Conférence générale
Qu’est-ce que notre Sauveur a fait pour nous ?
précédent suivant

Qu’est-ce que notre Sauveur a fait pour nous ?

Jésus-Christ a fait tout ce qui est essentiel à notre voyage dans la condition mortelle vers la destinée décrite dans le plan de notre Père céleste.

Il y a bien des années, lors d’une réunion de conférence de pieu un samedi soir, j’ai rencontré une femme qui m’a dit que ses amis lui avaient demandé de revenir à l’église alors qu’elle s’en était éloignée depuis de nombreuses années, mais qu’elle ne voyait aucune raison de le faire. Pour l’encourager, je lui ai dit : « Quand vous réfléchissez à toutes les choses que le Sauveur a faites pour vous, il y a de nombreuses raisons de revenir pour l’adorer et le servir. » J’ai été stupéfait quand elle a répondu : « Qu’a-t-il fait pour moi ? »

Qu’est-ce que Jésus-Christ a fait pour chacun de nous ? Il a fait tout ce qui est essentiel à notre voyage dans la condition mortelle vers la destinée décrite dans le plan de notre Père céleste. Je vais parler de quatre des principaux aspects de ce plan. Dans chacun d’eux, son Fils unique, Jésus-Christ, est le personnage central. Tout cela repose sur « l’amour de Dieu, qui se répand dans le cœur des enfants des hommes ; c’est pourquoi, c’est la plus désirable de toutes les choses » (1 Néphi 11:22).

I.

À la veille du dimanche de Pâques, il est opportun de parler d’abord de la résurrection de Jésus-Christ. La résurrection des morts est le pilier personnel rassurant de notre foi. Elle donne un sens à notre doctrine, motive notre comportement et nous apporte de l’espoir pour l’avenir.

Parce que nous croyons aux descriptions de la résurrection littérale de Jésus-Christ rapportées dans la Bible et le Livre de Mormon, nous acceptons également les nombreux passages scripturaires qui enseignent qu’une résurrection semblable sera accordée à tous les mortels qui ont vécu ici-bas1. Jésus a enseigné : « Car je vis, et vous vivrez aussi » (Jean 14:19). Et ses apôtres ont dit que « les morts ressusciteront incorruptibles » et que « ce corps mortel [revêtira] l’immortalité » (1 Corinthiens 15:52-54).

Mais la résurrection nous donne bien plus que l’assurance de l’immortalité. Elle change notre manière de voir la vie sur terre.

La résurrection nous donne la perspective et la force de supporter les épreuves de la condition mortelle auxquelles nos êtres chers et nous sommes confrontés. Elle nous donne une nouvelle manière de voir les problèmes physiques, mentaux ou émotionnels que nous portons en nous à la naissance ou que nous développons au cours de notre vie. Elle nous donne la force de supporter le chagrin, l’échec et la frustration. Étant donné que la résurrection est assurée pour chacun de nous, nous savons que les imperfections de notre vie ici-bas et l’opposition ne sont que temporaires.

La résurrection constitue aussi une grande incitation à respecter les commandements de Dieu dans la condition mortelle. Lorsque nous ressusciterons d’entre les morts et que, comme il a été prophétisé, nous nous présenterons au jugement dernier, nous voudrons nous être qualifiés pour les plus grandes bénédictions promises aux êtres ressuscités2.

En outre, la promesse que la résurrection inclut la possibilité d’être avec notre famille (mari, femme, enfants, parents et postérité) est une grande motivation pour assumer nos responsabilités familiales ici-bas. Elle nous aide également à vivre ensemble avec amour dans cette vie et nous réconforte au moment de la mort de nos êtres chers. Nous savons que les séparations de cette vie terrestre ne sont que temporaires et nous comptons sur de joyeuses retrouvailles et associations futures. La résurrection nous donne l’espérance et la force d’être patients dans notre attente. Elle nous prépare aussi à avoir le courage et la dignité d’affronter notre propre mort, même une mort que l’on pourrait qualifier de prématurée.

Tous ces effets de la résurrection font partie de la réponse à la question : « Qu’est-ce que Jésus-Christ a fait pour moi ? »

II.

Pour la plupart d’entre nous, la possibilité de recevoir le pardon de nos péchés est la signification principale de l’expiation de Jésus-Christ. Avec adoration et recueillement, nous chantons :

Il vint sur terre de plein gré,

Et, gage précieux,

Son sang, sa vie, il a donnés

Pour nous ouvrir les cieux3.

Notre Sauveur et Rédempteur a enduré une souffrance incompréhensible afin de s’offrir en sacrifice pour les péchés de tous les êtres humains qui se repentent. Ce sacrifice expiatoire offrait le bien absolu, l’agneau pur et sans défaut, pour la mesure absolue du mal : les péchés du monde entier. Il nous a ouvert la porte de la purification de nos péchés afin que nous soyons admis de nouveau dans la présence de Dieu, notre Père éternel. Cette porte est accessible à tous les enfants de Dieu. Avec adoration nous chantons :

Oui, c’est merveilleux : il quitta son trône divin ;

Pour racheter mon âme fière, sur terre il vint !

Il étend son amour sur un homme comme moi4.

L’effet magnifique et incompréhensible de l’expiation de Jésus-Christ s’appuie sur l’amour de Dieu pour chacun d’entre nous. Cela confirme ce qu’il a déclaré : « Les âmes [de tous les êtres humains] ont une grande valeur aux yeux de Dieu » (Doctrine et Alliances 18:10). Dans la Bible, Jésus-Christ a expliqué cela en parlant de l’amour de notre Père céleste : « Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle » (Jean 3:16). Dans la révélation moderne, notre Rédempteur, Jésus-Christ, a déclaré qu’il a tant aimé le monde qu’il a donné sa vie, afin que tous ceux qui croient deviennent les fils de Dieu (voir Doctrine et Alliances 34:3).

Est-il donc surprenant que le Livre de Mormon, « un autre témoignage du Christ », se termine sur un enseignement déclarant que pour devenir « parfaits » et être « sanctifiés dans le Christ », nous devons aimer « Dieu de tout [notre] pouvoir, de toute [notre] pensée et de toute [notre] force » ? (Moroni 10:32-33.) Son plan motivé par l’amour doit être reçu avec amour.

III.

Qu’est-ce que notre Sauveur Jésus-Christ a fait d’autre pour nous ? Grâce aux enseignements de ses prophètes et du fait de son ministère personnel, Jésus nous a enseigné le plan du salut. Ce plan comprend la création, le but de la vie, la nécessité de l’opposition et le don du libre arbitre. Il nous a aussi enseigné les commandements et les alliances que nous devons respecter, et les ordonnances que nous devons recevoir pour retourner auprès de nos parents célestes.

Dans la Bible, nous lisons ses enseignements : « Je suis la lumière du monde ; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie » (Jean 8:12). Dans la révélation moderne, nous lisons : « Je suis Jésus-Christ, […] une lumière qui ne peut être cachée dans les ténèbres » (Doctrine et Alliances 14:9). Quand nous suivons ses enseignements, il éclaire notre chemin dans cette vie et garantit notre destinée dans la suivante.

Parce qu’il nous aime, il nous incite à nous concentrer sur lui, et non sur les choses de ce monde mortel. Dans son grand sermon sur le pain de vie, Jésus a enseigné que nous ne devons pas faire partie de ceux qui sont attirés davantage par les choses du monde : celles qui permettent de vivre sur la terre mais pas d’obtenir la vie éternelle5. Il a déclaré à maintes et maintes reprises : « Suis-moi6. »

IV.

Pour finir, le Livre de Mormon enseigne que par son expiation, Jésus-Christ a subi « des souffrances, et des afflictions, et des tentations de toute espèce ; et cela, afin que s’accomplisse la parole qui dit qu’il prendra sur lui les souffrances et les maladies de son peuple » (Alma 7:11).

Pourquoi notre Sauveur a-t-il subi ces difficultés « de toute espèce » ? « Et il prendra sur lui ses infirmités, afin que ses entrailles soient remplies de miséricorde, selon la chair, afin qu’il sache, selon la chair, comment secourir [ou soulager, ou aider] son peuple selon ses infirmités » (Alma 7:12).

Notre Sauveur ressent et connaît nos tentations, nos difficultés, nos chagrins et nos souffrances, car il les a tous subis volontairement dans le cadre de son expiation. D’autres passages des Écritures l’affirment. Le Nouveau Testament déclare : « Ayant été tenté lui-même dans ce qu’il a souffert, il peut secourir ceux qui sont tentés » (Hébreux 2:18). Ésaïe enseigne : « Ne crains rien, car je suis avec toi ; […] Je te fortifie, je viens à ton secours » (Ésaïe 41:10). Toutes les personnes qui souffrent d’infirmités ici-bas doivent se souvenir que notre Sauveur a aussi éprouvé ce genre de douleur et que, grâce à son expiation, il nous donne à tous la force de les supporter.

Joseph Smith, le prophète, a résumé tout cela dans le troisième article de foi : « Nous croyons que, grâce au sacrifice expiatoire du Christ, tout le genre humain peut être sauvé en obéissant aux lois et aux ordonnances de l’Évangile. »

Cette sœur a demandé : « Qu’est-ce que Jésus-Christ a fait pour moi ? » Selon le plan de notre Père céleste, il a « créé les cieux et la terre » (Doctrine et Alliances 14:9) afin que chacun de nous fasse ici-bas les expériences nécessaires pour poursuivre sa destinée divine. La résurrection de Jésus-Christ, qui fait partie du plan du Père, a vaincu la mort et garantit l’immortalité à chacun d’entre nous. Le sacrifice expiatoire de Jésus-Christ nous donne à chacun l’occasion de nous repentir de nos péchés et de retourner, purs, dans notre foyer céleste. Ses commandements et ses alliances nous montrent le chemin, et sa prêtrise nous donne l’autorité d’accomplir les ordonnances qui sont essentielles pour réaliser cette destinée. Et notre Sauveur a volontairement subi toutes les souffrances et infirmités de la condition mortelle afin de savoir comment nous secourir et nous fortifier dans nos afflictions.

Jésus-Christ a fait tout cela parce qu’il aime tous les enfants de Dieu. L’amour est la motivation de toutes ces choses et il en est ainsi depuis le commencement. Par la révélation moderne, Dieu nous a dit « qu’il a créé l’homme […] et [la] femme, […] à son image, [et] leur [a donné] le commandement de l’aimer et de le servir » (Doctrine et Alliances 20:18-19).

Je témoigne de tout cela et je prie pour que nous nous souvenions de ce que notre Sauveur a fait pour chacun de nous, et que nous l’aimions et le servions, au nom de Jésus-Christ. Amen.