2015
Recommandation de prophète et bénédictions du temple
précédent suivant

Recommandation de prophète et bénédictions du temple

Je témoigne que, si nous prions pour être guidés, que nous suivons le prophète vivant et faisons du temple une priorité dans notre vie, notre Père céleste nous dirigera et nous bénira.

Salt Lake Temple

Quand j’étais jeune, Spencer W. Kimball (1895-1985), alors membre du Collège des douze apôtres, s’est rendu au Japon et a prononcé un discours lors d’une conférence à laquelle j’assistais. Je me souviens encore de sa recommandation : « Les jeunes doivent aller en mission et se marier au temple. »

Je me suis senti inspiré par le Saint-Esprit et j’ai décidé d’aller en mission et de me marier au temple, bien qu’il n’y ait pas encore de temple au Japon à l’époque.

J’avais dix-neuf ans et j’étais dans ma deuxième année d’université. Mes parents, qui n’étaient pas membres de l’Église, se sont fortement opposés à ma décision d’aller en mission. Je priais chaque jour pour qu’ils me donnent leur accord et leur bénédiction. Six mois plus tard, le Seigneur a exaucé ma prière.

Mes parents m’ont dit : « Nous avons des difficultés financières alors nous n’allons plus pouvoir payer tes études et subvenir à tes besoins. À partir de maintenant, tu devras vivre par toi-même. Cela ne nous gêne pas non plus si tu vas en mission ! »

J’avais la bénédiction de mes parents ; j’ai donc quitté l’école, j’ai fait une mission de construction et ensuite j’ai commencé à chercher un travail afin de réunir les fonds pour une mission de prosélytisme. Avec l’aide du Seigneur, j’ai trouvé trois emplois ! L’année suivante, tous les jours, à l’exception du dimanche, de trois heures à sept heures du matin je livrais des journaux, de neuf heures à seize heures, je nettoyais des bureaux et de dix-sept heures à dix-neuf heures trente, je travaillais comme cuisinier. Ensuite, je me changeais pour travailler comme missionnaire de district.

À vingt-deux ans, j’ai été appelé dans la mission du Nord de l’Extrême-Orient. Dans mon service missionnaire, j’ai ressenti une joie plus grande que jamais auparavant, j’ai eu de nombreuses occasions de découvrir l’amour de Dieu et j’ai reçu de nombreuses bénédictions. Ma famille a aussi été bénie pendant ma mission car mes parents ont résolu leurs problèmes financiers.

Suivre le prophète

Quand j’ai terminé ma mission, je me suis senti poussé par l’Esprit à suivre le deuxième conseil du président Kimball de ne pas retarder le mariage au temple. L’année précédente, les membres de l’Église du Japon avaient commencé à planifier un voyage au temple de Salt Lake City. Comme le départ était prévu pour dans trois mois, j’ai prié et jeûné pour être guidé vers une jeune femme digne avec qui je pourrais aller au temple.

Peu de temps après, je suis allé à une activité de l’Église à Matsumoto City, ma ville natale. Pendant l’activité, j’ai rencontré Shiroko Momose qui allait au même lycée que moi quand je suis devenu membre de l’Église. L’Esprit m’a immédiatement confirmé qu’elle était celle qui avait été préparée pour moi.

Peu après le début de notre fréquentation, je l’ai demandée en mariage. J’ai été heureux qu’elle accepte mais très surpris par ce qu’elle m’a dit ensuite :

« Je suis très heureuse de savoir que ton Seigneur est mon Seigneur. Quand on a annoncé le voyage au temple de Salt Lake City, je désirais profondément y aller. J’ai prié de nombreuses fois le Seigneur de m’aider à trouver quelqu’un avec qui je pourrais m’y marier. Il y a environ un an, pendant que je priais, j’ai su grâce à l’Esprit que je devais t’attendre et que tu me demanderais en mariage après ta mission. »

Cela a été une merveilleuse expérience spirituelle pour nous et cela a renforcé notre résolution de nous marier dans le temple de Salt Lake City. Nous avions peu d’argent pour le voyage mais cela ne nous a pas découragés. Nous savions que, lorsque nous nous appuyons sur le Seigneur et respectons ses commandements, il nous aide à accomplir les choses que nous ne pourrions accomplir autrement.

Nous avons imploré notre Père céleste et fait tous les efforts possibles pour trouver l’argent nécessaire. Ces efforts, ajoutés à une aide financière d’un des amis de Shiroko, nous ont permis de nous joindre aux saints japonais qui sont allés au temple de Salt Lake City.

Il est impossible d’exprimer la joie que nous avons ressentie lorsque nous avons été scellés dans le temple en un couple éternel. Nous n’oublierons jamais cette expérience. Ce qui ajoutait à notre joie, c’est que nous avions fait des recherches pour retrouver cinq générations de nos ancêtres et avions préparé leurs noms pour l’œuvre du temple. Pendant que nous étions à Salt Lake City, nous avons accompli les ordonnances par procuration pour eux. Cela nous a permis de nous sentir plus proches d’eux. Nous savions qu’ils étaient remplis de joie en raison de nos efforts.

Nous étions de jeunes mariés pauvres, mais nous avons fait du temple une priorité et sommes allés par la suite au temple de Laie (Hawaï) aussi souvent que nos moyens le permettaient.

Bénis par le temple

Joseph Smith, le prophète, a dit : « Nous avons plus besoin du temple que de n’importe quoi d’autre1. »

Dans le plan du salut de Dieu, le temple est essentiel à notre bonheur éternel parce que nous y accomplissons des cérémonies et ordonnances sacrées. Le Dictionnaire biblique nous indique que le temple est le lieu de culte le plus saint sur la terre et « un lieu où le Seigneur peut venir2. »

Si nous honorons nos alliances du temple et si nous y allons le cœur humble, « avec pureté, honneur et intégrité3 », nous ressentirons le Saint-Esprit et nous recevrons davantage de lumière et de connaissance. Quand nous quitterons le temple, nous le ferons armés du pouvoir du Seigneur, portant son nom sur nous, entourés de sa gloire et protégés par ses anges (voir D&A 109; 13, 22).

Quand nous sommes rentrés au Japon après notre mariage, les promesses du Seigneur se sont accomplies dans ma vie alors que je cherchais un emploi à plein temps.

Le Seigneur tient ses promesses

Je ne travaillais qu’à mi-temps quand notre premier enfant est né. Nous étions fous de joie mais je savais que, sans un travail à plein temps, je n’aurais pas les moyens de subvenir aux besoins de ma famille qui s’agrandissait. Nous avons commencé à prier avec ferveur pour recevoir l’aide des cieux.

Avant de faire ma mission, j’avais toujours voulu travailler dans le commerce international. Mais, pour être embauché dans une société d’import-export, un candidat devait généralement être diplômé d’une université et avoir certaines certifications. Je n’avais pas terminé mes études et n’avais aucun diplôme mais, lorsque nous avons prié, nous avons ressenti que le Seigneur nous bénirait et préparerait un travail pour moi.

En dépit de mon manque d’études, j’ai décidé de passer des entretiens d’embauche dans plusieurs société d’import-export. Les deux premières m’ont éconduit mais j’ai eu une expérience curieuse quand j’ai déposé ma candidature dans la troisième.

L’Église comptait peu de membres japonais à cette époque et beaucoup de gens avaient des préjugés contre l’Église. Quand trois représentants de la troisième société d’import-export m’ont fait passer l’entretien, ils ont regardé mon curriculum vitæ et ont découvert que j’étais saint des derniers jours. Ils ont commencé à me poser des questions sur l’Église et m’ont demandé des réponses détaillées. Étant rentré de mission depuis peu, je n’ai eu aucun problème à parler de l’Église rétablie de Jésus-Christ.

Pendant cet entretien, qui a dû durer au moins quarante minutes, j’ai parlé de l’Évangile et rendu mon témoignage de la vie de Jésus-Christ, de l’apostasie, de la première vision de Joseph Smith, du Livre de Mormon, du rétablissement de la véritable Église de Jésus-Christ et des enseignements de l’Église.

Aucune des personnes présentes ne m’a interrompu pendant que je parlais. Quelques jours plus tard, la société d’import-export m’a offert un emploi à un salaire incroyablement élevé. Plus tard, quand j’ai demandé à mon directeur pourquoi ils m’avaient embauché, il a répondu : « Pendant votre entretien, j’ai acquis l’assurance que vous étiez quelqu’un de consciencieux, sincère et loyal, et que vous auriez le même comportement en travaillant pour notre entreprise. »

Je témoigne que le Seigneur tient ses promesses. Au cours de mon entretien, j’ai ressenti le pouvoir de l’Esprit du Seigneur sur moi, tout comme il l’a promis aux personnes qui vont au temple et honorent leurs alliances du temple. J’ai aussi senti que son Esprit était avec moi pendant que je travaillais pour l’entreprise au sein de laquelle j’ai eu de nombreuses fois la bénédiction d’apporter une précieuse contribution.

Un temple voit le jour au Japon

Tokyo Japan Temple

En 1975, lors d’une conférence régionale à Tokyo, le président Kimball a annoncé qu’un temple serait construit dans cette ville. Submergés par l’émotion, les saints japonais ont applaudi spontanément pour manifester leur joie et leur reconnaissance.

Le temple de Tokyo a été terminé en 1980. Pendant les visites guidées et les cérémonies de consécration, les saints ont eu la bénédiction d’avoir de merveilleuses expériences spirituelles et une grande joie. Ces expériences se sont poursuivies après la consécration du temple quand les saints ont commencé à recevoir leurs ordonnances et à agir par procuration pour leurs ancêtres décédés.

Aujourd’hui, près de quarante-cinq ans après mon mariage avec Shiroko, ma décision de suivre les recommandations des prophètes continue d’être une bénédiction dans notre vie et celle de nos enfants. Nous avons bâti un merveilleux foyer à la façon du Seigneur, fondé sur l’Évangile de Jésus-Christ, notamment sur les alliances du temple.

Je témoigne que, si nous prions pour être guidés, que nous suivons le prophète vivant et faisons du temple une priorité dans notre vie, notre Père céleste nous dirigera et nous bénira.

Notes

  1. Enseignements des présidents de l’Église : Joseph Smith, 2007, p. 416.

  2. Bible Dictionary, « Temple ».

  3. Spencer W. Kimball, tiré de la prière de consécration du temple de Tokyo (Japon), dans 2013 Church Almanac, 2013, p. 297.