Conférence générale
L’évêque, berger du troupeau du Seigneur
précédent suivant

L’évêque, berger du troupeau du Seigneur

L’évêque joue un rôle fondamental de berger pour guider la génération montante vers Jésus-Christ.

Mes chers frères de la prêtrise, dans un cantique très apprécié, on trouve la question suivante : « Vas-tu faiblir, ô jeunesse1 ? » Je déclare de tout cœur et avec force que la réponse est non !

Je témoigne que, pour que cette réponse perdure, notre Père céleste a donné aux parents et aux épiscopats la responsabilité fondamentale de soutenir la génération montante en cette période particulière de difficultés et de tentations2. Je vais illustrer l’importance de l’épiscopat à l’aide d’une expérience personnelle.

Quand j’étais diacre, suite au déménagement de ma famille, j’ai changé de paroisse. C’était également ma première année de collège et j’allais donc me retrouver dans une nouvelle école. Il y avait un groupe de jeunes gens formidable au sein du collège des diacres. La plupart d’entre eux avaient des parents pratiquants dans l’Église. Ma mère était très pratiquante. Mon père était un homme exceptionnel dans bien des domaines, mais il n’était pas pratiquant.

Dean Eyre, le deuxième conseiller dans l’épiscopat3, était un dirigeant dévoué. Tandis que j’étais encore dans la phase d’adaptation à cette nouvelle paroisse, une activité père-fils a été organisée à Bear Lake, situé à une soixantaine de kilomètres. Je ne pensais pas y participer sans mon père. Mais frère Eyre m’a gentiment proposé de l’accompagner à cette activité. Il avait de la considération pour mon père et il parlait de lui avec respect. Il a aussi insisté sur l’importance que cela aurait pour moi de me retrouver en compagnie des autres membres du collège des diacres. J’ai donc décidé d’y aller avec lui et j’ai vécu une expérience mémorable.

Frère Eyre était un exemple merveilleux d’amour chrétien lorsqu’il s’acquittait de ses responsabilités de membre de l’épiscopat consistant à aider les parents à veiller sur les jeunes et à prendre soin d’eux. Grâce à lui, j’ai pris un excellent départ dans cette nouvelle paroisse et il est devenu mon mentor.

En 1960, quelques mois avant mon départ en mission, frère Eyre est mort d’un cancer à l’âge de trente-neuf ans. Il laissait derrière lui une femme et cinq enfants, âgés de moins de seize ans. Ses fils aînés, Richard et Chris, m’ont affirmé qu’en l’absence de leur père, différents épiscopats les ont soutenus et ont veillé sur eux et sur leurs jeunes frères et sœurs, avec l’amour du Christ. Je leur en suis reconnaissant.

Les parents seront toujours les premiers responsables de leur famille4. Les présidences de collège apportent également un soutien essentiel aux membres de leur collège et les guident. Elles les aident à placer les responsabilités et le pouvoir de la Prêtrise d’Aaron au centre de leur vie5.

Aujourd’hui, je parlerai principalement des évêques et de leurs conseillers, qui peuvent à juste titre être appelés les « bergers du Seigneur », particulièrement pour la génération montante6. Il est intéressant de remarquer que l’apôtre Pierre qualifiait le Christ de « berger et d’évêque de vos âmes7 ».

L’évêque a cinq responsabilités principales en sa qualité d’officier président d’une paroisse :

  1. Il est le grand prêtre président de la paroisse8.

  2. Il est le président de la Prêtrise d’Aaron9.

  3. Il est juge ordinaire10.

  4. Il coordonne l’œuvre du salut et de l’exaltation, notamment en prenant soin des nécessiteux11.

  5. Il supervise les registres, les finances et l’utilisation du lieu de culte12.

En tant que grand prêtre président, l’évêque est le « dirigeant spirituel » de la paroisse13. C’est un « disciple fidèle du Christ14 ».

De plus, « l’évêque coordonne l’œuvre du salut et de l’exaltation dans la paroisse15 ». Il doit confier les responsabilités quotidiennes de la proclamation de l’Évangile, du renforcement des nouveaux membres et des membres qui reviennent à l’Église, du service pastoral et de l’œuvre de l’histoire familiale et du temple aux présidences du collège des anciens et de la Société de Secours16. L’évêque coordonne leur travail lors des réunions du conseil de paroisse et du conseil des jeunes de paroisse.

Il joue un rôle fondamental de berger pour guider la génération montante, notamment les jeunes adultes seuls, vers Jésus-Christ17. Russell M. Nelson a insisté sur le rôle essentiel de l’évêque et de ses conseillers. Il a enseigné que leur « première responsabilité est de s’occuper des jeunes gens et des jeunes filles de [leur] paroisse18 ». Les membres de l’épiscopat aident les parents à veiller sur les enfants et les jeunes de la paroisse, et à les instruire. L’évêque tient conseil avec la présidente des Jeunes Filles de paroisse. Tous deux s’efforcent d’aider les jeunes à vivre selon les principes énoncés dans Jeunes, soyez forts, à se qualifier pour recevoir des ordonnances, et à contracter et respecter des alliances sacrées.

Vous pourriez vous demander : « Pourquoi l’épiscopat doit-il passer tant de temps avec les jeunes ? » Le Seigneur a organisé son Église afin de traiter les priorités essentielles. Ainsi, l’Église en tant qu’organisation est structurée de telle sorte que l’évêque exerce une double responsabilité. Il doit veiller à la pureté de la doctrine enseignée dans sa paroisse, et il doit tout particulièrement le faire dans le collège des prêtres19.

Les jeunes gens qui détiennent l’office de prêtre, ainsi que les jeunes filles du même âge, sont à une étape très importante de leur vie et de leur développement. Ils doivent, sur une courte période de temps, prendre des décisions qui changeront leur vie. Ils décident de se qualifier pour les ordonnances du temple, faire une mission20, se marier au temple et se préparer à leur carrière. Ces décisions, une fois qu’elles sont prises, ont des conséquences profondes, à la fois spirituelles et pratiques, sur le reste de leur vie. Évêques, soyez conscients qu’en passant un peu de temps avec un jeune prêtre, une jeune fille ou un jeune adulte, vous pouvez l’aider à comprendre le pouvoir auquel il peut accéder grâce à l’expiation de Jésus-Christ. Cette compréhension aura une influence profonde sur sa vie.

L’évêque Moa Mahe est l’un des meilleurs exemples que je connaisse de la manière d’aider les jeunes à acquérir cette vision. Il était le premier évêque de la paroisse tongienne de San Francisco21. Il venait de Vava’u, au Tonga. Sa paroisse était proche de l’aéroport de San Francisco, en Californie, où il travaillait22.

La paroisse comptait de nombreux jeunes, la plupart issus de familles ayant immigré depuis peu aux États-Unis. Frère Mahe leur a enseigné par ses paroles et ses actes comment être un disciple fidèle de Jésus-Christ. Il leur a aussi permis d’acquérir la vision de ce qu’ils pouvaient devenir ; il les a aidés à se préparer pour le temple, la mission, les études et le travail. Il a servi pendant près de huit ans. Ses espoirs et ses rêves pour ces jeunes sont devenus réalité.

Presque quatre-vingt-dix pour cent des jeunes gens de la Prêtrise d’Aaron sont partis en mission. En 1987, quinze de ces jeunes hommes et femmes étaient les premiers membres de leur famille à entrer à l’université23. Frère Mahe a rencontré le principal du lycée local, qui n’était pas de notre religion. Ils sont devenus amis et ont travaillé ensemble pour aider chaque jeune à atteindre des objectifs valables et surmonter ses problèmes. Ce principal m’a dit que frère Mahe a travaillé avec lui auprès d’immigrés de toutes confessions religieuses qui rencontraient des difficultés. Les jeunes savaient que l’évêque les aimait.

Malheureusement, frère Mahe est décédé tandis qu’il était encore évêque. Je n’oublierai jamais ses funérailles si touchantes et inspirantes. Il y avait beaucoup de monde. Le chœur était composé de plus de trente-cinq jeunes fidèles qui étaient partis en mission ou faisaient des études supérieures, ou qui avaient fait partie de sa paroisse quand il était évêque. Un orateur a exprimé l’immense reconnaissance des adolescents et des jeunes adultes de sa paroisse à son égard. Il a rendu hommage à cet évêque qui, grâce à sa vision, les avait préparés à affronter la vie et à servir fidèlement. Mais plus important encore, frère Mahe les avaient aidés à édifier leur fondation sur la foi au Seigneur Jésus-Christ.

Chers évêques, où que serviez, pendant vos entretiens et vos autres rencontres, instillez ce genre de vision chez vos jeunes et édifiez leur foi en Jésus-Christ. Lancez à ces jeunes des invitations puissantes pour qu’ils changent de comportement et préparent leur avenir, et incitez-les à rester sur le chemin des alliances.

De plus, aidez les jeunes qui sont en conflit avec leurs parents sur des sujets de peu d’importance24. Lorsqu’un jeune semble être dans une situation conflictuelle majeure avec ses parents, le frère qui préside son collège et qui est donc son dirigeant ecclésiastique se trouve également être celui qui délivre une recommandation pour le temple à ses parents. L’évêque est alors dans une position privilégiée où il peut conseiller à la fois le jeune et ses parents lorsqu’un conflit les a séparés. Il peut aider les deux parties à avoir une perspective éternelle et à résoudre des problèmes plus ou moins importants. Nous conseillons de ne pas attribuer de familles à l’évêque dans le cadre du service pastoral, de façon à ce qu’il puisse consacrer son temps et son énergie à prendre soin des jeunes et de leur famille lorsque ce genre de situation se présente25.

J’ai entendu parler d’un évêque qui a résolu une situation extrêmement tendue entre un fils et ses parents, rétablissant l’harmonie du foyer et favorisant leur engagement dans l’Évangile. Il a fait comprendre aux parents que le fait de s’efforcer d’être un disciple de Jésus-Christ est plus important que d’accomplir parfaitement des tâches ménagères, en temps et en heure.

Afin de pouvoir passer plus de temps avec les jeunes où qu’ils soient, y compris lors d’activités scolaires, il est recommandé aux épiscopats de déléguer certaines réunions et certaines entrevues avec des adultes. Bien que les évêques traitent les situations graves et urgentes, nous leur recommandons de déléguer aux membres du collège des anciens ou de la Société de Secours, habituellement les présidences ou les frères et sœurs de service pastoral, les rencontres régulières sur des sujets récurrents et moins urgents, qui ne concernent pas des questions de dignité. Le Saint-Esprit guidera les dirigeants26 pour qu’ils choisissent bien les membres qui prodigueront dorénavant ces conseils. Les personnes auxquelles cette responsabilité est déléguée ont droit à la révélation. Elles doivent, bien entendu, respecter la stricte confidentialité de leurs échanges.

Les dirigeants avisés ont toujours fait des sacrifices pour la génération montante. C’est auprès d’elle que les membres de l’épiscopat consacrent l’essentiel de leur service dans l’Église.

Je vais maintenant m’adresser directement aux jeunes, puis à nos évêques.

Beaucoup d’entre vous, jeunesse précieuse, n’avez pas la vision claire de qui vous êtes et de qui vous pouvez devenir. Pourtant, vous vous apprêtez à prendre les décisions les plus importantes de votre vie. Je vous en prie, demandez conseil à vos parents et à votre évêque au sujet des choix importants qui vous attendent. Laissez votre évêque devenir votre ami et votre conseiller.

Nous avons conscience des épreuves et des tentations qui vous assaillent de tous côtés. Nous avons tous besoin de nous repentir chaque jour, comme l’a souligné le président Nelson. Je vous en prie, parlez à votre évêque de tout problème qui requiert l’aide d’un juge ordinaire pour mettre votre vie en ordre vis-à-vis du Seigneur, afin de vous préparer à la « grande œuvre » qu’il a pour vous en cette dernière dispensation27. Le président Nelson vous y a invités, alors s’il vous plaît, qualifiez-vous pour faire partie du bataillon de jeunes du Seigneur28 !

Maintenant, je m’adresse à vous, chers évêques, au nom des dirigeants et des membres de l’Église. Nous vous exprimons notre profonde gratitude. Au vu des ajustements que nous vous avons demandé de faire ces dernières années, sachez que nous vous aimons beaucoup. Votre œuvre dans ce royaume est presque indescriptible. L’Église compte trente mille neuf cents évêques et présidents de branche dans le monde29. Nous honorons chacun de vous.

Certains termes, et l’appel sacré qu’ils qualifient, sont dotés d’une signification spirituelle quasi-transcendante. L’appel d’évêque figure clairement en haut du classement de ces termes-là. Une telle implication dans le service du Seigneur est remarquable de bien des façons. L’appel, le soutien et la mise à part d’un évêque est une expérience inoubliable. C’est pour moi une expérience qui mérite sa place dans le cercle très restreint des événements rendus sublimes par l’intensité et la variété des sentiments qu’ils éveillent. Elle se place aisément aux côtés d’autres événements précieux qu’on ne peut pas décrire en quelques mots tels que le mariage, ou le fait de devenir père30.

Évêques, nous vous soutenons ! Nous vous aimons ! Vous êtes réellement les bergers du Seigneur. Le Sauveur ne vous abandonnera pas dans votre appel sacré. J’en témoigne, en ce week-end de Pâques, au nom de Jésus-Christ. Amen.

Notes

  1. « Vas-tu faiblir, ô jeunesse », Cantiques, n° 164.

  2. Cette responsabilité repose sur les dirigeants des jeunes, les présidences de collège et de classe, et d’autres dirigeants de l’Église.

  3. L’évêque préside le collège des prêtres. Son premier conseiller est responsable du collège des instructeurs et son deuxième conseiller s’occupe du collège des diacres. (Voir le Manuel général d’instructions : Servir dans l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, section 10.3, ChurchofJesusChrist.org.)

  4. Voir Doctrine et Alliances 68:25-28.

  5. Voir Quentin L. Cook, « Ajustements pour fortifier les jeunes », Le Liahona, novembre 2019, p. 40.

  6. L’emploi du terme évêque s’applique de la même manière à nos présidents de branche fidèles.

  7. 1 Pierre 2:25, traduction littérale de la Bible du roi Jacques.

  8. Voir le Manuel général d’instructions, section 6.1.1.

  9. Voir le Manuel général d’instructions, section 6.1.2.

  10. Voir le Manuel général d’instructions, section 6.1.3.

  11. Voir le Manuel général d’instructions, section 6.1.4.

  12. Voir le Manuel général d’instructions, section 6.1.5.

  13. Manuel général d’instructions, section 6.1.1 ; voir aussi les , sections 6.1.1.1–6.1.1.4.

  14. Manuel général d’instructions, section 6.1.1.

  15. Manuel général d’instructions, section 6.1.4.

  16. Voir le Manuel général d’instructions, sections 21.2, 23.5, 25.2.

  17. Voir le Manuel général d’instructions, sections 6.1, 14.3.3.1 ; voir aussi Quentin L. Cook, « Ajustements pour fortifier les jeunes », p. 40-43. Il est également recommandé à l’évêque de passer plus de temps avec sa femme et ses enfants. Il peut le faire grâce à l’aide des consultants des Jeunes Gens, qui sont des adultes capables appelés pour aider les présidences de collège de la Prêtrise d’Aaron et l’épiscopat à s’acquitter de leurs devoirs.

  18. Russell M. Nelson, « Témoins, collèges de la Prêtrise d’Aaron et classes des Jeunes Filles », Le Liahona, novembre 2019, p. 39.

  19. Voir Doctrine et Alliances 107:87-88.

  20. « Le Seigneur attend de chaque jeune homme capable qu’il se prépare à faire [une mission] (voir Doctrine et Alliances 36:1, 4-7). Les jeunes filles et les membres d’âge mûr qui ont le désir de servir doivent également se préparer. Une partie essentielle de cette préparation consiste à s’efforcer de se convertir à Jésus-Christ et à son Évangile rétabli. Les personnes qui ont le désir de servir se préparent aussi physiquement, émotionnellement et financièrement (Manuel général d’instructions, section 24.0).

  21. La paroisse a été organisée le 17 décembre 1980. John H. Groberg, du premier collège des soixante-dix, a participé à son organisation (Voir Gordon Ashby, directeur, et Donna Osgood, éd., History of San Francisco California Stake (Histoire du pieu de San Francisco [Californie]), 1927-1987, 1987, p. 49-52.)

  22. Frère Mahe avait obtenu un poste de responsable dans la compagnie aérienne Pan American Airlines, à l’aéroport international de San Francisco (Californie).

  23. Voir History of San Francisco California Stake, p. 49.

  24. Parfois, ils se rebellent contre des choses qui ont une portée éternelle.

  25. Voir le Manuel général d’instructions, section 21.2.1.

  26. L’évêque consultera les présidences du collège des anciens et de la Société de Secours concernant les personnes qui doivent être attribuées et le suivi qui doit être assuré avec attention et amour.

  27. Doctrine et Alliances 64:33.

  28. Voir Russell M. Nelson, « Ô vaillants guerriers d’Israël », (réunion spirituelle mondiale pour les jeunes, 3 juin 2018), HopeofIsrael.ChurchofJesusChrist.org.

  29. Au 19 février 2021, l’Église comptait 24035 évêques et 6865 présidents de branche à travers le monde.

  30. J’ai été appelé évêque de la paroisse de Burlingame en Californie en 1974 par David B Barlow. J’ai été mis à part le 15 septembre 1974 par Neal A. Maxwell, qui venait d’être appelé assistant du Collège des douze apôtres.