2015
Faire le plus beau cadeau
précédent suivant

Faire le plus beau cadeau

L’auteur vit au Texas, États-Unis

J’ai donné à ma meilleure amie le plus beau cadeau d’anniversaire qu’elle ait jamais reçu.

Giving the Best Gift

Illustration Taia Morley

Quand j’avais treize ans, le prophète a demandé aux membres de l’Église de lire le Livre de Mormon dans les cinq mois qui restaient avant la fin de l’année, et il leur a promis des bénédictions s’ils le faisaient. Un jour que je lisais dans le bus, une fille du nom de Cynthia s’est assise à côté de moi et m’a demandé de quel livre il s’agissait. Je lui ai dit que c’était le Livre de Mormon et que c’était un livre spécial. J’ai ajouté que je voulais terminer de le lire avant la fin de l’année scolaire pour pouvoir recevoir des bénédictions.

Elle a commencé à poser plus de questions et je l’ai invitée à venir chez moi pour que nous puissions en discuter. Elle a accepté et, dans les jours qui ont suivi, nous avons passé plusieurs heures à parler du Livre de Mormon et de l’Église.

Le lundi suivant, je l’ai invitée à une soirée familiale au cours de laquelle je lui ai présenté les missionnaires. Ils ont commencé à lui enseigner les leçons et elle a commencé à venir à l’église et à toutes les activités de jeunes et aux autres réunions de l’Église.

Elle a décidé de se faire baptiser et, avec l’autorisation de ses parents, elle l’a été le jour de son anniversaire cette année-là. Elle a dit que c’était le plus beau cadeau d’anniversaire qu’elle ait jamais reçu. Sa mère et ses frères et sœurs ont assisté au baptême. Cynthia m’a demandé de chanter : « L’Esprit du Dieu saint » (Cantiques, n° 2), et à mon père de la baptiser. Lorsqu’elle est sortie de l’eau, nous nous sommes embrassées et avons pleuré. Je n’oublierai jamais ce jour en raison du bonheur incroyable que j’ai ressenti.

L’année suivante, ma famille a déménagé. C’était difficile parce que Cynthia et moi étions devenues de bonnes amies et des sœurs dans l’Évangile.

Bien que nous n’habitions plus près l’une de l’autre, nous sommes restées très bonnes amies. Nous nous parlons souvent par téléphone et, récemment, elle m’a appelée pour me dire que sa mère suivait les leçons missionnaires. Cela m’a rendue heureuse parce qu’avant sa maman ne voulait rien savoir. Cynthia m’a dit qu’un jour elle espère aller à l’église avec toute sa famille. Elle m’a remerciée de lui avoir fait connaître l’Église.