Il y a peut-être près de chez vous quelqu’un qui apprend à nager aux enfants, à qui vous pourriez demander des conseils. Quoi que vous fassiez, veillez à le faire avec amour et patience.

Plus un enfant se sent prêt concernant les détails physiques du baptême, plus il sera capable de se détendre et de se concentrer sur l’alliance spirituelle qu’il est en train d’accomplir.

Concentrez-vous sur les progrès, pas sur la perfection

Il arrive, sans doute parce que l’on parle beaucoup de l’aspect purificateur du baptême, que les enfants comprennent mal et pensent qu’ils sont censés être parfaits après l’ordonnance. L’une des histoires les plus courantes qu’on nous rapporte au magazine L’Ami, c’est la panique qu’un enfant ressent lorsqu’il commet une faute pour la première fois après le baptême. Après s’être senti si pur, une dispute avec ses frères et sœurs ou l’oubli d’une tâche ménagère peut lui donner le sentiment qu’il a gâché ce bon sentiment pour toujours !

Il est crucial que nous, parents et dirigeants, aidions les enfants à comprendre le principe du repentir. Nos enfants comprennent-ils que le fait de reconnaître nos fautes et d’en tirer les leçons fait partie de notre façon d’apprendre et de progresser sur terre ? Savent-ils qu’à tout moment, ils peuvent prier pour recevoir le pardon, et que, lorsqu’ils prennent la Sainte-Cène chaque semaine, ils renouvellent les alliances qu’ils ont contractées au moment du baptême ? Témoignez que la possibilité de nous repentir est une bénédiction et un don. Le baptême ne signifie pas être parfait maintenant mais, en fait, nous engager sur le chemin de l’alliance et avancer pas à pas chaque jour afin de ressembler davantage à Jésus-Christ.

Un beau point de départ

Au lieu de voir le baptême et la confirmation comme la destination, aidons nos enfants à les considérer comme un beau point de départ, le commencement d’une nouvelle vie de disciple par alliance de Jésus-Christ. Que votre enfant soit enthousiaste, angoissé, ou un peu des deux, veillez à ce qu’il n’avance pas seul sur ce chemin. Livrons-nous à la prière, soyons déterminés et patients pour aider nos enfants à s’engager sur le chemin qui les ramènera à leur foyer céleste.