Que faites-vous pour le Christ?
    Notes de bas de page
    Theme

    Que faites-vous pour le Christ?

    «La chose la plus sage et la plus sensée que nous devions faire en qualité de disciples du Christ, c‘est travailler diligemment pendant la vie terrestre, afin de devenir comme lui.»

    Mes chers frères et sœurs, je suis heureux de vous faire part à tous de l‘amour et des salutations chaleureuses des saints et des missionnaires merveilleux du Japon et de la Corée. Avec les centaines de milliers de saints et de missionnaires du monde entier, ils font tout leur possible pour être des disciples fidèles et dévoués du Seigneur Jésus-Christ afin de connaître les bénédictions de la paix et de l‘épanouissement dans leur vie et de faire connaître aux autres les bénédictions de l‘amour et de la bonne volonté.

    Conscient de ma faiblesse, je suis malgré tout honoré de cet appel de la Première Présidence à parler au cours de cette session de la conférence générale. Si les soucis et les inquiétudes d‘une femme sont le facteur déterminant de la réussite d‘un discours de conférence générale, alors je suis heureux de dire que la somme de soucis et d‘inquiétude produite par ma femme suffit largement à garantir la réussite, non seulement de mon discours, mais aussi de tous les discours qui ont été faits et qui seront faits à ce micro pendant cette conférence. Quelle bénédiction d‘avoir une femme qui se fait du souci à votre place et à votre sujet.

    Dans Matthieu, chapitre 22, verset 42, se trouve une question très importante pour vous et moi qui professons être disciples du Seigneur Jésus-Christ. La question posée par Jésus lui-même est: «Que pensez-vous du Christ?» Je suis sûr que nous y avons pensé ou qu‘on nous a déjà posé cette question. Nous avons sans doute proposé de nombreuses réponses et elles ont toutes reflété l‘estime et l‘amour profonds que nous lui témoignons. Il n‘est pas surprenant que nous ayons donné ou que nous ayons entendu d‘autres faire, à de nombreuses reprises, ces descriptions: Fils unique, Seigneur et Sauveur, Rédempteur du monde, Sacrifice innocent, Agneau de Dieu, Lumière du monde et un grand nombre d‘autres. Je suis sûr que chaque fois que nous rendons témoignage de ce que nous pensons de lui, nous le faisons avec le plus grand respect et le plus grand amour. Il est également rassurant de savoir que ce dont nous témoignons est garanti par l‘Esprit car «nul ne peut dire: Jésus est le Seigneur! si ce n‘est par le Saint-Esprit» (1 Corinthiens 12:3).

    Maintenant, puis-je humblement poser une autre question importante qui puisse être considérée comme le suivi de «Que pensez-vous du Christ?» Cette question ne se trouve pas dans les Ecritures, mais peut-être mérite-t-elle que vous y prêtiez attention. Peut-être est-elle aussi susceptible de mesurer la profondeur de notre engagement en tant que ses disciples. En guise de suivi de «Que pensez-vous du Christ?», puis-je poser la question «Que faites-vous pour le Christ?»

    Le principal intéressé dans la question: «Que pensez-vous du Christ?» est bien entendu le Seigneur Jésus lui-même. C‘est lui que nous mettons au premier plan lorsque nous décrivons avec ferveur sa nature, sa mission et ses réalisations divines et lorsque nous formulons nos idées et nos témoignages sur ce qu‘il a enseigné et fait pendant les trois brèves années de son ministère et sur l‘impact positif profond qu‘elles ont eu sur notre vie.

    La question: «Que faites-vous pour le Christ?» est, bien sûr, d‘une grande importance parce qu‘elle constitue un défi qui a des implications et des conséquences éternelles affectant notre vie terrestre et notre vie au-delà du voile. Cette fois, c‘est nous qui devenons les principaux intéressés et qui sommes au premier plan, et non Jésus-Christ. La question, maintenant, n‘est pas de savoir ce que nous pensons de lui, mais ce que nous avons fait, ce que nous faisons et ce que nous ferons pour lui. Il est clair que la force de notre engagement envers Jésus peut se mesurer, que dis-je, se mesure à la façon dont nous répondons à cette question par nos œuvres plutôt que par nos paroles.

    Jésus nous a enseigné: «Quiconque me dit: Seigneur, Seigneur! n‘entrera pas forcément dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux» (Matthieu 7:21). Son message est clair et net: il faut faire la volonté de son Père pour entrer dans le royaume des cieux. Penser au Christ et témoigner de lui est très important, mais il faut en plus accomplir de bonnes œuvres sur le modèle de celles du Christ.

    La réponse à la question: «Que faites-vous pour le Christ?» nous ne pouvons la trouver que dans ce que nous faisons pour lui. C‘est à nous qu‘il incombe de démontrer que nous sommes disciples, en d‘autres termes, que nous sommes disposés à agir pour lui. En vérité, par ses œuvres, Jésus a déjà démontré l‘homme qu‘il est et ce qu‘il a accompli pour nous. Par ce qu‘il a fait, il nous a laissé une description indélébile de lui-même et il nous a permis de nous faire facilement une opinion sur lui. L‘attention se tourne maintenant du Christ vers nous. C‘est à nous de laisser une description de nous-mêmes qui dépendra de ce que nous faisons pour lui et cela constitue la réponse à la question: «Que faites-vous pour le Christ?» et à la question de savoir ce que nous voulons que les gens pensent de nous.

    La description que nous aimerions finalement laisser de nous-mêmes tandis que nous travaillons diligemment pour répondre à la question par nos œuvres pourrait bien porter le nom de savoir-être, et même, il faut l‘espérer, de savoir-être chrétien. En des termes aussi simples que profonds, Jésus décrit admirablement ce que signifie, ce qu‘est fondamentalement le savoir-être chrétien: «Quelle espèce d‘hommes devez-vous être? …tels que je suis moi-même» (3 Néphi 27:27). Et chose typique chez ce grand homme, c‘est qu‘il ne se contente pas de nous dire ce qu‘est le savoir-être chrétien, il nous explique ce que nous pouvons et devons faire pour y parvenir: «En vérité, en vérité, je vous le dis, ceci est mon évangile; et vous connaissez les choses que vous devez faire dans mon Eglise, car les œuvres que vous m‘avez vu faire, vous les ferez aussi; et ce que vous m‘avez vu faire, cela même vous le ferez;

    «C‘est pourquoi, si vous faites ces choses, vous êtes bénis, car vous serez exaltés au dernier jour» (3 Néphi 27:21–22).

    En outre, il a dit: «Car je vous ai donné un exemple, afin que, vous aussi, vous fassiez comme moi je vous ai fait» (Jean 13:15). Et encore: «Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples» (Jean 8:31). Et finalement, avec simplicité et majesté: «Suivez-moi» (2 Néphi 31:10).

    Il est maintenant clair que la chose la plus sage et la plus sensée que nous devions faire en qualité de disciples du Christ, c‘est travailler diligemment pendant la vie terrestre, afin de devenir comme lui et d‘acquérir le savoir-être chrétien en suivant et en faisant ce qu‘il nous a enseigné et montré. Quand nous le faisons, nos œuvres deviennent des réponses sûres à la question: «Que faites-vous pour le Christ?» et elles sont indissociables de nos réponses à: «Que pensez-vous du Christ?» En réalité, nos cris de «Seigneur, Seigneur», et les œuvres que nous accomplissons étant en harmonie, ils nous qualifieront certainement pour entrer dans le royaume des cieux.

    La plus grande de toutes nos réalisations de notre long et difficile voyage dans l‘immortalité est de parvenir, dans notre profession d‘être disciples du Seigneur Jésus-Christ, au stade où nous pouvons dire: ses voies sont nos voies et ses pensées nos pensées.

    Je pris humblement pour que nous puissions tous y parvenir par nos efforts persévérants et une foi ferme en celui qui est notre modèle de la vérité et de la justice, au nom de Jésus-Christ. Amen.