2015
Quelle sorte de pédagogues devriez-vous être ?
précédent suivant

Quelle sorte de pédagogues devriez-vous être ?

Si nous voulons vraiment devenir comme le Sauveur, nous devons apprendre à enseigner comme lui.

Sunday School General Presidency. 2014

Tad R. Callister, président (au centre) ; John S. Tanner, premier conseiller (à gauche) ; Devin G. Durrant, deuxième conseiller (à droite)

Le Seigneur ressuscité avait presque terminé son ministère sur le continent américain. Peu de temps auparavant, il était descendu des cieux, apportant la lumière qui a dissipé les ténèbres qui avaient envahi le pays des Néphites et des Lamanites après sa mort. Il avait enseigné, témoigné et prié. Il avait béni, réglé des questions et établi son Église. Puis, alors qu’il se préparait à quitter ses disciples, il leur a donné une responsabilité qui a dû les remplir de confiance :

« Vous savez les choses que vous devez faire dans mon Église ; car les œuvres que vous m’avez vu faire, vous les ferez aussi. […]

« […] C’est pourquoi, quelle sorte d’hommes devriez-vous être ? En vérité, je vous le dis, tels que je suis » (3 Néphi 27:21, 27).

Jésus nous a demandé de devenir comme lui, et l’une de ses plus grandes qualités est sa capacité d’enseigner. Il est le Maître pédagogue. Pour devenir comme lui, nous aussi devons devenir des pédagogues plus aimants et capables de changer les vies, pas seulement à l’église, mais aussi au foyer. Pour devenir comme lui, nous devons avoir au cœur le désir ardent d’enseigner comme il le faisait.

Questions et invitations

Three Nephites

Les trois Néphites, tableau de Gary L. Kapp

Jésus enseignait souvent par des questions et des invitations. Pensez à l’exemple qui nous vient du temps qu’il a passé avec ses disciples sur le continent américain. Un jour, alors qu’ils priaient, le Sauveur leur est apparu et leur a posé d’emblée une question engageante : « Que voulez-vous que je vous donne ? » (3 Néphi 27:2). Comment répondriez-vous si le Sauveur vous posait cette question ?

Les disciples répondirent : « Seigneur, nous voulons que tu nous dises le nom par lequel nous appellerons cette Église; car il y a des controverses à ce sujet parmi le peuple » (3 Néphi 27:3).

Le Christ a répondu à leur question en leur en posant une autre : « N’a-t-il pas lu les Écritures, qui disent que vous devez prendre sur vous le nom du Christ, qui est mon nom ? » (3 Néphi 27:5). Cette question a rappelé à ceux qui apprenaient de lui qu’ils devaient faire des efforts pour répondre à leur propres questions et que les réponses à de nombreuses questions se trouvaient dans les Écritures.

Il a ensuite terminé en rappelant à ses disciples l’importance de son nom. Ses paroles étaient une invitation à agir et une promesse de bénédiction : « Et quiconque prend sur lui mon nom, et persévère jusqu’à la fin, celui-là sera sauvé au dernier jour » (3 Néphi 27:6).

Un modèle d’enseignement

Dans ces quelques courts versets, Jésus-Christ nous donne un modèle divin d’enseignement. Il a commencé par une question suscitant la réflexion conçue pour discerner les besoins de ses disciples. Ensuite, il a attendu leurs réponses.

Puis il les a aidés à trouver ce qu’ils cherchaient en les dirigeant vers les Écritures.

Finalement, il a lancé deux invitations et a promis une merveilleuse bénédiction aux personnes disposées à y répondre. La méthode d’enseignement du Christ à cette occasion peut être résumée dans les cinq principes suivants :

1. Posez des questions pertinentes.

Le Seigneur a demandé : « Que voulez-vous que je vous donne ? » Cette question appelle plusieurs réponses. Quand nous posons des questions comme celle-là, nous aidons les élèves à exprimer ce qu’ils veulent apprendre, et nous les aidons à se concentrer sur des choses de la plus haute importance ; nous les engageons dans un apprentissage actif.

2. Écoutez vos élèves.

Jésus-Christ a écouté ce qu’ils ont répondu : « Seigneur, nous voulons que tu nous dises le nom par lequel nous appellerons cette Église. » Si nous écoutons attentivement, nous sommes mieux préparés à nous concentrer sur les besoins de nos élèves.

3. Utilisez les Écritures.

Le Christ a rappelé à ses disciples : « N’a-t-il pas lu les Écritures, qui disent que vous devez prendre sur vous le nom du Christ, qui est mon nom ? » L’instructeur et l’élève doivent tous deux passer du temps dans les Écritures pour préparer les leçons. L’étude des Écritures est un élément clé de la préparation spirituelle des instructeurs comme des élèves.

4. Invitez vos élèves à agir.

Le Seigneur a demandé à ses disciples de (1) prendre son nom sur eux et (2) de persévérer jusqu’à la fin. Dans Prêchez mon Évangile, il est dit : « Vous ne devez quasiment jamais parler à des gens ou les instruire sans lancer une invitation à faire quelque chose qui fortifiera leur foi au Christ1. » C’est un bon conseil adressé aux missionnaires mais aussi à tous les gens qui enseignent l’Évangile.

5. Rappelez à vos élèves les bénédictions promises pour l’obéissance.

Pour finir, Jésus-Christ a promis à ses disciples que ceux qui font ce qu’il demande seront « sauvés au dernier jour ». Le Christ nous promet régulièrement ses plus grandes bénédictions pour notre obéissance (voir D&A 14:7). Nous pouvons faire pareil en tant qu’instructeurs de son Évangile.

L’exemple ci-dessus illustre plusieurs méthodes d’enseignement importantes utilisées par le Sauveur. Parfois, il enseignait aussi par des paraboles ou des analogies. Il arrivait qu’il mette ses détracteurs au défi ou même qu’il les réprimande. Mais toujours, il enseignait avec amour, même à l’égard de ceux qu’il réprimandait (Apocalypse 3:19).

Aimez vos élèves

Lovest thou Me more than these?

M’aimes-tu plus que ceux-ci ?, tableau de David Lindsley

Nous aussi nous devons toujours enseigner avec amour et charité si nous voulons enseigner à la manière du Sauveur. L’amour ouvre le cœur aussi bien de l’instructeur que de l’élève, pour que tous deux soient édifiés et se réjouissent ensemble (voir D&A 50:22).

On peut trouver un exemple frappant de l’amour du Sauveur pour ses disciples dans 3 Néphi lorsqu’il prie pour les gens, pleure pour eux et les bénit. Pendant qu’il priait le Père pour eux, les Néphites ont senti son amour : « Nul ne peut concevoir la joie qui nous remplit l’âme lorsque nous entendîmes le Christ prier le Père pour nous » (3 Néphi 17:17).

Son amour était si grand qu’il a pleuré de joie pour eux et les a bénis en raison de leur foi :

« Vous êtes bénis à cause de votre foi. Et maintenant, voici, ma joie est pleine.

« Et lorsqu’il eut dit ces paroles, il pleura » (3 Néphi 17:20-21).

Un grand amour permet un grand apprentissage. Les Écritures rapportent que « son visage leur sourit » et ils eurent le cœur ouvert et comprirent dans leur cœur (voir 3 Néphi 19:25, 33).

Incitez vos élèves à témoigner.

Le Sauveur a aussi donné à ses disciples l’occasion de rendre témoignage. Par exemple : « Jésus, étant arrivé dans le territoire de Césarée de Philippe, demanda à ses disciples : Qui dit-on que je suis, moi, le Fils de l’homme ?

« Ils répondirent : Les uns disent que tu es Jean-Baptiste ; les autres, Élie ; les autres, Jérémie, ou l’un des prophètes.

« Et vous, leur dit-il, qui dites-vous que je suis ?

« Simon Pierre répondit : Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant » (Matthieu 16:13-16).

Quand Pierre eut rendu son témoignage, le Christ prononça sur lui de merveilleuses bénédictions :

« Tu es béni, Simon, fils de Jonas ; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais c’est mon Père qui est dans les cieux.

« Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Église, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle.

« Je te donnerai les clefs du royaume des cieux : ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux » (Matthieu 16:17-19).

En essayant de devenir des maîtres pédagogues, nous aussi aurons à poser fréquemment des questions qui inciteront les élèves à rendre leur témoignage, verbalement et intérieurement. Nous les inviterons à rechercher dans leur vie quotidienne des expériences personnelles qui édifieront leur témoignage. Ensuite, si l’atmosphère de la classe ou du foyer favorise la présence de l’Esprit, nos élèves se sentiront à l’aise pour se raconter mutuellement leurs expériences spirituelles et se rendre leur témoignage.

Vivez selon ce que vous enseignez

Jésus-Christ a exhorté les gens à faire les choses qu’il a faites (voir 3 Néphi 27:21), notamment à le suivre (voir Matthieu 4:19). Il vivait selon ce qu’il enseignait, et, ainsi, il enseignait par l’exemple.

Il a enseigné le service en servant. La leçon a dû être extraordinaire pour ses disciples quand il leur a lavé les pieds ! « Si donc je vous ai lavé les pieds, moi, le Seigneur et le Maître, vous devez aussi vous laver les pieds les uns aux autres ;

« car je vous ai donné un exemple, afin que vous fassiez comme je vous ai fait » (Jean 13:14-15).

Il a enseigné l’amour en aimant. « Je vous donne un commandement nouveau : Aimez-vous les uns les autres ; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres » (Jean 13:34).

Il a enseigné la prière en priant. Après avoir prié de manière si profonde et sublime, au point que ses paroles n’ont pu être rapportées, il a dit : « Et de même que j’ai prié parmi vous, de même vous prierez dans mon Église. […] Voici, je suis la lumière ; je vous ai donné l’exemple » (3 Néphi 18:16).

Jésus-Christ a fourni un modèle pour tous les instructeurs de l’Évangile qui désirent enseigner à sa façon. Bien que nous ne soyons pas parfaits comme il l’était, nous pouvons nous efforcer diligemment de vivre selon ce que nous enseignons. Comme le disent les paroles d’un chant d’enfants, les instructeurs doivent être capables de dire : « Fais comme je fais ; suis-moi, suis-moi2 ! »

Enseignez à la manière du Sauveur

Tous les instructeurs de l’Évangile sont invités à adopter les six principes de base suivants qui reflètent la manière d’enseigner du Sauveur :

1. Aimez ceux que vous instruisez.

  • Cherchez la personne qui s’est égarée.

  • Concentrez-vous sur les besoins de vos élèves.

2. Préparez-vous spirituellement.

  • Vivez selon ce que vous enseignez.

  • Sachez quelle est la documentation disponible.

3. Enseignez selon l’Esprit.

  • Aidez vos élèves à reconnaître l’Esprit.

  • Soyez un instructeur disposé à se laisser instruire.

  • Créez une atmosphère propice à l’apprentissage.

4. Découvrez l’Évangile ensemble.

  • Fixez des attentes élevées.

  • Incitez vos élèves à témoigner.

  • Posez des questions pertinentes.

  • Écoutez vos élèves.

5. Enseignez la doctrine.

  • Utilisez les Écritures.

  • Racontez des histoires et citez des exemples.

  • Promettez des bénédictions et rendez témoignage.

6. Incitez vos élèves à agir.

  • Aidez vos élèves à mettre en pratique les enseignements.

  • Faites le suivi de ce que vous demandez de faire.

En appliquant ces principes, nous deviendrons de meilleurs instructeurs, de meilleurs élèves, de meilleurs parents et de meilleurs disciples de Jésus-Christ. Car il nous a commandé de « nous enseigner les uns les autres », « diligemment », afin « que tous soient édifiés par tous » (D&A 88:77, 78, 122). Puissent les personnes que nous instruisons percevoir en nous quelque chose du Maître pédagogue et ressortir de cette expérience non seulement informés mais aussi transformés.

Notes

  1. Prêchez mon Évangile : Guide du service missionnaire, 2004, p. 196.

  2. « Do As I’m Doing », Children’s Songbook, p. 276.