2000-2009
    Obtenir la réalisation des plus grandes et des plus précieuses promesses
    Téléchargements
    This Page (MP3)
    Notes de bas de page
    Theme

    Obtenir la réalisation des plus grandes et des plus précieuses promesses

    Le Seigneur fait des promesses généreuses et il certifie qu’il ne les modifiera pas.

    Je vous apporte l’amour et les salutations des saints fidèles d’Océanie.

    Le premier principe de l’Évangile est la foi au Seigneur Jésus-Christ, qui inclut la foi en sa naissance divine et en son héritage céleste, et la foi que, sous la direction de son Père, il a créé la terre et tout ce qui s’y trouve (voir Jean 1:10 ; Mosiah 3:8). L’objet central de notre foi en Christ est l’assurance que, grâce à son sacrifice expiatoire, même si nos péchés sont comme le cramoisi, ils peuvent devenir blancs comme la neige (voir Ésaïe 1:18).

    La foi au Christ comprend la connaissance qu’après sa crucifixion il est sorti du tombeau et que sa résurrection a rendu possible que tout le genre humain ressuscite (voir 1 Corinthiens 15:21-23). La foi au Christ est l’assurance que lui et son Père céleste sont apparus à un jeune homme, Joseph Smith, préparant la voie au rétablissement de toutes choses dans la dispensation de la plénitude des temps. Jésus-Christ est le chef de l’Église qui porte son saint nom.

    La foi au Seigneur Jésus-Christ se manifeste lorsque nous croyons à ses enseignements, obtenons la réalisation de ses « plus grandes et… plus précieuses promesses » et devenons « participants de la nature divine » (2 Pierre 1:4). Des promesses innombrables ont été proclamées par ses prophètes et le Seigneur nous assure : « Ma parole ne passera pas, mais s’accomplira entièrement, que ce soit par ma voix ou par la voix de mes serviteurs, c’est la même chose » (D&A 1:38).

    En ces derniers jours, le Seigneur révèle que, « lorsque nous obtenons une bénédiction quelconque de Dieu, c’est par l’obéissance à cette loi sur laquelle elle repose » (D&A 130:21). Le Seigneur fait des promesses généreuses et il certifie qu’il ne les modifiera pas, car dit-il : « Moi, le Seigneur, je suis lié lorsque vous faites ce que je dis ; mais lorsque vous ne faites pas ce que je dis, vous n’avez pas de promesse » (D&A 82:10).

    Les plus grandes et les plus précieuses promesses

    Parmi les innombrables grandes et précieuses promesses du Seigneur il y a le pardon de nos péchés lorsque nous les confessons et les délaissons (voir D&A 58:43 ; voir aussi D&A 1:32). L’ouverture des écluses des cieux est une promesse qui se réalisera pour les personnes qui payent fidèlement la dîme (voir Malachie 3:10) et la découverte « de grands trésors de connaissance » est accordée aux personnes qui respectent la Parole de Sagesse (D&A 89:19).

    Être préservé des souillures du monde est une promesse faite aux personnes qui sanctifient le jour du sabbat (voir D&A 59:9 ; Exode 31:13). L’inspiration et les conseils divins sont promis aux personnes qui se font « un festin des paroles du Christ » (2 Néphi 32:3) et qui s’appliquent les Écritures à elles (voir 1 Néphi 19:23).

    Le Seigneur a aussi promis : « Tout ce que vous demanderez de juste au Père, en mon nom, croyant le recevoir, voici, cela vous sera donné » (3 Néphi 18:20). Nous avons aussi la promesse que le Saint-Esprit sera notre compagnon constant si la vertu orne sans cesse nos pensées (voir D&A 121:45-46). Nous pouvons avoir droit à la réalisation de la promesse spirituelle libératrice du jeûne qui détachera les chaînes de la méchanceté, dénouera les liens de la servitude et rompra « toute espèce de joug » (Ésaïe 58:6).

    Les personnes qui sont scellées dans les saints temples et qui respectent fidèlement leurs alliances recevront la gloire de Dieu qui « sera une plénitude et une continuation des postérités pour toujours et à jamais » (D&A 132:19).

    Parfois, dans notre impatience terrestre, nous pouvons perdre de vue les précieuses promesses du Seigneur et ne plus voir le rapport entre notre obéissance et la réalisation de ces promesses. Le Seigneur a déclaré :

    « Qui serais-je… si j’avais promis et n’avais pas accompli ?

    « Je commande, et les hommes n’obéissent pas ; je révoque, et ils ne reçoivent pas la bénédiction.

    « Alors, ils disent dans leur cœur : Ce n’est pas l’œuvre du Seigneur, car ses promesses ne se sont pas accomplies. Mais malheur à ceux-là, car leur récompense les attend en bas et non en haut » (D&A 58:31-33).

    Voir les promesses au loin

    Les éléments importants de la foi sont la patience, la longanimité et la persévérance jusqu’à la fin. L’apôtre Paul parle de la foi d’Abel, Énoch, Noé, Abraham et Sarah, et conclut : « C’est dans la foi qu’ils sont tous morts, sans avoir obtenu les choses promises ; mais ils les ont vues et saluées de loin, reconnaissant qu’ils étaient étrangers et voyageurs sur la terre » (voir Hébreux 11:4-13). Ces saints fidèles savaient que cette vie terrestre était un voyage et non leur destination finale.

    Quand Abram avait soixante-quinze ans, le Seigneur lui a promis : « Je ferai de toi une grande nation », à une époque où Saraï et lui n’avaient pas encore d’enfant (Genèse 12:2). Il avait quatre-vingt-six ans lorsque Agar, la servante de Saraï, lui « enfanta Ismaël » (Genèse 16:16).

    Puis le Seigneur changea le nom d’Abram en Abraham et celui de Saraï en Sara, et, lorsqu’il eut près de cent ans et elle quatre-vingt-dix ans, il leur fut promis que Sara enfanterait un fils qu’il faudrait nommer Isaac (voir Genèse 17:17, 19). Devant leur incrédulité, le Seigneur a demandé : « Y a-t-il rien qui soit étonnant de la part de l’Éternel ? » (Genèse 18:14). Et « Sara devint enceinte, et elle enfanta un fils à Abraham dans sa vieillesse » (Genèse 21:2-3) et le Seigneur promit à Abraham : « Je te bénirai et je multiplierai ta postérité, comme les étoiles du ciel et comme le sable qui est sur le bord de la mer » (Genèse 22:17).

    Le jeune Isaac devint un homme et, lorsqu’il eut quarante ans, il épousa Rebecca. « Isaac implora l’Éternel pour sa femme, car elle était stérile, et l’Éternel l’exauça : Rebecca, sa femme, devint enceinte » et donna naissance à des fils jumeaux, Ésaü et Jacob, quand leur père avait soixante ans. (Voir Genèse 25:20-26.)

    Lorsque Jacob fut suffisamment mûr et eut l’âge requis, ses parents l’envoyèrent dans la maison de Laban où il allait rencontrer les deux filles de Laban, Léa et Rachel. Jacob dit à Laban : « Je te servirai sept ans pour Rachel, ta fille cadette… Ainsi Jacob servit sept années pour Rachel : et elles furent à ses yeux comme quelques jours, parce qu’il l’aimait » (Genèse 29:18, 20).

    Souvenez-vous de la façon dont Laban a trompé Jacob pour qu’il épouse tout d’abord Léa puis Rachel. « L’Éternel vit que Léa n’était pas aimée ; et il la rendit féconde, tandis que Rachel était stérile » (Genèse 29:31). Et Léa mit au monde Ruben, puis Siméon, puis Lévi et Juda. Pendant ce temps, Rachel demeurait sans enfants (voir Genèse 29:32-35).

    Éprouvant de plus en plus d’envie et de désespoir, un jour Rachel explosa et demanda à Jacob : « Donne-moi des enfants, ou je meurs » (Genèse 30:1). Léa eut encore deux fils et une fille.

    Le Seigneur ne tarde pas à accomplir la promesse

    L’apôtre Pierre témoigne : « Le Seigneur ne tarde pas dans l’accomplissement de la promesse, comme quelques-uns le croient ; mais il use de patience envers » nous (2 Pierre 3:9). À notre époque de nettoyage à sec en une heure et de restauration rapide à la minute, il peut parfois nous sembler que notre Père céleste aimant a égaré nos précieuses promesses ou qu’il les a mises en attente ou les a rangées sous le mauvais nom. Tels étaient les sentiments de Rachel.

    Mais, par la suite, nous rencontrons cinq des mots les plus beaux des écrits saints : « Dieu se souvint de Rachel » (Genèse 30:22). Et elle eut la bénédiction de donner naissance à Joseph et plus tard à Benjamin. Il y a des millions de personnes sur terre aujourd’hui qui sont des descendants de Joseph, qui ont accepté la promesse abrahamique qu’à travers leurs efforts « toutes les familles de la terre [seraient] bénies des bénédictions de l’Évangile, lesquelles sont les bénédictions du salut, de la vie éternelle » (Abraham 2:11).

    Je prie pour que, quand les promesses célestes paraissent lointaines, chacun d’entre nous se saisisse de ces promesses extrêmement grandes et précieuses et ne lâche jamais prise. Et tout comme il s’est souvenu de Rachel, Dieu se souviendra de vous. J’en témoigne, au nom de Jésus-Christ. Amen.