Soyez hommes!
    Notes de bas de page
    Theme

    Soyez hommes!

    «L‘homme véritable se rend aux persuasions du Saint-Esprit et cherche à acquérir les vertus chrétiennes.»

    Un jeune homme en âge d‘être diacre raconte:«Mes copains insistent beaucoup pour que je fume, que je vole et que je fasse d‘autres choses de ce genre …Mes meilleurs copains me poussent à le faire. Ils me traitent de femmelette et de fils à sa maman si je refuse. Ça ne me plaît pas de fumer, mais mon copain Steve m‘a traité d‘idiot, de poule mouillée et de minable devant les autres» (Santrock, Adolescence, pp. 268–270).

    Un prêtre, âgé de dix-huit ans, rapporte:

    «Une fois, je me suis laissé persuader de faire une excursion avec un groupe un week-end. On m‘avait dit qu‘au programme il y aurait des visites de monuments, un déjeuner et un film. On m‘avait promis qu‘il n‘y aurait rien d‘incorrect. Tous savaient que j‘étais saint des derniers jours et que j‘étais attaché aux principes moraux de l‘Eglise.

    «En arrivant en ville, nous avons visité un ou deux sites historiques et nous avons déjeuné. Ensuite, l‘inévitable s‘est produit. Le groupe s‘est dirigé vers un bar et une maison de passe. J‘ai refusé d‘entrer dans ces lieux de perdition, et j‘ai exprimé ouvertement ma colère que mes camarades n‘aient pas tenu leur promesse.

    «Quand je suis parti …mes camarades se sont moqués de moi en me criant:‹Quand est-ce que tu vas te décider à grandir?› ‹Arrête donc de faire le mijauré, espèce de fanatique.› ‹T‘es pas un homme›» (C.E. Asay, In the Lord‘s Service, p. 46).

    Qui est un homme?

    Tout le monde, semble-t-il, à un moment ou à un autre, est invité par des camarades à fumer, à boire, à voler ou à commettre d‘autres actes immoraux, sous prétexte de prouver sa virilité. Et souvent, lorsqu‘on refuse, on s‘attire des railleries, on est traité de femmelette, de fils à sa maman, d‘idiot, de poule mouillée, de froussard, de fanatique et d‘autres noms. Ces insultes sont utilisées par des camarades pour qui être un homme c‘est être capable de boire de l‘alcool, de souffler de la fumée de cigarette par tous les orifices du visage, de se laisser aller à tous les excès comme un animal dans la rue, et d‘enfreindre les lois morales sans le moindre remords.

    On voit des publicités attrayantes sur les panneaux d‘affichage, dans les magazines et à la télévision, vantant les mérites des cigarettes, de la bière et d‘autres vices. Ceux qui utilisent ces ruses pour placer leur marchandise ne s‘intéressent pas à l‘âme des jeunes mais à leur argent. Ils voudraient nous faire croire que quelqu‘un qui a une cigarette ou une boisson alcoolisée à la main est un homme, alors qu‘en réalité il n‘est que l‘esclave d‘un produit destructeur. Ils voudraient nous faire croire que celui qui a des relations sexuelles illégitimes est un homme, alors qu‘en réalité il ne fait qu‘abuser de personnes tendres, chastes et délicates (voir Jacob 2:7). Ils voudraient nous faire croire que la force brutale, la vulgarité, l‘absence de maîtrise de soi, le langage ordurier et l‘aspect malpropre sont ce qui font de quelqu‘un un homme, alors qu‘en réalité ces traits sont, au mieux, dignes de l‘animal, et au pire, l‘opposé de la virilité.

    Nous, qui détenons la prêtrise, devons être sur nos gardes. Dans nos efforts pour devenir des hommes, nous ne devons pas nous laisser influencer par des voix barbares et mal dirigées (voir 1 Corinthiens 14:8–11). Nous devons nous souvenir que «Dieu créa l‘homme à son image» et que l‘homme doit garder cette image gravée sur le visage (Genèse 1:27; voir aussi Alma 5:14, 19).

    Le psalmiste a demandé: «Qu‘est-ce que l‘homme?» Il a répondu: «Tu l‘as fait de peu inférieur à Dieu, et tu l‘as couronné de gloire et de splendeur» (Ps 8:5, 6). Nous avons donc la responsabilité de nous élever sans cesse et de porter honorablement la couronne que Dieu nous a donnée. Les jeunes gens, en particulier ceux qui appartiennent à «une race élue», à «un sacerdoce royal», doivent comprendre qu‘ils sont la postérité spirituelle de Dieu et que nul ne devient véritablement un homme avant de faire preuve de respect à l‘égard du Père des esprits et de permettre aux forces intérieures de contrôler ses pensées, ses paroles et ses actions (voir 1 Pierre 2:9; Actes 17:28; Hé 12:9).

    Qu‘est-ce qui fait que l‘on est un homme?

    «Qu‘est-ce qui fait que l‘on est un homme?» C‘est une question utilisée dans une publicité bien connue pour une bière. Le sous-entendu de cette publicité est qu‘en buvant de la bière, le consommateur devient un homme. Comme c‘est faux et stupide! Ceux qui essaient de vous faire consommer des boissons alcoolisées et de la drogue ont un mépris total pour vous qui êtes les «temples de Dieu». Ils voudraient que vous souilliez votre corps et que vous offensiez l‘Esprit de Dieu qui demeure en vous (voir 1 Corinthiens 3:16–17).

    Qu‘est-ce qui fait que l‘on est un homme? Consultons le Livre de Mormon et le patriarche Léhi pour trouver la réponse. Peu avant sa mort, Léhi exhorta ses fils à se lever de la poussière et à être des hommes, à s‘éveiller d‘un profond sommeil, du sommeil de l‘enfer et à secouer les chaînes de l‘enfer qui les liaient, à être déterminés, d‘un seul esprit et d‘un seul cœur, unis en toutes choses, à se revêtir de l‘armure de justice, à sortir de l‘obscurité et à ne plus se révolter (voir 2 Néphi 1:13, 21, 23, 24).

    • L‘exhortation à se lever de la poussière est un appel à se libérer des comportements mauvais qui nuisent à la personnalité et ruinent la vie. Les appétits doivent être maîtrisés.

    • S‘éveiller d‘un profond sommeil, du sommeil de l‘enfer, suggère l‘apprentissage et la connaissance des desseins sacrés de Dieu. Nul sommeil n‘est plus profond ni plus redoutable que le sommeil de l‘ignorance.

    • Secouer les terribles chaînes qui lient indique la nécessité de se débarrasser de mauvaises habitudes, même d‘habitudes en apparence sans importance qui deviennent les fortes chaînes de l‘enfer (voir 2 Néphi 26:22; Alma 5:7).

    • Etre déterminés, d‘un seul esprit et d‘un seul cœur, unis en toutes choses exige un engagement total à mener une vie juste, et une unité de but, afin que la volonté personnelle soit rendue compatible avec la volonté de Dieu.

    • Se revêtir de l‘armure de la justice rappelle la nécessité de porter le casque du salut, de brandir l‘épée de la justice, d‘utiliser le bouclier de la foi et d‘accepter toutes les protections du Seigneur (voir Ephésiens 6:11–18).

    • Sortir de l‘obscurité invite à être un exemple de bienveillance et à être une lumière pour les autres. Les hommes accomplis sont «de vivantes sources de lumière auprès desquelles il est agréable de se trouver» (Thomas Carlyle; voir aussi D&A 103:9–10).

    • Ne plus se révolter indique clairement qu‘il est vain d‘ignorer ou d‘enfreindre volontairement les commandements.

    Un mensonge éhonté

    Il est un mensonge, un mensonge éhonté, qui circule parmi les saints des derniers jours, et qui fait des ravages parmi les jeunes. C‘est l‘idée selon laquelle un homme «équilibré» se garde délibérément de devenir trop vertueux. Ce mensonge vise à nous faire croire qu‘il est possible d‘être heureux et accompli en ayant un pied en Babylone et un pied en Sion (voir Jacques 1:8).

    J‘aime l‘histoire des deux jeunes gens qui avaient été éduqués dans un monastère. Un matin, en quête d‘aventure, ils passèrent devant une cathédrale. Le plus vertueux des deux, se souvenant qu‘ils n‘avaient pas prié le matin, dit: «Comment pouvons-nous espérer la bénédiction de Dieu aujourd‘hui?»

    Le moins vertueux répondit: «Mon ami, en ce qui me concerne, j‘ai tant prié depuis deux mois que j‘ai l‘impression d‘avoir un peu forcé la dose.»

    «Comment peut-on être trop religieux?» demanda le premier. «C‘est la seule chose qui ait de la valeur. L‘homme n‘est qu‘une bête s‘il vit au jour le jour, mangeant et buvant, respirant et dormant. Ce n‘est que lorsqu‘il s‘élève et qu‘il se préoccupe de l‘esprit immortel qui est en lui qu‘il devient véritablement un homme. Pensez combien il serait triste que le sang du Rédempteur ait été versé pour rien» (A. Conan Doyle, The White Company, pp. 58–59).

    Un homme peut-il être trop vertueux? Trop chrétien? Impossible! L‘homme dit «équilibré» peut-il se maintenir sur le fil tendu entre le bien et le mal? Non. Il tremble à chaque pas, et il finira par chanceler, tomber et se briser contre les commandements de Dieu.

    La soumission à la chair n‘a jamais été la virilité ni ne le sera jamais. L‘homme véritable se rend aux persuasions du Saint-Esprit et cherche à acquérir les vertus chrétiennes. L‘homme véritable laisse l‘esprit donner la direction et le rythme à sa vie. «Souvenez-vous: Avoir l‘esprit tourné vers le charnel, c‘est la mort, et avoir l‘esprit tourné vers le spirituel, c‘est la vie éternelle» (2 Néphi 9:39).

    Exemples de virilité

    Le 1er octobre 1959, un homme du Christ prit la parole devant une foule de 1500 personnes dans une église proche du Kremlin et affirma avec courage que Jésus est le grand Rédempteur. Il déclara, d‘une voix chargée d‘émotion:

    «Je crois très fermement à la prière. Il est possible de puiser à la puissance invisible qui nous donne une telle force et une telle stabilité dans les moments de besoin. Ne craignez pas. Respectez ses commandements. Aimez-vous les uns les autres. Aimez toute l‘humanité. Oeuvrez pour la paix et tout ira bien. La vérité demeurera. Le temps travaille pour la vérité» (Ezra Taft Benson, Cross Fire: The Eight Years with Eisenhower, 1962, pp. 485–88.

    Des gens pleurèrent ouvertement ce jour-là, y compris des journalistes qui étaient venus à contre-cœur au service religieux. L‘un d‘eux, ancien fusilier marin, classa cette expérience parmi les deux plus mémorables de sa vie.

    Il y avait un homme, un vrai, ce jour-là dans cette cathédrale russe! Son nom: Ezra Taft Benson. Il est aujourd‘hui président et prophète de l‘Eglise.

    Parley P. Pratt nous donne une description d‘un homme véritable dans son récit de son emprisonnement à Richmond, au Missouri, en compagnie de Joseph Smith et d‘autres personnes. Au cours de l‘une de ces terribles nuits en prison, frère Pratt et ses compagnons furent exposés au langage ordurier de leurs gardes qui se vantaient des viols, des meurtres et des autres crimes qu‘ils avaient commis contre les mormons. Quand le prophète Joseph ne put plus en supporter davantage, il se leva et s‘exclama d‘une voix de tonnerre:

    «Silence, démons du gouffre infernal. Au nom de Jésus-Christ, je vous commande de vous taire; je ne vivrai pas un instant de plus pour entendre un tel langage. Cessez immédiatement, ou que vous ou moi mourions à l‘instant! … »

    Frère Pratt poursuit: «J‘ai vu les représentants de la justice, revêtus de leur robe de magistrat …dans les tribunaux d‘Angleterre; j‘ai assisté à une session solennelle du Congrès …J‘ai essayé de m‘imaginer des rois et des empereurs assemblés pour décider du destin de royaumes; mais la dignité et la majesté, je ne les ai vues qu‘une fois, debout, dans les chaînes, à minuit, dans un cachot d‘un obscur village du Missouri» (Autobiography of Parley P. Pratt, pp. 179–180).

    Quel homme que Joseph Smith, le prophète du rétablissement!

    Le Sauveur, le modèle parfait de la virilité, se tenait devant ses tortionnaires, après avoir été flagellé, battu, couvert de crachats et coiffé d‘une couronne d‘épines. Pilate admit: «Je ne trouve aucun motif (de condamnation) en lui.» Après quoi il prononça des paroles perçantes et irréfutables: «Voici l‘homme!» (Jean 19:4–5).

    Jésus, notre Sauveur, était le plus grand de tous les hommes, car il grandit «en sagesse, en stature et en grâce, devant Dieu et devant les hommes» (Luc 2:52); il soumit la chair à l‘Esprit et ne céda pas à la tentation (voir Mosiah 15:1–8); il apprit l‘obéissance par les choses qu‘il subit (voir Hébreux 5:8); il progressa de grâce en grâce (voir D&A 93:12–14); et, comme l‘a dit Shakespeare:

    «Sa vie fut pleine de bonté et si accomplie que la nature eût pu se dresser et déclarer au monde entier: ‹Voilà un homme!›» (David O. McKay, Gospel Ideals, p. 353).

    Ainsi, lui, le seul homme parfait et exempt de péché qui ait vécu sur la terre, peut déclarer: «Quel espèce d‘hommes devez-vous être? En vérité, je vous le dis, …tels que je suis moi-même» (voir 3 Néphi 27:27).

    Le roi David dit à son fils Salomon: «Sois fort et sois un homme!

    «Observe l‘ordre de l‘Eternel, ton Dieu, en marchant dans ses voies et en gardant ses prescriptions, ses commandements …afin que tu aies du succès dans tout ce que tu feras» (1 Rois 2:2–3). Je me fais l‘écho de cette exhortation: Soyez hommes! Soyez des hommes du Christ! Soyez des hommes de Dieu! C‘est ma prière, au nom de Jésus-Christ. Amen.