Chapitre 1 La clé de voûte de notre religion
    Notes de bas de page

    Chapitre 1

    La clé de voûte de notre religion

    Introduction

     Joseph Smith, le prophète, devant le temple de Nauvoo
    Joseph Smith, le prophète, (1805-1844) a dit : « Je dis aux frères que le Livre de Mormon était le plus correct de tous les livres de la terre et la clef de voûte de notre religion, et qu’un homme se rapprocherait davantage de Dieu en en suivant les préceptes que par n’importe quel autre livre » (History of the Church, vol. 4, p. 461 ; Livre de Mormon, Introduction).

    Jeffrey R. Holland, du Collège des douze apôtres, a écrit que le Livre de Mormon « doit être considéré comme le texte religieux le plus remarquable et le plus important qui ait jamais été révélé depuis que les écrits du Nouveau Testament ont été compilés il y a deux mille ans. En effet, étant donné le rôle qu’il a joué dans le rétablissement de vérités bibliques claires et précieuses qui avaient été perdues, tout en ajoutant des dizaines de vérités nouvelles sur Jésus-Christ et en préparant le chemin du rétablissement complet de l’Évangile et du jour triomphant de son retour millénaire, le Livre de Mormon peut être considéré comme étant le texte religieux le plus remarquable et le plus important qui ait jamais été donné au monde » (Christ and the New Covenant,1997, p. 9-10).

    Dès le début de votre étude du Livre de Mormon, recherchez les grandes vérités qu’il renferme. Le Livre de Mormon rend particulièrement témoignage de la divinité de Jésus-Christ et de la réalité de son expiation. De plus, le Livre de Mormon réaffirme l’alliance de Dieu avec la maison d’Israël et il nous montre que nous avons besoin de contracter et de respecter des alliances sacrées. En étudiant ce livre d’Écritures à l’aide de la prière, vous verrez votre témoignage de l’Évangile de Jésus-Christ et de son Rétablissement sur terre dans les derniers jours y gagner en profondeur et en puissance.

    Commentaires

    Page de titre

    • La page de titre du Livre de Mormon commence par : « Le Livre de Mormon, récit écrit de la main de Mormon sur des plaques d’après les plaques de Néphi. » Cet intitulé est suivi de deux paragraphes, écrits probablement par Moroni, un prophète du Livre de Mormon, fils de Mormon. Joseph Smith, le prophète, explique : « La page de titre du Livre de Mormon est la traduction littérale, tirée de la toute dernière feuille, située du côté gauche du recueil ou livre de plaques, qui contenait le document qui a été traduit. Le texte se lit de la même manière que tout écrit hébreu en général [c’est-à-dire de droite à gauche]. Ladite page de titre n’est en aucune façon un écrit moderne, que ce soit de moi ou de tout autre homme qui ait vécu ou vive à notre époque » (History of the Church, vol. 1, p. 71).

    « Pour paraître, en temps voulu »

    • Le premier paragraphe de la page de titre du Livre de Mormon déclare que les annales sacrées « paraîtront, en temps voulu ». Le président Benson (1899-1994) a rendu témoignage que le moment choisi pour la parution du Livre de Mormon montre son importance dans le Rétablissement de l’Évangile :

      « Un… témoignage fort de l’importance du Livre de Mormon est le moment où le Seigneur a situé sa parution dans le calendrier du Rétablissement. Le seul événement qui l’a précédé a été la Première Vision. Au cours de cette manifestation merveilleuse, Joseph Smith, le prophète, a appris la vraie nature de Dieu et a su qu’il avait une œuvre à lui faire accomplir. La parution du Livre de Mormon a été l’événement suivant.

      « Pensez à ce que cela implique. La parution du Livre de Mormon a précédé le rétablissement de la Prêtrise. Il a été publié quelques jours seulement avant l’organisation de l’Église. Les saints ont eu le Livre de Mormon entre les mains avant de recevoir les révélations contenant des points de doctrine aussi importants que les trois degrés de gloire, le mariage céleste ou l’œuvre pour les morts. Il est arrivé avant les collèges de la prêtrise et l’organisation de l’Église. Cela ne nous apprend-il pas quelque chose sur la façon dont le Seigneur considère ce récit sacré ? » (Conference Report, octobre 1986, p. 3 ; ou Ensign, novembre 1986, p. 4).

    • L. Tom Perry, du Collège des douze apôtres, explique que le Livre de Mormon a été écrit pour notre époque : « Les principaux auteurs de ce livre ont pleinement compris que leurs écrits s’adressaient en priorité aux personnes d’une génération à venir et non aux gens de la leur. Moroni a écrit à notre génération : ‘Je vous parle comme si vous étiez présents.’ (Mormon 8:35) » (Conference Report, octobre 2005, p. 5 ; ou Le Liahona, novembre 2005, p. 6-7).

    • Concernant le besoin d’appliquer les enseignements du Livre de Mormon dans notre vie, le président Benson a dit : « Si les personnes qui l’ont écrit ont vu notre époque et ont choisi les choses qui auraient le plus de valeur pour nous, n’est-ce pas de cette façon que nous devons étudier le Livre de Mormon ? Nous devrions constamment nous demander : ‘Pourquoi le Seigneur a-t-il inspiré Mormon (ou Moroni ou Alma) d’inclure cela dans ses annales ? Quelle leçon puis-je en tirer pour m’aider à vivre à notre époque ? ’» (Conference Report, octobre 1986, p. 5 ; ou Le Liahona, novembre 1986, p. 6).

      Frère Perry a aussi suggéré une habitude importante à prendre lorsqu’on lit le Livre de Mormon : « À chaque lecture du Livre de Mormon, nous devrions probablement nous demander : « Pourquoi ses auteurs ont-ils choisi d’inclure dans les annales les histoires particulières qu’elles contiennent, et quelle valeur ont-elles pour nous aujourd’hui ? » (Conference Report, octobre 2005, p. 5 ; ou Le Liahona, novembre 2005, p. 8).

    Interprétation par le don de Dieu

    • Les plaques d’or contenaient la promesse qu’elles seraient interprétées « par le don et le pouvoir de Dieu » (page de titre du Livre de Mormon). Russell M. Nelson, du Collège des douze apôtres, nous donne des renseignements remarquables sur la traduction du Livre de Mormon :

      « On ne connaît pas encore pleinement les détails de cette méthode de traduction miraculeuse. Pourtant nous en possédons quelques bribes précieuses…

      Emma Smith, qui a été parmi les premières personnes à servir de secrétaires à Joseph, a raconté ceci en 1856 :

      « Lorsque mon mari a traduit le Livre de Mormon, j’en ai écrit une partie. Il me dictait chaque phrase, mot à mot, et lorsqu’il arrivait à des noms propres qu’il ne savait pas prononcer ou à des mots longs, il les épelait. Pendant que je les écrivais, il m’arrêtait si j’avais commis une faute d’orthographe et me corrigeait, bien qu’il lui fût impossible de voir comment je les écrivais à ce moment-là. Il ne pouvait même pas prononcer le mot Sariah au début, et il a dû me l’épeler et je le prononçais pour lui.

      Quand il s’arrêtait pour une raison ou une autre, il reprenait sans aucune hésitation à l’endroit où il s’était interrompu. Une fois, alors qu’il traduisait, il s’est arrêté brusquement, pâle comme la mort, et m’a demandé : ‘Emma, est-ce que la ville de Jérusalem était entourée de murs ?’ Quand je l’ai assuré que oui, il a répondu : ‘Oh ! [je ne savais pas]. J’ai eu peur d’avoir été trompé.’ Ses connaissances en histoire étaient si limitées à cette époque qu’il ne savait même pas que Jérusalem était entourée de murs. » (Edmund C. Briggs, « A Visit to Nauvoo in 1856 », Journal of History, janvier 1916, p. 454) …

      Au fil des années, le prophète allait améliorer ses aptitudes ; néanmoins, Emma reconnut que Joseph ne possédait que des rudiments de lecture à l’époque où il traduisit les plaques d’or :

      « Joseph Smith… était incapable d’écrire ou de dicter une lettre cohérente et formulée convenablement, encore plus de dicter un livre comme le Livre de Mormon. J’ai pris une part active à ces événements et cependant, c’est aussi merveilleux pour moi, c’est autant ‘un prodige et un miracle’ que pour n’importe qui d’autre. » Ibid., (« A Treasured Testament », Ensign, juillet 1993, p. 62–63).

    Le Livre de Mormon confirme l’alliance de Dieu avec Israël

    • En plus de rendre témoignage de Jésus-Christ, le Livre de Mormon démontre que Dieu se souvient de son alliance avec la maison d’Israël. Le Guide des Écritures décrit la maison d’Israël, sa dispersion et son rassemblement :

      « Le Seigneur donna le nom d’Israël à Jacob, fils d’Isaac et petit-fils d’Abraham dans l’Ancien Testament (Genèse 32:28 ; 35:10). Le nom Israël peut désigner Jacob lui-même, ses descendants ou le royaume que ses descendants possédèrent jadis à l’époque de l’Ancien Testament…

      « Les douze tribus d’Israël : Jacob, petit-fils d’Abraham, dont le nom fut changé en Israël, eut douze fils. Leurs descendants sont devenus les douze tribus d’Israël ou les enfants d’Israël…

      « Dispersion d’Israël : Le Seigneur dispersa et affligea les douze tribus d’Israël à cause de leur injustice et de leur rébellion. Il utilisa cependant aussi cette dispersion de son peuple élu parmi les nations du monde pour donner des bénédictions à celles-ci…

      « Rassemblement d’Israël : La maison d’Israël sera rassemblée dans les derniers jours avant la venue du Christ (dixième article de foi). Le Seigneur rassemble son peuple, Israël, quand il l’accepte et garde ses commandements (Guide des Écritures, « Israël »).

    • Les membres de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours constituent cette partie de la maison d’Israël qui a été rassemblée pour retrouver la connaissance de ses pères et les alliances du Seigneur. Le Seigneur a déclaré : « Car vous êtes les enfants d’Israël, et de la postérité d’Abraham » (D&A 103:17).

    • Bruce R. McConkie (1915-1985) a écrit au sujet du rôle du Livre de Mormon dans le rassemblement d’Israël dans les derniers jours : « Le Livre de Mormon est le livre le plus important qui ait été ou qui sera jamais écrit concernant le rassemblement d’Israël. C’est le livre qui rassemble Israël et qui révèle, dans sa plénitude et dans sa perfection, la doctrine du rassemblement de la postérité élue. C’est le livre, don de Dieu, qui est destiné à prouver la vérité et la divinité de cette grande œuvre des derniers jours. Il contient la plénitude de l’Évangile éternel et porte en lui la preuve de sa propre divinité. Toute personne vraiment convertie sait par les révélations du Saint-Esprit à l’esprit qui est en elle que le Livre de Mormon est la volonté et la voix du Seigneur à l’intention du monde actuel. C’est lui qui amène les gens à croire en l’Évangile et à devenir membres de l’Église et, comme nous l’avons vu jusqu’à présent, c’est le pouvoir qui accomplit le rassemblement d’Israël. Si le Livre de Mormon n’existait pas, d’un point de vue pratique, le rassemblement du peuple du Seigneur dans les derniers jours serait au point mort. Les brebis perdues de la maison d’Israël entendent la voix de leur Berger telle qu’elle est contenue dans ce livre et, en écoutant cette voix, elles entrent dans la vraie bergerie. Il est impossible de surestimer l’importance de ce livre d’Écritures néphites pour le salut de l’humanité dans les derniers jours » (A New Witness for the Articles of Faith 1985, p. 554).

    Convaincre Juif et Gentil que « Jésus Est Le Christ ».

    • D’après la page de titre, le but du Livre de Mormon est de convaincre Juif et Gentil que « Jésus Est Le Christ, Le Dieu Éternel, qui se manifeste à toutes les nations ». Le sous-titre du Livre de Mormon, un autre témoignage de Jésus-Christ, accentue son but principal. Boyd K. Packer, président du Collège des douze apôtres, a expliqué ce que signifie le sous-titre :

      « Les Frères ont décidé que le Livre de Mormon porterait dorénavant le titre : « Le Livre de Mormon », avec le sous-titre : « Un autre témoignage de Jésus-Christ ».

      « Le bois ou annales de Juda (l’Ancien Testament et le Nouveau Testament) et le bois ou les annales d’Éphraïm (le Livre de Mormon qui est un autre témoignage de Jésus-Christ) sont maintenant si intimement liés que si vous vous plongez dans l’un, vous êtes entraîné vers l’autre ; si vous apprenez de l’un, vous êtes éclairé par l’autre. Ils sont vraiment unis dans nos mains. La prophétie d’Ezéchiel est maintenant accomplie » (Conference Report, octobre 1982, p. 75 ; ou Ensign, novembre 1982, p. 53).

    • Le président Benson a expliqué la signification du mot testament : « Nous souvenons-nous de la nouvelle alliance, c’est-à-dire du Livre de Mormon ? (voir D&A 84:57). Dans la Bible, il y a l’Ancien Testament et le Nouveau Testament. Le mot testament est l’équivalent anglais d’un mot grec qui peut aussi se traduire par alliance. Est-ce ce que le Seigneur avait à l’esprit lorsqu’il a appelé le Livre de Mormon ‘la nouvelle alliance’ ? C’est effectivement un autre testament ou témoignage de Jésus-Christ. C’est une des raisons pour lesquelles nous avons ajouté récemment les mots : « Un autre témoignage de Jésus-Christ » au titre du Livre de Mormon » (Conference Report, octobre 1986, p. 4 ; ou Ensign, novembre 1986, p. 4).

    • Russell M. Nelson, du Collège des douze apôtres, a conseillé : « Quand vous lisez le Livre de Mormon, concentrez-vous sur le personnage principal de l’ouvrage, du premier au dernier chapitre, sur le Seigneur Jésus-Christ, Fils du Dieu vivant. » (Conference Report, octobre 1999, p. 87 ; ou Le Liahona, janvier 2000, p. 69).

      Jeffrey R. Holland donne cette explication supplémentaire :

      « [Le Seigneur] nous a offert une dernière alliance, il nous a donné un dernier testament au moment où il tend pour la dernière fois la main à l’homme déchu. Il nous a offert un dernier témoignage écrit d’amour et de miséricorde… Ce testament, ce témoignage suprême, cette ‘nouvelle alliance’ offerte aux enfants des hommes pour la dernière fois, constitue le message du Livre de Mormon. »

      Joseph Smith et Oliver Cowdery en train de traduire

      © 1996 IRI Del Parson

      « Aucun livre ne donne plus de renseignements concernant les promesses de Dieu aux hommes dans les derniers jours. Ces promesses sont centrées sur son Fils unique, sur « les mérites, la miséricorde, et la grâce du Saint Messie… [qui] intercédera pour tous les enfants des hommes ; et ceux qui croient en lui seront sauvés » (2 Néphi 2:8-9).

      « La tâche des enfants de Dieu en ces derniers jours de l’histoire du monde est d’avancer avec ‘une foi ferme en lui, se reposant entièrement sur les mérites de celui qui est puissant à sauver’…de ‘marcher résolument, avec constance dans le Christ, ayant une espérance d’une pureté parfaite et l’amour de Dieu et de tous les hommes[,]… se faisant un festin de la parole du Christ, et persévér[ant] jusqu’à la fin. Tel est le chemin ; et il n’y a aucun autre chemin ni aucun autre nom donné sous le ciel par lequel l’homme puisse être sauvé dans le royaume de Dieu’ (2 Néphi 31:19-21).

      « Aucun autre livre ne nous aide à faire cela aussi bien. Aucun autre livre n’a jamais été écrit et protégé de manière divine dans ce seul but. Aucun autre livre n’a jamais été écrit avec une vision aussi complète de la dispensation future dans laquelle il paraîtrait…

      « … Dans son message de foi au Christ, d’espérance dans le Christ et de charité en Christ, le Livre de Mormon est ‘la nouvelle alliance’ de Dieu avec ses enfants, pour la dernière fois » (Christ and the New Covenant, p. 8-10).

    Qu’est-ce qui fait que le Livre de Mormon est la clef de voûte de notre religion ?

    • Joseph Smith, le prophète, a dit que « le Livre de Mormon était la clé de voûte de notre religion » (History of the Church, vol. 4, p. 461 ; Introduction du Livre de Mormon). Le président Benson a expliqué :

      CLÉ DE VOÛTE
      « La clé de voûte est la pierre centrale d’une arche. C’est elle qui maintient toutes les autres à leur place ; si on l’enlève, l’arche s’écroule.

      « Le Livre de Mormon est la clé de voûte de notre religion de trois manières différentes : C’est la clé de voûte de notre témoignage du Christ. C’est la clé de voûte de notre doctrine. C’est la clé de voûte du témoignage » (Conference Report, octobre 1986, p. 4 ; ou Ensign, nov. 1986, p. 5).

    • James E. Faust (1920-2007), de la Première Présidence, a amplifié l’idée que le Livre de Mormon est la clé de voûte de notre doctrine :

      « Le Livre de Mormon est une clé de voûte parce qu’il établit et lie les principes et les préceptes éternels tout en approfondissant la doctrine de base du salut. C’est la pierre principale qui pare le diadème de nos Écritures saintes.

      La clé de voûte d’un mur
      « C’est une clé de voûte pour d’autres raisons encore. Dans la promesse de Moroni citée plus haut, à savoir que Dieu manifestera la vérité du Livre de Mormon à quiconque cherche sincèrement en ayant foi au Christ, nous avons le chaînon qui constitue le fermoir de la chaîne.

      « Le témoignage du Livre de Mormon convainc que ‘Jésus est le Christ, le Dieu éternel’, et il est également la preuve spirituelle de l’appel divin de Joseph Smith et de sa vision du Père et du Fils. Cela étant bien en place, il s’ensuit logiquement qu’on peut recevoir la confirmation que les Doctrine et Alliances et la Perle de Grand Prix sont de véritables Écritures comme la Bible et le Livre de Mormon.

      « Tout cela confirme le rétablissement de l’Évangile de Jésus-Christ et la mission divine de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, dirigée par un prophète vivant qui bénéficie de la révélation continue. De ces vérités de base découle la compréhension des principes salvateurs de la plénitude de l’Évangile » (« La clé de voûte de notre religion » Le Liahona, janvier 2004, p. 3-4).

    « Se rapprocher davantage de Dieu en en suivant les préceptes »

    • Le dimanche 28 novembre 1841, Joseph Smith, le prophète, passa la journée en réunion avec les douze apôtres dans la maison du président Young. Tandis qu’il parlait avec eux de différents sujets, il déclara « qu’un homme se rapprocherait davantage de Dieu en en suivant les préceptes [ceux du Livre de Mormon] que par n’importe quel autre livre » (History of the Church, vol. 4, p. 461 ; Introduction du Livre de Mormon).

    • Le président Benson a enseigné que le Livre de Mormon nous aide à discerner la vérité de l’erreur :

      « Nous… devons connaître le Livre de Mormon mieux que n’importe quel autre livre. Nous devons non seulement connaître ce qu’il contient d’historique et de récits édifiants pour la foi, mais aussi comprendre ses enseignements. Si nous faisons sérieusement notre travail et étudions la doctrine contenue dans le Livre de Mormon, nous pourrons mettre à jour les erreurs et trouver les vérités pour lutter contre les nombreuses fausses théories et philosophies actuelles des hommes.

      « J’ai remarqué dans l’Église une différence dans le discernement, la compréhension, la conviction et l’esprit entre les membres qui connaissent et aiment le Livre de Mormon et les autres. Ce livre est un excellent crible » (« Jesus Christ, Gifts and Expectations, » Ensign, décembre 1988, p. 4).

    • Marion G. Romney (1897-1988), de la Première Présidence, a expliqué comment l’étude du Livre de Mormon a préservé sa sécurité spirituelle : « Il y a quelques années, quand j’ai commencé à exercer le droit, les membres de ma famille étaient un peu mal à l’aise. Ils avaient peur que je perde la foi. Je voulais exercer le droit, mais j’avais le désir encore plus grand de conserver mon témoignage ; j’ai donc décidé de pratiquer un petit rituel que je vous recommande. Tous les matins pendant trente minutes avant de commencer ma journée de travail, je lisais le Livre de Mormon. Je lisais aussi les autres ouvrages canoniques de l’Église, mais je parle maintenant du Livre de Mormon : en y consacrant seulement quelques minutes par jour, je l’ai lu en entier chaque année pendant neuf ans. Je sais qu’il m’a maintenu en harmonie, dans la mesure où je suis resté en harmonie, avec l’Esprit du Seigneur » (Conference Report, avril 1949, p. 36).

    C’est le lecteur qui détermine ce qu’il apprend

    • La lecture du Livre de Mormon peut apporter des bénédictions merveilleuses. Il y a, cependant, une grande responsabilité qui incombe au lecteur. Dallin H. Oaks, du Collège des douze apôtres, a parlé de la nécessité pour chacun de lire avec le cœur et l’attitude qui conviennent. « Ce que nous retirons d’un livre, en particulier d’un texte sacré, dépend essentiellement de ce que nous apportons à sa lecture en fait de désir et de volonté d’apprendre et de sensibilisation à la lumière communiquée par l’Esprit du Seigneur. » (Conference Report, avril 2006, p. 78 ; ou Le Liahona, mai 2006, p. 77).

    Réception d’un témoignage personnel du Livre de Mormon

    • Moroni, fils de Mormon, a été le dernier prophète qui ait gravé les annales des Néphites. C’est lui, en tant que prophète de Dieu, qui a donné la formule par laquelle les lecteurs peuvent recevoir leur témoignage personnel inspiré par le Saint-Esprit que le Livre de Mormon est un livre d’Écritures sacré. Cette promesse, faite à tous ceux qui lisent sincèrement le Livre de Mormon et ont le désir d’en connaître la véracité, se trouve dans Moroni 10:3-5.

      MAÎTRISE DES ÉCRITURES

    • Le lecteur sincère peut ne pas acquérir immédiatement un témoignage en lisant le Livre de Mormon. Par ailleurs, certaines personnes peuvent ne pas s’apercevoir que leur témoignage grandit pendant qu’ils étudient et qu’ils prient concernant ce récit exceptionnel. Mais la promesse de Moroni se réalisera. Boyd K. Packer, président du Collège des douze apôtres, nous fait part de son expérience personnelle et conseille ceux qui cherchent à obtenir un témoignage :

      « La première fois que j’ai lu le Livre de Mormon du début à la fin, j’ai lu la promesse que, si je demandais à Dieu, le Père éternel, au nom du Christ, si les choses que j’avais lues étaient vraies, et que si je demandais d’un cœur sincère, avec une intention réelle, ayant foi au Christ, il m’en manifesterait la vérité par le pouvoir du Saint-Esprit (voir Moroni 10:4). J’ai essayé de suivre ces instructions telles que je les comprenais.

      « Si j’attendais d’avoir immédiatement une manifestation glorieuse et spectaculaire, cela ne s’est pas produit. Néanmoins, je me sentais bien, et j’ai commencé à croire…

      « Mon expérience m’a montré qu’un témoignage n’arrive pas tout à coup. Mais il grandit, comme l’a dit Alma, à partir d’une graine de foi. ‘Cela va fortifier votre foi, car vous direz : je sais que c’est là une bonne semence ; car voici, elle germe et commence à pousser’ (Alma 32:30). Si vous la nourrissez, elle poussera ; et si vous ne la nourrissez pas, elle se desséchera (voir Alma 32:37-41).

      « Ne soyez pas déçus si vous avez lu et relu sans avoir encore reçu de témoignage puissant. Vous êtes peut-être un peu comme les disciples dont il est parlé dans le Livre de Mormon, qui étaient remplis du pouvoir de Dieu en grande gloire, et ‘ils ne le savaient pas’ (3 Néphi 9:20).

      « Faites de votre mieux. Pensez au verset suivant : ‘Veillez à ce que tout cela se fasse avec sagesse et ordre ; car il n’est pas requis que l’homme coure plus vite qu’il n’a de force. Et en outre, il est nécessaire qu’il soit diligent, afin qu’il remporte ainsi le prix ; c’est pourquoi, tout doit se faire avec ordre’ (Mosiah 4:27) » (Conference Report, avril. 2005, p. 6-7 ; ou Le Liahona, mai 2005, p. 6-8).

    Preuves extérieures du Livre de Mormon

    • Certains étudiants du Livre de Mormon s’intéressent aux preuves géographiques, textuelles ou archéologiques de l’origine ancienne de ce livre. Mais bien que ces preuves soient souvent fascinantes et utiles, nous devons nous rappeler que ce genre de découverte ne constitue pas la substance et la véracité du Livre de Mormon. Le président Hinckley (1910-2008) nous a déconseillé de nous reposer uniquement sur ces découvertes comme base de notre témoignage du Livre de Mormon : « La preuve de sa véracité, pour un monde qui demande des preuves, ne réside pas dans l’archéologie ni dans l’anthropologie, bien que ces sciences puissent être utiles pour certains. Elle ne réside pas dans l’analyse des mots ou de l’histoire, bien que cela puisse confirmer ce livre. Les preuves de sa véracité se trouvent dans le texte lui-même. Pour savoir qu’il est vrai, il faut le lire. Il vient de Dieu. Les gens qui raisonnent douteront peut-être sincèrement de son origine ; mais ceux qui l’ont lu en priant ont appris, par un pouvoir qui dépasse leurs sens naturels, qu’il est vrai, qu’il contient la parole de Dieu, qu’il enseigne les vérités salvatrices de l’Évangile éternel, et qu’il est le don et la puissance de Dieu pour ‘convaincre Juif et Gentil que Jésus est le Christ’ (page de titre du Livre de Mormon) » (« Quatre pierres angulaires de foi », Le Liahona, février 2004, p. 6).

      Caractères écrits à la main en égyptien réformé

    Bénédictions du Livre de Mormon.

    • Le président Hinckley a expliqué comment le Livre de Mormon peut aider les membres de l’Église à rester spirituellement sains :

      « Aucun autre testament écrit n’illustre aussi clairement le fait que, quand les hommes et les nations marchent dans la crainte de Dieu et dans l’obéissance à ses commandements, ils prospèrent et se développent. Mais quand ils le négligent, lui et sa parole, il se produit une décadence qui, si elle n’est pas arrêtée par un mode de vie juste, mène à l’impuissance et à la mort… »

      Il a dit : « Je vous promets sans aucune réserve que, si chacun de vous observe ce programme simple [lire ou relire le Livre de Mormon], quel que soit le nombre de fois que vous aurez précédemment pu lire le Livre de Mormon, une mesure supplémentaire de l’Esprit du Seigneur, une résolution renforcée de marcher dans l’obéissance à ses commandements et un témoignage plus fort de l’existence réelle du Fils de Dieu entreront dans votre vie et dans votre foyer » (« Un témoignage vibrant et vrai », Le Liahona, août 2005, p. 4-6).

    • James E. Faust, de la Première Présidence, a parlé d’une histoire racontée par frère F. Burton Howard, des soixante-dix, qui montre le pouvoir de conversion du Livre de Mormon :

      « Celia Cruz Ayala de la mission de San Juan à Porto Rico a décidé de donner le Livre de Mormon à un ami. Elle l’a enveloppé dans du papier cadeau.

      « En chemin, elle a été attaquée par un bandit qui lui a volé son sac à main et l’exemplaire enveloppé du Livre de Mormon qu’il contenait. Quelques jours après, elle a reçu la lettre suivante :

      « Madame Cruz,

      « Pardonnez-moi, pardonnez-moi. Vous ne saurez jamais à quel point je regrette de vous avoir attaquée. Mais grâce à cela, ma vie a changé et continuera de changer. Ce livre [le Livre de Mormon] m’a aidé. Le songe de cet homme de Dieu m’a ébranlé… Je vous rends les cinq pesos parce que je ne peux les dépenser. Je veux que vous sachiez que vous êtes rayonnante. On dirait que la lumière qui émane de vous m’a empêché de vous faire du mal, et c’est pour cela que j’ai préféré partir en courant.

      « Je veux que vous sachiez que vous me reverrez, mais alors, vous ne me reconnaîtrez pas car je serai votre frère… Là où j’habite, je dois découvrir le Seigneur et aller à votre Église.

      « Le message que vous avez écrit dans ce livre m’a fait pleurer. Depuis mercredi soir, je n’ai pas pu m’arrêter de le lire. J’ai prié et j’ai demandé à Dieu de me pardonner, et je vous demande de le faire aussi… Je croyais pouvoir revendre votre cadeau enveloppé. [Au lieu de cela,] cela m’a amené à vouloir reconstruire ma vie. Pardonnez-moi, pardonnez-moi. Je vous en prie.

      « Votre ami absent. »

      « Voilà la force de conversion du Livre de Mormon » (Conference Report, avril 1996, p. 58 ; ou L’Étoile, mai 1996, p. 44-45).

    Plaques et annales du Livre de Mormon

    Gardiens des annales néphites

    Témoins de la véracité du Livre de Mormon

    • Bruce R. McConkie a expliqué que le Seigneur donnera toujours des témoins de la divinité de son œuvre.

      « Toutes les fois qu’il a établi une dispensation en révélant son Évangile et en conférant la prêtrise et les clés aux hommes, le Seigneur a agi en accord avec la loi des témoins qu’il a lui-même instituée. Cette loi stipule : ‘Toute affaire se réglera sur la déclaration de deux ou de trois témoins’ (2 Corinthiens 13:1 ; Deutéronome 17:6 ; 19:15 ; Matthieu 18:15-16…)

      « Un homme ne se trouve jamais seul lorsqu’il établit une nouvelle dispensation de la vérité révélée ou quand il porte le fardeau d’un tel message, d’un tel avertissement au monde. Dans chaque dispensation, depuis Adam jusqu’à maintenant, deux témoins ou davantage ont toujours uni leurs témoignages, laissant ainsi leurs auditeurs sans excuse au jour du jugement, si ces derniers rejettent leur témoignage » (Mormon Doctrine, 2e éd.1966, p. 436).

    • Le président Heber J. Grant (1856-1945) a souligné l’importance des témoins du Livre de Mormon : « À mon avis, aucun tribunal au monde pourrait ne pas condamner un homme jugé pour meurtre, si douze citoyens de bonne réputation témoignaient de leur connaissance des circonstances conduisant au meurtre et si personne ne témoignait contre ce qu’ils avaient dit. Nous avons le témoignage de Joseph Smith, le prophète, et celui de trois témoins attestant que Dieu leur a donné une connaissance du Livre de Mormon et qu’un ange a déclaré du ciel que le livre avait été traduit par le don et le pouvoir de Dieu. Ces hommes étaient Oliver Cowdery, David Whitmer et Martin Harris. Ils ont quitté l’Église, mais jusqu’au jour de leur mort, ils ont maintenu leur témoignage concernant la déclaration de l’ange et le fait qu’ils avaient reçu le commandement de rendre témoignage de la divinité du livre. C’est ce qu’ils ont fait. Huit hommes, dont certains ont été excommuniés, ont maintenu leur témoignage qu’ils avaient vu et manipulé les plaques à partir desquelles le Livre de Mormon a été traduit. Ils sont restés fidèles à ce témoignage jusqu’au jour de leur mort. L’incrédulité du monde entier ne prouve pas que ces hommes n’ont pas dit la vérité, parce qu’aucun témoin n’a réfuté leur témoignage » (Conference Report, avril 1929, p. 128). (Consultez « Témoins des plaques du Livre de Mormon » dans l’annexe, page 439.)

    • Photo de plaques d’or
      En dépit du fait qu’ils avaient vu et manipulé les plaques d’or en juin 1829, certains des témoins ne restèrent pas fidèles à l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. James E. Faust explique : « La connaissance s’obtient par la foi. De nos jours, nous devons parvenir à connaître la véracité de ce qui se trouvait sur les plaques d’or, sans les voir. Elles ne sont pas là pour que nous puissions les voir et les toucher comme l’ont fait les trois témoins et les huit témoins. Certains de ceux qui les ont vraiment vues et tenues entre leurs mains ne sont pas restés fidèles dans l’Église. Le fait de voir un ange serait une expérience grandiose, mais il est beaucoup plus grandiose d’arriver à la connaissance de la divinité du Sauveur par la foi et le témoignage de l’Esprit. » (voir Jean 20:29) (Conference Report, avril 2002, p. 57 ; ou Le Liahona, juillet 2002, p. 53).

    Les témoins des plaques du Livre de Mormon

    • Consultez « Témoins du Livre de Mormon » dans l’annexe (page 439). Vous y trouverez les noms des trois témoins et des huit témoins avec la date et le lieu de naissance, l’âge qu’ils avaient quand on leur a montré les plaques, leur métier, la date de baptême et le statut de membre, la date et le lieu du décès.

    Points sur lesquels méditer

    • En quoi le Livre de Mormon est-il un autre témoignage de Jésus-Christ ?

    • Comment l’étude du Livre de Mormon nous aide-t-elle à « ne pas condamner les choses de Dieu » ? (voir la page de titre du Livre de Mormon).

    • Pourquoi chaque membre de l’Église doit-il être en mesure de rendre témoignage que le Livre de Mormon est la parole de Dieu ?

    Idées de tâches

    • Écrivez dans un court paragraphe ce que vous estimez être le but du Livre de Mormon. Comparez votre liste avec celle de Moroni à la page de titre du Livre de Mormon.

    • Analysez la promesse que fait Moroni 10:3-5

      MAÎTRISE DES ÉCRITURES
      et décidez de ce que vous devez faire pour obtenir ou renforcer votre témoignage du Livre de Mormon.