Chapitre 49 : Mormon 7-9
    Notes de bas de page

    Chapitre 49

    Mormon 7-9

    Introduction

    En étudiant le témoignage final de Mormon et les premiers écrits de Moroni, vous comprendrez mieux le rôle et le but du Livre de Mormon. Moroni déclare : « Je vous parle comme si vous étiez présents, et cependant vous ne l’êtes pas. Mais voici, Jésus-Christ vous a montrés à moi, et je sais ce que vous faites » (Mormon 8:35). En tant que prophète, Moroni est bien placé pour terminer les annales néphites en étant pleinement conscient de l’escalade de la méchanceté ainsi que des grandes bénédictions spirituelles de la dispensation de la plénitude des temps. À une époque où certaines personnes peuvent avoir envie d’abandonner la foi quand elles sont en butte à de grandes difficultés, les paroles de Moroni nous enseignent à considérer les miracles et les révélations comme des preuves que « Dieu est le même hier, aujourd’hui et à jamais » (voir Mormon 9:9). Bien que la situation spirituelle et sociale du monde soit en changement et en déclin constants, le peuple de l’alliance de Dieu peut avoir pleinement confiance qu’Il est éternellement le même.

    Commentaire

    Mormon 7. Conseils au reste d’Israël dans les derniers jours

    • Mormon adresse ses dernières paroles aux descendants des Lamanites et affirme qu’ils sont un « reste de la maison d’Israël » (Mormon 7:1). Bien que les Lamanites soient ses ennemis mortels, son amour pour eux démontre sa maturité spirituelle et l’importance des bénédictions complètes de l’Évangile. Envisagez le témoignage et les conseils finaux de Mormon, comme s’il vous parlait directement. Il enseigne ce que vous devez savoir (voir Mormon 7:1-7) et ce que vous devez faire (voir Mormon 7:8-9) afin de suivre « l’exemple de notre Sauveur » pour que « tout [aille] bien pour vous au jour du jugement » (Mormon 7:10).

    Mormon 7:2. « Vous êtes de la maison d’Israël »

    Mormon 7:2, 5. Appel final de Mormon à croire au Christ

    • Jeffrey R. Holland, du Collège des douze apôtres, fait cette réflexion sur l’appel poignant de Mormon aux personnes vivant dans les derniers jours pour qu’elles croient au Christ :

      « Dans un monologue sur la mort, Mormon tend la main à tous, à travers le temps et l’espace, et particulièrement à ce ‘reste de la maison d’Israël’ qui lirait un jour son récit majestueux. Les personnes vivant à une autre époque et dans un autre lieu doivent apprendre ce que celles qui gisent devant lui ont oublié : que tous doivent ‘croire en Jésus-Christ, qu’il est le Fils de Dieu’, qu’après sa crucifixion à Jérusalem, il est, ‘par le pouvoir du Père… ressuscité, grâce à quoi il a remporté la victoire sur le tombeau ; et en lui aussi est englouti l’aiguillon de la mort’ (Mormon 7:2, 5)…

      « ‘Croire au Christ’, particulièrement en comparaison avec des conséquences aussi tragiques, mais évitables, voilà le dernier appel de Mormon et son seul espoir. C’est le but ultime de tout le livre portant son nom, qui allait parvenir au monde dans les derniers jours » (Christ and the New Covenant, 1997, p. 321-322).

    Mormon 7:8-9. Le Livre de Mormon et la Bible se soutiennent mutuellement

    • La Bible témoigne du Livre de Mormon et le Livre de Mormon témoigne de la Bible. Mormon déclare : « Ceci [le Livre de Mormon] est écrit dans l’intention que vous croyiez cela [la Bible] ; et si vous croyez cela [la Bible], vous croirez ceci [le Livre de Mormon] aussi » (Mormon 7:9).

      Brigham Young (1801-1877) déclare qu’il est impossible à quelqu’un qui affirme croire vraiment à la Bible de ne pas croire au Livre de Mormon s’il l’étudie sérieusement et apprend ses principes :

      Brigham Young
      « Nul ne peut dire que ce livre (posant la main sur la Bible) est vrai, est la parole du Seigneur, est la voie, le panneau indicateur sur le chemin et la carte qui nous permet d’apprendre la volonté de Dieu, et dire en même temps que le Livre de Mormon est faux, s’il a eu l’occasion de le lire ou de l’entendre lire et d’en apprendre les principes. Il n’est pas une personne sur la face de la terre qui, ayant eu la possibilité d’apprendre l’Évangile de Jésus-Christ dans ces deux livres, puisse dire que l’un est vrai et l’autre faux » (Discourses of Brigham Young, sélectionnés par John A. Widtsoe, 1954, p. 459).

    • La Bible et le Livre de Mormon témoignent du Christ

      Greg K. Olsen, © 1990 IRI

      L’un des buts du Livre de Mormon est de prouver au monde que la sainte Bible est vraie (voir D&A 20:11). Notre témoignage de la Bible grandit quand nous lisons le Livre de Mormon. Ezra Taft Benson (1899-1994) a parlé de son amour pour la Bible et pour le Livre de Mormon et expliqué qu’ils témoignent tous deux que Jésus est le Christ :

      « J’aime la Bible, aussi bien l’Ancien que le Nouveau Testament. C’est une source de grandes vérités…

      « Ce livre sacré et saint a eu une valeur inestimable pour les enfants des hommes. En fait, c’est un passage de la Bible qui a incité Joseph Smith, le prophète, à aller dans un bosquet proche de chez lui pour s’agenouiller en prière. Il en est résulté la vision magnifique qui a été à l’origine du rétablissement de la plénitude de l’Évangile de Jésus-Christ sur la terre. Cette vision a aussi été le début du processus de parution d’Écritures nouvelles [le Livre de Mormon] pour appuyer la Bible et témoigner à un monde mauvais que Jésus est le Christ et que Dieu vit et aime ses enfants, qu’il s’occupe toujours intimement de leur salut et de leur exaltation » (dans L’Étoile, janvier 1987, p. 75).

    Mormon 8:1-6. Moroni

    • Moroni assiste à la mort de son père, Mormon, et à la destruction de la nation néphite tout entière. Néanmoins, sa vie est épargnée et il va accomplir fidèlement sa mission sur la terre. Le Seigneur le charge de finir d’écrire « la triste histoire de la destruction » des Néphites (Mormon 8:3).

      Moroni laissé seul après la mort de Mormon au combat

      Walter Rane, reproduit avec la permission du Musée d’Art et d’Histoire de l’Église

      Avant de mourir, Moroni écrit la dernière partie du livre de son père (Mormon 8-9), abrège les annales jarédites (le livre d’Éther), raconte la vision du frère de Jared dans la partie scellée des plaques (voir Éther 4:4-5) et écrit aussi son propre livre (le livre de Moroni). Cependant, la mission de Moroni continue dans notre dispensation. La révélation moderne nous apprend que Moroni détient « les clés des annales du bois d’Éphraïm » (D&A 27:5). Moroni ressuscité a rendu visite à Joseph Smith, le prophète, et il l’a instruit plusieurs fois concernant son rôle dans le rétablissement de la plénitude de l’Évangile, qui comprend la parution du Livre de Mormon (voir Smith, Histoire 1:30-60 ; History of the Church, 1:9-19). L’Église a placé des statues de Moroni au sommet de la plupart de ses temples, représentant ainsi son rôle dans le Rétablissement.

    • Mormon 8:1-6 révèle les circonstances dans lesquelles Moroni vivait et aide les lecteurs à comprendre l’urgence de son message. L. Tom Perry, du Collège des douze apôtres, nous conseille de nous mettre à la place des personnes qui ont écrit les Écritures il y a longtemps. Citant Brigham Young, frère Perry dit :

      « ‘Lisez-vous les Écritures, mes frères et sœurs, comme si vous les écriviez il y a mille, deux mille ou cinq mille ans ? Les lisez-vous comme si vous étiez à la place des hommes qui les ont écrites ? Si vous n’avez pas ce sentiment-là, vous avez la possibilité de l’obtenir, afin de connaître l’esprit et le sens de la parole écrite de Dieu aussi bien que ceux de vos conversations et de vos actes quotidiens’ (Discours de Brigham Young, choisis par John A. Widtsoe, Salt Lake City : Deseret Book Co., 1941, p. 129)…

      « Suivons le conseil de Brigham Young et mettons-nous à la place de Moroni, dernier grand prophète néphite. La tâche que son père lui a confiée de clore les annales qui avaient été remises entre ses mains, était très difficile. Il devait être en état de choc lorsqu’il décrivait la destruction totale de son peuple.

      « Il doit s’être senti obligé de décrire comment son peuple a été pourchassé par les Lamanites jusqu’à son entière destruction. Dans son sentiment de solitude, il écrit que son père était parmi les victimes. Nous comprenons que la seule raison de vivre de Moroni est de terminer les annales, lorsqu’il écrit : ‘C’est pourquoi je vais écrire et cacher les annales dans la terre ; et peu importe où je vais’ (Mormon 8:4).

      « Il ne lui reste que la foi que le Seigneur le préservera assez longtemps pour qu’il termine les annales et qu’elles soient un jour découvertes par un élu du Seigneur. Il se rend compte que ces annales seront une voix d’avertissement pour les générations futures, leur apprenant ce qui arrive quand des nations comme la sienne se détournent des enseignements du Seigneur. C’est du plus profond de son cœur que Moroni lance ce cri à ceux qui recevront finalement les annales. Il veut épargner aux lecteurs de son récit les souffrances et les chagrins qui viennent de la désobéissance.

      « Il écrit premièrement pour les membres de l’Église, puis pour ceux qui n’ont pas accepté l’Évangile de Jésus-Christ. Les dernières paroles que Moroni adresse aux membres de l’Église sont écrites comme une voix d’avertissement. Il écrit comme quelqu’un qui voit l’histoire de son peuple se répéter dans l’avenir » (dans L’Étoile, janvier 1993, p. 16-17).

    Mormon 8:14-18. « Béni soit celui qui amènera ces choses à la lumière »

    • Joseph Smith, le prophète, recevant les plaques des mains de l’ange Moroni
      Mormon 8:16 parle de Joseph Smith, le prophète, qui a été choisi pour apporter le Livre de Mormon au monde (voir D&A 3:5-10). Beaucoup d’anciens prophètes avaient connaissance de Joseph Smith et ont prié pour qu’il réussisse à traduire et à publier les plaques d’or, accomplissant ainsi les objectifs de Dieu (voir Mormon 8:22, 24-25 ; D&A 10:46). Boyd K. Packer, président du Collège des douze apôtres, parle du rôle de Joseph Smith dans la parution du Livre de Mormon :

      « La vérité est simplement que c’était un prophète de Dieu : ni plus, ni moins !

      « Les Écritures sont moins venues de Joseph Smith que par son intermédiaire. Il a été le canal par lequel les révélations ont été données…

      « Joseph Smith, le prophète, était un garçon de ferme sans instruction. Quand on lit certaines de ses premières lettres dans le texte original, on voit qu’il était plutôt faible en orthographe, en grammaire et en capacité d’expression.

      « Le fait que les révélations soient venues par lui avec un certain raffinement littéraire n’est rien moins qu’un miracle » (dans L’Étoile, décembre 1974, p. 513).

    Mormon 8:19-20. « Le jugement m’appartient »

    • Dallin H. Oaks, du Collège des douze apôtres, commente ainsi l’expression « le jugement m’appartient, dit le Seigneur » : « Je parle du jugement final. Il s’agit de ce moment futur où chacun d’entre nous se tiendra devant le siège du jugement du Christ pour être jugé selon ses œuvres (voir 1 Néphi 15:33 ; 3 Néphi 27:15 ; Mormon 3:20 ; D&A 19:3)… Je crois que le commandement scripturaire ‘ne jugez pas’ concerne très clairement ce jugement final, comme dans la déclaration du Livre de Mormon que ‘l’homme… ne jugera [pas] ; car le jugement m’appartient, dit le Seigneur’ (Mormon 8:20) » (« ‘Judge Not’ and Judging », Ensign, août 1999, p. 7).

    Mormon 8:31. Souillures dans les derniers jours

    • Mormon 8:31 parle de « grandes souillures », à notre époque. Alors qu’il faisait partie de la présidence des soixante-dix, Joe J. Christensen a suggéré que les grandes souillures qui sont mentionnées n’étaient pas environnementales, mais spirituelles :

      « Actuellement, nous entendons et lisons tous beaucoup de choses sur la pollution de notre environnement physique : les pluies acides, les fumées, les déchets toxiques. Mais… il existe une autre sorte de pollution, beaucoup plus dangereuse : la pollution morale et spirituelle.

      « Lors d’une récente conférence, Boyd K. Packer a dit : ‘Quand nous examinons notre environnement moral, nous constatons que le niveau de sa pollution est en forte augmentation’ (dans L’Étoile, juillet 1992, p. 74). L’apôtre Paul a prédit que ‘dans les derniers jours il y aura des temps difficiles’ (2 Timothée 3:1). Et parlant des derniers jours, le prophète Moroni a déclaré : ‘Oui, cela viendra un jour où il y aura de grandes souillures à la surface de la terre’ (Mormon 8:31).

      « Malheureusement, les conséquences de cette grande pollution sont peut-être plus évidentes dans les médias, les films, à la télévision et dans la musique à la mode. À ce sujet, le sénateur Robert D. Byrd a dit : ‘Si, dans notre pays, nous continuons à répandre des images de meurtre, de violence, de toxicomanie,… de perversion [et] de pornographie… sous les yeux de millions d’enfants, année après année et jour après jour, nous ne devrons pas nous étonner si les fondements de notre société se désagrègent comme sous l’effet de la lèpre’ (dans Michael Medved, Hollywood vs. America, New York : Harper Perennial, 1992, p. 194).

      « La plupart des médias semble avoir déclaré la guerre à presque tout ce que la majorité des gens chérit le plus : la famille, la religion et la nation. Le mariage est dénigré, alors que les relations sexuelles prénuptiales et extra-conjugales sont encouragées et idéalisées. Les jurons et les formes les plus vulgaires de langage ordurier bombardent les oreilles de tous… La valeur de la vie humaine elle-même est dépréciée par l’étalage constant de violence et de tueries » (dans L’Étoile, janvier 1994, p. 11-12).

    Mormon 8:34-35. Écrit pour nous aujourd’hui

    • Ezra Taft Benson dit que le fait de savoir que Moroni a vu notre époque et a écrit à notre intention doit influencer notre étude du Livre de Mormon :

      « Nous devons faire du Livre de Mormon le centre de notre étude [parce] qu’il a été écrit pour notre époque. Les Néphites n’ont jamais eu ce livre, pas plus que les Lamanites de jadis. Il nous était destiné. Mormon a écrit vers la fin de la civilisation néphite. Sous l’inspiration de Dieu, qui voit toutes choses depuis le début, il a abrégé des siècles d’annales, choisissant les histoires, les discours et les événements qui nous seraient les plus utiles.

      « Chacun des principaux auteurs du Livre de Mormon a témoigné qu’il écrivait pour les générations à venir…

      « Mormon lui-même a dit : ‘Oui, je vous parle, reste de la maison d’Israël’ (Mormon 7:1). Et Moroni, le dernier auteur inspiré, a réellement vu notre époque…

      Mormon abrégeant les plaques
      S’ils ont vu notre époque et choisi ce qui aurait le plus de valeur pour nous, n’est-ce pas ainsi que nous devrions étudier le Livre de Mormon ? Nous devrions constamment nous demander : ‘Pourquoi le Seigneur a-t-il inspiré à Mormon (ou Moroni ou Alma) d’inclure cela dans ses annales ? Quelle leçon puis-je tirer de cela pour m’aider à vivre à mon époque ?’

      « Et on trouve de multiples exemples de réponses à cette question » (dans L’Étoile, janvier 1987, p. 4).

    Mormon 9:1-6. Malheureux en la présence de Dieu

    • Joseph Fielding Smith (1876-1972) explique pourquoi la personne qui ne se repent pas sera malheureuse en la présence de Jésus-Christ :

      « Il ne peut y avoir de salut sans repentir. Un homme ne peut entrer dans le royaume de Dieu dans ses péchés. Il serait tout à fait illogique qu’un homme entre en la présence du Père et demeure en la présence de Dieu dans ses péchés…

      « Je crois qu’il y a beaucoup de gens sur la terre, dont beaucoup sont peut-être dans l’Église, en tous cas quelques-uns sont dans l’Église, qui s’imaginent qu’ils peuvent passer leur vie à faire ce qui leur plaît, violant les commandements de Dieu, et que pourtant, ils finiront par entrer en sa présence. Ils pensent qu’ils vont se repentir, peut-être dans le monde des esprits.

      « Ils devraient lire ces paroles de Moroni : ‘Pensez-vous que vous demeurerez avec lui [le Christ], avec la conscience de votre culpabilité ? Pensez-vous que vous pourriez être heureux de demeurer avec cet être saint, alors que votre âme est tenaillée par la conscience de votre culpabilité d’avoir constamment enfreint ses lois ?’ (Mormon 9:3) » (Doctrines du salut, compilées par Bruce R. McConkie, 3 volumes, 1954-1956, 2:195-196).

    Mormon 9:3-6. « Conscience de votre culpabilité »

    • Spencer W. Kimball (1895-1985) explique pourquoi quelqu’un qui a péché ressent le fardeau de la culpabilité et le besoin de se repentir :

      « Lorsque le processus du repentir se met en œuvre, il doit y avoir une prise de conscience profonde de la culpabilité : alors l’intelligence, l’esprit et parfois même le corps peuvent souffrir de cette prise de conscience. Pour vivre en paix avec eux-mêmes, les transgresseurs n’ont qu’une seule alternative. Soit ils endurcissent leur conscience ou endorment leur sensibilité par des tranquillisants mentaux afin de pouvoir continuer à transgresser. Ceux qui font ce choix finissent par s’endurcir et par perdre le désir de se repentir. Soit ils permettent aux remords de les conduire au chagrin absolu, puis au repentir et en fin de compte au pardon.

      « N’oubliez pas que le pardon ne peut jamais se produire sans repentir. Et le repentir ne peut jamais naître sans que nous ayons mis notre âme à nu et admis nos actes sans les excuser ni les justifier. Nous devons reconnaître avoir péché sans minimiser le moins du monde l’offense ni mettre en doute ou amoindrir sa gravité. Nous devons admettre que le péché est aussi grave qu’il l’est et ne pas nous leurrer. Les gens qui décident d’affronter le problème et de transformer leur vie peuvent trouver d’abord que le repentir est la route la plus difficile, mais une fois qu’ils en auront goûté les fruits, ils la trouveront infiniment plus désirable » (« L’Évangile du repentir », L’Étoile, mars 1983, p. 3).

    Mormon 9:7-8. Les révélations et les Écritures

    • Dallin H. Oaks explique la relation entre les Écritures et la révélation personnelle :

      « Ce qui rend les [saints des derniers jours] différents des autres chrétiens dans la façon dont ils lisent et utilisent la Bible et les autres Écritures, c’est leur foi en la révélation continue. Pour nous, les Écritures ne sont pas la source ultime de la connaissance : elles la précède. La connaissance ultime vient par la révélation. Avec Moroni, nous affirmons que celui qui nie la révélation ‘ne connaît pas l’Évangile du Christ’ (Mormon 9:8).

      « La parole du Seigneur dans les Écritures est comme une lampe à nos pieds (voir Psaumes 119:105) et la révélation est comme une force puissante qui augmente de nombreuses fois l’intensité de la lampe. Nous vous encourageons tous à étudier avec soin les Écritures et les enseignements des prophètes à leur sujet, et à rechercher la révélation personnelle par la prière, afin de connaître par vous-mêmes leur signification » (« Scripture Reading and Revelation », Ensign, janvier 1995, p. 7).

    Mormon 9:9-10. « Dieu est le même hier, aujourd’hui et à jamais »

    • Moroni déclare que Dieu est un être qui ne varie pas, qui restera « le même hier, aujourd’hui et à jamais » (Mormon 9:9). La révélation moderne confirme que la parution du Livre de Mormon prouve que Dieu continue à « inspire[r] les hommes et [à] les appele[r] à son œuvre sainte », à notre époque comme par le passé, « montrant… qu’il est le même Dieu hier, aujourd’hui et à jamais » (D&A 20:11-12).

      Les Lectures on Faith [Discours sur la foi] déclarent qu’afin d’avoir une foi parfaite en Dieu, il faut avoir une idée correcte de la « personnalité, de la perfection et des attributs » de Dieu (1985, p. 38). L’une des caractéristiques de Dieu est qu’il ne change pas : « [Dieu] ne change pas, il ne varie pas non plus, mais il est le même depuis toujours et le sera toujours, étant le même hier, aujourd’hui et à jamais et sa course est une ronde éternelle qui ne varie pas » (Lectures on Faith, p. 41). Réfléchissez à la bénédiction de savoir que Dieu continue son œuvre sainte à notre époque et qu’il restera toujours le même hier, aujourd’hui et à jamais.

    • Moroni nous a avertis qu’il y a des gens qui ont « imaginé… un Dieu qui varie » (Mormon 9:10). Neal A. Maxwell (1926-2004), du Collège des douze apôtres, enseigne que nous ne pourrions pas croire ou avoir confiance en un Dieu qui change ou qui apprend toujours de nouveaux principes :

      « L’omniscience de Dieu dans l’esprit de certains saints des derniers jours bien intentionnés a été définie par le concept de ‘progression éternelle’. Certains ont pensé à tort que la progression de Dieu est liée à son acquisition de nouvelles connaissances…

      « Dieu tire sa grande joie et sa grande gloire continuelles de l’accroissement et de la progression de ses créations et non pas de nouvelles expériences intellectuelles.

      « Par conséquent, il y a une grande différence entre un Dieu omniscient et l’idée fausse que Dieu poursuit une sorte de post-doctorat, étant toujours à la recherche de principes et de données vitales supplémentaires. S’il en était ainsi, Dieu pourrait, à tout moment, découvrir quelque principe nouveau qu’il ne connaissait pas encore et qui restructurerait, diminuerait ou réduirait certains principes qu’il connaissait auparavant. Les prophéties ne seraient que des prédictions. L’élaboration d’hypothèses concernant notre rédemption devrait être révisée. Cependant, heureusement pour nous, son plan du salut est constamment en cours de réalisation et non constamment en cours de révision » (All These Things Shall Give Thee Experience, 1979, p. 14-15).

    Mormon 9:10-26. Miracles

    • Remarquez la preuve que Moroni donne pour témoigner des miracles de Dieu : la création du ciel et de la terre (voir Mormon 9:17), la création de l’homme (voir verset 17) et les témoignages scripturaires des miracles de Jésus et des apôtres (voir verset 18). Le « Dieu de miracles » décrit par Moroni existe toujours. Dallin H. Oaks témoigne que beaucoup de miracles se produisent à notre époque et existent dans la véritable Église de Jésus-Christ :

      « De nombreux miracles se produisent chaque jour dans l’œuvre de l’Église et la vie de nos membres. Beaucoup d’entre vous ont été témoins de miracles, parfois plus que vous ne vous en rendez compte.

      « Un miracle a été défini comme étant ‘un événement bénéfique survenu grâce à un pouvoir divin que les êtres mortels ne comprennent pas et qu’ils ne peuvent reproduire’ (dans Daniel H. Ludlow, éditeur, Encyclopedia of Mormonism, 5 volumes, 1992, 2:908). La plupart des personnes irréligieuses et même certaines personnes religieuses rejettent l’idée que des événements puissent se produire par l’intermédiaire d’un pouvoir divin…

      « Les miracles accomplis par le pouvoir de la prêtrise sont toujours présents dans la véritable Église de Jésus-Christ. Le Livre de Mormon enseigne que ‘Dieu a fourni à l’homme le moyen d’accomplir, par la foi, de grands miracles’ (Mosiah 8:18). Le ‘moyen’ fourni est le pouvoir de la prêtrise (voir Jacques 5:14-15 ; D&A 42:43-48) et ce pouvoir accomplit des miracles par la foi (voir Éther 12:12 ; Moroni 7:37) » (« Miracles », Ensign, juin 2001, p. 6, 8).

    • Bruce R. McConkie (1915-1985) a expliqué la raison pour laquelle les miracles cessent parfois :

      « Pourquoi les signes et les miracles cessent-ils à certaines époques ? Pourquoi ne les trouve-t-on pas à toutes les époques et parmi tous les peuples ? Les gens vivant autrefois avaient-ils droit à de plus grandes bénédictions que nous qui demeurons maintenant sur la même terre qui fut la leur ? Moroni répond : ‘La raison pour laquelle’ un Dieu de dons et de miracles ‘cesse de faire des miracles parmi les enfants des hommes’ et de déverser ses dons sur eux, ‘est parce qu’ils dégénèrent dans l’incrédulité, et s’éloignent de la voie droite, et ne connaissent pas le Dieu en qui ils devraient avoir confiance’. Ils adorent de faux dieux qu’ils définissent dans leurs credo et ne suivent plus les mêmes chemins qu’empruntaient les saints des époques passées.

      « Ce sont les hommes qui ont changé, pas Dieu ; il est éternellement le même. Tous les hommes qui ont la même foi et vivent la même loi récolteront les mêmes bénédictions » (A New Witness for the Articles of Faith, 1985, p. 367).

    Mormon 9:32-34. Moroni écrivait en égyptien réformé

    • Caractères tirés des plaques d’or
      Moroni a déclaré qu’il pouvait écrire en deux langues au moins : l’hébreu et l’égyptien (voir Mormon 9:32-34). Il écrit que si les « plaques avaient été suffisamment grandes », il aurait écrit en hébreu ; cependant les personnes qui avaient tenu les annales avaient utilisé « l’égyptien réformé » en raison d’un manque de place (versets 32-33). Auparavant, dans le Livre de Mormon, Néphi et le roi Benjamin ont noté qu’ils utilisaient l’égyptien. Néphi déclare écrire dans « la langue des Égyptiens » quand il grave les petites plaques (1 Néphi 1:2). Quand il parle à ses fils de l’importance des plaques d’airain, le roi Benjamin fait observer que Léhi pouvait lire les annales parce qu’il avait « été instruit dans la langue des Égyptiens » (Mosiah 1:4). Par conséquent, nous comprenons que Léhi a enseigné l’Évangile et l’égyptien « à ses enfants, afin qu’ils pussent ainsi les enseigner à leurs enfants » (Mosiah 1:4). Manifestement, cette façon de faire a continué au cours des générations de gardiens d’annales qui ont suivi, jusqu’à ce que Moroni apprenne cette langue de son père. Cependant, la déclaration de Moroni disant qu’il écrit en « égyptien réformé » (Mormon 9:32) indique que certaines modifications dans l’utilisation de la langue se sont produites au cours des mille ans qui ont suivi l’époque de Léhi. Voilà qui pourrait expliquer pourquoi Moroni conclut avec ce commentaire : « Aucun autre peuple ne connaît notre langue », mais que Dieu a préparé des moyens pour son interprétation et la traduction finale des annales (Mormon 9:34).

    Points à méditer

    • Qu’apprenez-vous grâce à la façon dont Mormon se soucie des autres, y compris de ses ennemis ? (voir Mormon 7).

    • Moroni va passer plusieurs années seul, et cependant sa foi et son témoignage vont lui apporter la paix. Comment votre témoignage peut-il vous aider quand vous vous sentez seul dans le monde ?

    • Quelles « souillures spirituelles » voyez-vous dans le monde d’aujourd’hui ? Comment pouvez-vous empêcher qu’elles vous contaminent ?

    • De quels miracles avez-vous été témoin dans votre vie ?

    Idées de tâches

    • Étudiez les Écritures suivantes en cherchant les prophéties sur la parution du Livre de Mormon :

      Ésaïe 29:4

      2 Néphi 3:19-20

      2 Néphi 26:16

      2 Néphi 33:13

      Énos 1:15-16

      Mormon 8:23

      Mormon 9:30

      Moroni 10:27

      Moïse 7:62

      Joseph Smith, Histoire 1:52-53

      Vous pourriez faire une chaîne d’Écritures avec ces versets en prenant Ésaïe 29:4 et en écrivant « aller à 2 Néphi 3:19-20 », dans la marge de la page à côté de Ésaïe 29:4. Puis, allez à 2 Néphi 3:19-20 et écrivez « aller à 2 Néphi 26:16 », dans la marge à côté de 2 Néphi 3:19-20. Répétez ce processus avec tous les versets. Quand vous arrivez à Joseph Smith, Histoire 1:52-53, écrivez « aller à Ésaïe 29:4 », dans la marge, reliant la chaîne à son début.

    • Préparez un discours de cinq à huit minutes sur les bénédictions que l’on reçoit quand on accepte le Livre de Mormon. Vous pourriez utiliser les questions et les documents suivants comme guides pour vous aider à élaborer votre discours :

      Les bénédictions que l’on reçoit quand on accepte le Livre de Mormon.

      • Mormon 8:12. Quelle bénédiction sera accordée aux personnes qui ne condamnent ni ne critiquent le Livre de Mormon ?

      • Mormon 8:17. Pourquoi est-il important de ne pas trouver à redire au Livre de Mormon ?

      • Doctrine et Alliances 20:8-15. Quelles vérités connaîtrons-nous si nous acceptons le Livre de Mormon ?

      • D’après votre expérience personnelle : Quelles bénédictions spirituelles avez-vous reçues après avoir accepté le Livre de Mormon ?

      • Ezra Taft Benson : « Je vous bénis pour que vous compreniez mieux le Livre de Mormon. Je vous promets que dorénavant, si nous nous désaltérons chaque jour dans les pages de ce livre et si nous suivons ses préceptes, Dieu déversera sur chacun des enfants de Sion et sur l’Église une bénédiction inconnue jusqu’alors » (dans L’Étoile, numéro 6, 1986, p. 80).