2000-2009
    N’éteignez pas l’Esprit qui vivifie l’être intérieur!
    Téléchargements
    This Page (MP3)
    Notes de bas de page
    Theme

    N’éteignez pas l’Esprit qui vivifie l’être intérieur!

    Lorsque nous invitons le Saint-Esprit à remplir notre esprit de lumière et de connaissance, il nous vivifie, en d’autres mots, il éclaire et éveille l’être intérieur.

    Dans 1 Thessaloniciens 5, Paul a exhorté les membres à se comporter comme il convient à des saints. Il a poursuivi en donnant une liste de qualités et de bons comportements. Au verset 19, il a conseillé en quelques mots simples : « N’éteignez pas l’Esprit ».

    Chose intéressante, quelque cinq cents ans avant les écrits de Paul, Jacob, prophète du Livre de Mormon, cherchait à enseigner l’Évangile de Jésus-Christ à des gens rebelles. Il leur a demandé hardiment ce qui suit : « Rejetterez-vous les paroles des prophètes, …et nierez-vous la bonne parole du Christ… et le don du Saint-Esprit, et éteindrez-vous l’Esprit-Saint1? »

    À notre époque, tant de siècles après Paul et Jacob, nous devons, nous aussi, veiller à ne pas contrarier, négliger ou éteindre l’Esprit.

    Les invitations du monde visent à détourner notre attention du chemin étroit et resserré. L’adversaire travaille dur à émousser notre sensibilité aux murmures de l’Esprit, que nous soyons adolescent, jeune adulte ou homme ou femme mûrs. Le rôle de l’Esprit, du Saint-Esprit, est essentiel dans chaque période de notre existence terrestre.

    Depuis le commencement, le Père a promis à chacun de ses fils et filles d’esprit que, par l’intermédiaire du sacrifice expiatoire et de la résurrection de son Fils bien aimé, nous pourrions tous retourner en sa présence et hériter les bénédictions de la vie éternelle dans le plus haut degré du royaume céleste.

    Nous savions tous que le chemin de l’exaltation serait long, ardu et parfois solitaire, mais nous savions également que nous ne voyagerions pas seul. Notre Père Céleste donne à toutes les personnes qui remplissent les conditions préalables que sont la foi, le repentir et le baptême, un compagnon et un guide, le Saint-Esprit.

    Le chemin qui mène à la vie éternelle ne se trouve pas sur un plateau. Il est pentu et monte constamment. D’où la nécessité d’avoir une compréhension spirituelle et une énergie toujours grandissante pour arriver à destination. Étant donné que l’opposition pernicieuse de Satan perdure, la direction éclairée et continue du Saint-Esprit est absolument indispensable. Nous n’osons pas interrompre, négliger ou étouffer les murmures du Saint-Esprit. Cependant, nous sommes souvent loin de tirer tout le profit des murmures et des bénédictions du Saint-Esprit auquel nous avons droit2.

    Dans la Perle de Grand Prix, Moïse rapporte qu’Adam, ayant été baptisé et ayant reçu le Saint-Esprit, « fut vivifié dans l’homme intérieur3 ».

    Lorsque nous invitons le Saint-Esprit à remplir notre esprit de lumière et de connaissance, il nous vivifie, en d’autres termes, il éclaire et éveille l’être intérieur4. Nous remarquons alors une différence sensible en notre âme. Nous nous sentons fortifiés et sommes remplis de paix et de joie. Nous avons de l’énergie et de l’enthousiasme spirituels, qui accroissent nos capacités naturelles. Nous pouvons accomplir davantage que nous ne le pourrions seul. Nous aspirons à devenir plus saint.

    Souhaitez-vous connaître le prix à payer pour avoir les droits qui nous sont proposés après la réception du Saint-Esprit ? Le prix n’est pas prédéterminé ou fixe mais c’est à chacun de nous de le déterminer.

    Si vous fixez votre paiement, c’est-à-dire vos efforts personnels, très bas, vous ne pourrez peut-être pas profiter de tout ce que l’Esprit a à offrir. Vous risquez même d’éteindre l’Esprit ! Si, par contre, vous vous fixez une contribution personnelle élevée, vous aurez une abondante moisson de l’Esprit. Le paiement auquel je fais allusion n’est bien sûr pas une question dmais d’engagement et d’investissement plus grands dans vos efforts et votre conduite spirituels.

    Nous déterminons le niveau de notre contribution par l’examen de nos choix et de nos priorités actuels en fonction de questions telles que :

    1. Est-ce que je passe plus de temps à faire du sport qu’à aller à l’église ou qu’à remplir mon appel ?

    2. Si j’ai une journée de libre, vais-je au temple ou au centre commercial ?

    3. Est-ce que je m’adonne aux jeux informatiques et à la navigation sur Internet au lieu de rendre un service utile aux personnes de mon foyer et de ma collectivité ?

    4. Est-ce que je lis le journal religieusement mais ai de la difficulté à lire les Écritures chaque jour ?

    Vous pourriez vous poser d’autres questions pour évaluer la justesse de vos choix et de vos priorités actuels.

    Quel que soit notre niveau de développement spirituel actuel, il existe toujours un niveau plus élevé à notre portée. Le temps est un bien extrêmement précieux. Envisageriez-vous d’investir davantage de temps dans ce qui a trait à l’éternité afin de mériter la compagnie constante du Saint-Esprit et de profiter plus pleinement de son influence ?

    Si votre réponse est oui, le premier sacrifice dans cette quête de spiritualité plus profonde est d’avoir le désir accru de recevoir une plus grande inspiration et de devenir plus saint. Lorsque ces désirs rempliront notre cœur, nous augmenterons avec empressement le prix que nous payons pour avoir l’aide des cieux.

    La contribution suivante à cet effort consistera à nous plonger plus souvent dans les paroles du Christ et des prophètes. Lorsque nous ferons plus d’efforts pour étudier, nous ressentirons davantage l’influence du Saint-Esprit. Sondons les Écritures, stylo en main, en prenant note des idées nouvelles et des murmures de l’Esprit. Par la suite, efforçons-nous d’appliquer à notre vie personnelle ce que nous avons appris. L’Esprit vivifiera notre être intérieur, nous obtiendrons une compréhension nouvelle, précepte sur précepte.

    Pour nous assurer de ne pas éteindre l’Esprit, mais au contraire de favoriser sa présence, il y a une autre mesure à prendre. Prions fréquemment et avec ferveur. La promesse affectueuse et détaillée du Sauveur est rapportée dans Doctrine et Alliances :

    • « Approchez-vous de moi, et je m’approcherai de vous ;

    • « Cherchez-moi avec diligence et vous me trouverez,

    • « Demandez et vous recevrez,

    • « Frappez et l’on vous ouvrira.

    • « Tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, qui vous est utile, vous sera donné5. »

    Remarquez l’ordre, mes frères et sœurs. Nous nous rapprochons du Sauveur lorsque nous observons rigoureusement ses commandements. Nous implorons avec ferveur le Père au nom du Christ. Ensuite, par les murmures du Saint-Esprit, nous recevons une direction divine et une compréhension claire.

    Lorsque nous jeûnons, que nous renouvelons nos alliances lors de la Sainte-Cène, et que nous allons au temple, nous accédons davantage à l’Esprit. Dans ces circonstances, le Saint-Esprit peut manifester son influence avec une grande force.

    Le temple est un cadre merveilleux pour rechercher la révélation personnelle. Lorsque nous y allons aussi souvent que nous le pouvons et que nous écoutons en réfléchissant, en méditant sur les promesses et les espérances glorieuses qui ont trait à l’éternité, nous en repartons avec une compréhension accrue du plan qu’a notre Père céleste pour nous. Le Saint-Esprit élargit notre vision et permet à cette perspective éternelle d’influencer nos décisions quotidiennes.

    Si nous entreprenons cet effort et n’éteignons pas l’Esprit, notre être intérieur sera vivifié. C’est la vie éternelle qui nous attend si nous persévérons. Aussi, n’osons-nous pas éteindre l’Esprit par désobéissance ou négligence. Mais vivons par l’Esprit6, en mettant en valeur le rôle sacré et essentiel du Saint-Esprit dans notre vie. Je témoigne que, si nous recherchons vraiment le Saint-Esprit, nous tirerons plus pleinement profit de son pouvoir discret mais essentiel. Au nom de Jésus-Christ. Amen.