Chapitre 13 : 2 Néphi 28-30
    Notes de bas de page

    Chapitre 13

    2 Néphi 28-30

    Introduction

    Certains thèmes et enseignements que l’on trouve pour la première fois dans 2 Néphi 26 sont basés sur 2 Néphi 28. Néphi mentionne certains enseignements et croyances erronés qui sont courants dans les derniers jours, puis il nous enseigne ce que nous devons faire pour éviter de nous laisser égarer. En lisant 2 Néphi 29, cherchez les façons dont l’œuvre merveilleuse que constituent la parution du Livre de Mormon et le Rétablissement permettra de surmonter les fausses doctrines, les fausses Églises et l’orgueil dans les derniers jours. Pendant toute votre étude, recherchez ce qui caractérise le peuple de l’alliance de Dieu et les bénédictions qu’il reçoit lorsqu’il se repent et le sert en justice.

    Commentaire

    2 Néphi 28:1. « L’Esprit m’y a contraint »

    • Néphi se sent « contraint » par l’Esprit de consigner par écrit ses prophéties sur les derniers jours. Contraint veut dire obligé de faire ou faire quelque chose par nécessité. Il y a d’autres cas de personnes contraintes par l’Esprit (voir 1 Néphi 4:10 ; Alma 14:11 ; 4 Néphi 1:48 ; D&A 63:64).

    2 Néphi 28:2. Ce « livre aura une grand valeur »

    • Le livre dont il est fait mention dans 2 Néphi 28:2 est le Livre de Mormon, et c’est aussi le livre dont parle Néphi dans 2 Néphi 26-27, 29. Néphi dit que « le livre aura une grande valeur » pour nous à cause de la situation existant dans les derniers jours. Ezra Taft Benson (1899-1994), ancien président de l’Église, enseigne comment reconnaître la grande valeur du Livre de Mormon :

      « Chacun des auteurs principaux du Livre de Mormon a attesté qu’il écrivait pour les générations futures…

      « S’ils ont vu notre époque et ont choisi les choses qui auraient la plus grande valeur pour nous, n’est-ce pas ainsi que nous devons étudier le Livre de Mormon ? Nous devrions constamment nous demander : ‘Pourquoi le Seigneur a-t-il inspiré Mormon (ou Moroni ou Alma) à inclure cela dans son récit ? Quelle leçon puis-je en tirer pour m’aider à vivre maintenant ?’

      « … Dans le Livre de Mormon, nous apprenons comment faire face aux persécutions et à l’apostasie. Nous apprenons beaucoup de choses sur la façon d’accomplir l’œuvre missionnaire. Et davantage que partout ailleurs, nous voyons dans le Livre de Mormon les dangers du matérialisme et du fait de mettre notre cœur dans les choses du monde. Qui pourrait contester que ce livre a été conçu pour nous et que nous y trouvons un grand pouvoir, un immense réconfort et une grande protection ? » (Conference Report, octobre 1986, p. 5-6 ; ou Ensign, novembre 1986, p. 6-7).

    2 Néphi 28:6-9.
    MAÎTRISE D’ÉCRITURE
    « Des doctrines fausses, vaines et insensées »

    • Néphi dénonce certaines des « doctrines fausses, vaines et insensées » que Satan enseigne et continuera d’utiliser (2 Néphi 28:9). Chacune des expressions que l’on trouve dans 2 Néphi 28:6-9

      MAÎTRISE D’ÉCRITURE
      est porteuse d’une philosophie spirituellement dangereuse. Les prophètes modernes ont mentionné ces idées et se sont élevés contre elles :

      « Mangeons, buvons, et réjouissons-nous, car demain nous mourrons » (verset 7). Neal A. Maxwell (1926-2004), ancien membre du Collège des douze apôtres, lance un avertissement contre cette attitude :

      Les méchants Néphites

      Jerry Thompson, © IRI

      « La philosophie du prodigalisme rituel, c’est ‘mangeons, buvons, et réjouissons-nous,… [et] Dieu nous battra de quelques coups’ (2 Néphi 28:8). C’est là une vision cynique et superficielle de Dieu, de soi-même et de la vie. Dieu ne peut en aucun cas justifier que ‘nous commettions un petit péché’ (verset 8). C’est le Dieu de l’univers, non un juge d’un tribunal de nuit avec lequel nous pouvons marchander et négocier notre caution !

      « Bien sûr que Dieu pardonne ! Mais il connaît les intentions de notre cœur. Il sait aussi le bien que nous aurions pu faire si nous n’avions pas été coupables ‘d’absence illégale’. De toute façon, ce que les autres font ne constitue en aucun cas une excuse pour le disciple duquel beaucoup est requis (voir Alma 39:4). Par ailleurs, sur le sentier étroit et resserré, il n’y a tout simplement aucun raccourci (voir D&A 82:3) » (Conference Report, octobre 1988, p. 40 ; ou Ensign, nov. 1988, p. 33).

      « Dieu… justifiera si on commet un petit péché » (verset 8). Les Doctrine et Alliances sont claires à ce sujet : « Car moi, le Seigneur, je ne puis considérer le péché avec la moindre indulgence ; néanmoins, celui qui se repent et obéit aux commandements du Seigneur sera pardonné » (D&A 1:31-32).

      Dallin H. Oaks, du Collège des douze apôtres, explique que c’est de la sottise de penser qu’on est mieux loti quand on a péché parce que cela donne de l’expérience : « L’idée qu’on est mieux loti quand on a péché et qu’on s’est repenti est un mensonge diabolique de l’adversaire. Y a-t-il ici quelqu’un qui pense qu’on est mieux loti quand on a appris par expérience personnelle qu’un certain coup peut briser un os ou qu’un certain mélange chimique peut exploser et brûler la peau ? Sommes-nous mieux lotis quand nous avons subi de telles blessures et que nous en avons ensuite été guéris ? Je crois que nous savons tous bien qu’il est préférable d’écouter les avertissements de personnes sages qui connaissent les effets sur notre corps » (« Sin and Suffering », dans Brigham Young University 1989-1990 Devotional and Fireside Speeches 1990, p. 151).

      « Mentez un peu » (verset 8). Gordon B. Hinckley (1910-2008), ancien président de l’Église, nous exhorte à résister à la tentation de mentir un peu : « Néphi décrit ainsi ses contemporains, comme il décrit aussi tant de gens de notre époque. Comme il nous est facile de dire : ‘Nous croyons que nous devons être honnêtes, fidèles, chastes, bienveillants’ (13e article de foi). Mais comme beaucoup ont du mal à résister à la tentation de mentir quelque peu, de tricher quelque peu, de voler quelque peu, de rendre de faux témoignages en commérant sur les autres. Soyez au-dessus de cela… Soyez forts dans la vertu toute simple de l’honnêteté » (Conference Report, octobre 1992, p. 74 ; ou L’Étoile, janvier 1993, p. 63-64).

      « Dieu nous battra de quelques coups, et à la fin nous serons sauvés » (verset 8). James E. Faust (1920-2007), ancien membre de la Première Présidence, s’élève contre ce mensonge :

      « [L’une des tromperies] est ce que certains appellent à tort ‘le repentir prémédité.’ Cette doctrine n’existe pas dans notre Église. Cette idée peut paraître séduisante, mais en fait, elle est pernicieuse et fausse. Elle a pour but de nous persuader que nous pouvons consciemment et délibérément transgresser en pensant qu’un repentir rapide nous permettra de jouir des pleines bénédictions de l’Évangile, comme celles du temple ou d’une mission. Le vrai repentir peut être un processus long et douloureux. Néphi a vu à l’avance cette doctrine erronée :

      « ‘Et il y en aura aussi beaucoup qui diront : Mangez, buvez et réjouissez-vous ; néanmoins, craignez Dieu : il justifiera si on commet un petit péché… il n’y a pas de mal à cela ; et faites tout cela, car demain nous mourrons ; et si nous sommes coupables, Dieu nous battra de quelques coups, et à la fin nous serons sauvés dans le royaume de Dieu’ (2 Néphi 28:7-8).

      « … Toutes nos alliances doivent être contractées en recevant des ordonnances mais, pour être éternelles, elles doivent aussi être scellées par le Saint-Esprit de promesse. Ce sceau divin d’approbation n’est apposé sur nos ordonnances et nos alliances que si nous sommes fidèles. L’idée erronée du prétendu repentir prémédité contient un élément de tromperie, mais le Saint-Esprit de promesse ne peut être trompé » (Conference Report, octobre 2000, p. 61 ; ou Le Liahona, janvier 2001, p. 56).

    2 Néphi 28:19-22. La stratégie du diable

    • De même qu’il a précédemment mis en évidence les fausses doctrines enseignées par Satan, Néphi relève aussi certains des procédés qui font avancer « le royaume du diable » (2 Néphi 28:19). Les prophètes et les apôtres actuels continuent de mettre en évidence la tactique utilisée par Satan. Richard C. Edgley, conseiller dans l’Épiscopat Président, nous avertit que les attaques de l’adversaire sont réelles :

      « Nous avons… entendu des avertissements extrêmement précis concernant le pouvoir, l’influence et la détermination de Satan. Il y a plus de 2500 ans, Néphi a prophétisé les épreuves et les turbulences que nous aurions à affronter. Vous connaissez tous le passage : Il se trouve dans 2 Néphi 28:20-21.

      « Je crois que cette Écriture est vraie. Je crois qu’il s’agit de maintenant. Et je crois que la cible, c’est vous. D’une manière générale, Satan a beaucoup avancé dans l’installation et la diffusion de son système de valeurs, qui est basé sur le fils de l’homme et non sur le Fils de Dieu : ‘Mangez, buvez, et réjouissez-vous, car demain nous mourrons’ (2 Néphi 28:7) et ‘Il n’y a pas d’enfer’ (2 Néphi 28:22). Son système de valeurs est fondé sur l’égoïsme, le laxisme et la satisfaction immédiate. C’est ainsi que nous constatons que les personnes de votre âge prennent constamment des décisions dévastatrices. Nous voyons des civilisations infestées par la drogue, le sexe, l’alcool, la pornographie, la paresse et de nombreuses autres pratiques spirituellement dévastatrices. Mais ce ne doit pas forcément être vous.

      « Le président Hinckley nous avertit et nous supplie : ‘Je tiens à dire avec toute la force dont je suis capable : fuyez l’iniquité morale. Vous savez ce qui est bien et ce qui est mal. Vous ne pouvez pas prétexter l’ignorance pour justifier une conduite inacceptable…

      « ‘Je vous supplie, mes chers jeunes amis, d’éviter de tels comportements. Ce ne sera pas facile. Cela demandera de la maîtrise de soi… Vous avez besoin de la force que procure la prière’ » (« Aux hommes de la prêtrise », Le Liahona, novembre 2002, p. 59) (« Becoming You » Veillée du DEE pour les Jeunes Adultes, 3 novembre 2002, p. 4, www.ldsces.org).

      « Ils seront poussés à la colère » (2 Néphi 28:19). Marvin J. Ashton (1915-1994), ancien membre du Collège des douze apôtres, dit à propos du danger qu’il y a à céder aux tentations de Satan de tirer profit les uns des autres :

      « On ne s’étonnera certainement pas qu’une des tactiques de l’adversaire dans les derniers jours est de susciter la haine parmi les enfants des hommes. Il aime nous voir nous critiquer les uns les autres, nous moquer ou tirer profit des défauts connus de notre voisin, ou, d’une manière générale, nous maltraiter mutuellement. Le Livre de Mormon est clair sur l’origine de la colère, de la malice, de la cupidité et de la haine.

      « … Si on se base sur les événements dont les médias nous abreuvent constamment, il paraît évident que Satan accomplit bien son travail. Sous prétexte de nous informer, on nous bombarde de descriptions parfois explicites, trop souvent avec des couleurs vives de cupidité, d’extorsion, de crimes sexuels violents et d’insultes entre adversaires dans le monde des affaires, celui du sport ou en politique » (Conference Report, avril 1992, p. 24-25 ; ou Ensign, mai 1992, p. 24-25).

      « Et il en pacifiera d’autres et les endormira dans une sécurité charnelle » (2 Néphi 28:21). Richard C. Edgley, conseiller dans l’Épiscopat Président, fait ce commentaire sur les désirs charnels si répandus dans le monde d’aujourd’hui : « En décrivant ses techniques de vente [celles de Satan], Néphi dit qu’elles nous pacifieront, nous flatteront, nous endormiront et nous diront que tout est bien (2 Néphi 28:21-22). Entre autres choses, il voudrait que nous mettions dans notre sac l’immoralité sous toutes ses formes, dont la pornographie, la grossièreté dans le langage, l’indécence dans la tenue vestimentaire et la mauvaise conduite. Ces mauvaises actions aboutissent à la détresse émotionnelle, à la perte de spiritualité, d’estime de soi, de possibilité de faire une mission ou de se marier au temple, ou même à une grossesse non désirée. Satan voudrait nous rendre esclaves en nous faisant mettre la drogue, l’alcool, le tabac et d’autres habitudes asservissantes dans notre sac » (Conference Report, octobre 2000, p. 57 ; ou Le Liahona, janvier 2001, p. 53).

      « Il n’y a pas d’enfer ; et… je ne suis pas un démon, car il n’y en a pas » (2 Néphi 28:22). Un des mensonges les plus répandus est que le diable n’existe pas. Marion G. Romney (1897-1988), ancien conseiller dans la Première Présidence, affirme l’existence de Satan par ce témoignage :

      « Le corollaire du mensonge pernicieux que Dieu est mort est la doctrine tout aussi pernicieuse qu’il n’y a pas de diable. Satan lui-même est le père de ces deux mensonges. Les croire revient à nous soumettre à lui. Une telle soumission a toujours conduit, le fait maintenant, et continuera de conduire les hommes à la destruction.

      « Les saints des derniers jours savent que Dieu existe. D’une manière aussi certaine, ils savent que Satan existe, que c’est un personnage d’esprit qui a du pouvoir et que c’est l’ennemi déclaré de Dieu, de l’homme et de la justice.

      « La réalité de l’existence de Dieu et du diable est établie de manière definitive par les Écritures et par l’expérience humaine » (Conference Report, avril 1971, p. 22 ; ou L’Étoile, décembre 1971, p. 35).

    2 Néphi 28:28-30. « Malheur à celui qui dira… Nous avons assez » de la parole de Dieu.

    • Néphi déclare que quand le Livre de Mormon paraîtra pour confondre les fausses doctrines et les fausses philosophies mentionnées dans 2 Néphi 28, de nombreuses personnes seront « en colère à cause de la vérité de Dieu » et diront : « Nous n’avons pas besoin de recevoir davantage de la parole de Dieu, car nous avons assez ! » (versets 28-29). Affirmer une telle chose, c’est fermer la porte de la révélation, ne pas tenir compte de la nécessité d’avoir des prophètes vivants et nier la réalité du pouvoir du Saint-Esprit. Néphi met en garde ceux qui entretiennent cette attitude : « On ôtera même ce qu’ils ont » (verset 30).

      La Bible et le Livre de Mormon rendent témoignage du Christ

      Greg K. Olsen, © 1990 IRI

      Joseph Smith, le prophète (1805-1844), explique comme suit les erreurs contenues dans la Bible : « L’homme a reçu depuis le commencement beaucoup d’enseignements que nous ne possédons pas maintenant… Certains de nos amis… prétendent témérairement que la Bible contient tout ce que Dieu a jamais dit à l’homme depuis le commencement du monde… Un peuple qui n’a jamais eu suffisamment de foi pour faire descendre la moindre parcelle de révélation des cieux et qui doit tout ce qu’il a maintenant à la foi d’un autre peuple qui a vécu des centaines et même des milliers d’années avant lui, est-ce à lui de dire à quel point Dieu a parlé et à quel point il n’a pas parlé ?… Il n’est dit nulle part dans ce livre, venant de la bouche de Dieu, qu’après avoir donné ce qui s’y trouve, il ne parlerait plus » (History of the Church, vol. 2, p. 18).

    • Prétendre que le Seigneur « ne peut pas parler » aujourd’hui comme dans les temps anciens reviendrait à fixer des limites à Dieu. James E. Faust, ancien conseiller dans la Première Présidence, explique comme suit le besoin de révélation moderne : « Dieu nous aime-t-il moins que ceux qui étaient dirigés par les anciens prophètes ? Avons-nous moins besoin qu’il nous guide et qu’il nous instruise ? La raison nous dit que c’est impossible. Ne se soucie-t-il pas de nous ? A-t-il perdu la voix ? Est-il parti en vacances pour une durée indéterminée ? Dort-il ? L’absurdité de tous ces propos est évidente » (Conference Report, avril 1980, p. 16 ; ou Le Liahona, mars 2002, p. 4).

    2 Néphi 29:2. Le Livre de Mormon « sifflera »

    • Ezra Taft Benson, ancien président de l’Église, a déclaré que les membres de l’Église doivent proclamer avec force les vérités du Rétablissement. En le faisant, nous devenons les « siffleurs » dont il est parlé dans 2 Néphi 29:2-3 :

      « Notre tâche principale est de proclamer l’Évangile et de le faire efficacement. Nous ne sommes pas obligés de répondre à toutes les objections. Tout homme finit par se trouver au pied du mur de la foi et c’est là qu’il doit prendre position…

      « Le Livre de Mormon doit être utilisé en tant que ‘bannière pour mon peuple, qui appartient à la maison d’Israël’, déclare le Seigneur, et ses mots ‘siffleront jusqu’aux extrémités de la terre’ (2 Né.29:2). Nous, membres de l’Église, et particulièrement les missionnaires, devons être les ‘siffleurs’ ou ceux qui parlent et témoignent du Livre de Mormon aux extrémités de la terre.

      « Le Livre de Mormon est la grande bannière que nous devons utiliser… C’est lui qui nous permettra de trouver les personnes préparées à recevoir l’Évangile. Il ne contient pas de choses qui ‘plaisent au monde’ (1 Né. 6:5)… C’est un grand tamis » (Conference Report, avril 1975, p. 95-96 ; ou L’Étoile, août 1975, p. 45).

    • Le président Hinckley raconte l’exemple suivant d’une personne dont la vie a été changée à jamais grâce au Livre de Mormon :

      « [Le Livre de Mormon] a touché en bien la vie de millions de personnes qui l’ont lu à l’aide de la prière et ont médité ses paroles. Je voudrais vous parler de l’une d’entre elles que j’ai rencontrée récemment en Europe.

      « C’était un homme d’affaires qui réussissait dans ce qu’il entreprenait. Au cours de ses voyages, il rencontra deux de nos missionnaires. Ils essayèrent de fixer un rendez-vous pour l’instruire. Il essaya de s’en débarrasser mais accepta finalement de les écouter. Il accepta sans conviction ce qu’ils avaient à dire. Il acquit la conviction intellectuelle que ce qu’ils disaient était vrai, mais le cœur n’y était pas.

      « Il se décida à lire le Livre de Mormon. Il dit qu’il était un homme de ce monde et qu’il n’était pas dans sa nature de pleurer. Mais tandis qu’il lisait le livre, les larmes lui coulaient sur les joues. Cela le touchait. Il le relut et éprouva les mêmes émotions. Ce qui avait été une conversion de l’esprit devint une conversion du cœur.

      « Sa manière de vivre se modifia, et sa perspective changea. Il se lança dans l’œuvre du Seigneur. Aujourd’hui, il remplit un appel élevé et saint dans la cause qu’il en est venu à aimer » (Conference Report, octobre 1990, p. 70 ; ou Ensign, nov. 1991, p. 52).

    • Consultez le tableau « Le bois de Juda et le bois de Joseph » en annexe (page 442).

    2 Néphi 29:3. La parution d’Écritures supplémentaires

    • Satan cherche à discréditer le Livre de Mormon en amenant les gens à le rejeter sous prétexte que toute vérité est contenue uniquement dans la Bible. Bruce R. McConkie (1915-85), ancien membre du Collège des douze apôtres, a dit à propos de ceux qui rejettent le Livre de Mormon : « Aussi étrange que cela paraisse pour les ennemis actuels de la vérité, leur opposition même à recevoir davantage de la parole du Seigneur grâce au Livre de Mormon constitue l’un des signes des temps. Leur opposition, résumée dans la psalmodie ‘Une Bible ! Une Bible ! Nous avons une Bible, et il ne peut y avoir davantage de Bible’, entraîne cette réprimande sévère de la part du Seigneur : ‘Insensé, qui diras : Une Bible, nous avons une Bible, et nous n’avons pas besoin de davantage de Bible… Pourquoi murmurez-vous parce que vous allez recevoir davantage de ma parole ?’ (2 Né. 29.) » (Mormon Doctrine, 2e éd. 1966, p. 719).

    2 Néphi 29:7-14. Le témoignage de deux nations

    • Joseph Fielding Smith (1876-1972), ancien président de l’Église, identifie les deux nations dont il est fait mention dans 2 Néphi 29:7-8 :

      « Cela fut annoncé par prophétie aux Gentils de nos jours. On devrait aussi se rappeler que la loi donnée à Israël était que ‘le témoignage de deux témoins est vrai’, à condition que ce soient des témoins honorables. Dans ce cas précis, le Seigneur applique la loi à des nations. Pourquoi en serait-il autrement ?

      Bible et Livre de Mormon

      Grant Heaton, © 1986 IRI

      « Si la parole du Seigneur doit être établie par deux témoins choisis, nous pourrions bien chercher deux nations choisies pour être témoins de Jésus-Christ. Une de ces nations était Israël en Palestine, l’autre était Israël en Amérique, Juda parlant depuis l’Ancien Monde et Joseph depuis le Nouveau. Aujourd’hui, ces deux témoignages de Dieu et de sa vérité vont de pair » (Doctrines du Salut, comp. Bruce R. McConkie, 3 vol. 1954, vol. 1 p. 265).

    2 Néphi 29:12-13. D’autres livres paraîtront

    • Neal A. Maxwell atteste que d’autres livres paraîtront et rendront témoignage de Jésus-Christ : « Des livres perdus font partie des trésors qui doivent encore paraître. Plus de vingt d’entre eux sont mentionnés dans les Écritures existantes. Peut-être que les plus impressionnants et les plus volumineux d’entre eux seront les annales des tribus perdues d’Israël (voir 2 Néphi 29:13). Sans le précieux Livre de Mormon, deuxième témoin du Christ, nous ne serions même pas au courant de son troisième témoin imminent ! Ce troisième recueil d’annales sacrées complétera ainsi une triade de la vérité. Alors, comme le Berger parfait l’a dit : ‘Ma parole sera réunie en une seule’ (verset 14). Il y aura ‘un seul troupeau et un seul berger’ (1 Néphi 22:25) dans une fusion de toutes les dispensations chrétiennes de l’histoire humaine (voir D&A 128:18) » (Conference Report, Octobre 1986, p. 70 ; ou Ensign, janvier 1987, p. 70).

    • La réunion d’annales sacrées est un thème majeur du Livre de Mormon. Ce concept est enseigné dans 2 Néphi 29:12-13. Les exemples postérieurs du Livre de Mormon sont le retour du roi Limhi et d’Ammon avec les annales jarédites (voir Mosiah 28:12, 14), le retour du roi Limhi et d’Ammon avec leurs propres annales (voir Mosiah 7:1-2, 17-33 ; 8:1, 3-4) et le retour de la colonie d’Alma avec ses annales (voir Mosiah 22:16 ; 25:1-6).

    2 Néphi 30:7-8. « Les Juifs … commenceront à croire au Christ »

    • Bruce R. McConkie traite comme suit de la prophétie relative à la conversion des Juifs suite à la seconde venue de Jésus-Christ :

      « ‘Et il arrivera que les Juifs qui sont dispersés commenceront aussi à croire au Christ ; et ils commenceront à se rassembler sur la surface du pays.’ (2 Né. 30:7.) Une grande partie de la vieille animosité des Juifs envers le Christ a cessé ; beaucoup d’entre eux l’acceptent maintenant comme étant un grand Rabin, bien que pas comme étant le Fils de Dieu. Quelques-uns l’ont accepté pleinement et ont rejoint la véritable Église en compagnie des restes rassemblés d’Éphraïm et de ses compagnons.

      Représentation du Millénium

      Robert Barrett, © IRI

      « Mais la grande conversion des Juifs, leur retour à la vérité en tant que nation, est destinée à se produire après la seconde venue de leur Messie. Ceux qui seront capables de supporter ce jour demanderont, dans leur désarroi et dans leurs lamentations : ‘D’où viennent ces blessures que tu as aux mains et aux pieds ? Alors ils sauront que je suis le Seigneur, car je leur dirai : Ces blessures sont celles que j’ai reçues dans la maison de mes amis. Je suis celui qui a été élevé. Je suis Jésus qui a été crucifié. Je suis le Fils de Dieu.’ (D.&A. 45:51-52 ; Zach. 12:8-14 ; 13:6.) » (Mormon Doctrine, p. 722-723).

    Points sur lesquels méditer

    • Après avoir lu 2 Néphi 28, réfléchissez aux fausses doctrines et enseignements de Satan dont vous êtes plus conscient maintenant.

    • Comment les Écritures supplémentaires ont-elles accru votre connaissance de la doctrine de l’Évangile rétabli ?

    • De quelles manières le Livre de Mormon rend-il témoignage que le Seigneur est le Dieu de la terre entière ?

    Idées de tâches

    • Citez toutes les fausses doctrines et croyances que vous pouvez et dont il est fait mention dans 2 Néphi 28:2-14.

      MAÎTRISE D’ÉCRITURE
      Écrivez en face de chaque fausse doctrine la vraie doctrine qui lui est opposée. Trouvez un passage d’Écriture qui soutient chaque vraie doctrine.

    • Expliquez, au cours d’une soirée familiale, ce qui ne va pas quand on prétend accepter la Bible comme la parole de Dieu tout en rejetant le Livre de Mormon.