2015
Une heure à veiller avec lui
précédent suivant

Nous parlons du Christ

Une heure à veiller avec lui

L’auteur vit à Ica (Pérou).

Sacrament. Blessing

Un jour, je me préparais à faire un discours à la réunion de Sainte-Cène. J’étais en train d’étudier l’article intitulé « L’expiation de Jésus-Christ », de Jeffrey R. Holland, du Collège des douze apôtres, publié dans Le Liahona de mars 2008. Dans cet article, frère Holland raconte un rêve dans lequel Orson F. Whitney (1855-1931) a vu le Sauveur dans le jardin de Gethsémané. Frère Whitney a décrit la douleur et la souffrance qu’il a vu le Sauveur endurer. Puis il a écrit :

« Ensuite il s’est relevé et s’est dirigé vers l’endroit où étaient agenouillés les apôtres : ils étaient profondément endormis ! Il les a secoués doucement, les a éveillés et, sur un ton de tendre reproche où ne se manifestait pas la moindre colère ni la moindre réprimande, il leur a demandé s’ils ne pouvaient pas veiller une heure avec lui. […]

« Retournant à l’endroit où il se trouvait précédemment, il a prié de nouveau puis est retourné et les a trouvés de nouveau endormis. Une fois de plus, il les a éveillés, les a repris et est retourné prier comme auparavant. Cela s’est produit trois fois1. »

Tandis que je lisais cela, l’esprit de révélation a pénétré dans mon esprit. À cet instant, je me suis rendu compte que, pour « veiller une heure avec lui », il fallait que j’aborde la réunion de Sainte-Cène le dimanche d’une certaine façon. Depuis, j’ai appris que cette heure est un moment où nous pouvons prier notre Père céleste plus profondément. La prière est fondamentale en tout temps, mais la présence de l’Esprit au moment de la Sainte-Cène est une occasion de nous rapprocher de notre Père céleste et de notre Sauveur, Jésus-Christ. Quand nous concentrons nos pensées sur le Seigneur, c’est, d’une certaine manière, comme si nous l’accompagnions au moment de l’agonie qu’il a endurée quand il a pris sur lui nos péchés. C’est le moment où nous reconnaissons ce qu’il a souffert pour nous.

La réunion de Sainte-Cène est tout pour moi. C’est l’heure du salut infini. C’est devenu un moment sacré pendant lequel je me souviens de mes alliances et je m’engage, par la prière et en esprit, à les honorer et à suivre l’exemple parfait de mon Sauveur. Je sais qu’il vit et qu’il m’aime. Je sais que ce n’est que par son sacrifice et son sang précieux qui a été versé que nous pouvons tous être sauvés. Je sais que c’est vrai parce que, lorsque je me suis efforcée de « veiller avec lui », ma compréhension a été éclairée, ma vie a été bénie et ma vision de la vie éternelle en sa présence a été renforcée.

Notes

  1. Orson F. Whitney, cité dans Jeffrey R. Holland, « L’expiation de Jésus-Christ », Le Liahona, mars 2008, p. 33.

  2. Don R. Clarke, « Les bénédictions liées à la Sainte-Cène », Le Liahona, nov. 2012, p. 104-106.