«Mon serviteur Joseph»
    Notes de bas de page
    Theme

    «Mon serviteur Joseph»

    «Le prophète Joseph accomplit donc de grandes réalisations, bien qu‘il connût de grandes désillusions. Viendrons-nous, nous aussi, à bout des hauts et des bas?»

    Je vais parler, en quelques points importants, de l‘homme remarquable, que le Seigneur a appelé affectueusement à plusieurs reprises «mon serviteur Joseph» (D&A 5:7). Les événements qui ont suivi la prière de Joseph Smith au printemps de 1820 ont éclairé à jamais notre conception de Dieu, de nous-mêmes, des autres, de la vie et même de l‘univers! Un jeune garçon, dans un bosquet, a commencé à recevoir des réponses aux questions les plus anciennes et les plus vastes de l‘homme! Mais le jeune Joseph n‘est pas allé dans le Bosquet sacré pour demander le rétablissement de la Sainte Prêtrise, de la dotation sacrée, du pouvoir de scellement, et de toutes leurs clés. Il ne connaissait même pas leur existence! Il voulait simplement savoir à laquelle des Eglises il devait se joindre. Il pria pour être guidé personnellement sur un point précis. Il reçut une réponse d‘une importance universelle et éternelle!

    Joseph serait-il allé dans le Bosquet, s‘il avait vu à l‘avance les persécutions incessantes qui s‘abattraient bientôt sur lui et qui aboutiraient à son martyre?

    Le courage est l‘un des traits particuliers de Joseph Smith. Sans ce courage, il aurait cherché à se soustraire à son rôle remarquable. A l‘âge de sept ans, il eut une grave infection de la jambe. L‘amputation semblait inévitable. Il refusa de boire l‘alcool qu‘on lui proposait comme anesthésique, quand on opéra les os de sa jambe en employant une nouvelle technique. Soit dit en passant, ce jeune garçon plein de sollicitude demanda à sa mère de quitter la pièce afin qu‘elle ne voie pas ses souffrances.

    Le meilleur recours médical d‘Amérique pour la maladie de Joseph se trouvait à quelques kilomètres de là en la personne du docteur Nathan Smith, fondateur de la Dartmouth‘s Medical School, pionnier expérimenté de cette technique nouvelle (voir LeRoy S. Wirthlin, Brigham Young University Studies, «Joseph Smith‘s Boyhood Operation: An 1813 Surgical Success», volume 21, printemps 1981, n˚ 2, pp. 131–154; voir aussi «Discovery», Ensign, mars 1978, p. 59). Il dirigea l‘équipe qui sauva la jambe de Joseph, jambe dont le prophète devait se servir pour la terrible marche du camp de Sion.

    Joseph fit souvent montre de courage, comme le raconta un bénéficiaire: «La maladie et la peur m‘avaient vidé de mes forces. Joseph devait décider soit de me laisser, auquel cas les émeutiers m‘auraient capturé, soit de mettre sa vie en danger en me portant secours. Optant pour cette dernière solution, il me hissa sur ses larges épaules et me porta, en se reposant de temps à autre, à travers les marécages et dans l‘obscurité. Plusieurs heures plus tard, nous débouchâmes sur l‘unique route et fûmes bientôt en sécurité. La force de Joseph lui permit de me sauver la vie» (New Era, décembre 1973, p. 19).

    La volonté d‘apprendre de Joseph était égale à son courage. Elle allait être nécessaire au rétablissement, qui se produisit peu à peu (voir aussi Moïse 7:21). Après une apparition sublime, il faudrait des efforts pour accomplir ce qu‘elle impliquait. Par exemple, à la remise des plaques d‘or, la «découverte» la plus étonnante de l‘histoire dans le domaine de la religion, succéda la laborieuse traduction. Les clés du saint apostolat furent rétablies de manière spectaculaire, mais bien avant la marche éprouvante du camp de Sion et l‘appel des Douze qui lui succéda. La visite capitale d‘Elie se produisit bien avant que le peuple ou des temples fussent prêts à bénéficier du pouvoir de scellement rétabli.

    Oui, Joseph reçut de remarquables manifestations, mais elles furent accompagnées par de constantes afflictions. Certes, il y eut, par exemple, des apparitions régulières de messagers célestes, mais elles furent séparées par les apparitions régulières d‘émeutiers terrestres.

    Joseph bénéficia de l‘amitié d‘êtres célestes, mais il fut également trahi par des amis terrestres. Certes, il reçut des clés et des dons, mais Emma et lui perdirent également six de leurs onze enfants. Certes, Dieu donna à Joseph la vision d‘horizons lointains, du premier et du troisième états, mais ces instants glorieux se produisirent au milieu de l‘âpreté de la vie quotidienne de Joseph dans le second état.

    Joseph, qui était consacré au Seigneur, donna beaucoup, et souvent très peu lui fut rendu. Brigham Young déclara avec tristesse: «Ses frères devaient à Joseph une confiance qu‘ils ne lui accordèrent pas. Sa mort, fut pour eux une leçon profitable. Après coup, ils se dirent que si le prophète pouvait leur être rendu, ils obéiraient à ses conseils» (Brigham Young, in Journal of Discourses, 10:222).

    Je me rappelle avoir lu, il y a des années, qu‘au cours de la grave apostasie de Kirtland, Joseph serra la main de quelqu‘un assez longtemps. Ensuite, avec calme et discernement, le prophète dit qu‘il était heureux de savoir que cette personne était son ami, car il en avait bien peu à cette époque.

    Joseph était un voyant qui avait le don de traduire d‘anciennes annales (Joseph Smith, History of the Church, 1:238), et «un voyant est plus grand qu‘un prophète» (Mosiah 8:13–17).

    Le processus de la traduction fut réellement une merveille et un prodige, ou, comme le dit l‘hébreu, «un miracle miraculeux» (Esaïe 29:14). En fonction de l‘ordre dans lequel il traduisit, les érudits estiment qu‘au printemps de 1829, Joseph traduisait à un rythme équivalent à 8 à 13 pages imprimées par jour (John W. Welch et Tim Rathbone, «The Translation of the Book of Mormon: Basic Historical Information», Preliminary Report, F.A.R.M.S., Provo, Utah, 1986, 38–39). Un traducteur professionnel qualifié m‘a dit récemment qu‘il considère une page par jour comme un bon rythme.

    Jeffrey R. Holland a calculé que Joseph, le traducteur, dépourvu de formation théologique, nous a donné plus de pages d‘Ecritures que tout autre mortel!

    Joseph, le révélateur, sut s‘exprimer avec clarté. Le président Brigham Young dit que le prophète Joseph avait «l‘heureuse faculté» de communiquer les choses «souvent en une seule phrase qui éclairait …les ténèbres des âges …et faisait se déverser l‘intelligence céleste en un seul faisceau» (Brigham Young, Journal of Discourses, 9:310).

    Le prophète Joseph a éclairé le paysage de la vie, mes frères, de sorte que nous pouvons voir les «choses telles qu‘elles sont en réalité, …telles qu‘elles seront en réalité» (Jacob 4:13). Les révélations sur les dispensations de l‘histoire du salut nous disent qu‘Adam avait la plénitude de l‘Evangile ainsi que toutes ses ordonnances en Eden, autrefois (voir Moïse 5:58–59). Le christianisme n‘a donc pas commencé au midi des temps avec le ministère terrestre de Jésus à Jérusalem! La diffusion qui s‘est produite après Adam a naturellement entraîné des similitudes dans diverses religions. Ainsi, comme Joseph F. Smith l‘a déclaré, trouvons-nous des «vestiges du christianisme» qui «remontent à une époque antérieure au déluge, …indépendants de la Bible» (Joseph F. Smith, in Journal of Discourses, 15:325). Les saints des derniers jours ne sont donc pas surpris mais au contraire enrichis chaque fois que des découvertes montrent que le Seigneur «accorde à toutes les nations» d‘enseigner une portion de «sa parole» (Alma 29:8).

    En 1834, tous les détenteurs de la prêtrise de la région de Kirtland se réunirent, non dans un tabernacle, mais dans une petite cabane de rondins. Là, Joseph prophétisa que l‘Eglise remplirait un jour l‘Amérique du Nord et du Sud et même le monde (Wilford Woodruff, juin 1892, publié dans le Millennial Star, 19 septembre 1892, p. 605). Pensez aux assemblées qui ce soir suivent la conférence en direct dans plus de 3000 sites, où sont réunis 162 000 hommes et jeunes gens! Plus tard, des cassettes vidéo parviendront à des dizaines de milliers d‘autres dans 47 pays et en 17 langues!

    Les jeunes gens qui écoutent ce soir, y compris plusieurs de mes petits-fils, contribueront à la poursuite de l‘accomplissement de la prophétie hardie de Joseph car: «Les extrémités de la terre s‘informeront de ton nom» (D&A 122:1). Les jeunes gens qui m‘écoutent ce soir répondront dans les années à venir à ces demandes d‘information dans les années à venir et dans des endroits aux noms exotiques.

    Une autre prophétie remarquable faite près de trente ans avant la tragédie de la guerre de Sécession, prédit non seulement où elle commencerait, mais, ce qui est plus important, qu‘elle se solderait «par la mort et la misère de beaucoup d‘âmes» (D&A 87:1). Aujourd‘hui encore, cette guerre est de loin la plus sanglante qu‘ait connue l‘Amérique.

    D‘autres prophéties attendent leur accomplissement. Certaines sont sinistres, comme celle prédisant: «un fléau dévastateur couvrira le pays» (D&A 45:31). Nous ne savons pas comment elle s‘accomplira.

    Lorsqu‘il le rencontra pour la première fois, Joseph prophétisa également que Brigham Young présiderait un jour l‘Eglise (voir Millennial Star, 25:139).

    Brigham Young n‘était guère impressionnable, mais il dit qu‘il avait envie de crier «Alléluia!» tout le temps qu‘il connut Joseph Smith! (voir Journal of Discourses, 3:51). Les dernières paroles de Brigham furent: «Joseph! Joseph! Joseph!». Il était sur le point de rejoindre son bien-aimé Joseph! (Leonard J. Arrington, Brigham Young: American Moses, p. 399).

    Ce que Joseph a accompli n‘aurait pas pu se produire s‘il ne s‘était pas consacré et s‘il n‘avait pas été spirituellement soumis. Erastus Snow nous met tous en garde: «Quand nous avons tendance à être entêtés, …l‘Esprit du Seigneur est maintenu loin de nous», parce que nous sommes trop occupés à satisfaire notre propre volonté, et que nous «interposons ainsi une barrière» entre nous et Dieu (Journal of Discourses, 7:351).

    Vers la fin, au cours de plusieurs réunions, Joseph transmit les clés, l‘autorité et les ordonnances aux Douze. Wilford Woodruff dit que lors d‘une de ces occasions, le visage du révélateur était aussi clair que l‘ambre et investi d‘une puissance qu‘il n‘avait jamais vue chez aucun être auparavant (Wilford Woodruff, Journal History, 12 mars 1897). Le président Young dit que ceux qui connaissaient Joseph se rendaient compte quand «l‘Esprit de révélation reposait sur lui …car son visage revêtait alors une clarté et une transparence particulières» (Journal of Discourses, vol. 9, p. 89).

    Joseph Smith, le prophète, a révélé beaucoup de choses, mais il savait beaucoup plus qu‘il ne pouvait en dire. John Taylor a dit que Joseph «se sentait lié … » (John Taylor, in Journal of Discourses, 10:147–148). Heber C. Kimball a confirmé que souvent Joseph avait parfois l‘impression d‘être «emprisonné …qu‘il manquait de place pour élaborer …qu‘il n‘y avait pas de place dans le cœur des gens pour recevoir ses enseignements … » (Heber C. Kimball, in Journal of Discourses, 10:233).

    Le prophète Joseph était un homme d‘une très grande bonté. Nous ne devons pas penser qu‘il se rendit «coupable de péchés graves ou capitaux» (Joseph Smith, Histoire 1:28) car, disait-il, ce n‘était pas dans sa nature. Vers la fin de sa vie, il dit avec humilité: «Je ne vous ai jamais dit que j‘étais parfait; mais il n‘y a pas d‘erreur dans les révélations que j‘ai enseignées» (Enseignements du prophète Joseph Smith, p. 298).

    Il n‘est pas étonnant que le prophète ait été si proche d‘anciens prophètes. Tout comme Pierre, Jacques et Jean reçurent les clés de la prêtrise des mains d‘Elie sur le mont de la transfiguration, de même Joseph Smith, le prophète, reçut les clés de la prêtrise des mains d‘Elie, ainsi que de Pierre, Jacques et Jean et de beaucoup d‘autres! Dans une bénédiction donnée en décembre 1834, Joseph Smith, père, confirma à son fils: «(Joseph d‘autrefois en Egypte) …a jeté les yeux sur ses descendants dans les derniers jours …(et) a cherché diligemment à savoir …qui (leur) apporterait la parole du Seigneur, et ses yeux t‘ont vu, mon fils (Joseph Smith, fils): son cœur s‘est réjoui et son âme a été satisfaite … » (Patriarchal Blessings, vol. 1, p.3).

    A propos de ses souffrances, Joseph reçut la promesse que son cœur grandirait. Joseph, le cœur gonflé, écrivit de la prison de Liberty: «Il me semble qu‘après cela mon cœur sera toujours plus tendre qu‘auparavant …Je pense que je n‘aurais jamais pu ressentir ce que je ressens à présent si je n‘avais pas souffert … » (The Personal Writings of Joseph Smith, p. 387). Il n‘est pas étonnant qu‘il ait été dit à Joseph: «Tout cela te donnera de l‘expérience et sera pour ton bien» (D&A 122:7).

    Chose extrêmement importante, par l‘intermédiaire du prophète Joseph ont été données des traductions et des révélations qui confirment et décrivent comme cela n‘avait encore jamais été fait, que la merveilleuse expiation, à laquelle, hélas, si peu croient aujourd‘hui, a bien eu lieu. Elle est l‘événement clé de toute l‘histoire de l‘homme! Jésus a dit très peu de choses sur ce qu‘il a ressenti au cours de cette atroce expiation qui a libéré le genre humain. La plupart de ces rares et précieuses paroles nous sont parvenues par l‘intermédiaire du prophète Joseph! Jésus a réellement saigné à chaque pore. Il a tremblé de douleur. Il a souffert dans son corps et dans son esprit. Il a supplié pour ne pas reculer devant l‘expiation à accomplir. Finalement, il a terminé tout ce qu‘il avait préparé pour les enfants des hommes. Humblement, Jésus permit que sa volonté fût absorbée dans la volonté du Père (voir Mosiah 15:7)! Au milieu de son étonnant triomphe personnel, Jésus, fidèle à sa promesse prémortelle, attribua encore toute la gloire à son Père (voir D&A 19:18–19; Moïse 4:2).

    Le prophète Joseph accomplit donc de grandes réalisations, bien qu‘il connût de grandes désillusions. Mes frères, viendrons-nous, nous aussi, à bout des hauts et des bas? Nous soumettrons-nous individuellement, ou bien serons-nous obstinés?

    Joseph parvint à une consécration totale et connut une «progression spirituelle de plus en plus forte» (History of the Church, vol. 6, p. 317). Ferons-nous de même, mes frères, en rendant témoignage à notre famille, à nos amis et à nos ouailles, non seulement verbalement, mais par notre progression constante? Nous pouvons y parvenir en devenant de manière de plus en plus visible les hommes du Christ!

    Ou bien serons-nous de ceux qui n‘ont pas eu le courage de se prononcer ouvertement en faveur de Jésus et qui ont eu peur de perdre leur place dans la synagogue (Jean 12:42; 43)? Il y a tant de situations analogues aujourd‘hui, et certains membres de l‘Eglise de notre époque hésitent à risquer leur place! Chaque jour, nous décidons quel genre de disciples nous voulons être. Chaque jour, nous répondons à la question: «Qui donc est au Seigneur?»

    Mes frères, c‘est aujourd‘hui votre jour dans l‘histoire de l‘Eglise. Notez bien quelle sorte de jour ce sera: un jour où, avec une grande clarté, le Seigneur «mettra son bras saint à nu aux yeux de toutes les nations» (D&A 133:3). Dieu «hâtera» également son œuvre (D&A 88:73). Il abrégera également les jours de l‘épreuve «à cause des élus». Ainsi, les événements s‘accéléreront (voir Matthieu 24:22; Joseph Smith Matthieu 1:20). De plus, «tout sera en commotion» (D&A 88:91). Seuls ceux qui seront en passe de devenir les hommes et les femmes du Christ seront en mesure de conserver leur équilibre spirituel. Puissions-nous marcher par la foi, sur nos genoux si nécessaire! Au nom du Seigneur de l‘univers, à savoir Jésus-Christ. Amen!9