Le Liahona
Cinq conseils pour être un étudiant épanoui
Téléchargements
Tout le livre (PDF)
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

Version numérique uniquement : Jeunes adultes

Cinq conseils pour être un étudiant épanoui

Voulez-vous survivre ? Ou voulez-vous vous épanouir ? Les conseils suivants peuvent faire toute la différence.

Que vous fassiez vos études dans un établissement d’enseignement supérieur ou en ligne, la vie universitaire suscite parfois des émotions mitigées : de l’enthousiasme à l’idée que vous tracez votre propre voie dans le monde et peut-être de l’anxiété devant le niveau élevé des cours et les frais de scolarité. Pour moi, l’université était quelque chose de complètement nouveau. J’ai choisi de prendre un logement étudiant, ce qui signifiait vivre loin de chez moi, partager une chambre avec une inconnue (souvent désordonnée) et essayer de manger autre chose que des sandwiches, tout en suivant des cours difficiles !

L’université impliquait beaucoup de changements et je me suis souvent demandé si j’avais les qualités pour réussir. Il m’a fallu du temps pour m’habituer à ma vie d’étudiante mais j’ai fini par adopter des habitudes qui m’ont aidée à en faire une belle expérience. Voici cinq conseils qui m’ont permis de réaliser les ajustements nécessaires.

1. Donner la priorité à l’Évangile et chercher à écouter le Sauveur

Ce conseil est probablement le plus important de tous. Dès le début, jongler avec les devoirs, les cours et mon travail, tout en essayant de trouver du temps à passer avec des amis s’avérait parfois écrasant. Mais je me suis rendu compte que je ne me concentrais pas souvent sur l’étude des Écritures et sur la prière. Parce que, lorsque je le faisais, tout le reste semblait beaucoup plus réalisable. Aujourd’hui, quand je me sens stressée, je prends un moment pour évaluer la priorité que je donne à l’Évangile. Je ne suis pas parfaite dans ce domaine mais je m’efforce de prier et d’étudier les Écritures quotidiennement afin d’avoir davantage d’occasions d’écouter le Seigneur, comme nous l’a recommandé le président Nelson1. Je me suis aperçue que ce qui compte pour moi compte aussi pour notre Père céleste, en particulier mes études. Quand je fais de mon mieux et que je lui demande de l’aide, il est avec moi et me donne la force d’accomplir tout ce que je dois faire.

2. Se fixer des buts et les revoir souvent

Au début de chaque semestre, j’aime me fixer des buts à long terme et à court terme. Les buts à court terme sont de petits objectifs qui m’aident à atteindre mon grand objectif à long terme. Par exemple, mon objectif à long terme est d’obtenir une licence en relations publiques et l’un de mes objectifs à court terme est de rendre tous mes devoirs à temps. Je note ces buts par écrit et je les mets à un endroit où je les vois souvent, par exemple sur mon téléphone ou sur mon réfrigérateur. Le fait de me concentrer sur ces buts m’a donné la motivation de persévérer pendant les nombreuses périodes difficiles de mes études.

3. Planifier des heures d’étude dans son emploi du temps hebdomadaire

Un emploi du temps hebdomadaire précisant les heures où je serai en cours et les heures où j’étudierai m’a toujours été utile. Généralement, je prévois trois heures d’étude pour chaque heure passée en cours (par exemple, un cours de trois heures par semaine équivaut à neuf heures d’étude personnelle). Quand je respecte mon emploi du temps, j’apprécie beaucoup plus mes activités extra-scolaires parce que je ne suis pas hantée par la menace de devoirs à terminer !

4. Prendre des repas équilibrés et faire de l’exercice

Prendre soin de son corps joue beaucoup sur la réussite dans les études. Ma santé physique a toujours eu une influence sur ma santé mentale et émotionnelle. Quand je commence à me sentir submergée, je sors faire de la course à pied. L’exercice m’aide à me libérer l’esprit et manger sainement m’aide à avoir de l’énergie. Quand je suis en bonne santé physique, je suis mieux préparée à me concentrer sur mes études.

5. Dormir suffisamment

Les adultes ont besoin de sept à neuf heures de sommeil par nuit, ce qui est l’objectif que je vise (mais que j’atteins rarement). Même si j’ai bien envie de veiller tard le soir pour lire un bon livre ou bavarder avec des amis, le sommeil est toujours plus important. Le sommeil réduit le stress et améliore la faculté de rétention de ce que l’on a étudié. Les soirs précédant les examens, j’établis des priorités dans mon emploi du temps afin de dormir suffisamment et d’être au meilleur de ma forme le lendemain.

Quand je me suis mise à faire régulièrement ces cinq choses, non seulement je me suis adaptée à la vie universitaire, mais je me suis épanouie ! N’oubliez pas, la peur ne vient pas de notre Père céleste. Si vous lui donnez la priorité, il vous aidera à tout faire et à accomplir tout ce qui est requis de vous.