Le Liahona
Un appel d’une grande noblesse
Notes de bas de page
Thème

Un appel d’une grande noblesse

En qualité de femmes de foi, nous pouvons puiser dans les expériences du prophète Joseph des principes de vérité qui donnent des indications sur la manière de recevoir nos propres révélations.

Je suis reconnaissante de parler aujourd’hui des rôles continus des femmes dans le Rétablissement. Il apparaît clairement que, tout au long de l’histoire, les femmes ont occupé une place particulière dans le plan de notre Père céleste. Le président Nelson a enseigné : « Il serait impossible de mesurer l’influence [des] femmes, non seulement sur leur famille mais aussi sur l’Église du Seigneur, en tant qu’épouses, mères et grand-mères, sœurs et tantes, instructrices et dirigeantes, et particulièrement en tant qu’exemples et défenseuses ferventes de la foi1 ».

Il y a cent soixante-dix-huit ans, au cours de l’une des premières réunions de la Société de Secours à Nauvoo (Illinois, États-Unis), Joseph Smith, le prophète, a recommandé aux sœurs de « vivre de manière à être dignes de leurs droits sacrés2 ». Leur exemple nous instruit aujourd’hui. Ensemble, elles ont suivi la voix d’un prophète, faisant preuve d’une foi constante en Jésus-Christ tandis qu’elles aidaient à poser les fondations sur lesquelles nous nous tenons aujourd’hui. Mes sœurs, c’est à notre tour d’agir. Le Seigneur nous a confié une mission divine et ce que nous avons d’unique à offrir, avec fidélité, est d’une importance cruciale.

Spencer W. Kimball a déclaré : « Être une femme juste pendant cette période finale de la terre, avant la seconde venue de notre Sauveur, est un appel d’une grande noblesse. La force et l’influence d’une femme juste à notre époque peuvent être dix fois ce qu’elles seraient à une époque plus tranquille3 ».

De la même manière, le président Nelson nous a adressé la supplique suivante : « Aussi, aujourd’hui, je supplie mes sœurs de l’Église […] de prendre leur juste place ! Plus que jamais auparavant, prenez la place qui vous revient et qui est nécessaire dans votre foyer, votre collectivité et dans le royaume de Dieu4. »

Récemment, un groupe d’enfants de la Primaire et moi avons eu l’honneur de rencontrer le président Nelson dans la réplique de la maison de la famille Smith à Palmyra (New York, États-Unis). Écoutez notre prophète bien-aimé enseigner aux enfants ce qu’ils peuvent faire pour prendre leur juste place.

Sœur Jones : « Je suis curieuse de savoir si vous avez une question que vous aimeriez poser au président Nelson. Vous êtes assis ici avec le prophète. Y a-t-il quelque chose que vous avez toujours voulu demander à un prophète ? Oui, Pearl. »

Pearl : « Est-ce que c’est dur d’être un prophète ? Êtes-vous vraiment très occupé ? »

Le président Nelson : « Bien sûr c’est dur. Tout ce qui a trait à devenir davantage semblable au Sauveur est difficile. Par exemple, lorsque Dieu a voulu donner les dix commandements à Moïse, où a-t-il demandé à Moïse d’aller ? En haut, au sommet d’une montagne, au sommet du mont Sinaï. Moïse a donc dû gravir cette montagne jusqu’à son sommet pour obtenir les dix commandements. Notre Père céleste aurait pu dire : ‘Moïse, tu pars de là et moi je pars d’ici, et on se retrouve à mi-chemin.’ Non, le Seigneur aime les efforts, parce que les efforts apportent des récompenses qui ne peuvent venir autrement. Par exemple, avez-vous déjà pris des leçons de piano ? »

Les enfants : « Oui. »

Pearl : « J’apprends le violon. »

Le président Nelson : « Et est-ce que vous vous exercez ? »

Les enfants : « Oui. »

Le président Nelson : « Que se passe-t-il si vous ne vous exercez pas ? »

Pearl : « On oublie. »

Le président Nelson: « Oui, vous ne progressez pas, n’est-ce pas ? Donc la réponse est oui, Pearl. Cela demande des efforts, il faut beaucoup travailler, beaucoup étudier, et cela ne finit jamais. C’est une bonne chose ! C’est une bonne chose parce que nous sommes toujours en train de progresser. Même dans la vie suivante nous faisons des progrès. »

La réponse du président Nelson à ces précieux enfants s’applique à chacun de nous. Le Seigneur aime l’effort et l’effort apporte des récompenses. Nous continuons d’essayer. Tant que nous nous efforçons de suivre le Seigneur, nous continuons de progresser5. Il n’attend pas de nous que nous soyons parfaits dès aujourd’hui. Nous continuons de gravir notre propre mont Sinaï. Comme par le passé, il est évident que notre voyage requiert de nous beaucoup d’efforts, de dur labeur et d’étude, mais notre engagement à progresser nous apporte des récompenses éternelles6.

Qu’est-ce que Joseph Smith, le prophète, et la Première Vision nous apprennent de plus sur l’effort, le dur labeur et l’étude ? La Première Vision nous guide dans nos rôles uniques et continus. En qualité de femmes de foi, nous pouvons puiser dans les expériences du prophète Joseph des principes de vérité qui donnent des indications sur la manière de recevoir nos propres révélations. Par exemple :

  • Nous œuvrons au milieu de difficultés.

  • Nous sondons les Écritures afin de recevoir de la sagesse pour agir.

  • Nous montrons notre foi et notre confiance en Dieu.

  • Nous exerçons notre pouvoir pour implorer Dieu de nous aider à contrecarrer l’influence de l’adversaire.

  • Nous exprimons à Dieu les désirs de notre cœur.

  • Nous laissons sa lumière guider nos choix et nous éclairer lorsque nous nous tournons vers lui.

  • Nous nous rendons compte qu’il connaît personnellement chacun de nous et qu’il nous a donné à chacun un rôle unique à jouer7.

De plus, Joseph Smith a rétabli la vérité que nous avons un potentiel divin et une valeur éternelle. Je pense que, du fait de notre relation avec notre Père céleste, il attend de nous que nous recevions la révélation de sa part.

Le Seigneur a commandé à Emma Smith de recevoir le Saint-Esprit, d’apprendre beaucoup, de délaisser les choses de ce monde, de rechercher les choses d’un monde meilleur et de s’attacher à ses alliances avec Dieu8. L’apprentissage fait partie de la progression, surtout quand la compagnie constante du Saint-Esprit nous enseigne ce que nous devons délaisser, à savoir les choses qui pourraient nous distraire ou pourraient retarder notre progression.

Russell M. Nelson a dit : « Je vous supplie d’accroître votre capacité spirituelle de recevoir la révélation9. » J’ai continuellement en tête les paroles de notre prophète tandis que j’observe la capacité des femmes de prendre leur juste place. Il nous supplie, ce qui veut dire que nous devons faire de cela une priorité. Il nous enseigne comment survivre spirituellement dans un monde malade du péché en recevant la révélation puis en agissant en conséquence10. Si nous le faisons, en honorant et en vivant les commandements du Seigneur, alors, comme Emma Smith, nous avons la promesse de recevoir « une couronne de justice11 ». Le prophète Joseph a enseigné l’importance de savoir que le chemin que nous poursuivons dans cette vie est approuvé de Dieu. Sans cette connaissance, notre esprit va se lasser et nous allons défaillir12.

Au cours de cette conférence, nous entendrons des vérités qui nous inciteront à changer, à améliorer et à purifier notre vie. Grâce à la révélation personnelle, nous pouvons éviter d’être, comme certains disent, « écrasés par la conférence générale », ce qui se produit lorsque nous en repartons déterminés à tout faire tout de suite. Les femmes portent beaucoup de casquettes mais il est impossible, et pas nécessaire, de les porter toutes en même temps. L’Esprit nous aide à décider du travail sur lequel nous devons nous concentrer aujourd’hui13.

L’influence pleine d’amour du Seigneur que nous ressentons par le Saint-Esprit nous aide à savoir quelle est la priorité du Maître pour notre progression. L’obéissance à la révélation personnelle conduit à la progression personnelle14. Nous écoutons et agissons15. Le Seigneur a dit : « Demandez au Père en mon nom, avec foi, croyant que vous recevrez, et vous aurez le Saint-Esprit, qui manifeste tout ce qui est opportun aux enfants des hommes16. » Notre rôle continu est de recevoir la révélation continue.

En atteignant un plus haut niveau d’efficacité, nous recevons davantage de pouvoir pour remplir notre rôle dans le service et l’accomplissement de l’œuvre du salut et de l’exaltation, et pour délaisser les choses de ce monde et rechercher celles d’un monde meilleur17. Nous pouvons alors motiver plus efficacement notre génération montante à faire de même.

Frères et sœurs, nous recherchons tous le pouvoir de Dieu dans notre vie18. Il existe une belle unité entre les hommes et les femmes dans l’accomplissement de l’œuvre de Dieu aujourd’hui. Nous avons accès au pouvoir de la prêtrise à travers les alliances que nous contractons premièrement dans les eaux du baptême puis à l’intérieur du saint temple19. Le président Nelson a enseigné que « toute femme et tout homme qui contractent des alliances avec Dieu et les respectent, et qui sont dignes de participer aux ordonnances de la prêtrise, ont directement accès au pouvoir de Dieu20 ».

Aujourd’hui, j’admets qu’en tant que femme, je ne me rendais pas toujours compte plus tôt dans ma vie que moi aussi j’avais accès au pouvoir de la prêtrise grâce à mes alliances21. Sœurs, je prie pour que nous soyons reconnaissantes et chérissions le pouvoir de la prêtrise en nous attachant à nos alliances22, en embrassant les vérités des Écritures et en écoutant les paroles de nos prophètes actuels.

Déclarons hardiment notre dévouement à notre Père céleste et à notre Sauveur, « avec une foi ferme en lui, [n]ous reposant entièrement sur les mérites de celui qui est puissant à sauver23 ». Poursuivons joyeusement notre chemin vers notre potentiel spirituel suprême et aidons notre entourage à faire de même par notre exemple, notre amour, notre service et notre compassion.

Comme James E. Talmage nous l’a gentiment rappelé, « le plus grand champion que la femme et la féminité aient eu est Jésus le Christ24 ». Dans l’analyse finale des rôles continus des femmes dans le Rétablissement, et pour chacun de nous, quel est le rôle le plus important ? Je témoigne que c’est celui qui consiste à écouter le Sauveur25, à le suivre26, à lui faire confiance27 et à devenir le prolongement de son amour28. Je sais qu’il vit29. Au nom sacré de Jésus-Christ. Amen.