Répondez à l‘appel
    Notes de bas de page
    Theme

    Répondez à l‘appel

    «Les gens dont la participation à la vie de l‘Eglise peut être limitée pour quelque temps peuvent ressentir de la chaleur humaine …quand on les invite à participer à des activités de l‘Eglise.»

    Mes frères et sœurs, je vous rappelle l‘invitation lancée par la Première Présidence en décembre 1985:

    «En cette période de Noël, nous nous réjouissons des bénédictions d‘être membres pratiquants de l‘Eglise dont le chef est le Fils de Dieu, le Seigneur Jésus-Christ. En toute sincérité, nous exprimons notre amour et notre reconnaissance pour nos frères et sœurs de partout.

    «Nous pensons à ceux qui ne sont pas pratiquants, à ceux qui sont devenus critiques et enclins à rechercher les fautes, et à ceux qui ont été disqualifiés ou excommuniés à cause de transgressions graves.

    «A tous, nous disons avec amour que nous sommes désireux de pardonner, dans l‘esprit de celui qui a déclaré:‹Moi, le Seigneur, je pardonnerai à qui je veux pardonner, mais de vous il est requis de pardonner à tous les hommes›(D&A 64:10).

    «Nous encourageons les membres de l‘Eglise à pardonner à ceux qui leur auraient fait du tort. A ceux qui ne sont plus pratiquants et à ceux qui sont devenus critiques, nous disons:‹Revenez. Revenez prendre part au festin à la table du Seigneur et goûter de nouveau les fruits agréables et doux de la communion avec les saints›» («An Invitation to Come back», Church News, 22 décembre 1985, p. 3).

    La plupart d‘entre nous, membres de l‘Eglise, voient peut-être les activités d‘abord comme des jeux et du divertissement, mais, dans l‘Eglise, les activités jouent un rôle qui va beaucoup plus loin que cette perception superficielle.

    Ceux qui ont été l‘objet d‘une action disciplinaire de l‘Eglise éprouvent une impression d‘isolement et de solitude bien réelle. C‘est le cas, que l‘action disciplinaire ait été officielle ou non. Dans le cas d‘une excommunication, l‘isolement et la solitude ne sont pas qu‘une impression. Cette mesure entraîne la suppression du nom de la personne des registres de l‘Eglise et le retrait du don du Saint-Esprit conféré au moment du baptême et de la confirmation.

    Nous avons, pour la plupart, déjà connu l‘isolement et la solitude. Vous êtes-vous déjà trouvés dans une ville, un aéroport, une gare ou un autre endroit analogue, où, bien qu‘entouré par des centaines, voire des milliers de personnes, vous vous êtes sentis seuls? Vous est-il arrivé, lorsque vous aviez des difficultés familiales, pendant votre enfance, votre adolescence ou même à l‘âge adulte, de vous sentir seules, bien que vivant sous le même toit que votre famille? Vous est-il arrivé, en d‘autres occasions, de vous sentir seules, alors que vous étiez parmi d‘autres dans une réunion de l‘Eglise ou à l‘école?

    Le fait d‘être au milieu d‘autres personnes, quel que soit le cadre, ne signifie pas toujours que l‘on se sent accepté, compris, intégré et accueilli. Cela peut très souvent être le contraire. On se sent accepté et intégré quand on est invité par quelqu‘un dans son cercle d‘amis et d‘activité. Au-delà des jeux et des divertissements, les activités représentent au moins une façon moins inquiétante d‘accepter, d‘intégrer, de comprendre et d‘accueillir les autres. Vues sous cet angle, les activités deviennent un moyen de manifester de la charité, de l‘amour, de la gentillesse, le pardon et le service; elles deviennent un moyen d‘intégrer et non d‘exclure. Amulek a dit: «Si vous ne vous souvenez pas d‘être charitables, vous êtes comme le rebut que les raffineurs rejettent (étant sans valeur)» (Alma 34:29).

    Les gens dont la participation à la vie de l‘Eglise peut être limitée pour quelque temps peuvent ressentir la chaleur de bras aimants et de cœurs ouverts quand on les invite à participer à des activités de l‘Eglise. La période où leurs possibilités sont limitées est adoucie quand on les invite à des soirées familiales, à des dîners, à des fêtes, à des veillées, à des spectacles de variétés, à des pièces de théâtre, à des groupes d‘activités particulières, à des réunions d‘arts ménagers, à des sorties familiales, à des camps de paroisse, à des rassemblements, etc.

    Grâce aux activités, les gens peuvent se sentir intégrés, désirés et utiles. Les activités de l‘Eglise donnent l‘occasion de fréquenter les membres du collège, de la Société de Secours ou de la paroisse, en terrain neutre. Je le répète, la période où leurs possibilités sont limitées peut être adoucie si on les intègre socialement à des activités. Leur participation aux activités prépare souvent la voie à leur participation aux réunions de culte du dimanche, même si, pendant quelque temps, ils doivent assister aux réunions de culte et aux cours en spectateurs.

    Il convient de demander, entre autres: les activités font-elles partie intégrante de votre famille, de votre collège, de votre Société de Secours ou de votre unité? Organise-t-on régulièrement des activités auxquelles sont invitées les personnes qui s‘efforcent de retrouver tous leurs droits de membre et les non-pratiquants? Vos activités offrent-elles sécurité, acceptation et fraternité? Aidez-vous les personnes qui s‘efforcent de retrouver leur foi et leur témoignage et qui attendent avec impatience le jour où le droit et les bénédictions de participer pleinement à la vie de l‘Eglise leur seront rendus?

    Par une diversité d‘activités en famille, de prêtrise, de Société de Secours, ou de paroisse et de pieu, nous pouvons créer un cadre qui

    1. Nous aide tous à participer à des activités saines, qui soient exemptes de la sensualité et de la vulgarité de tant d‘activités proposées et soutenues par le monde.

    2. Vise à intégrer et non à exclure les personnes et les groupes, sans considération d‘âge, de situation sociale, d‘appel ecclésiastique, etc.

    3. Donne des occasions de participer aux pratiquants, aux non-pratiquants et à ceux qui s‘efforcent de retrouver tous leurs droits de membre.

    4. Manifeste le pardon et l‘oubli en permettant aux gens de ressentir la chaleur, la sollicitude, l‘amour et la volonté d‘accueillir des membres. A ceux qui ne pardonnent et n‘oublient pas, le Seigneur adresse une mise en garde: «Dans les temps anciens, mes disciples cherchaient à s‘accuser les uns les autres et ne se pardonnaient pas les uns aux autres dans leur cœur; et pour ce mal, ils furent affligés et sévèrement châtiés.

    «C‘est pourquoi, je vous dis que vous devez vous pardonner les uns aux autres; car celui qui ne pardonne pas à son frère ses offenses est condamné devant le Seigneur, car c‘est en lui que reste le plus grand péché» (D&A 64:8–9).

    Quand une personne retrouve tous ses droits dans l‘Eglise grâce à l‘amour, à la gentillesse et au pardon qui lui ont été manifestés, le sentiment de joie est presque inexprimable. L‘intensité de cette émotion est décrite dans le Livre de Mormon à l‘occasion des heureuses retrouvailles d‘Alma et d‘Ammon:

    «Et la joie d‘Ammon fut si grande, qu‘il en fut rempli; oui, il fut ravi dans la joie de son Dieu, au point même de perdre toute force; et il tomba de nouveau par terre.

    «N‘était-ce pas là une joie extrême? Voici, c‘est la joie que personne ne reçoit si ce n‘est le vrai pénitent et celui qui cherche humblement le bonheur» (Alma 27:17–18).

    Les activités peuvent être beaucoup plus que des jeux et des divertissements, beaucoup plus que des moments de plaisir passager. Les activités ayant un but et organisées dans un réel effort pour aider les participants à se rapprocher de la perfection apportent une joie éternelle et ont un rôle important à jouer dans l‘Eglise.

    Nous devons nous rappeler que ce n‘est pas d‘hier que l‘Eglise organise des activités. Sous la présidence de chacun des treize prophètes qui ont dirigé l‘Eglise de nos jours, les activités ont été et restent une partie importante du mode de vie des saints des derniers jours. Les activités de l‘Eglise continuent d‘être un moyen d‘intégrer au lieu d‘exclure, d‘être acteur et non spectateur, de connaître des moments de joie dans les difficultés de l‘adversité, de promouvoir les contacts et l‘unité au lieu de l‘isolement et du désaccord, d‘offrir un cadre neutre et où ils ne seront pas jugés à ceux qui s‘efforcent de retrouver l‘entière communion dans l‘Eglise avec les saints et avec la maison de Dieu.

    En conclusion, je cite la suite du message de Noël de la Première Présidence: «Nous sommes certains que beaucoup aspirent à revenir mais se sentent mal à l‘aise. Nous vous assurons que vous trouverez des bras ouverts pour vous recevoir et des mains prêtes à vous aider.

    «En cette période de Noël, nous honorons la naissance du Seigneur qui a donné sa vie pour les péchés de tous. Nous savons qu‘il y a beaucoup de gens qui portent de lourds fardeaux de culpabilité et d‘amertume. Nous leur disons: ‹Posez-les et prêtez attention aux paroles du Sauveur: «Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos …Car mon joug est aisé, et mon fardeau léger›» (Matthieu 11:28–30).

    La Première Présidence ajoute: «Nous vous en supplions. Nous prions pour vous. Nous vous invitons et vous accueillons avec amour et appréciation.

    «Fraternellement, la Première Présidence» («An Invitation to Come Back», p. 3).

    J‘invite chacun à venir au Christ. Revenez et ayez part à sa joie. Au nom de Jésus-Christ. Amen.