2015
Pourquoi Jésus-Christ est-il important dans ma vie ?
précédent suivant

Pourquoi Jésus-Christ est-il important dans ma vie ?

Quand nous comprenons tout ce que le Sauveur a fait pour nous, il devient la personne la plus importante dans notre vie.

Récemment, j’ai lu un article de blogue dans lequel l’auteure expliquait le rôle essentiel du Sauveur dans sa vie quotidienne. J’étais heureux qu’elle exprime ses sentiments mais j’ai été peiné de la réponse d’un lecteur qui disait : « Il n’a pas la moindre importance dans ma vie, n’en a jamais eu et n’en aura jamais ».

Ce lecteur ne pourrait pas se tromper davantage. Tôt ou tard, nous aurons tous besoin du Sauveur. Nous commettons tous des fautes que nous ne pouvons pas réparer, nous sommes tous affectés par la perte de choses que nous ne pouvons retrouver, et nous rencontrons tous des maux, des persécutions, des tragédies, des fardeaux et des déceptions que nous ne pouvons pas surmonter seuls.

La bonne nouvelle, c’est que nous n’avons pas à les surmonter seuls.

« Dans un moment de faiblesse, nous pouvons nous écrier : ‘Personne ne sait ce que c’est. Personne ne comprend’. Mais le Fils de Dieu sait et comprend parfaitement, car il a senti et porté nos fardeaux personnels », a précisé David A. Bednar, du Collège des douze apôtres. Il a ajouté : « Et, grâce à son sacrifice infini et éternel (voir Alma 34:14), il a une empathie parfaite et il peut nous tendre le bras de sa miséricorde1. »

Jésus est important pour nous parce que, par son expiation, ses enseignements, son espoir, sa paix et son exemple, il nous aide à changer notre vie, à faire face à nos épreuves et à avancer avec foi sur le chemin qui nous ramènera à lui et à son Père.

Jésus rend possible le repentir

L’une des raisons pour lesquelles Jésus est si important pour les personnes qui essaient sincèrement de le suivre est que nous commettons tous des fautes et avons besoin du don du repentir qui nous est offert grâce à l’Expiation.

Lorsque nous trébuchons et chutons, Satan veut que nous pensions que nous ne sommes pas assez bien pour nous relever et reprendre le droit chemin. Il veut aussi que nous oubliions que l’Évangile est « l’Évangile de repentir » (D&A 13:1 ; italiques ajoutés). Mais nous savons que « la grâce du Christ est réelle : elle permet à la fois le pardon et la purification du pécheur repentant2. »

Le pouvoir de l’expiation de Jésus-Christ est à la disposition de chacun de nous, mais nous devons choisir de le laisser agir dans notre vie. Imaginez que vous donniez un cadeau spécial à un ami, quelque chose dont votre ami a véritablement besoin et quelque chose qui a nécessité un sacrifice personnel de votre part. Imaginez ensuite que votre ami réponde : « Merci, mais je n’ai pas vraiment besoin de ton cadeau. » Que ressentiriez-vous ?

Quand nous n’invitons pas Jésus à nous aider à devenir purs par le repentir, c’est comme si nous rejetions son don.

Jésus enseigne la vérité

Un jour, alors qu’un certain nombre de ses disciples ne voulaient plus l’accompagner, Jésus dit aux douze apôtres : « Et vous, ne voulez-vous pas aussi vous en aller ? » Pierre a répondu : « Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » (Jean 6:67-68).

Vous pouvez trouver les « paroles de la vie éternelle » du Sauveur dans les Écritures, dans les enseignements des prophètes vivants et dans les murmures du Saint-Esprit. Elles constituent le fondement du « bonheur dans cette vie et de la vie éternelle dans le monde à venir3 » et elles nous guident afin que nous retournions sains et saufs auprès de notre Père céleste et de notre Sauveur.

Quelles sont certaines des grandes vérités que le Sauveur a enseignées ? Dieter F. Uchtdorf, deuxième conseiller dans la Première Présidence, en a mentionné quatre dans un récent discours de conférence générale :

  • « Notre Père a donné à ses enfants le grand plan du bonheur. »

  • « Grâce à l’Expiation […] nous pouvons vivre pour toujours avec nos êtres chers. »

  • « Nous aurons un corps glorieux, parfait et immortel, délivré de la maladie ou du handicap. »

  • « Nos larmes de tristesse et de deuil seront remplacées par une abondance de bonheur et de joie4. »

Jésus offre l’espoir

Quand nous traversons de grandes épreuves, parfois il nous semble difficile de faire confiance au Seigneur. Mais la confiance en lui nous donne l’espoir dont nous avons besoin pour affronter nos difficultés.

C’est ce qui est arrivé aux membres de la famille Gatrell qui vivent dans la paroisse de Jean A. Stevens. Sœur Stevens, première conseillère dans la présidence générale de la Primaire, a dit que cette famille s’est tenue fermement à l’Évangile et à ses alliances du temple après que les médecins eurent diagnostiqué le cancer de frère Gatrell. Cela leur a donné l’espoir dans les promesses de Dieu qu’ils seraient de nouveau ensemble après cette vie.

Dans les jours difficiles qui ont précédé la mort de son mari, sœur Gatrell a dit : « Je savais que le Seigneur veillait sur nous. Si l’on se confie au Seigneur, on peut réellement surmonter toutes les difficultés de la vie5. »

Le don de l’Expiation nous apporte l’espérance en la vie éternelle, espérance dont nous avons besoin quand nous traversons des épreuves ou perdons un être cher.

Henry B. Eyring, premier conseiller dans la Première présidence, a dit : « Notre Père céleste aimant nous a fait le don de son Fils bien-aimé, Jésus-Christ, notre Sauveur. Ce don magnifique et cette bénédiction immense qu’est l’expiation de Jésus-Christ offrent un héritage universel : la promesse de la résurrection et la possibilité de la vie éternelle pour tous ceux qui naissent6. »

Jésus offre la paix

Si vous avez jamais subi une catastrophe naturelle, si vous avez été victime de commérage cruel, si vous avez vécu une expérience qui a affecté votre vie, si vous vous êtes disputé avec un ami, ou si vous avez défendu ce qui est juste, alors vous savez que vous avez besoin de la paix du Seigneur. Neil L. Andersen, du Collège des douze apôtres, a dit : « La paix du Sauveur apaise les tornades tourbillonnantes du monde7. »

Au cours d’une récente conférence générale, frère Andersen a raconté l’histoire d’une lauréole qui avait subi des moqueries et des insultes pour avoir défendu le mariage traditionnel. Elle a appris que la raillerie est parfois le prix de la fidélité à Dieu et aux enseignements de ses prophètes vivants8.

Mais défendre ne signifie pas défendre seul. Nous pouvons toujours nous tourner vers le Prince de la paix quand nous nous sentons seuls ou écrasés, tristes ou inquiets, quand nous avons peur ou pensons que nous sommes sans valeur. Nous le faisons :

  • En priant notre Père céleste pour que son Esprit soit avec nous.

  • En lisant les paroles du Seigneur dans les Écritures et telles qu’elles sont révélées par les prophètes vivants.

  • En allant au temple.

  • En étudiant la vie du Sauveur quand nous allons à l’église et au séminaire.

  • En appliquant son Expiation quand nous nous repentons de nos péchés.

  • En rendant témoignage de lui.

Quand nous ressentons la paix du Sauveur, nous n’avons pas à nous laisser troubler ou nous alarmer (voir Jean 14:26-27).

Thomas S. Monson a dit : « Seul le Maître connaît les profondeurs de nos épreuves, de notre douleur et de notre souffrance. « Lui seul nous offre la paix éternelle dans les moments d’adversité. Lui seul touche notre âme torturée de ses paroles réconfortantes9. »

Jésus a montré l’exemple

Pendant tout son ministère, Jésus n’a pas seulement indiqué le chemin du bonheur, il a aussi ouvert la voie. Par son expiation, il nous mène à l’amour. Par ses enseignements, il nous mène aux vérités éternelles. Par sa vie parfaite, il nous mène sur le chemin de l’obéissance.

Richard G. Scott, du Collège des douze apôtres, a dit : « Le plus grand exemple qui ait vécu sur terre est notre Sauveur, Jésus-Christ. Son ministère terrestre n’était qu’enseignement, service et amour pour autrui. Il nous invite à suivre son exemple parfait10. »

Lorsque nous comprenons que le Sauveur rend possible le repentir et la résurrection, qu’il enseigne des vérités primordiales, qu’il offre l’espérance et la paix et qu’il montre l’exemple parfait, il devient le centre de notre vie. Et, avec lui comme ami, nous avons le courage de rejeter la peur et d’aller de l’avant avec foi.

Notes

  1. David A. Bednar, Supporter leurs fardeaux avec facilité », Le Liahona, mai 2014, p. 90.

  2. D. Todd Christofferson, « La résurrection de Jésus-Christ », Le Liahona, mai 2014, p. 113.

  3. « Le Christ vivant : le témoignage des apôtres », Le Liahona, avril 2000, p. 3.

  4. Dieter F. Uchtdorf, « Reconnaissant en toutes circonstances » Le Liahona, mai 2014, p. 76.

  5. Jean A. Stevens, « Ne crains rien, je suis avec toi », Le Liahona, mai 2014, p. 83.

  6. Henry B. Eyring, « Un héritage d’espérance inestimable », Le Liahona, mai 2014, p. 24.

  7. Neil L. Andersen, « Tourbillons spirituels », Le Liahona, mai 2014, p.18.

  8. Voir Neil L. Andersen, « Tourbillons spirituels », p.19-20.

  9. Voir Thomas S. Monson, « Je ne te délaisserai point, je ne t’abandonnerai point » Le Liahona, octobre 2013, p. 87.

  10. Richard G. Scott, « Je vous ai donné un exemple », Le Liahona, mai 2014, p. 35.