La résurrection
    Notes de bas de page

    La résurrection

    La résurrection est beaucoup plus que la réunion de l'esprit et du corps … La résurrection est une restauration qui ramène «le charnel au charnel» et «le bien à ce qui est bien» (Alma 41:13).

    Le livre de Job pose la question universelle: «Si un homme meurt, revivra-t-il?» (Job 14:14; traduction littérale de la version du roi Jacques). La résurrection des morts est un sujet essentiel des Écritures, anciennes et modernes. La résurrection est un pilier de notre foi. Elle donne un sens à notre doctrine, motive notre comportement et nous apporte de l'espoir pour l'avenir.

    I. La résurrection de Jésus

    La résurrection universelle est devenue une réalité avec celle de Jésus-Christ (voir Matthieu 27:52-53). Le troisième jour après sa mort et sa mise au sépulcre, Jésus en est sorti. Il est apparu à plusieurs hommes et femmes, puis aux apôtres assemblés. Cet événement est décrit dans trois des évangiles. Le récit de Luc est le plus complet:

    «Jésus … leur dit: La paix soit avec vous!

    «Saisis de frayeur et d'épouvante, ils croyaient voir un esprit.

    «Mais il leur dit: Pourquoi êtes-vous troublés, et pourquoi pareilles pensées s'élèvent-elles dans vos cœurs?

    «Voyez mes mains et mes pieds, c'est bien moi; touchez-moi et voyez: un esprit n'a ni chair ni os, comme vous voyez que j'ai …

    «Alors il leur ouvrit l'esprit …

    «Et il leur dit: Ainsi il est écrit que le Christ souffrirait, et qu'il ressusciterait des morts le troisième jour» (Luc 24:36-39, 45-46).

    Le Sauveur donna aux apôtres un deuxième témoignage. Thomas, l'un des Douze, n'était pas avec eux lorsque Jésus était venu. Il déclara avec insistance qu'il ne croirait pas tant qu'il ne pourrait pas le voir et le toucher lui-même. Jean écrivit:

    «Huit jours après, les disciples de Jésus étaient de nouveau dans la maison, et Thomas se trouvait avec eux. Jésus vint, les portes étant fermées, se présenta au milieu d'eux, et dit: La paix soit avec vous!

    «Puis il dit à Thomas: Avance ici ton doigt, et regarde mes mains; avance aussi ta main et mets-la dans mon côté; et ne sois pas incrédule, mais crois.

    «Thomas lui répondit: Mon Seigneur et mon Dieu!

    «Jésus lui dit; parce que tu m'as vu, tu as cru. Heureux ceux qui n'ont pas vu, et qui ont cru!» (Jean 20:26-29).

    Malgré ces témoignages tirés de la Bible, beaucoup de personnes qui se déclarent chrétiennes rejettent la réalité de la résurrection ou admettent qu'au fond, elles doutent qu'elle ait réellement eu lieu. Comme en prévision de ces doutes et pour les contrer, la Bible rapporte de nombreuses manifestations du Sauveur ressuscité. Dans certaines, il est apparu à une seule personne, comme à Marie de Magdala, au sépulcre. Dans d'autres, il est apparu à des groupes plus ou moins grands de personnes, par exemple lorsque «il est apparu à plus de cinq cents frères à la fois» (1 Corinthiens 15:6).

    Le Livre de Mormon, qui est un autre témoignage de Jésus-Christ, rapporte que des centaines de personnes ont vu le Seigneur ressuscité en personne et ont touché la marque des clous dans ses mains et dans ses pieds et ont mis la main dans son côté. Le Sauveur a invité les gens de la foule à en faire l'expérience, «un à un» (3 Néphi 11:15), afin qu'ils sachent qu'il est le Dieu d'Israël et le Dieu de toute la terre, et qu'il a été mis à mort pour les péchés du monde (voir 3 Néphi 11:14).

    Pendant son ministère en personne parmi ces fidèles, le Christ ressuscité guérit des malades et «prit leurs enfants, un par un, et les bénit» (3 Néphi 17:21). 2500 hommes, femmes et enfants furent témoins de cet épisode touchant (voir 3 Néphi 17:25).

    II. La résurrection des mortels

    La possibilité que les mortels décédés soient ramenés à la vie et vivent à nouveau dans un corps ressuscité a suscité l'espoir et soulevé des controverses tout au long de l'histoire. S'appuyant sur des enseignements scripturaires clairs, les saints des derniers jours affirment ensemble que le Christ a «rompu les liens de la mort» (Mosiah 16:7), et que «la mort a été engloutie dans la victoire» (1 Corinthiens 15:54; voir aussi Mormon 7:5; Mosiah 15:8, 16:7; Alma 22:14). Parce que nous croyons que la Bible et le Livre de Mormon décrivent littéralement la résurrection de Jésus-Christ, nous acceptons tout autant les nombreux passages scripturaires qui enseignent qu'une résurrection semblable sera accordée à tous les mortels qui ont vécu ici-bas (voir 1 Corinthiens 15:22; 2 Néphi 9:22; Hélaman 14:17; Mormon 9:13; D&A 29:26; 76:39, 42-44). Jésus a enseigné: «Car je vis, et vous vivrez aussi» (Jean 14:19).

    La résurrection littérale et universelle est décrite de manière vivante dans le Livre de Mormon. Le prophète Amulek a enseigné:

    «La mort du Christ détachera les liens de cette mort temporelle, de sorte que tous ressusciteront de cette mort temporelle.

    «L'esprit et le corps seront réunis sous leur forme parfaite; membres et jointures seront rendus à leur forme propre, comme nous sommes maintenant …

    «Or, ce rétablissement se fera pour tous, jeunes et vieux, esclaves et libres, hommes et femmes, méchants et justes; et pas un seul cheveu de leur tête ne sera perdu; mais chaque chose sera rendue à sa forme parfaite» (Alma 11:42-44).

    Alma a aussi enseigné qu'à la résurrection «tout sera restitué à sa forme propre et parfaite» (Alma 40:23).

    De nombreux témoins vivants peuvent attester de l'accomplissement littéral de ces affirmations des Écritures au sujet de la résurrection. Beaucoup de personnes, notamment des membres de ma famille élargie, ont eu des visions ou des apparitions en personne d'êtres chers décédés et ont été témoins de leur restauration à la forme propre et parfaite du printemps de leur vie. Qu'il s'agisse de personnes déjà ressuscitées ou d'esprits justes qui attendaient une résurrection certaine, la réalité et la nature de la résurrection des mortels sont évidentes. Quel réconfort de savoir que toutes les personnes qui ont été désavantagées dans la vie du fait de défauts congénitaux, de graves blessures, de maladie ou du vieillissement ressusciteront dans leur forme propre et parfaite!

    III. La signification de la résurrection

    Je me demande si nous apprécions pleinement tout ce que représente notre foi en une résurrection littérale et universelle. L'assurance de l'immortalité est à la base de notre foi. Joseph Smith, le prophète, a enseigné:

    «Les principes fondamentaux de notre religion sont le témoignage des apôtres et des prophètes concernant Jésus-Christ, qu'il est mort, a été enterré et est ressuscité le troisième jour et est monté au ciel; et toutes les autres choses qui ont trait à notre religion n'en sont que des annexes» (Enseignements du prophète Joseph Smith, p. 95).

    Parmi tous les enseignements de ce ministère glorieux, pourquoi Joseph Smith, le prophète, s'est-il servi du témoignage de la mort, de la mise au sépulcre et de la résurrection du Sauveur comme principe fondamental de notre religion, en disant que «toutes les autres choses … n'en sont que des annexes»? La réponse se trouve dans le rôle essentiel de la résurrection du Sauveur dans ce que les prophètes ont appelé «le grand plan éternel pour délivrer de la mort» (2 Néphi 11:5).

    Dans notre voyage éternel, la résurrection est la borne solide qui marque la fin de la condition mortelle et le début de l'immortalité. Le Seigneur a décrit l'importance de cette transition essentielle quand il a déclaré: «C'est ainsi que moi, le Seigneur Dieu, j'ai désigné à l'homme les jours de son épreuve, afin que, par sa mort naturelle, il soit ressuscité dans l'immortalité pour la vie éternelle, oui, tous ceux qui croiront» (Doctrine et Alliances 29:43). De même, le Livre de Mormon enseigne: «Car comme la mort est passée sur tous les hommes, pour accomplir le plan miséricordieux du grand Créateur, il doit nécessairement y avoir un pouvoir de résurrection» (2 Néphi 9:6). D'après la révélation moderne, nous savons également que sans la réunion de notre esprit et de notre corps par la résurrection, nous ne pourrions pas recevoir une «plénitude de joie» (Doctrine et Alliances 93:33, 34).

    Lorsque nous comprenons le rôle clé de la résurrection dans «le plan de rédemption» qui régit notre voyage éternel (Alma 12:25), nous voyons pourquoi l'apôtre Paul a enseigné que «s'il n'y a point de résurrection … notre prédication est donc vaine, [notre] foi est vaine» (1 Corinthiens 15:13-14). Nous comprenons aussi pourquoi l'apôtre Pierre a dit que Dieu le Père, dans sa grande miséricorde, «nous a régénérés, pour une espérance vivante, par la résurrection de Jésus-Christ d'entre les morts» (1 Pierre 1:3; voir aussi 1 Thessaloniciens 4:13-18).

    IV. La résurrection change notre vision de la condition mortelle

    L'«espérance vivante» qui nous est donnée par la résurrection est notre conviction que la mort n'est pas la fin de notre identité mais seulement une étape nécessaire dans la transition prévue de la condition mortelle à l'immortalité. Cet espoir change toute la perspective de la vie ici-bas. La certitude de la résurrection et de l'immortalité change notre façon de voir les épreuves physiques de la condition mortelle, notre mode de vie ici-bas et nos rapports avec les gens qui nous entourent.

    L'assurance de la résurrection nous donne la force et la patience de supporter les épreuves de la condition mortelle que nos êtres chers et nous subissons, notamment les problèmes physiques, mentaux ou émotionnels que nous portons en nous à la naissance ou dont nous héritons pendant la condition mortelle. Grâce à la résurrection, nous savons que les imperfections de notre vie ici-bas ne sont que temporaires!

    L'assurance de la résurrection constitue aussi une grande incitation à garder ici-bas les commandements de Dieu. La résurrection est beaucoup plus que la réunion de l'esprit et du corps retenu en captivité par le tombeau. Le Livre de Mormon nous a appris que la résurrection est une restauration qui ramène «le charnel au charnel» et «le bien à ce qui est bien» (Alma 41:13; voir aussi les versets 2-4, et Hélaman 14:31). Le prophète Amulek a enseigné: «Ce même esprit qui possède votre corps au moment où vous quittez cette vie, ce même esprit aura le pouvoir de posséder votre corps dans le monde éternel» (Alma 34:34). Il en résulte que lorsque nous quittons cette vie et passons à la suivante, «ceux qui sont justes seront encore justes » (2 Néphi 9:16). Et «quel que soit le degré d'intelligence que nous atteignions dans cette vie … il se lèvera avec nous dans la résurrection» (D&A 130:18).

    Le principe de la restauration signifie aussi que les personnes qui ne sont pas justes ici-bas n'accéderont pas à la justice dans la résurrection (voir 2 Néphi 9:16; 1 Corinthiens 15:35-44; Doctrine et Alliances 88:27-32). En outre, si nos péchés mortels n'ont été ni purifiés ni effacés par le repentir et le pardon (voir Alma 5:21; 2 Néphi 9:45-46; Doctrine et Alliances 58:42), nous ressusciterons avec un «souvenir vif» (Alma 11:43) et «la connaissance parfaite de toute notre culpabilité, et de notre impureté» (2 Néphi 9:14). La gravité de cette réalité est soulignée par les nombreuses Écritures indiquant que le jugement dernier suit immédiatement la résurrection (voir 2 Néphi 9:15, 22; Mosiah 26:25; Alma 11:43-44, 42:23; Mormon 7:6, 9:13-14). Cette vie est vraiment «le moment où les hommes doivent se préparer à rencontrer Dieu» (Alma 34:32).

    L'assurance que la résurrection nous permettra d'être avec notre famille (mari, femme, parents, frères, sœurs, enfants et petits-enfants) nous motive énormément à assumer nos responsabilités familiales ici-bas et à vivre ensemble avec amour dans cette vie en prévision de la joie de nous retrouver dans l'au-delà.

    Notre certitude de la résurrection à l'immortalité nous donne aussi le courage d'affronter notre mort, même si elle est prématurée, à notre avis. C'est pourquoi le peuple d'Ammon, dans le Livre de Mormon, ne considérait «jamais la mort avec le moindre sentiment de terreur, à cause de [son] espérance et de [ses] convictions concernant le Christ et la résurrection. C'est pourquoi, la mort était engloutie pour [le peuple] par la victoire du Christ sur elle» (Alma 27:28).

    L'assurance de l'immortalité aide aussi à supporter les séparations de cette vie terrestre, résultant de la mort d'êtres chers. Nous avons tous pleuré à la mort de quelqu'un, connu l'affliction pendant un enterrement ou souffert à côté d'une tombe. J'ai connu cela. Nous devrions tous louer Dieu de l'immortalité assurée qui rend provisoire la séparation par la mort et nous donne l'espoir et la force de continuer.

    V. La résurrection et les temples

    Nous vivons à une magnifique époque de construction de temples. C'est aussi la conséquence de notre foi en la résurrection. Il y a à peine quelques mois, j'ai eu l'honneur d'accompagner le président Hinckley à la consécration d'un nouveau temple. Dans ce cadre sacré, je l'ai entendu dire:

    «Les temples témoignent de notre conviction de l'immortalité. Nos temples ont à voir avec la vie après la mort. Par exemple, il n'est pas nécessaire de se marier au temple si nous ne nous soucions que d'être mariés pendant notre vie terrestre.»

    Cet enseignement du prophète a accru ma compréhension. Nos temples sont des témoignages vivants et actifs de notre foi en la réalité de la résurrection. Ils offrent le cadre sacré où des personnes vivantes peuvent accomplir par procuration toutes les ordonnances nécessaires de la condition mortelle en faveur de personnes vivant dans le monde des esprits. Rien de cela n'aurait de sens si nous n'avions pas l'assurance de l'immortalité universelle et la possibilité de vivre éternellement grâce à la résurrection de notre Seigneur et Sauveur, Jésus-Christ.

    Nous croyons en la résurrection littérale de tout le genre humain grâce à la résurrection du Très-Saint d'Israël (2 Néphi 9:12). Nous témoignons aussi du «Christ vivant» comme cela est énoncé dans la récente déclaration apostolique, qui porte ce même titre:

    «Nous témoignons solennellement que sa vie, qui est l'élément essentiel de toute l'histoire humaine, n'a pas commencé à Bethléhem et ne s'est pas achevée au Calvaire …

    «Nous, ses apôtres dûment ordonnés, nous témoignons que Jésus est le Christ vivant, le Fils immortel de Dieu. Il est le grand roi Emmanuel qui se tient aujourd'hui à la droite de son Père. Il est la lumière, la vie et l'espoir du monde. Ses voies mènent au bonheur dans cette vie et à la vie éternelle dans le monde à venir» (Le Christ vivant, Le témoignage des apôtres, 1er janvier 2000).

    Je témoigne de la réalité de cette déclaration et de la réalité de la résurrection du Christ et de la nôtre, au nom de Jésus-Christ. Amen.