Conférence générale
Ils ne vaincront pas, nous ne tomberons pas
précédent suivant

Ils ne vaincront pas, nous ne tomberons pas

Si nous bâtissons notre fondation sur Jésus-Christ, nous ne tomberons pas !

Lors de la dernière conférence générale, Russell M. Nelson, notre cher prophète, a dit : « En ces temps difficiles que l’apôtre Paul a prophétisés, Satan n’essaie même plus de camoufler ses attaques contre le plan de Dieu. Le mal, enhardi, abonde. Par conséquent, le seul moyen de survivre spirituellement est d’être déterminés à laisser Dieu prévaloir dans notre vie, à apprendre à écouter sa voix et à employer notre énergie pour aider à rassembler Israël1. »

Lorsque nous réfléchissons à l’invitation du prophète d’apprendre à écouter la voix de Dieu, sommes-nous déterminés à le faire ou notre cœur est-il endurci ? Souvenons-nous du conseil donné dans Jacob 6:6 : « Oui, aujourd’hui, si vous voulez entendre sa voix, ne vous endurcissez pas le cœur ; car pourquoi voulez-vous mourir ? » Soyons déterminés à laisser Dieu prévaloir dans notre vie.

Comment permettre à Dieu, et non à Satan, de prévaloir dans notre vie ? Dans Doctrine et Alliances 6:34, nous lisons ceci : « Ne craignez donc pas, petit troupeau ; faites le bien ; laissez la terre et l’enfer s’unir contre vous, car si vous êtes bâtis sur mon roc, ils ne peuvent vaincre. » C’est une promesse importante. Même si la terre et l’enfer s’unissent contre nous, ils ne peuvent vaincre si nous faisons le choix de laisser Dieu prévaloir en édifiant notre vie sur son roc.

Comme le rapporte Matthieu chapitre 7 dans le Nouveau Testament, Jésus a parlé à ses disciples d’un homme sage et d’un homme insensé. Bon nombre d’entre vous connaissent le chant de la Primaire « Le sage et le fou2 ». Si vous avez pris le temps de comparer les quatre couplets qui composent le chant, vous avez dû remarquer que les deux premiers couplets et les deux derniers se ressemblent beaucoup. Le sage et le fou construisaient tous les deux une maison. Ils voulaient donner à leur famille une maison confortable et sûre. Comme vous et moi, ils souhaitaient vivre heureux, ensemble à tout jamais. Les conditions extérieures étaient les mêmes : « La pluie, la grêle et le vent sont arrivés. » Nous chantons ces paroles six fois au cours de ce chant. La seule différence entre ces deux personnes est que l’homme sage a bâti sa maison sur le roc et elle a résisté, alors que l’homme insensé a bâti sa maison sur le sable et elle a été balayée par les éléments. Par conséquent, l’emplacement de notre fondation est primordial et aura une grande influence sur ce qui arrivera dans l’avenir et dans l’éternité.

Je prie avec l’espoir que nous trouverons tous le fondement sûr et y demeurerons pour édifier notre vie. Dans Hélaman 5:12, il nous est rappelé ceci : « Et maintenant, mes fils, souvenez-vous, souvenez-vous que c’est sur le roc de notre Rédempteur, qui est le Christ, le Fils de Dieu, que vous devez bâtir votre fondation ; afin que lorsque le diable enverra ses vents puissants, oui, ses traits dans le tourbillon, oui, lorsque toute sa grêle et sa puissante tempête s’abattront sur vous, cela n’ait aucun pouvoir sur vous, pour vous entraîner en bas jusqu’au gouffre de misère et de malheur sans fin, à cause du roc sur lequel vous êtes bâtis, qui est une fondation sûre, une fondation telle que si les hommes construisent sur elle, ils ne peuvent tomber. »

C’est la promesse de Dieu ! Si nous bâtissons notre fondation sur Jésus-Christ, nous ne tomberons pas ! Si nous persévérons fidèlement jusqu’à la fin, Dieu nous aidera à édifier notre vie sur son roc, « et les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre [nous] » (voir Doctrine et Alliances 10:69). Peut-être ne pourrons-nous pas changer ce qui nous attend mais nous pouvons choisir la manière de nous y préparer.

Certains de nous se disent peut-être : « L’Évangile est une bonne chose et nous devons l’intégrer à notre vie, peut-être une fois par semaine. » Se contenter d’aller à l’église chaque semaine n’est pas suffisant pour bâtir sur le roc. L’Évangile de Jésus-Christ doit remplir notre vie entière. Ce n’est pas l’Évangile qui fait partie de notre vie, c’est notre vie qui fait partie de l’Évangile de Jésus-Christ. Réfléchissez-y. N’est-ce pas la vérité ? Notre vie ici-bas n’est qu’une partie du plan du salut et de l’exaltation.

Dieu est notre Père céleste. Il nous aime tous. Il connaît notre potentiel bien mieux que nous ne nous connaissons nous-mêmes. Non seulement il connaît les détails de notre vie, mais il connaît également les détails des détails des détails de notre existence.

S’il vous plaît, suivez le conseil avisé du président Nelson, notre prophète actuel. Comme le dit Doctrine et Alliances 21:5-6 :

« Car vous recevrez sa parole, en toute patience et avec une foi absolue, comme si elle sortait de ma propre bouche.

Car, si vous faites ces choses, les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre vous, oui, et le Seigneur Dieu dispersera les pouvoirs des ténèbres devant vous et ébranlera les cieux pour votre bien et pour la gloire de son nom. »

C’est pour cette raison qu’ils ne peuvent vaincre et que nous ne pouvons tomber !

Je vous témoigne que le Christ reviendra sur terre mais que cette fois il se révélera aux hommes dans une grande gloire, de manière majestueuse. Je prie avec l’espoir d’être prêt à le recevoir, de ce côté du voile ou de l’autre. En cette période de Pâques, j’espère que, par l’expiation du Christ et le pouvoir de sa résurrection (voir Moroni 7:41), je pourrai être élevé, rencontrer mon Créateur et lui dire « Merci ». Au nom de Jésus-Christ. Amen.

Notes

  1. Russell M. Nelson, « Laisser Dieu prévaloir », Le Liahona, novembre 2020, p. 95.

  2. Voir « Le sage et le fou », Chants pour les enfants, n° 132.