«Mais il y a peu d‘ouvriers»
    Notes de bas de page
    Theme

    «Mais il y a peu d‘ouvriers»

    «Des portes se sont ouvertes pour la prédication de l‘Evangile dans des nations auxquelles on n‘aurait jamais rêvé ou espéré accéder il y a encore peu de temps. Aujourd‘hui, on demande plus que jamais des missionnaires à plein temps.»

    Dans le quatrième chapitre du livre d‘Alma, nous trouvons l‘un des nombreux récits de ce livre où le principal dirigeant spirituel était préoccupé par ce que faisait son peuple. Nous lisons:

    «Et dans la huitième année du règne des juges, il arriva que le peuple de l‘Eglise commença à devenir orgueilleux, à cause de ses grandes richesses, de ses belles soieries, de son lin fin, et à cause de ses troupeaux nombreux, de son or, de son argent, et de toutes les choses précieuses en tout genre qu‘il avait obtenues par son industrie; et il s‘était enflé d‘orgueil à ses propres yeux dans toutes ces choses, car il commençait à se vêtir d‘habits somptueux.

    «Ceci causait beaucoup d‘affliction à Alma, oui, et à un grand nombre de fidèles qu‘Alma avait consacrés instructeurs, prêtres et anciens de l‘Eglise; oui, beaucoup d‘entre eux étaient profondément chagrinés des iniquités qui, ils le voyaient, avaient commencé parmi leur peuple» (Alma 4:6–7).

    Alma avait une décision à prendre. En sa qualité de grand prêtre suprême, il avait tenté d‘éviter à son peuple de tomber dans le péché en lui prêchant l‘Evangile. En tant que grand juge, il avait appliqué les lois du pays. Au vu de la méchanceté croissante de son peuple, il ne pouvait continuer à partager son temps entre ces deux tâches. Le Livre d‘Alma nous dit encore:

    «Il choisit un homme sage, qui était du nombre des anciens de l‘Eglise, et il lui donna du pouvoir, selon la voix du peuple, afin qu‘il eût le pouvoir de décréter des lois selon les lois qui avaient été données et de les mettre en vigueur selon l‘iniquité et les crimes du peuple.

    «Cet homme s‘appelait Néphihah; il fut établit grand-juge et il prit place au siège du jugement pour juger et gouverner le peuple.

    «Mais Alma ne lui conféra point l‘office de grand-prêtre de l‘Eglise et garda l‘office de grand-prêtre pour lui-même, mais il donna le siège du jugement à Néphihah.

    «Et il fit cela afin de pouvoir aller lui-même parmi son peuple, ou parmi le peuple de Néphi, lui prêcher la parole de Dieu, le rappeler au souvenir de ses devoirs, abattre par la parole de Dieu, tout l‘orgueil, toutes les ruses et toutes les contentions qui existaient parmi son peuple, car il ne voyait point d‘autre moyen de le réformer que de rendre contre lui un témoignage pur» (Alma 4:16–19).

    Alma avait compris un principe essentiel de la vie. Il n‘est pas possible de résoudre les problèmes de l‘humanité si la grande majorité n‘a pas été instruite et n‘a pas conformé sa vie à un code de conduite qui l‘empêche de tomber dans le péché. Au commencement, le Seigneur a établi pour nos premiers parents terrestres des commandements et des alliances dont le respect doit nous éviter les souffrances et le gâchis résultant d‘une vie mauvaise. En voyant la situation du monde actuel, nous devrions nous demander: «Comment pouvons-nous éviter les échecs résultant d‘une croissance incontrôlée des problèmes spirituels, émotionnels et physiques qui affectent aujourd‘hui l‘humanité?» On a l‘impression de consacrer trop de temps et d‘énergie à réparer les méfaits du péché et pas assez de temps à enseigner la loi du Seigneur, fondement sur lequel on peut baser sa vie.

    Dans l‘Ancien Testament, Ezéchiel nous dit que le Seigneur réprimande ceux qui n‘ont pas nourri ses brebis. Nous lisons:

    «Mes brebis errent sur toutes les montagnes et sur toutes les collines élevées, mes brebis sont disséminées à la surface de tout le pays; nul n‘en prend soin, nul ne les cherche.

    « …parce que mes bergers ne prenaient aucun soin de mes brebis, parce que les bergers se repaissaient eux-mêmes et ne faisaient pas paître mes brebis, …

    «Car ainsi parle le Seigneur, l‘Eternel: C‘est moi-même qui prendrai soin de mes brebis et j‘en ferai la revue» (Ezéchiel 34:6, 8, 11).

    N‘est-ce pas aussi une des lamentations du Seigneur au cours de son ministère terrestre? Nous lisons dans l‘Evangile de Matthieu:

    «Jésus parcourait toutes les villes et les villages, il enseignait dans leurs synagogues, prêchait l‘Evangile du royaume et guérissait toute maladie et toute infirmité.

    «A la vue des foules, il en eut compassion, car elles étaient lassées et abattues comme des brebis qui n‘ont pas de bergers. Alors il dit à ses disciples: La moisson est grande, mais il y a peu d‘ouvriers. Priez donc le Seigneur de la moisson d‘envoyer des ouvriers dans sa moisson» (Matthieu 9:35–38).

    Le manque d‘ouvriers dans la vigne du Seigneur continue aujourd‘hui comme par le passé. Un prophète a récemment appelé chaque jeune homme digne et en mesure de servir à effectuer une mission à plein temps. La réponse à la voix du prophète a été réconfortante. Plusieurs milliers de jeunes gens ont écouté son vibrant appel et ont rempli une mission avec honneur et succès. Ils ont déclaré l‘Evangile de notre Seigneur et Sauveur à un nombre toujours croissant de personnes. Leur moisson a été réellement remarquable.

    Comme le nombre augmentait, l‘appel du prophète s‘est de nouveau fait entendre pour ouvrir les portes des nations à la prédication de l‘Evangile. Nous avons tous été témoins du miracle accompli par la puissance des prières unies des saints. Des portes se sont ouvertes pour la prédication de l‘Evangile dans des nations auxquelles on n‘aurait jamais rêvé ou espéré accéder il y a encore peu de temps. Aujourd‘hui, on demande plus que jamais des missionnaires à plein temps. Une fois de plus nous lançons l‘appel à chaque jeune homme de suivre la voix du prophète et de faire une mission à plein temps. Evêques et présidents de branche, nous vous invitons à vous assurer que chaque jeune homme digne et en mesure de servir ait l‘occasion de partir dans le champ de la mission. Beaucoup de jeunes filles ont également servi dans le champ de la mission. Elles sont parmi les missionnaires les plus efficaces que nous ayons.

    Le président Kimball a fait la déclaration suivante à propos du service missionnaire pour les jeunes filles: «De nombreuses jeunes filles ont le désir de faire une mission à plein temps, et elles sont les bienvenues au service du Seigneur. Cette responsabilité ne repose pas sur elles comme elle repose sur les frères, mais elles recevront de grandes bénédictions pour leur service généreux. Le Seigneur est satisfait de leur désir de lui amener des âmes» (President Kimball Speaks out, p. 30).

    Ces vaillants jeunes gens et jeunes filles vont porter dans le champ de la mission le puissant témoignage de la mission de notre Seigneur et Sauveur, en remplissant un véritable service chrétien et en enseignant avec foi et conviction.

    Il ne faut pas seulement davantage de jeunes gens et de jeunes filles, il faut aussi d‘urgence des couples dans le service missionnaire. Chaque fois que nous visitons une mission, la demande universelle est d‘avoir davantage de couples. On a grand besoin de couples mûrs, financièrement indépendants, qui possèdent un grand témoignage et une santé suffisante. Leur entrée dans le champ de la mission augmente la force et la maturité de notre effort missionnaire.

    Toutes ces occasions de servir nous demandent des couples expérimentés pour travailler avec ceux qui sont nouveaux dans l‘Evangile et s‘assurer que la graine qui est tombée dans le bon terrain sera nourrie et cultivée pour que l‘ivraie de l‘ancien mode de vie ne vienne pas étouffer la bonne plante. Je m‘adresse à vous, les couples mûrs, qui avez des années d‘expérience, d‘étude, d‘enseignement et de service dans les paroisses et les branches de l‘Eglise. Cette expérience est désespérément nécessaire dans le monde pour éviter aux tendres jeunes pousses d‘être vaincues par les choses du monde.

    C‘est vous qui pouvez enraciner fermement les nouveaux convertis dans les vérités de l‘Evangile dans cette vie et les aider à devenir dignes de recevoir les bénédictions des éternités à venir. Ecoutez les expériences de ces couples qui ont fait une mission.

    Je cite quelques lignes d‘une récente lettre reçue que le département missionnaire a reçue du président de la mission de Tulsa, en Oklahoma: «Les Wilson, qui sont rentrés chez eux depuis peu, ont fait une œuvre remarquable en ramenant des membres à l‘Eglise. Ils sont parvenus à amener deux couples au temple, ont fait dix-huit baptêmes et ont fait augmenter le nombre des pratiquants de la paroisse de Nevada d‘une moyenne de 136 à plus de 180 pendant l‘année où ils y ont travaillé. Quand ils sont arrivés dans la mission, ils venaient tout juste d‘acheter une camionnette, ils ont ajouté 45 000 kilomètres au compteur du véhicule. Ils ont vraiment fait le maximum pour fortifier l‘œuvre du Seigneur dans cette région. Aujourd‘hui, ils sont en retraite à St-George et souhaitent faire une autre mission dès que possible.»

    La lettre continue: «Frère Williams est président de la branche de Lebanon. Sa femme et lui ont fait un travail exceptionnel: Ils ont ramené beaucoup de membres à l‘Eglise et ont démarré une bibliothèque généalogique locale.

    Sœur Williams écrit: «Je suis très fière de mon mari. Il est d‘une grande aide pour les jeunes missionnaires. Il leur apporte le soutien dont ils ont besoin. Il est ravi quand il peut les emmener enseigner une leçon.

    «Depuis que nous avons ouvert notre bibliothèque, je suis saturé de travail autant pour des membres que pour des non-membres. L‘association généalogique locale (dont les adhérents sont tous des non-membres) se réunit une fois par mois dans notre église. Ils sont tous très intéressés par notre nouvelle bibliothèque et les outils de recherche dont nous disposons. J‘ai assuré la formation de chacun des membres de l‘équipe aussi complètement que possible, afin qu‘ils connaissent bien ce que nous avons dans la bibliothèque, puisque, hélas, je vais devoir partir un jour ou l‘autre. Misère de misère!»

    Les Price, qui ont travaillé en Australie, écrivent:

    «Je dois reconnaître que c‘est difficile de laisser des petits-enfants qui grandissent et changent, mais nous racontons à nos enfants les joies que nous apportent notre mission. Le fait de savoir que nos enfants et nos petits-enfants prient pour nous tous les soirs nous soutient et nous inspire tous les jours. En plus, tout cela c‘est pour notre Père céleste, qui a promis que nos liens familiaux ne seront jamais brisés si nous le servons.»

    N‘est-ce pas le moment de prendre votre décision, jeunes adultes qui avez l‘âge de partir en mission à plein temps, et vous, couples âgés et pleins de maturité? N‘avez-vous jamais réfléchi aux genres de chapitres que vous allez écrire pour l‘histoire de votre vie? La vôtre sera-t-elle faite de diapositives et de cassettes vidéo d‘acquisitions matérielles comme des bateaux et des camping-cars, de voyages et de distractions pour votre divertissement?

    Ou bien est-ce que votre histoire témoignera de la joie que vous avez ressentie à prêcher et à enseigner le message de notre Seigneur et Sauveur à tous ceux qui voudront bien vous écouter? Puissiez-vous décider, comme Alma, d‘aller parmi le peuple lui prêcher la parole de Dieu, le rappeler au souvenir de ses devoirs, pour abattre l‘orgueil, les ruses et les disputes qui existent en son sein, afin de le réformer et de le sauver en lui rendant un témoignage pur.

    Mes frères évêques et présidents de branche, un seul couple supplémentaire appelé par paroisse ou branche représenterait un accroissement de 8 000 couples de notre force missionnaire. Oh comme nous avons besoin d‘eux!

    Vous qui accepterez un appel au service, je peux vous assurer que votre nom ne sera jamais oublié dans ce monde ou dans les éternités à venir. Une fois encore, nous lançons l‘appel vibrant et prions pour que le Seigneur de la moisson envoie des ouvriers en nombre toujours plus grand car le champ est déjà mûr pour une moisson abondante (cf D&A 4:4).

    C‘est à son œuvre que nous travaillons. Je vous en rends mon témoignage solennel au nom de notre Seigneur et Sauveur, Jésus-Christ. Amen.