Chapitre 36 : Hélaman 5-9
    Notes de bas de page

    Chapitre 36

    Hélaman 5-9

    Introduction

    À ce moment crucial de l’histoire néphite, les méchants ont dépassé en nombre les justes. Leurs lois sont devenues si corrompues qu’elles n’ont plus guère d’effet positif. Comme son arrière-grand-père, Néphi renonce à son poste de grand juge et se consacre entièrement à l’œuvre du Seigneur (voir Alma 4:15-20). Pendant cette période de ténèbres spirituelles, les gens « devenaient mûrs pour la destruction » (Hélaman 5:2). Néphi et son frère Léhi œuvrent diligemment pour enrayer la vague d’iniquité et ramener beaucoup de personnes au Seigneur.

    Commentaire

    Hélaman 5:2. « La voix du peuple »

    • Soixante-deux ans auparavant, quand le peuple a désiré un roi, Mosiah a conseillé qu’un gouvernement soit établi par « la voix du peuple » (Mosiah 29:26), déclarant qu’il n’était pas fréquent que la majorité du peuple désire ce qui est injuste. Un gouvernement élu par la voix du peuple a été préféré à une monarchie dans laquelle un roi injuste risquerait de les mener à la destruction. Mais à cette époque qui précède la venue du Sauveur, les Néphites « qui choisissaient le mal étaient plus nombreux que ceux qui choisissaient le bien » (Hélaman 5:2). Cette corruption va prouver le bien-fondé de l’avertissement de Mosiah que si cela devait se produire, « c’est à ce moment-là que les jugements de Dieu s’abattront sur vous ; oui, c’est à ce moment-là qu’il interviendra contre vous par une grande destruction » (Mosiah 29:27). Cet avertissement va se réaliser par la destruction précédant l’apparition du Sauveur (voir 3 Néphi 8-11).

      Le Seigneur a aussi confirmé la véracité de ce principe à notre époque : « Quand le méchant domine, le peuple gémit » (D&A 98:9).

    Hélaman 5:5–7. « Souvenez-vous de vos noms »

    • Hélaman a une façon spéciale de transférer son héritage à ses fils : il leur a donné le nom de leurs nobles ancêtres pour les aider à se souvenir de leurs œuvres de justice. Les précisions suivantes de Carlos E. Asay (1926-1999), de la présidence des soixante-dix, nous aident à apprécier ce que cela a représenté pour Néphi et Léhi :

      « Même si tous les enfants d’Adam n’ont pas reçu des noms significatifs, beaucoup en ont reçu et cela a fait une différence. Cela a fait une différence dans la vie des fils d’Hélaman, Néphi et Léhi… (voir Hélaman 5:5-7).

      « Le récit atteste que Néphi et Léhi ont conformé leur vie à celle de leurs ancêtres dont ils portaient le nom et qu’ils ont honoré le nom qu’ils ont reçu » (Family Pecan Trees: Planting a Legacy of Faith at Home 1992, p. 66-67).

    • George Albert Smith (1870-1951) a donné une illustration moderne de l’influence profonde qu’un bon nom peut avoir sur une personne :

      « Un jour… je perdis conscience de mon entourage et je me crus dans le monde des esprits. Je me trouvai tournant le dos à un grand lac magnifique, face à une grande forêt d’arbres…

      George Albert Smith
      « Je commençai à explorer et ne tardai pas à trouver un sentier traversant les bois et qui semblait avoir été très peu utilisé, étant presque caché par l’herbe. Je le suivis et après avoir marché pendant quelque temps et parcouru une distance considérable à travers la forêt, je vis un homme qui se dirigeait vers moi. Je me rendis compte qu’il était très grand et je pressai le pas pour le rejoindre, car j’avais reconnu en lui mon grand-père. Quand il était en vie, il pesait plus de cent trente kilos, ce qui faisait vraiment de lui un homme imposant. Je me rappelle la joie que j’éprouvai en le voyant arriver. J’avais reçu son nom, dont j’avais toujours été fier.

      « Quand mon grand-père fut à quelques mètres de moi, il s’arrêta. Il m’invita ainsi à m’arrêter. Puis, et j’aimerais que les garçons, les filles et les jeunes n’oublient jamais cela, il me regarda très sérieusement et dit :

      « ‘J’aimerais savoir ce que tu as fait de mon nom.’

      « Tout ce que j’avais fait passa devant moi comme une image défilant sur un écran, tout, sans exception. Cette rétrospective vivante se déroula rapidement jusqu’à ce moment même où je me tenais là. Toute ma vie était passée devant moi. Je souris et regardai mon grand-père en disant :

      « ‘Je n’ai jamais fait quoi que ce soit de ton nom dont tu doives avoir honte.’

      « Il s’avança et me prit dans ses bras. Je repris alors conscience de mon environnement terrestre. Mon oreiller était aussi mouillé que si on y avait versé de l’eau, mouillé de larmes de gratitude, car j’avais pu répondre sans honte.

      « J’y ai pensé souvent et je tiens à vous dire que j’ai essayé depuis, plus que jamais depuis lors, de prendre soin de ce nom. C’est pourquoi je tiens à dire aux garçons et aux filles, aux jeunes gens et aux jeunes filles, aux jeunes de l’Église et du monde entier : honorez votre père et votre mère. Honorez le nom que vous portez, car vous aurez un jour l’occasion et le devoir de leur rendre compte (ainsi qu’à votre Père céleste) de ce que vous aurez fait de leur nom » (« Your Good Name », Improvement Era, mars 1947, p. 139).

    Hélaman 5:9. « Aucune autre manière ni aucun autre moyen par lesquels l’homme puisse être sauvé »

    • Richard G. Scott, du Collège des douze apôtres, utilise Hélaman 5:9 pour enseigner que seule l’expiation miraculeuse rend possible le salut :

      Le Christ priant à Gethsémané
      « Le repentir complet est absolument essentiel pour que l’Expiation accomplisse son miracle complet dans votre vie. En comprenant l’Expiation, vous verrez que Dieu n’est pas un être jaloux qui se réjouit de persécuter ceux qui font un faux-pas. C’est un père absolument parfait, compatissant, compréhensif, patient et miséricordieux. Il est disposé à supplier, conseiller, fortifier et élever. Il aime tant chacun d’entre nous qu’il a accepté que son Fils parfait, sans péché, absolument obéissant et totalement juste, subisse une agonie et une souffrance indescriptibles, et s’offre en sacrifice pour tous (voir Hélaman 5:9). Grâce à cette expiation, nous pouvons vivre dans un monde où règne une justice absolue pour que le monde soit en ordre. Mais cette justice est tempérée par la miséricorde que l’on peut obtenir par l’obéissance aux enseignements de Jésus-Christ.

      « Qui d’entre nous n’a pas besoin du miracle du repentir ? Que votre vie soit légèrement entachée ou gravement défigurée par des fautes, les principes de la guérison sont les mêmes. La durée et l’intensité des traitements sont proportionnels à la situation. Notre but, c’est certain, doit être le pardon. Le seul moyen d’atteindre ce but est le repentir, car il est écrit :

      « ’Il n’y a aucune autre manière ni aucun autre moyen par lesquels l’homme puisse être sauvé, si ce n’est par le sang expiatoire de Jésus-Christ’ » (L’Étoile, juillet 1995, p. 89-90).

    Hélaman 5:9-14.
    MAÎTRISE DES ÉCRITURES
    Se souvenir

    • Spencer W. Kimball (1895-1985) dit ceci à propos du rôle important du souvenir dans notre spiritualité : « Si vous cherchez le mot le plus important du dictionnaire, savez-vous ce que c’est ? Ce pourrait être se souvenir. Puisque vous avez tous fait des alliances, que vous savez ce qu’il faut faire et comment le faire, notre plus grand besoin est de nous en souvenir. C’est pour cette raison que tout le monde va à la réunion de Sainte-Cène le jour du sabbat : pour prendre la Sainte-Cène et écouter le prêtre prier pour qu’ils puissent ‘se souvenir toujours de lui et garder les commandements qu’il leur a donnés’. Personne ne devrait jamais oublier d’aller à la réunion de Sainte-Cène. Se souvenir est le mot important. Se souvenir est le programme » (« Circles of Exaltation », discours adressé au personnel du Département d’Éducation de l’Église, 28 juin 1968, p. 5).

    Hélaman 5:12.
    MAÎTRISE DES ÉCRITURES
    Une fondation solide

    • Bruce C. Hafen, des soixante-dix, illustre de manière frappante la nécessité d’avoir des fondations solides pour notre sécurité et notre survie à long terme :

      Le temple de Salt Lake City en construction

      « Quelqu’un a dit un jour que l’on ne peut voir visuellement la différence entre un fil de toile d’araignée et un toron de câble puissant tant qu’une tension ne s’y exerce pas. Il en est de même pour notre témoignage et, pour la plupart d’entre nous, les jours de mise sous tension de notre témoignage ont déjà commencé. Ce n’est pas forcément la mort d’un être cher. On ne nous a peut-être pas encore demandé d’abandonner quelque chose de vraiment précieux pour nous, bien qu’un test comme celui-ci puisse très bien se présenter à nous sous peu. Notre mise sous tension actuelle va plus vraisemblablement se présenter sous la forme de tentations irrésistibles qui vont nous montrer qu’une acceptation superficielle de l’Évangile n’a pas le pouvoir de tenir lorsque les puissances des ténèbres se déclenchent dans toute leur fureur. Peut-être est-ce un appel en mission dans un endroit où la maladie et les déceptions abondent, alors que nous avions espéré une mission dans un endroit offrant des occasions illimitées. Ou peut-être avons-nous trop de questions auxquelles notre connaissance limitée n’a tout simplement pas de réponse et ceux qui proclament en savoir plus que nous nous provoquent à l’aide de ce qui nous paraît être une certitude convaincante.

      « Dans ces moments-là, notre témoignage doit être plus solide que les fils de toile d’araignée d’une foi non éprouvée. Il doit être aussi fort que les torons d’un câble afin de résister aux traits de celui qui veut nous détruire. À notre époque de tensions et de difficultés, nous devons être édifiés ‘sur le roc de notre Rédempteur, qui est le Christ, le Fils de Dieu,… afin que lorsque le diable enverra ses vents puissants, oui, ses traits dans le tourbillon,… et sa puissante tempête s’abattront sur vous, cela n’ait aucun pouvoir sur vous,… à cause du roc sur lequel vous êtes bâtis’ (Hélaman 5:12) » (The Believing Heart, 2e édition, 1990, p. 21-22).

    Hélaman 5:12.
    MAÎTRISE DES ÉCRITURES
    La puissante tempête de Satan « s’abattra sur vous »

    • Spencer W. Kimball décrit les tempêtes modernes que Satan envoie aujourd’hui sur les enfants de notre Père céleste :

      « Nous aussi, nous affrontons de grandes forces destructrices déployées par l’adversaire. Ce sont les vagues du péché, de l’iniquité, de l’immoralité, de la dégradation, de la tyrannie, de la conspiration et de la malhonnêteté qui nous menacent tous. Elles déferlent avec puissance et rapidité et elles nous détruiront si nous ne veillons pas.

      « Mais un avertissement nous est donné. Il nous incombe d’être sur le qui-vive et à l’écoute, et de fuir le mal si nous voulons la vie éternelle. Sans aide, nous ne pouvons tenir contre lui. Nous devons fuir vers les sommets ou nous agripper fermement à ce qui peut nous empêcher d’être emportés. Ce à quoi nous devons nous agripper pour notre salut, c’est l’Évangile de Jésus-Christ. C’est notre protection contre n’importe quelles forces que le malin peut rassembler. Un prophète inspiré du Livre de Mormon conseillait à son peuple : ‘Souvenez-vous que c’est sur le roc de notre Rédempteur, qui est le Christ, le Fils de Dieu, que vous devez bâtir votre fondation ; afin que lorsque le diable enverra ses vents puissants, oui, ses traits dans le tourbillon, oui, lorsque toute sa grêle et sa puissante tempête s’abattront sur vous, cela n’ait aucun pouvoir sur vous, pour vous entraîner en bas jusqu’au gouffre de misère et de malheur sans fin’ (Hélaman 5:12) » (L’Étoile, avril 1979, p. 8).

    Hélaman 5:35-41. Aminadab et une « nuée de ténèbres »

    • Le récit nous dit que Aminadab « était Néphite de naissance, qu’il avait jadis appartenu à l’Église de Dieu mais en était un dissident » (Hélaman 5:35). Ses réactions, rapportées dans Hélaman 5:35, nous montrent qu’il savait encore ce que l’on doit faire pour se repentir et se tourner vers le Seigneur. F. Burton Howard, des soixante-dix, donne l’explication suivante :

      « Pour retrouver le chemin, comme le découvrit Aminadab, il faut se repentir et prier jusqu’à ce que le doute et les ténèbres disparaissent et que l’on puisse distinguer à nouveau ce qui est important…

      « Il est possible de revenir. Il est possible à ceux qui ont cessé de prier, de recommencer à prier. Il est possible à ceux qui se sont perdus de découvrir un chemin dans les ténèbres et de rentrer chez eux.

      « Et quand ils y arriveront, ils sauront, comme je le sais, que le Seigneur se soucie davantage de ce qu’est un homme, que de ce qu’il était, et de l’endroit où il se trouve que de celui où il se trouvait » (L’Étoile, janvier 1987, p. 74).

    Hélaman 5:50-52 ; 6:1-8. Une transformation remarquable

    • Le pouvoir et l’influence de la mission de Néphi et de Léhi parmi les Lamanites vont être remarquables. Après le succès de leur mission, remarquez les événements suivants qui se produisent pour la première fois dans l’histoire de la plupart des Lamanites :

      1. La plupart des Lamanites sont convertis à l’Évangile (voir Hélaman 5:50).

      2. Les Lamanites déposent leurs armes, leur haine et leurs fausses traditions (voir Hélaman 5:51).

      3. Ils cèdent généreusement le pays qui appartenait aux Néphites (voir Hélaman 5:52).

      4. La majorité des Lamanites devient plus juste que les Néphites (voir Hélaman 6:1).

      5. Les Lamanites commencent à prêcher l’Évangile aux Néphites (voir Hélaman 6:4).

      6. Il y a la paix dans tout le pays (voir Hélaman 6:7).

      7. Les Lamanites et les Néphites voyagent et commercent librement partout (voir Hélaman 6:8).

    Hélaman 6:17. Mettre son cœur dans les richesses

    • Femme parée de bijoux et de beaux vêtements
      Henry B. Eyring, de la Première Présidence, enseigne que le matérialisme est un obstacle à l’inspiration et à la spiritualité : « On oublie Dieu par vanité. Un peu de prospérité et de paix ou ne serait-ce qu’une légère amélioration, et nous nous croyons autonomes. Nous avons tout de suite l’impression que nous avons notre vie bien en mains, que c’est à nous-mêmes que nous devons l’amélioration, pas à un Dieu qui communique avec nous par le murmure doux et léger de l’Esprit. L’orgueil est tellement bruyant en nous qu’il nous est difficile d’entendre la voix discrète de l’Esprit. Et dans notre vanité, nous ne tardons pas à ne même plus l’écouter. Nous en arrivons vite à nous dire que nous n’en avons pas besoin » (Le Liahona, janvier 2002, p. 17).

    Hélaman 6:18-40. Les maux des combinaisons secrètes

    • Le chapitre 6 d’Hélaman nous renseigne sur plusieurs aspects des combinaisons secrètes, notamment sur la façon dont elles fonctionnent, ce qui les motive et comment elles arrivent au pouvoir :

      1. Leurs deux objectifs sont d’obtenir du gain et du pouvoir ; puis elles s’en glorifient (voir Hélaman 6:17 ; Éther 8:22 ; Moïse 5:31).

      2. Pour survivre, les combinaisons secrètes ont besoin que la méchanceté soit généralisée (voir Hélaman 6:21, 31, 38).

      3. Les combinaisons secrètes prospèrent grâce au secret, dont la violation entraîne la peine capitale (voir Hélaman 5:22 ; 6:22 ; Moïse 5:29, 50).

      4. Les combinaisons secrètes imposent des alliances officielles (voir Hélaman 6:22 ; Moïse 5:30-31).

      5. Elles utilisent le meurtre, la violence, la menace de violence, le pillage, le vice, la débauche et la flatterie pour obtenir du gain et du pouvoir (voir Hélaman 2:4-5 ; 6:17, 23).

      6. Les combinaisons secrètes ont leurs propres lois qui sont contraires aux lois du pays (voir Hélaman 6:23).

      7. Satan en est le grand conspirateur et auteur (voir Hélaman 6:26-30).

      8. Elles ont leurs propres tribunaux pour leurs membres, non pas selon les lois du pays, mais selon leur propre système de lois (voir Hélaman 6:23-24).

      9. Elles cherchent à prendre aussi vite que possible le pouvoir au gouvernement (voir Hélaman 2:5 ; 6:39).

      10. Leurs membres cherchent à enlever la liberté aux autres et à la garder pour eux (voir Éther 8:25 ; Moïse 5:28-33).

      11. Les combinaisons secrètes entraînent la destruction des nations (voir Alma 37:21, 26, 29 ; Hélaman 2:13 ; Éther 8:21-22).

      12. Les combinaisons secrètes sont une abomination aux yeux de Dieu (voir 3 Néphi 9:9 ; Éther 8:18).

    Hélaman 8:14-15. « Le serpent d’airain »

    • Moïse et le serpent d’airain
      À titre de témoignage contre la méchanceté et en faveur du Christ, Néphi mentionne un événement raconté dans l’Ancien Testament où les enfants d’Israël étaient affligés de « serpents brûlants qui volaient » (1 Néphi 17:41 ; Nombres 21:6-9). Le prélude aux ennuis des Israélites était qu’ils parlaient contre Dieu et contre son prophète (voir Nombres 21:5), comme les juges corrompus de l’époque de Néphi le faisaient. Le fait que Moïse élève un serpent d’airain était une représentation symbolique de la crucifixion du Christ. Quand le peuple le regardait, il était guéri.

      L’utilisation de cette histoire par Néphi souligne que nous devons lever « les regards avec foi vers le Fils de Dieu » pour vivre (Hélaman 8:15 ; voir aussi Jean 3:14-15). Le sacrifice expiatoire du Christ a vaincu le venin empoisonné de Satan pour tous ceux qui se repentent. Puis il rappelle au peuple que tous les prophètes ont témoigné du Christ (voir Hélaman 8:16-23).

    • Neal A. Maxwell (1926-2004), du Collège des douze apôtres, détaille plus en profondeur le symbolisme du serpent d’airain raconté dans le Livre de Mormon :

      « Cette histoire contient un symbolisme sérieux voulu de Dieu. Sans cet indispensable approfondissement, l’épisode des serpents brûlants de l’Ancien Testament ne nous donne pas une perception spirituelle complète qui puisse clairement être ‘pour notre profit et notre instruction’ (1 Néphi 19:23). L’accent symbolique de cet épisode est mis à la fois sur la nécessité et sur la simplicité des voies du Seigneur Jésus. Ironie des choses, à l’époque de Moïse, beaucoup ont quand même péri. La promesse pour l’avenir est la suivante : ‘Et de même que tous ceux qui lèveraient les regards vers ce serpent vivraient, de même ceux qui lèveraient les regards avec foi vers le Fils de Dieu, ayant l’esprit contrit, pourraient vivre pour cette vie qui est éternelle’ (Hélaman 8:15. Voir aussi 1 Néphi 17:41 ; Alma 37:46).

      « Nous avons ainsi maintenant l’analogie confirmée et amplifiée grâce aux choses claires et précieuses qui nous ont été données dans ces dernières annales.

      « L’épisode tout entier insiste sur la nécessité de considérer Jésus-Christ comme notre Sauveur, et cela aussi est une exigence simple, mais incontournable. Comme cela est clair et précieux à toutes les époques ! » (Plain and Precious Things 1983, p. 22).

    Hélaman 9:36-41. L’omniscience de Dieu

    • En voyant que Néphi connaît des choses secrètes et cachées, certains veulent le proclamer Dieu. C’est compréhensible si l’on considère la reconnaissance universelle de certaines caractéristiques de Dieu. Neal A. Maxwell enseigne que l’omniscience est une des caractéristiques de Dieu :

      « Dans une révélation à John Whitmer, le Seigneur a parlé de ce qui était dans le cœur de celui-ci, que seul le Seigneur et lui-même connaissaient, témoignage que Dieu connaissait parfaitement les besoins de cette personne (D&A 15:3).

      « Paul a dit aux saints de Corinthe : ‘Et encore : Le Seigneur connaît les pensées des sages, il sait qu’elles sont vaines’ (1 Corinthiens 3:20). Pendant la période précédant immédiatement le déluge, Dieu a non seulement vu la méchanceté des hommes sur la terre, mais il a vu aussi ‘toutes les pensées de leur cœur’ (Genèse 6:5). Il sait ‘ce qui vous monte à la pensée’ (Ezéchiel 11:5). Jésus lui-même a dit qu’avant que nous priions notre Père sait de quoi nous avons besoin (voir Matthieu 6:8). En effet, comme Néphi l’a dit : ‘Dieu… sait tout, et il n’y a rien qu’il ne sache pas’ (2 Néphi 9:20).

      « Ainsi, l’omniscience est l’une des caractéristiques du Dieu vivant. Comme nous le lisons dans Hélaman 9:41 : ‘S’il n’était un dieu il ne pourrait être informé de tout.’ ‘Et maintenant, voici, tu as reçu un témoignage ; car si je t’ai dit des choses que nul ne connaît, n’as-tu pas reçu un témoignage ?’ (D&A 6:24) » Things As They Really Are, 1978, p. 22).

    Points sur lesquels méditer

    • Hélaman utilise l’exemple de leurs premiers ancêtres, Léhi et Néphi, pour fortifier ses fils, Néphi et Léhi. Dans votre famille, qui a exercé une bonne influence sur vous ? Qu’y avait-il chez cette ou ces personnes qui a eu un impact sur vous ?

    • Quelle perception de votre nom de famille avez-vous donnée aux autres par la façon dont vous avez vécu jusqu’à présent ?

    • Sur quelles fondations édifiez-vous votre vie ? Devez-vous faire des adaptations ? Quelle fondation est la plus importante pour vous ?

    • Quels sont les obstacles à la spiritualité existant à l’époque de Néphi qui ressemblent aux obstacles que nous rencontrons aujourd’hui ?

    Idées de tâches

    • Femmes travaillant sur des ordinateurs dans un centre d’histoire familiale

      © 1999 Robert Casey

      Consultez votre histoire familiale pour découvrir qui ont été les convertis de la première génération dans votre famille. Parlez aux membres de votre famille et rassemblez les histoires de leur foi et de leur conversion pour votre propre histoire personnelle.

    • Discutez avec un ami ou un membre de votre famille de la façon dont vous pourriez mieux garder les commandements, vivre les principes de l’Évangile et rester proche de votre Père céleste dans un monde de plus en plus rempli de méchanceté.