Books and Lessons
Chapitre 27 : Le travail et la responsabilité personnelle
précédent suivant

Chapitre 27

Le travail et la responsabilité personnelle

Joseph Smith period, 1820-1844

Le travail est un principe éternel

  • Quelles expériences vous ont montré l’importance du travail ?

Notre Père céleste et Jésus-Christ nous ont montré par leur exemple et par leurs enseignements que le travail est important dans les cieux et sur la terre. Dieu a travaillé pour créer les cieux et la terre. Il a rassemblé les eaux en un endroit et a fait apparaître la terre sèche. Il a fait pousser sur la terre l’herbe, les plantes et les arbres. Il a créé le soleil, la lune et les étoiles. Il a créé tous les êtres vivants dans la mer ou sur la terre. Puis il a placé Adam et Ève sur la terre pour qu’ils en prennent soin et dominent sur tous les autres êtres vivants. (Voir Genèse 1:1-28.)

Jésus a dit : « Mon Père agit jusqu’à présent ; moi aussi, j’agis » (Jean 5:17). Il a ajouté : « Il faut que je fasse… les œuvres de celui qui m’a envoyé » (Jean 9:4).

Il nous est commandé de travailler

Le travail est le mode de vie sur terre depuis qu’Adam et Ève ont quitté le jardin d’Éden. Le Seigneur a dit à Adam : « C’est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain » (Genèse 3:19). Adam et Ève ont travaillé aux champs afin de subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs enfants (voir Moïse 5:1).

Le Seigneur a dit au peuple d’Israël : « Tu travailleras six jours » (Exode 20:9).

Au début du rétablissement de l’Église, le Seigneur a dit aux saints des derniers jours : « Or, les habitants de Sion ne me sont pas agréables, à moi, le Seigneur, car il y a des paresseux parmi eux » (D&A 68:31).

Un prophète de Dieu a dit : « Le travail doit être remis à l’honneur comme principe directeur de la vie des membres de notre Église » (voir Heber J. Grant, Enseignements des présidents de l’Église, Heber J. Grant, 2002, p. 120).

La responsabilité familiale

  • Quelles sont les responsabilités des pères, des mères et des enfants concernant la tenue du foyer ? Que peuvent faire les membres de la famille pour se partager le travail ?

Les parents travaillent ensemble pour assurer le bien-être physique, spirituel et émotionnel de leurs enfants. Ils ne doivent jamais attendre que quelqu’un se charge de cette responsabilité à leur place. L’apôtre Paul a écrit : « Si quelqu’un n’a pas soin des siens, et principalement de ceux de sa famille, il a renié la foi » (1 Timothée 5:8).

Les couples doivent rechercher l’inspiration du Seigneur et suivre les recommandations des prophètes lorsqu’ils fixent les responsabilités de chacun. Édifier un foyer où les principes de l’Évangile sont enseignés quotidiennement et où règnent l’amour et l’ordre est aussi important que de subvenir aux besoins fondamentaux en nourriture et en vêtements.

Les enfants doivent faire leur part du travail de la famille. Il est nécessaire que les enfants reçoivent des tâches adaptées à leurs capacités. Ils ont besoin d’être complimentés pour leurs réussites. Les bonnes attitudes, habitudes et compétences de travail s’acquièrent par des expériences réussies au foyer.

•Les gens rencontrent parfois des difficultés dans leurs efforts pour subvenir aux besoins de leur famille. Une maladie chronique, le décès du conjoint ou la charge d’un parent âgé peuvent ajouter aux responsabilités du foyer. Notre Père céleste se souvient des familles qui se trouvent dans ces situations et leur donne la force de s’acquitter de leurs devoirs. Il les bénit toujours si elles le lui demandent avec foi.

Nous pouvons aimer notre travail

  • Comment notre état d’esprit influence-t-il notre travail ?

Certaines personnes considèrent le travail comme une corvée. Pour d’autres, c’est un aspect passionnant de la vie. L’une des manières de profiter pleinement de la vie est d’apprendre à aimer le travail.

Nous ne pouvons pas tous choisir le genre de travail que nous faisons. Certains d’entre nous travaillent de longues heures pour subvenir aux besoins élémentaires. Il est difficile d’aimer ce genre de travail. Cependant, les gens les plus heureux ont appris à aimer leur travail, quel qu’il soit.

Nous pouvons nous aider mutuellement dans notre travail. Le fardeau le plus lourd s’allège quand quelqu’un d’autre en porte une partie.

Notre façon de considérer le travail est très importante. L’histoire suivante montre un homme qui voyait au-delà de ses tâches quotidiennes. Un voyageur est passé devant une carrière et a vu trois hommes au travail. Il a demandé à chacun ce qu’il faisait. La réponse de chaque homme révélait un état d’esprit différent à l’égard du même travail. Le premier a répondu : « Je taille les pierres. » Le deuxième a répliqué : « Je gagne trois pièces d’or par jour. » Le troisième a souri et a dit : « J’aide à construire une maison de Dieu. »

Nous pouvons servir Dieu dans tout travail honnête. Le roi Benjamin, prophète néphite, a dit : « Lorsque vous êtes au service de vos semblables, vous êtes simplement au service de votre Dieu » (Mosiah 2:17). Si notre travail ne permet que de subvenir aux besoins élémentaires de notre famille et de nous-mêmes, nous aidons quand même une partie des enfants de Dieu.

  • Comment pouvons-nous améliorer notre état d’esprit concernant le travail ?

Dieu condamne l’oisiveté

Le Seigneur n’est pas satisfait des paresseux ou des oisifs. Il a dit : « Le paresseux n’aura pas de place dans l’Église, à moins qu’il ne se repente et ne s’amende » (D&A 75:29). Il a aussi commandé : « Tu ne seras pas paresseux, car le paresseux ne mangera pas le pain et ne portera pas les vêtements du travailleur » (D&A 42:42).

Depuis les premiers jours de l’Église, les prophètes ont enseigné aux saints des derniers jours à être indépendants, à subvenir à leurs propres besoins et à éviter l’oisiveté. Les vrais saints des derniers jours ne feront pas volontairement porter à quelqu’un d’autre la charge de subvenir à leurs besoins. Tant qu’ils en seront capables, ils pourvoiront à leurs besoins vitaux et à ceux de leur famille.

Autant que possible, tous les membres de l’Église doivent accepter la responsabilité de prendre soin des membres de leur famille qui ne sont pas en mesure de subvenir à leurs besoins.

  • Quels effets l’oisiveté a-t-elle sur une personne, une famille ou une collectivité ?

Le travail, les loisirs et le repos

  • Pourquoi est-il important de garder un équilibre entre le travail, les loisirs et le repos ?

Chacun de nous doit trouver le bon équilibre entre le travail, les loisirs et le repos. Comme le dit un vieux dicton : « Il n’y a rien de plus fatiguant que de ne rien faire car on ne peut jamais s’arrêter pour se reposer. » Sans le travail, le repos et la détente n’ont aucun sens.

Non seulement il est agréable et nécessaire de se reposer, mais il nous est commandé de nous reposer le jour du sabbat (voir Exode 20:10 ; D&A 59:9-12). Ce jour de repos, après six jours de travail, nous redonne de l’énergie pour les jours qui suivent. Le Seigneur promet également la « plénitude de la terre » aux personnes qui respectent le jour du sabbat (voir D&A 59:16-20 ; voir aussi le chapitre 24 de ce livre).

Les autres jours de la semaine, en plus de travailler, nous pouvons passer du temps à cultiver nos talents, nous adonner à nos loisirs préférés, nous distraire ou faire d’autres activités qui nous détendent.

  • Que pouvons-nous faire pour garder un bon équilibre entre le travail, les loisirs et le repos ? Comment les parents peuvent-ils aider leurs enfants à garder cet équilibre ?

Les bénédictions du travail

  • Quelles sont les bénédictions du travail honnête ?

Dieu a révélé à Adam : « C’est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain » (Genèse 3:19). En plus d’être une loi temporelle, c’était une loi pour le salut de son âme. Il n’y a pas de réelle séparation entre le travail spirituel, mental et physique. Le travail est essentiel à notre progression et au développement de notre personnalité. Il donne également de nombreuses satisfactions que les paresseux ne connaîtront jamais.

David O. McKay a dit : « Prenons conscience que la possibilité de travailler est un don, que la force de travailler est une bénédiction, et que l’amour du travail est la réussite » (Pathways to Happiness, 1957, p. 381).

« Les hommes sont pour avoir la joie » (2 Néphi 2:25). Le travail est l’un des secrets pour obtenir une joie entière dans le plan de Dieu. Si nous sommes justes, nous retournerons vivre avec notre Père céleste et nous aurons du travail à faire. Lorsque nous deviendrons semblables à lui, notre œuvre deviendra semblable à la sienne. Son œuvre est de « réaliser l’immortalité et la vie éternelle de l’homme » (Moïse 1:39).

Écritures supplémentaires