Veiller et fortifier
    Notes de bas de page
    Theme

    Veiller et fortifier

    Le Sauveur vous fera ressentir l'amour qu'il éprouve pour ceux que vous servez. L'appel est une invitation à devenir comme lui.

    L'année dernière, des centaines de milliers de personnes se sont fait baptiser et confirmer membres de l'Église. Chacune a reçu un appel à servir. Cette expérience influencera leur avenir et celui de l'Église. Beaucoup d'entre nous se rappellent la première fois où ils ont fait un discours, dirigé une réunion ou frappé chez quelqu'un en qualité de visiteur officiel. J'ai le cœur qui bat un peu plus fort rien que d'y penser.

    Les nouveaux membres de l'Église se sont peut-être fait baptiser quelques jours ou quelques semaines avant de recevoir un appel. Certains d'entre eux n'avaient jamais vu personne accomplir le service qui était maintenant attendu d'eux. Comme nous n'avons pas de clergé professionnel, il n'y a pas que les nouveaux membres qui doivent relever le défi de servir. L'année dernière, on estime que près de deux millions de saints des derniers jours ont reçu un nouvel appel ou la garde de nouvelles âmes. Un peu moins de la moitié des membres appelés à servir étaient des jeunes, certains de douze ou de treize ans. Plus de 30 000 missionnaires ont été appelés et mis à part pendant cette période. Ils avaient pour la plupart moins de vingt ans. A leur départ, ils n'avaient reçu qu'une brève formation et avaient peu d'expérience.

    Une personne qui connaît les organisations du monde pourrait prédire l'échec d'une Église dont la croissance rapide dépend du service d'un si grand nombre de membres novices et non professionnels. Les personnes appelées à servir éprouvent peut-être elles-mêmes une certaine appréhension. Cependant, lorsqu'elles considèrent objectivement la difficulté avec les yeux de la foi, la crainte cède la place à la confiance parce qu'elles se tournent vers Dieu.

    Je m'adresse avant tout aux personnes qui viennent d'être appelées à servir dans l'Église, puis à celles qui les ont appelées et finalement à celles qu'elles servent.

    D'abord, les nouveaux appelés: Vous aurez confiance si vous prenez l'appel pour ce qu'il est. Il n'est pas d'origine humaine. Il vous est confié par Dieu. Et votre service ne consiste pas seulement à vous acquitter d'une tâche. Quel que soit son nom, tout appel donne l'occasion et le devoir de veiller sur les enfants de notre Père céleste et de les fortifier. L'œuvre du Sauveur consiste à réaliser leur immortalité et leur vie éternelle (voir Moïse 1:39). Il nous appelle à servir nos semblables de manière à fortifier notre foi ainsi que la leur. Il sait qu'à force de le servir, nous le connaîtrons.

    Un prophète inspiré a vu dans le service le moyen d'arriver à vouloir ce que Dieu veut. Il a écrit:

    «Car comment un homme connaît-il le maître qu'il n'a pas servi, et qui est un étranger pour lui, et est loin des pensées et des intentions de son cœur?» (Mosiah 5:13.)

    Étant appelés par Jésus-Christ à son service, vous pouvez avancer avec une grande confiance. Premièrement, vous pouvez avoir l'assurance qu'il vous connaît, et qu'il connaît aussi votre capacité de progresser. Il vous a préparé. Les appels vous feront progresser, souvent dès le début et toujours durant le temps où vous servez, mais le Sauveur vous donnera le Saint-Esprit pour compagnon. Il vous dira ce que vous devez faire lorsque vos capacités et vos efforts ne suffiront pas (voir Jean 14:26). Le Saint-Esprit vous incitera à rendre témoignage avec conviction. Le Sauveur vous fera ressentir l'amour qu'il éprouve pour ceux que vous servez. L'appel est une invitation à devenir comme lui (voir 3 Néphi 27:27).

    Vous vous demandez peut-être: «Comment le fait de considérer ainsi mon appel me fera-t-il croire davantage à ma réussite?» La réponse est que la conception élevée que vous en avez vous amènera plus vraisemblablement à demander l'aide de la seule personne qui ne fait jamais défaut.

    Il y a peu de temps, j'ai vu un jeune homme presque bouleversé par son nouvel appel. Le Seigneur avait inspiré à son serviteur d'appeler ce jeune homme comme président de pieu. Ce dernier n'avait jamais été évêque. Il n'avait jamais fait partie d'une présidence de pieu. Il y avait beaucoup d'hommes plus mûrs et plus expérimentés que lui dans ce pieu.

    Quand il a été appelé, il se sentait incapable de remplir sa tâche. Sa femme, en pleurs, a demandé au serviteur du Seigneur qui appelait son mari: «Êtes-vous sûr?» Mais ce jeune homme a dit calmement qu'il servirait. Le visage baigné de larmes, sa femme l'a assuré par un hochement de tête de son soutien. Comme cela a peut-être été le cas pour vous dans une telle situation, il a voulu parler avec son père qui se trouvait très loin. L'après-midi, il lui a téléphoné. Toute sa vie, son père avait été éleveur de vaches laitières. Il avait fait un homme de son jeune garçon en lui faisant traire les vaches et en lui donnant l'occasion de voir qu'il s'arrêtait pour parler avec ses voisins et leur demander de leurs nouvelles. Le lendemain matin, dans son premier discours de président de pieu, voici comment il a rapporté sa conversation avec son père:

    «Beaucoup d'entre vous qui me connaissent savent que je ne parle pas beaucoup. C'est sans doute de mon père que je tiens cela. Je l'ai appelé hier pour lui apprendre que je venais d'être appelé comme président de pieu. Il s'est contenté de répondre: ‹Eh bien, tu ferais bien de prier beaucoup.› Voilà le conseil qu'il m'a donné. Quel meilleur conseil pouvait-il me donner?»

    Son père n'aurait pas pu faire mieux. Et vous voyez bien pourquoi. Son seul espoir de succès est dans le Seigneur. La plus grande aide lui viendra par le ministère du Saint-Esprit. Les serviteurs du Seigneur ne peuvent pas réussir sans lui. Nous ne pouvons avoir le Saint-Esprit pour compagnon que si nous supplions pour l'avoir et si nous nous qualifions pour cela. Pour remplir ces deux conditions, il faut beaucoup prier, prier avec une foi réelle en notre Père céleste, en son Fils bien-aimé et au Saint-Esprit (voir Doctrine et Alliances 90:24; 1er article de foi).

    Pour avoir la compagnie du Saint-Esprit, il faut être purifié de tout péché (voir Doctrine et Alliances 50:29). Cela ne s'obtient qu'en ayant la foi suffisante en Jésus-Christ pour se repentir et mériter le pardon (voir Doctrine et Alliances 3:20). Et après, nous devons nous tenir à l'écart du péché. Il faut prier souvent et avec ferveur pour cela (voir 3 Néphi 18:18).

    «Tu ferais bien de prier beaucoup.» Voilà un excellent conseil pour tous les serviteurs du Seigneur, novices ou expérimentés. C'est ce que font ses serviteurs avisés. Ils prient.

    Les disciples de Jésus-Christ ont remarqué cela chez lui lorsqu'il était ici-bas. Il était le Fils de Dieu. Il était Jéhovah. Et pourtant, il priait suffisamment souvent son Père céleste pour que ses disciples comprennent qu'ils devaient savoir comment prier pour être ses serviteurs. Ils lui ont donc demandé de le leur apprendre. Vous vous rappelez le passage suivant:

    «Jésus priait un jour en un certain lieu. Lorsqu'il eut achevé, un de ses disciples lui dit: Seigneur enseigne-nous à prier, comme Jean l'a enseigné à ses disciples.

    «Il leur dit: Quand vous priez, dites: Père! Que ton nom soit sanctifié; que ton règne vienne. Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel …

    «Pardonne-nous nos péchés, car nous aussi nous pardonnons à quiconque nous offense; et ne nous induis pas en tentation; mais délivre-nous du malin» (Luc 11:1-2, 4; voir aussi Matthieu 6:9-13).

    Il est rare que nous utilisions exactement ces mots pour prier. Mais les paroles de cette prière résument parfaitement ce qu'un serviteur du Seigneur demande pour obtenir l'accomplissement de la promesse que fait le Sauveur à toutes les personnes qu'il appelle:

    «Et là où quiconque vous reçoit je serai aussi, car j'irai devant votre face, je serai à votre droite et à votre gauche, et mon Esprit sera dans votre cœur, et mes anges seront tout autour de vous pour vous soutenir» (Doctrine et Alliances 84:88).

    Considérez cette prière comme le modèle du service. La prière commence par le recueillement envers notre Père céleste. Le Seigneur parle ensuite de sa venue et du Royaume. Le serviteur qui a le témoignage que l'Église est la véritable Église de Jésus-Christ éprouve de la joie à la voir progresser et le désir de donner tout ce qu'il a pour l'édifier.

    Le Sauveur en personne a donné l'exemple du principe contenu dans les mots suivants de la prière: «Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel» (Matthieu 6:10). Cela a été sa prière au plus dur de son offrande expiatoire pour tout le genre humain et pour le monde entier (voir Matthieu 26:42). Le serviteur fidèle prie pour que même la tâche qui semble la plus insignifiante soit accomplie comme Dieu le voudrait. Oeuvrer et prier pour le succès de Dieu plus que pour le nôtre fait toute la différence.

    Ensuite, le Sauveur a donné l'exemple suivant de pureté personnelle: «Pardonne-nous nos péchés, car nous aussi nous pardonnons à quiconque nous offense; et ne nous induis pas en tentation» (Luc 11:4); mais délivre-nous du malin» (Matthieu 6:13). La force que nous devons donner à ceux sur qui nous veillons vient du Sauveur. Nous devons, eux et nous, pardonner afin d'obtenir de lui le pardon (voir Matthieu 6:14). Nous pouvons, eux et nous, seulement espérer rester purs avec sa protection et le changement de cœur que son expiation rend possible. Ce changement nous est nécessaire afin d'avoir la compagnie constante du Saint-Esprit. Ce don pourrait nous paraître, à nous et aux personnes que nous servons, trop élevé et trop éloigné. Mais un prophète du Seigneur, nommé Samuel, a appelé et oint un jeune homme nommé Saül. Le jour même, Samuel a promis à Saül:

    «L'Esprit de l'Éternel te saisira, tu prophétiseras avec eux, et tu seras changé en un autre homme» (1 Samuel 10:6).

    Cette promesse s'est accomplie, et ce, non pas après de nombreuses années, de nombreux mois ni même de nombreux jours. Écoutez le récit du dixième chapitre de 1 Samuel:

    «Dès que Saül eut tourné le dos pour se séparer de Samuel, Dieu lui donna un autre cœur, et tous ces signes s'accomplirent le même jour.

    «Lorsqu'ils arrivèrent à Guibea, voici, une troupe de prophètes vint à sa rencontre. L'Esprit de Dieu le saisit, et il prophétisa au milieu d'eux» (1 Samuel 10:9-10).

    Vous pouvez avoir confiance lorsque vous servez le Seigneur. Le Sauveur vous aidera à faire ce qu'il vous a demandé, que ce soit dans votre travail temporaire pour l'Église ou à jamais en tant que parent. Vous pouvez prier pour demander l'aide nécessaire pour accomplir la tâche, et savoir qu'elle vous sera accordée.

    Et maintenant, quelques mots à ceux qui font ces appels dans l'Église. En le faisant, vous avez transmis le dépôt du Seigneur. Mais il vous a remis un dépôt à vous aussi. Tout comme ces membres ont été appelés pour veiller sur d'autres personnes et les affermir, vous avez reçu la même obligation de veiller sur eux et de les fortifier. Si vous avez donné des appels à des personnes et ne leur avez donné aucune formation ni n'avez veillé à ce que la formation soit suffisante, vous n'avez pas rempli votre tâche à leur égard ni envers le Seigneur. Même avec cette formation, la tâche sera ardue pour eux. Vous le savez et vous devez donc veiller sur eux et les écouter pour savoir quand ils ont besoin d'être affermis. Vous donnerez juste suffisamment d'aide pour fortifier leur foi que le Seigneur veille sur eux et sur les gens qu'ils servent et qu'ils peuvent le prier avec confiance. Pour bien le faire, vous devez beaucoup vous adonner vous-mêmes à la prière pour être guidés et pour qu'ils soient guidés.

    Pour finir, quelques mots à ceux d'entre nous qui sont servis par des personnes qui viennent d'être appelées. Notre situation et notre devoir sont les mêmes que les leurs. Nous devons veiller et fortifier. Et chacun d'entre nous a des occasions presque infinies de le faire. Dans chaque réunion, chaque classe ou chaque activité à laquelle vous assisterez, quelqu'un fera quelque chose qui est à la limite de ses capacités ou au-delà. La plupart d'entre nous adoptent dans ces situations les attitudes du monde où nous pouvons être prompts à remarquer que le service est de qualité inférieure. Il est trop facile de penser: «Dans la véritable Église du Seigneur, nous devrions avoir un niveau d'accomplissement supérieur à cela.»

    Il y a plus d'un moyen d'aider le Seigneur à les élever à un niveau supérieur. L'un consiste à exprimer ou à montrer notre mécontentement. J'ai bénéficié d'un autre moyen, le meilleur. Je me rends compte lorsque je ne réussis pas tellement bien alors que je m'exprime, j'enseigne ou je dirige une réunion. La plupart des gens s'en rendent compte lorsqu'ils ne réussissent pas. Je suis capable de remarquer que je ne fais pas bien: c'est lorsque je vois quelqu'un dans l'assemblée qui est visiblement distrait et qui a les yeux fermés. J'ai appris à ne pas m'en irriter. Ensuite, il ouvre les yeux et me sourit avec un regard d'encouragement très expressif sur lequel on ne peut se méprendre. C'est aussi clair que si on me disait expressément: «Je sais que le Seigneur vous aidera et vous édifiera. Je prie pour vous.» Je me suis trouvé dans des situations où beaucoup de personnes qui m'écoutaient faisaient cela. Et j'étais édifié au-delà de mes capacités ou du moins au-delà de ce que je croyais être mes capacités. Vous pourriez servir de cette manière lorsque vous verrez des gens qui ont du mal à s'acquitter de leur appel. Il faudra prier beaucoup, mais vous pourriez être aux aguets et affermir quelqu'un, même si votre seul appel dans l'Église est à ce moment celui de disciple de Jésus-Christ et si vos seules armes sont la prière, le sourire et les encouragements.

    Un miracle voit actuellement le jour dans l'Église. J'en suis témoin lorsque je retourne dans certains pays après une courte absence. Les membres et les dirigeants ont changé. Tout comme Alma l'a promis, leur âme a été élargie, leur intelligence éclairée et leur esprit épanoui (voir Alma 32:28, 34). Ils se sont servis mutuellement en ayant foi au Seigneur Jésus-Christ. Il leur a envoyé le Saint-Esprit pour compagnon en réponse à leur prière fervente. Le fait qu'ils ont veillé les uns sur les autres, se sont rendu leur témoignage, qu'ils se sont manifestés de l'amour et qu'ils se sont entraidés a permis au Seigneur d'accomplir le miracle de la progression dans le cœur et les capacités d'humbles fils et filles de Dieu.

    Je sais que Dieu le Père vit. Il entend nos prières et y répond. Je témoigne que son Fils bien-aimé, Jésus-Christ, a appelé Gordon B. Hinckley comme prophète et président. Je témoigne que par ses serviteurs autorisés, le Maître nous appelle et qu'il nous soutient et nous transforme dans son service, au nom sacré de Jésus-Christ. Amen.