2014
Gardez vos yeux sur la rive
Téléchargements
Tout le livre (PDF)
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

Jusqu’au revoir

Gardez vos yeux sur la rive

Mon fils m’a donné une grande leçon sur l’endroit où il faut regarder et sur la manière de persévérer.

Une ballade en canoé vers une île dans un parc national des alentours me semblait être l’occasion idéale de me rapprocher de mon fils. Les dirigeants de la Prêtrise d’Aaron et les jeunes gens de notre paroisse préparaient ce voyage depuis des mois, et j’avais pu les accompagner.

Mon fils Mckay était en pleine forme, il pratiquait trois sports au lycée. C’est probablement pour ça que les dirigeants nous ont mis dans le même canoé : ils savaient qu’il pourrait pagayer plus fort en cas de besoin. J’avais de l’expérience dans la conduite des canoés ; nous semblions donc former une bonne équipe.

Je me réjouissais aussi d’avoir du temps sur le lac pour parler. McKay avait eu son lot d’épreuves depuis la mort de sa mère et je n’avais pas toujours pu répondre de la meilleure des manières à ses besoins et à ce qui l’intéressait.

Nous étions entraînés, nous avions des gilets de sauvetage, nous savions nager et nous avions des dirigeants expérimentés qui nous guidaient.

Ce sur quoi nous n’avions pas compté, c’était le vent. Nous avions pagayé pendant plusieurs kilomètres, puis avions coupé au milieu du lac et nous approchions du rivage quand un vent inhabituellement fort s’est levé face à nous.

Les autres canoés ont pu arriver jusqu’à la rive, mais McKay et moi étions dans le dernier canoé. Les vagues ont gagné en puissance et nous ont fait dévier de notre chemin tandis que nous pagayions sans relâche, essayant d’avancer ne serait-ce qu’un peu. J’étais exténué et inquiet. Je plongeais et tirais de toutes mes forces, essayant de nous remettre sur la bonne voie, mais nous semblions rester exactement dans la même position.

Nous étions sur le point de chavirer quand j’ai enfin admis à haute voix que je ne savais pas si j’aurais la force de continuer. Alors mon fils a dit : « Tu regardes les vagues, papa. Tu n’arriveras à rien si tu fais ça. Tu dois garder les yeux fixés sur la rive. Tu vois cet arbre sur la colline ? C’est notre objectif. Concentre-toi sur ça et on s’en sortira. »

Il avait raison. Une fois que je me suis concentré sur l’arbre, j’ai pu me maintenir dans l’axe. J’ai senti un regain de force dans mes bras. McKay a donné la cadence pour les battements : « Tire. Repos. Tire. Repos. » Et nous avons avancé, de manière constante.

Nous avons atteint la rive, les autres nous ont aidés et nous nous sommes assis pour reprendre notre souffle. Ce soir-là, dans notre tente, nous avons parlé de notre expérience, père et fils.

Ensemble, nous nous sommes rappelé ce que le président Monson a enseigné à propos du phare du Seigneur : « Il nous fait signe à travers les tempêtes de la vie. Il appelle : « Voici le chemin qui mène à la sécurité. Voici le chemin vers ton foyer1. »

Cet après-midi-là, un arbre sur la rive avait été notre phare. Quand j’avais été proche du désespoir, mon fils m’avait sagement conseillé de ne pas regarder les vagues mais de garder les yeux fixés sur la rive. Et nous avions ramé ensemble dans tous les sens du terme.