Chapitre 4 : 1 Néphi 12-15
    Notes de bas de page

    Chapitre 4

    1 Néphi 12-15

    Introduction

    Boyd K. Packer, président du Collège des douze apôtres, a parlé du désir de notre Père céleste de nous accorder les désirs justes de notre cœur : « Aucun message n’apparaît dans les Écritures plus souvent et dit d’autant de façons différentes que « ‘Demandez, et vous recevrez’ » (Conference Report, octobre 1991, p. 26 ; ou L’Étoile, janvier 1992, p. 21). Néphi va appliquer l’invitation à demander « les choses que [son] père avait vues, et de croire que le Seigneur était capable de les faire connaître » (1 Néphi 11:1). Les désirs justes de Néphi vont être comblés, car il va non seulement écrire des informations semblables à celles que nous connaissions déjà à propos de la vision de Léhi, mais il va donner en plus une vision panoramique de ce monde jusqu’à la fin des temps (voir 1 Néphi 14:18-30). Cette vision est analogue à celle de Jean dans le livre de l’Apocalypse dans le Nouveau Testament. Étudiez la vision de Néphi et cherchez les prophéties précises qui ont été ou qui seront accomplies dans les événements de l’histoire. Les effets de l’Apostasie sont particulièrement importants, ainsi que le Rétablissement final de l’Évangile et le triomphe final du bien.

    Commentaires

    1 Néphi 12:11. « Blanchis dans le sang de l’Agneau »

    • Le blanc est le symbole de la pureté, de la justice et de la sainteté. Il faut être complètement pur pour être comme le Sauveur. Porter des vêtements blancs symbolise qu’une personne est vêtue de pureté ou que la pureté est l’une des caractéristiques de cette personne. Pareille pureté n’est possible que grâce au sacrifice expiatoire de Jésus-Christ au cours duquel son sang a été versé pour nos péchés.

    • Le président John Taylor
      Le président Taylor (1808-1887) a parlé de la nécessité d’aller au-delà de notre simple statut de membre de l’Église du Seigneur si nous voulons être suffisamment dignes pour nous tenir en la présence de notre Père céleste : « Cela va plus loin que ce que nous pensons parfois ; à savoir que, même si nous professons être disciples du Seigneur, même si nous professons avoir reçu l’Évangile et le suivre, cela ne sert à rien si nos vêtements n’ont pas été lavés et blanchis dans le sang de l’Agneau. Il ne suffit pas d’être associés à la Sion de Dieu, car elle est constituée d’hommes qui ont le cœur pur et une vie pure et qui sont sans tache devant Dieu ; c’est du moins ce à quoi nous devons arriver. Nous n’y sommes pas encore, mais nous devons y arriver pour être prêts à hériter la gloire et l’exaltation ; l’apparence de la piété ne nous sert donc pas à grand-chose… Il ne suffit pas d’accepter l’Évangile… et de faire partie du peuple de Dieu, d’assister à nos réunions, de prendre la Sainte-Cène du Seigneur et de nous efforcer d’avancer sans trop faire d’erreurs ; car malgré tout cela, si notre cœur n’est pas droit, si notre cœur n’est pas pur devant Dieu, si notre cœur et notre conscience ne sont pas purs, si nous ne craignons pas Dieu et que nous ne gardons pas ses commandements, et que nous ne nous repentons pas, nous ne recevrons pas les bénédictions dont j’ai parlé et dont les prophètes rendent témoignage » (Enseignements des présidents de l’Église : John Taylor 2001, p. 114-115).

    1 Néphi 12-14. Aperçu

    • Le tableau suivant nous aide à visualiser les événements importants qui ont conduit à l’établissement du royaume de Dieu sur la terre :

      Chart of Sequence of Events

      Succession d’événements conduisant à l’établissement du royaume de Dieu

      Nephites’ last battle

      Destruction de la nation néphite (voir 1 Néphi 12:19-23)

      Préservation des annales néphites (voir 1 Néphi 13:35, 40)

      Columbus

      Les Gentils découvrent la terre promise (voir 1 Néphi 13:12)

      Les Gentils s’installent dans la terre promise (voir 1 Néphi 13:12–16)

      Guerre d’indépendance

      © Comstock.com

      Une guerre internationale dans la terre promise (la guerre d’indépendance ; voir 1 Néphi 13:16-19)

      Les Gentils qui écoutent le Seigneur peuvent être « comptés parmi la maison d’Israël » (Rétablissement de l’Évangile ; voir 1 Néphi 14:1-2)

      Joseph Smith and Oliver Cowdery translating

      Parution de nouvelles Écritures (voir 1 Néphi 13:35-40 ; 14:7)

      Rétablissement de l’Église du Christ (voir 1 Néphi 14:10-17)

    1 Néphi 13:1-9. La grande et abominable Église

    • « En ce qui concerne le royaume de Dieu, le diable établit toujours son royaume en même temps pour s’opposer à Dieu » (Joseph Smith, le prophète, dans History of the Church, vol. 6, p. 364).

    • Bruce R. McConkie (1915-1985), du Collège des douze apôtres, définit comme suit la grande et abominable Église : « Les expressions Église du diable et grande et abominable Église sont utilisées pour décrire toutes… les organisations quels que soient leur nom ou leur nature (politique, philosophique, éducative, économique, sociale, fraternelle, civique ou religieuse), dont le but est d’éloigner les hommes de Dieu et de ses lois, les empêchant ainsi d’obtenir le salut dans le royaume de Dieu » (Mormon Doctrine, 2e éd. 1966, p. 137-138).

    • Un commentateur explique que la grande et abominable Église est constituée de plus d’une entité :

      « Aucune Église, confession ou groupe de croyants connu ne remplit toutes les conditions requises pour la grande et abominable Église. Elle doit avoir été créée parmi les Gentils, elle doit avoir modifié et contrôlé la diffusion des Écritures, tué les saints de Dieu, y compris les apôtres et les prophètes ; elle doit être de connivence avec les gouvernements civils et utiliser leur pouvoir de police pour imposer ses idées religieuses ; elle doit avoir une domination sur toute la terre ; elle doit rechercher une grande richesse et l’immoralité sexuelle et elle doit continuer d’exister jusqu’à la veille de la fin du monde. Il n’existe pas de confession ou de système de croyances bien précis qui corresponde à la totalité de cette description. Le rôle de Babylone a plus exactement été joué par toutes sortes d’organisations, d’idéologies et d’églises à de nombreuses époques différentes…

      « Pouvons-nous alors identifier l’entité historique qui a joué le rôle de grande et abominable Église dans les tout premiers temps de la chrétienté ? Pareille entité devrait avoir ses origines dans la seconde moitié du premier siècle et avoir accompli la plus grande partie de son travail dès la moitié du deuxième siècle.

      « Cette période pourrait être qualifiée de tache aveugle dans l’histoire chrétienne, car c’est ici que l’on a conservé le moins de sources historiques primaires. Nous avons de bonnes sources sur le christianisme de l’époque du Nouveau Testament, après quoi, les lumières s’éteignent, pour ainsi dire, et nous percevons les sons étouffés d’une grande bataille. Lorsque les lumières se rallument environ un siècle plus tard, nous nous apercevons que l’on a redisposé tout le mobilier et que le christianisme est devenu quelque chose de très différent de ce qu’il était à ses débuts » (Stephen E. Robinson, « Warring against the Saints of God », Ensign, janvier 1988, p. 38-39).

    1 Néphi 13:12. « Un homme parmi les Gentils »

    • Le président Benson (1899-1994) a identifié cet homme parmi les Gentils comme étant Christophe Colomb :

      « Dieu inspira ‘un homme parmi les Gentils’ (1 Néphi 13:12) qui fut conduit, par l’Esprit de Dieu, à redécouvrir l’Amérique et à attirer l’attention des peuples d’Europe sur cette nouvelle terre riche. Cet homme, bien sûr, était Christophe Colomb, qui rendit témoignage qu’il était inspiré à faire ce qu’il a fait.

      Christophe Colomb sur le pont d’un bateau

      © 1992 Robert Barrett

      « ‘Notre Seigneur’, a dit Colomb, ‘a éveillé mon esprit, m’a envoyé sur la mer et m’a enflammé pour cette entreprise. Ceux qui en ont entendu parler l’ont qualifiée d’insensée, se sont moqués de moi et ont ri. Mais qui peut douter que le Saint-Esprit m’ait inspiré ?’ » (Extrait de Jacob Wasserman, Columbus, Don Quixote of the Seas, pp. 19–20.) (The Teachings of Ezra Taft Benson 1988, p. 577).

    • Le président. Gordon B. Hinckley (1910-2008) reconnaissait en Colomb un homme inspiré par le Seigneur : « Une foule de critiques ont parlé contre [Christophe Colomb]. Je ne conteste pas qu’il y en ait eu d’autres qui sont arrivés avant lui dans le Nouveau Monde. Mais c’est lui qui, avec foi, alluma une lampe pour rechercher une nouvelle route vers la Chine. Ce faisant, il découvrit l’Amérique. C’était une entreprise énorme que la sienne : naviguer vers l’ouest sur des mers inconnues plus loin que personne de sa génération avant lui. C’est lui qui, en dépit de la terreur de l’inconnu, des plaintes et de la quasi-mutinerie de son équipage, poursuivit sa route, en faisant de fréquentes prières au Tout-Puissant pour être guidé. Dans ses rapports aux souverains d’Espagne, Colomb affirma de façon répétée que son voyage était pour la gloire de Dieu et la propagation de la foi chrétienne. C’est à juste titre que nous lui rendons honneur pour sa force inébranlable face à l’incertitude et au danger » (Conference Report, octobre 1992, p. 73-74 ; ou L’Étoile, janvier 1993, p. 52).

    1 Néphi 13:12-19. Intervention du Seigneur dans l’histoire des États-Unis d’Amérique

    • Le président Joseph F. Smith (1838-1918) lie la création des États-Unis d’Amérique au rétablissement de l’Évangile : « Le Tout-Puissant a suscité cette grande nation américaine par le pouvoir de sa main omnipotente, afin que le royaume de Dieu puisse être établi sur la terre dans les derniers jours. Si le Seigneur n’avait pas préparé la voie en posant les fondements de cette glorieuse nation, il aurait été impossible (en vertu des lois strictes et du sectarisme des gouvernements monarchiques du monde) de jeter les bases de la venue de son grand royaume. Le Seigneur l’a fait. (Gospel Doctrine, 5e éd., 1939, p. 409).

    • Robert D. Hales, du Collège des douze apôtres, parle de la manière dont Dieu a inspiré les fondateurs de l’Amérique de créer une nouvelle nation avec la liberté de culte pour tous en vue du rétablissement de l’Évangile. « Plus d’un siècle plus tard [après la découverte de l’Amérique], un sentiment religieux semblable a guidé les fondateurs d’une nouvelle nation sur le continent américain. Guidés par la main de Dieu, ils ont garanti la liberté religieuse pour chaque citoyen dans une Charte des Droits inspirée. Quatorze ans plus tard, le 23 décembre 1805, Joseph Smith, le prophète, venait au monde. Les préparatifs du Rétablissement touchaient à leur fin » (Conference Report, octobre 2005, p. 94 ; ou Le Liahona, novembre 2005, p. 90).

    1 Néphi 13:20-29. Des vérités claires et précieuses ôtées de la Bible

    • Jeffrey R. Holland, du Collège des douze apôtres, explique la signification de « claires et précieuses » : « Les parties… manquant à la Bible étaient à la fois ‘claires et précieuses’. Elles étaient claires dans leur simplicité et leur clarté, étant faciles ‘à comprendre pour… les enfants des hommes’ ; elles étaient précieuses dans leur pureté et leur profonde valeur, leur importance salvatrice et leur importance éternelle pour les enfants de Dieu » (Christ and the New Covenant 1997, p. 5).

    • Un éducateur propose l’explication suivante des changements dans les Écritures :

      « Les manuscrits originaux de la Bible ont apparemment disparu très tôt. Ceci semble particulièrement vrai en ce qui concerne le Nouveau Testament. Sir Frederic Kenyon, un des plus grands érudits textuels du début du XXe siècle, a fait le commentaire suivant : ‘Les manuscrits originaux des différents livres ont depuis longtemps disparu. Ils ont dû périr dans la prime enfance de l’Église, car aucun auteur chrétien n’y fait jamais allusion.’ L’affirmation de Kenyon est particulièrement importante pour nous parce qu’elle signifie que, depuis des siècles, il n’y a aucun manuscrit original de la Bible pour guider le lecteur. Même au cours des premières décennies de l’Église chrétienne primitive, les textes originaux semblent avoir été absents…

      « L’ange (dans 1 Néphi 13:21-29) dit clairement qu’il ne parle pas d’accidents subtils de rédaction ou de lecture, avec, pour résultat, quelques lettres ou mots mal placés, erreurs involontaires de copistes. Il attribue explicitement ces changements au travail éditorial prémédité de conspirateurs (voir 1 Néphi 13:27-28)…

      « En lisant les paroles de l’ange, nous découvrons que le monde n’a jamais eu de Bible complète, car elle a été massivement et —même radicalement—corrompue avant sa diffusion. Bien entendu, en plus de la corruption délibérée majeure de la Bible au début de l’ère chrétienne, les manuscrits ont aussi continué à souffrir des changements graduels relativement mineurs dus aux erreurs de rédaction et de lecture dont les érudits parlent. Ainsi, deux processus ont eu lieu : (1) une corruption majeure, soudaine, et délibérée du texte et (2) une diffusion graduelle de variantes qui s’est produite comme conséquence naturelle de la copie et de la traduction » (Robert J. Matthews, A Bible ! A Bible ! 1990, p 74–75).

      Image de la Bible
      Joseph Smith a enseigné que « beaucoup de points importants concernant le salut des hommes avaient été enlevés de la Bible ou perdus avant qu’elle ne fût compilée » (History of the Church, vol. 1, p. 245). Il a aussi dit que la Bible était correcte lorsqu’elle « est sortie de la plume des auteurs originels » mais que « des traducteurs ignorants, des copistes négligents ou des prêtres conspirateurs et corrompus ont commis beaucoup d’erreurs » (History of the Church, vol. 6, p. 57.)

    1 Néphi 13:32-40. Rétablissement de choses claires et précieuses

    • James E. Faust (1920-2007), de la Première Présidence, explique comment les ouvrages canoniques de l’Église ont été le moyen principal par lequel ces vérités perdues ont été rétablies :

      « L’apôtre Jean a eu la vision de l’époque où un ange viendrait sur la terre, dans le cadre du Rétablissement de l’Évangile. Cet ange était Moroni, qui est apparu à Joseph Smith, le prophète. Il a conduit Joseph à l’endroit où se trouvaient des plaques d’or contenant des écrits anciens. Puis Joseph Smith a traduit ces plaques par le don et le pouvoir de Dieu et le Livre de Mormon a été publié. Il s’agit du récit de deux groupes de personnes qui ont vécu il y a des centaines d’années sur le continent américain. On ne connaissait que peu de choses sur elles avant la parution du Livre de Mormon. Mais le plus important, c’est que le Livre de Mormon est un autre témoignage du Christ. Il rétablit de précieuses vérités concernant la Chute, l’Expiation, la Résurrection et la vie après la mort.

      « Avant le Rétablissement, les cieux étaient fermés depuis des siècles. Mais en raison de la présence de prophètes et d’apôtres à nouveau sur la terre, les cieux ont de nouveau été ouverts, accordant visions et révélations. Beaucoup de révélations reçues par Joseph Smith, le prophète, ont été écrites dans un livre connu sous le nom de Doctrine et Alliances. Celui-ci contient d’autres connaissances concernant des principes et des ordonnances et constitue une source précieuse de renseignements concernant l’organisation de la prêtrise. De plus, nous avons un autre livre d’Écritures appelé la Perle de Grand prix. Il contient le livre de Moïse qui a été révélé à Joseph Smith, le prophète, et le livre d’Abraham qu’il a traduit à partir d’un manuscrit égyptien. Ces documents non seulement nous apprennent beaucoup de choses concernant Moïse, Abraham, Hénoc et d’autres prophètes, mais nous donnent aussi beaucoup de détails concernant la Création. Nous apprenons que l’Évangile de Jésus-Christ a été enseigné à tous les prophètes depuis le début— dès l’époque d’Adam même » (Conference Report, avril 2006, p. 68 ; ou Le Liahona, mai 2006, p. 67-68).

    • La traduction de la Bible par Joseph Smith rétablit aussi de nombreuses choses claires et précieuses. La traduction de la Bible par Joseph Smith est une « révision ou traduction de la version anglaise de la Bible dite version du roi Jacques, que Joseph Smith, le prophète, commença en juin 1830. Dieu lui commanda de faire la traduction, et il la considérait comme faisant partie de son appel de prophète…

      « La traduction de Joseph Smith a rétabli certaines des choses claires et précieuses qui ont été perdues dans la Bible (1 Néphi 13). Bien qu’elle ne soit pas la Bible officielle de l’Église, cette traduction propose beaucoup d’explications intéressantes et est très précieuse pour la compréhension de la Bible. Elle est également un témoin de l’appel et du ministère divins du prophète Joseph Smith » (Guide des Écritures, « Traduction de Joseph Smith » ; voir aussi 2 Néphi 3:11 ; History of the Church, vol. 1, p. 238).

      Avec la révélation continue dans l’Église du Seigneur, le processus par lequel la doctrine et les principes clairs et précieux de l’Évangile sont apportés aux gens à travers le monde est un processus permanent. Les rapports de conférence et les autres écrits inspirés des apôtres et des prophètes du Seigneur sont essentiels à la compréhension des vérités claires et précieuses de l’Évangile.

    1 Néphi 14:7. « Une œuvre merveilleuse et un prodige »

    • Pour parler du Rétablissement de l’Évangile et de l’organisation de l’Église, les Écritures utilisent l’expression : « une œuvre merveilleuse et un prodige » (1 Néphi 14:7 ; 3 Néphi 21:9). Dans ce contexte, le mot prodige veut dire quelque chose d’important et de significatif, tandis que merveilleuse signifie formidable et inexplicable. Œuvre désigne un acte ou un accomplissement de portée éternelle.

      Jeffrey R. Holland, du Collège des douze apôtres, explique que l’Église est doublement importante : « Cette Église, le grand corps constitué du Christ, est une œuvre merveilleuse et un prodige, pas seulement pour ce qu’elle fait pour les fidèles, mais aussi à cause de ce que les fidèles font pour elle. Votre vie est au cœur même de cette merveille. Vous en êtes le témoignage » (Conference Report, octobre 1994, p. 42 ; ou L’Étoile, janvier 1995, p. 32).

    1 Néphi 14:14. Armés de justice et de pouvoir

    • Neal A. Maxwell (1926-2004), du Collège des douze apôtres, explique que c’est la justice qui sera le pouvoir du peuple du Seigneur : « Alors regardons-nous. Pour l’Église, les Écritures suggèrent un criblage accéléré en même temps qu’une croissance numérique et spirituelle accélérée—et tout cela avant le moment où le peuple de Dieu sera ‘armé de justice’ —non d’armes—et où la gloire du Seigneur sera déversée sur lui (1 Néphi 14:14 ; voir aussi 1 Pierre 4:17 ; D&A 112:25). Le Seigneur est bien décidé à avoir un peuple éprouvé, pur et élu (voir D&A 100:16 ; 101:4 ; 136:31), et ‘il n’est rien que ton Dieu n’accomplisse, s’il prend à cœur de le faire’ (Abraham 3:17) » (Conference Report, avril 1988, p. 8 ; ou Ensign, mai 1988, p. 8).

    • Frère Maxwell explique, en outre, qu’il est vital que nous honorions nos alliances si nous voulons recevoir cette promesse : « Les membres de l’Église ont un rendez-vous spécial à respecter, frères et sœurs. Néphi l’a vu. Il a dit que, dans un jour futur, le peuple de l’alliance du Seigneur ‘dispersé sur toute la surface de la terre’, serait ‘armé de justice et du pouvoir de Dieu, dans une grande gloire’ (1 Néphi 14:14). Cela se produira, mais uniquement après que davantage de membres seront devenus plus saints et consacrés dans leur comportement » (Conference Report, octobre 1991, p. 43 ; ou L’Étoile, janvier 1991, p. 32).

    1 Néphi 14:18-30. Le livre de Jean le Révélateur

    • Les versets 18-30 dans 1 Néphi 14 font allusion au livre de l’Apocalypse, dernier livre du Nouveau Testament, écrit par l’apôtre Jean. Néphi a vu les événements de notre époque mais n’a pas eu la permission de les écrire, car c’était la responsabilité de Jean. Le verset 26 pourrait faire allusion à la partie du Livre de Mormon qui était scellée. (Pour plus de renseignements sur la partie scellée, voir 2 Néphi 27:7 ; 3 Néphi 26:7-11 ; Éther 4:7.)

    1 Néphi 15:2-11. « Ils avaient le cœur endurci »

    • Dallin H. Oaks, du Collège des douze apôtres, explique comment un cœur endurci limite notre spiritualité :

      « Néphi essaya d’enseigner à ses frères qu’ils pouvaient connaître la signification des paroles prophétiques de leur père, ‘qui étaient dures à comprendre si on n’interrogeait pas le Seigneur’ (1 Né. 15:3). Néphi leur dit que s’ils ne s’endurcissaient pas le cœur, s’ils gardaient les commandements et interrogeaient le Seigneur avec foi, ‘assurément ces choses vous seront révélées’ (1 Né. 15:11).

      « Si nous nous endurcissons le cœur, rejetons la révélation continue et limitons notre connaissance à ce que nous pouvons obtenir par l’étude et la raison sur la langue précise du jeu actuel d’Écritures, notre compréhension sera limitée à ce qu’Alma appelle ‘la plus petite partie de la parole’ (Alma 12:11). Si nous recherchons et acceptons la révélation et l’inspiration pour augmenter notre compréhension des Écritures, nous verrons l’accomplissement de la promesse inspirée de Néphi que ceux qui cherchent diligemment auront ‘les mystères de Dieu… qui leur seront dévoilés par le pouvoir du Saint-Esprit’ (1 Né. 10:19) » (“Scripture Reading and Revelation,” Ensign, janvier 1995, p. 7).

      Missionnaires au MTC
    • Joseph Smith, le prophète, explique que non seulement Laman et Lémuel pouvaient connaître les choses que Néphi et son père connaissaient, mais que ce principe s’applique aussi à nous : « Si nous pouvions tous nous réunir en étant unis de cœur et d’esprit dans une foi parfaite, le voile pourrait aussi bien se déchirer aujourd’hui que la semaine prochaine ou à n’importe quel autre moment » (Enseignements du prophète Joseph Smith, compilés par Joseph Fielding Smith, 1976, p. 4).

      « Dieu n’a rien révélé à Joseph qu’il ne révélera aux Douze, et même le moindre des saints peut tout savoir aussi vite qu’il est capable de le supporter » (History of the Church, vol. 3, p. 380).

    1 Néphi 15:12-13. Les Juifs et les Gentils

    • Il est souvent question des Juifs et des Gentils dans le Livre de Mormon. Il est parfois difficile de comprendre à qui le texte s’adresse. Bruce R. McConkie, du Collège des douze apôtres, nous aide à résoudre cette difficulté : « Léhi et Néphi divisent tous les hommes en deux camps : les Juifs et les Gentils. Les Juifs sont aussi bien les citoyens du royaume de Juda que leurs descendants ; tous les autres sont considérés comme des Gentils. Ainsi, nous sommes les Gentils dont cette Écriture parle ; nous sommes ceux qui ont reçu la plénitude de l’Évangile, et nous l’apporterons aux Lamanites qui sont Juifs parce que leurs pères sont venus de Jérusalem et du royaume de Juda » (A New Witness for the Articles of Faith 1985, p. 556).

      Frère McConkie identifie aussi un Gentil qui participerait grandement au Rétablissement : « Joseph Smith… était le Gentil par lequel le Livre de Mormon est apparu et les membres de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours… sont les Gentils qui apportent le salut aux Lamanites et aux Juifs » (The Millennial Messiah 1982, p. 233).

    1 Néphi 15:13–16. Le rétablissement de l’Évangile dans les derniers jours

    • Le président Hinckley parle de l’impact du Rétablissement dans l’histoire : « Mes frères et sœurs, comprenez-vous ce que nous avons ? Êtes-vous conscients de notre place dans la grande épopée de l’histoire humaine ? C’est maintenant l’aboutissement de tout ce qui est arrivé auparavant. Ce sont les jours du Rétablissement. C’est l’époque où des hommes de toute la terre viennent à la montagne de la maison de l’Éternel pour chercher et apprendre, marcher dans ses sentiers et apprendre ses voies. C’est l’aboutissement de tous les siècles depuis la naissance du Christ jusqu’à cette époque actuelle merveilleuse ». (Conference Report, octobre 1999, p. 94 ; ou Le Liahona, janvier 2000, p. 74).

    1 Néphi 15:12-20. Le rassemblement d’Israël

    1 Néphi 15:24. La parole de Dieu et les traits enflammés

    • Le président Benson a parlé de la bénédiction de posséder la parole de Dieu. Elle nous guidera non seulement vers de grandes bénédictions, mais nous donnera aussi la force de rester fermes face à la tentation : « Dans son songe, Léhi vit une barre de fer qui passait à travers un brouillard de ténèbres. Il vit que si les gens tenaient fermement cette barre, ils pourraient éviter les rivières souillées, rester loin des sentiers interdits et cesser de marcher sur des routes étranges qui mènent à la destruction. Plus tard, Néphi expliqua clairement le symbolisme de la barre de fer. Lorsque Laman et Lémuel demandèrent : ‘Que signifie la barre de fer ?’ Néphi leur répondit : ‘C’était la parole de Dieu ; et [remarquez cette promesse] Quiconque prêtait l’oreille à la parole de Dieu, et s’y tenait fermement ne périrait jamais ; et les tentations et les traits enflammés de l’adversaire ne pourraient pas non plus avoir le dessus sur eux au point de les aveugler pour les entraîner vers la destruction’ (1 Né. 15:23-24 ; italiques ajoutés.) La parole de Dieu ne nous conduira pas seulement au fruit qui est le plus désirable de tous les fruits, mais grâce à la parole de Dieu et à travers elle, nous pouvons trouver la force de résister à la tentation et de contrecarrer l’œuvre de Satan et de ses émissaires » (“The Power of the Word,” Ensign, mai 1986, p. 80).

    1 Néphi 15:32-35. « Jugés selon leurs œuvres »

    • Dallin H. Oaks dit comment nos œuvres déterminent qui nous sommes. Ce que nous devenons par nos œuvres constitue le jugement que nous recevrons :

      « De nombreuses Écritures de la Bible et des derniers jours parlent d’un jugement final au cours duquel tous les gens seront récompensés selon leurs œuvres ou les désirs de leur cœur. Mais d’autres passages des Écritures approfondissent cela et indiquent que nous serons jugés selon l’état que nous aurons atteint.

       « Le prophète Néphi décrit le jugement dernier en termes de ce que nous sommes devenus : ‘Et si leurs œuvres sont souillées, ils doivent nécessairement être souillés ; et s’ils sont souillés, il faut nécessairement qu’ils ne puissent pas demeurer dans le royaume de Dieu’ (1 Néphi 15:33 ; italiques ajoutés). Moroni déclare : ‘Celui qui est souillé restera souillé ; et celui qui est juste restera juste’ (Mormon 9:14 ; italiques ajoutés ; voir aussi Apocalyse 22:11-12 ; 2 Néphi 9:16 ; D&A 88:35). Il en serait de même pour ‘l’égoïste’ ou le ‘désobéissant’, ou pour quiconque a une autre attitude contraire à la loi de Dieu. Parlant de ‘l’état’ des méchants au jugement final, Alma explique que si nous sommes condamnés par nos paroles, nos actions et nos pensées, ‘nous ne serons pas considérés comme sans tache… et dans cet état affreux, nous n’oserons pas lever les yeux vers notre Dieu’ (Alma 12:14).

      « Ces enseignements nous permettent de conclure que le jugement dernier ne sera pas une simple évaluation de la somme des actions, bonnes et mauvaises, de ce que nous aurons fait. Ce sera la constatation de l’effet définitif de nos actions et pensées, de ce que nous serons devenus. Il ne suffit pas d’agir superficiellement. Les commandements, les ordonnances et les alliances de l’Évangile ne sont pas la liste des dépôts à faire sur un compte céleste. L’Évangile de Jésus-Christ est un plan qui nous montre comment devenir ce que notre Père céleste désire que nous devenions » (Conference Report, octobre 2000, p. 41 ; ou Le Liahona, janvier 2001, p. 32).

    1 Néphi 15:34-35. L’état final des âmes

    • La distinction est très nette entre le bien et le mal, la lumière et les ténèbres, le royaume de Dieu et le royaume du diable. L’enfer est le lieu préparé pour ceux qui sont impurs et qui suivent Satan, alors que les justes qui ont suivi Dieu jouissent de la paix et de la gloire de son royaume. Mais comment l’état final de tous les hommes peut-il être réparti entre seulement deux groupes, ceux qui « [demeurent] dans le royaume de Dieu » et ceux qui seront « chassé[s] » ? (1 Néphi 15:35).

      La seconde venue du Christ

      La clé pour répondre à cette question se trouve dans Doctrine et Alliances 76:43, qui résume l’œuvre du Christ de cette façon : « [Il] glorifie le Père, et sauve toutes les œuvres de ses mains, sauf ces fils de perdition qui renient le Fils après que le Père l’a révélé. » Ainsi, l’état final inclura le regroupement des personnes sauvées et non sauvées, ou fils de perdition. Les personnes sauvées comprendront celles qui sont autorisées à entrer dans un degré de gloire. Les Doctrine et Alliances 76 mentionnent trois degrés de gloire (céleste, terrestre et téleste) et donnent des informations sur les personnes qui sont dignes de chaque demeure dans le royaume de Dieu. Ainsi, le salut au sein du royaume de Dieu se produit dans les trois degrés de gloire, alors que ceux qui ne se qualifient pas sont fils de perdition.

    Points à méditer

    • Comment pouvez-vous utiliser l’exemple de Néphi (interroger le Seigneur) pour que l’inspiration et la révélation jouent un rôle plus important dans votre vie ?

    • De quelle manière le Seigneur a-t-il préparé la voie pour le Rétablissement de l’Évangile dans cette dispensation ?

    • Quelle explication donneriez-vous de l’expression : « traits enflammés de l’adversaire » ? Quels sont les traits enflammés spécifiques qui vous affligent ? Que devez-vous faire pour mieux résister aux traits enflammés qui gênent votre progression spirituelle ?

    Idées de tâches

    • Faites une brève rédaction sur l’une des questions suivantes :

      1. De quelle manière progressez-vous vers l’arbre de vie ?

      2. Que représente « la grande et abominable Église » ?

      3. Quelle est la relation entre 1 Néphi 13 et le huitième article de foi ?