Conférence générale
Notre tristesse se changera en joie
précédent suivant

Notre tristesse se changera en joie

Vous qui êtes accablés par la tristesse, vous qui êtes aux prises avec le doute, vous qui vous demandez ce qu’il y a après la mort, je vous invite à placer votre foi en Jésus-Christ.

Il y a plusieurs années, tandis que j’assistais à des réunions à Salt Lake City, Russell M. Nelson, notre prophète bien-aimé, est venu me saluer. D’une manière chaleureuse et personnelle, il a demandé : « Mark, comment va votre mère ? »

J’ai répondu que je l’avais vue plus tôt dans la semaine, chez elle en Nouvelle-Zélande, et qu’elle prenait de l’âge mais qu’elle était pleine de foi et était une inspiration pour toutes les personnes qui la connaissaient.

Il a alors dit : « Saluez-la de ma part… et dites-lui que j’ai hâte de la revoir. »

Surpris, j’ai demandé : « Avez-vous prévu un déplacement en Nouvelle-Zélande prochainement ? »

Avec une profonde sincérité, il a répondu : « Oh non, je la verrai dans la vie suivante. »

Il n’y avait rien de superficiel dans sa réponse. C’était un fait et il l’a exprimé de manière parfaitement naturelle. Lors de cet échange privé et spontané, j’ai entendu et ressenti le témoignage pur de notre prophète que la vie continue après la mort.

Lors de ce week-end de conférence générale, vous entendrez des apôtres et des prophètes vivants témoigner de la résurrection de Jésus-Christ. « Les principes fondamentaux de notre religion sont le témoignage des apôtres et des prophètes concernant Jésus-Christ, qu’il est mort, a été enseveli et est ressuscité le troisième jour […] ; et toutes les autres choses qui ont trait à notre religion n’en sont que des annexes1. » Je vous promets que si vous écoutez ces témoignages avec une intention réelle, l’Esprit vous en confirmera la vérité dans votre esprit et dans votre cœur2.

Après sa mort, Jésus apparut à ses apôtres et cette expérience les transforma à jamais. Dix d’entre eux virent de leurs propres yeux qu’il était ressuscité. Thomas, qui n’était pas présent, déclara : « Si je ne vois, […] je ne croirai point3. » Plus tard, Jésus lui adressa cette réprimande : « Ne sois pas incrédule, mais crois4. » Puis le Seigneur enseigna le rôle essentiel de la foi : « Heureux ceux qui n’ont pas vu et qui ont cru5. »

Le Seigneur ressuscité a confié à ses apôtres la responsabilité de témoigner de lui. Comme les anciens apôtres, les apôtres d’aujourd’hui laissent derrière eux leurs occupations mondaines et passent le reste de leur vie à déclarer hardiment que Dieu a ressuscité Jésus. Leur témoignage puissant amène des milliers d’âmes à accepter l’invitation à se faire baptiser6.

Le message glorieux du matin de Pâques est au cœur de toute la chrétienté. Jésus-Christ est ressuscité des morts, et pour cette raison, nous vivrons aussi après notre mort. Cette connaissance donne un sens et un but à notre vie. Si nous avançons avec foi, nous serons transformés à jamais, comme les apôtres d’autrefois. Comme eux, grâce à notre foi en Jésus-Christ nous serons capables de supporter toutes les épreuves. La foi nous donne aussi l’espoir qu’un jour, notre « tristesse se changera en joie7 ».

Ma foi s’est éveillée au cours d’une période de tristesse.

Mon père et ma mère élevaient des moutons en Nouvelle-Zélande8. Ils appréciaient leur style de vie. Au début de leur mariage, ils ont eu la bénédiction de mettre au monde trois petites filles. La plus jeune d’entre elles s’appelait Ann. Un jour, tandis qu’ils étaient en vacances près d’un lac, Ann, âgée de dix-sept mois, a échappé à leur surveillance. Après plusieurs minutes de recherche désespérée, ils ont retrouvé son corps sans vie dans l’eau.

Ce cauchemar leur a causé un chagrin insoutenable. Des années plus tard, mon père a écrit qu’une part de leur joie avait disparu de leur vie à jamais. Cela a engendré en nous l’ardent désir de trouver des réponses aux questions les plus importantes de la vie : « Qu’adviendrait-il de notre chère petite Ann ? La reverrions-nous un jour ? Notre famille parviendrait-elle à éprouver de la joie à nouveau ? »

Quelques années après cette tragédie, deux jeunes missionnaires de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours sont venus dans notre ferme. Ils ont commencé à nous enseigner les vérités que contiennent Le Livre de Mormon et la Bible. L’une d’elles est qu’Ann vit maintenant dans le monde des esprits. Grâce à la résurrection de Jésus-Christ, elle ressuscitera aussi. Ils nous ont enseigné que l’Église de Jésus-Christ a été rétablie ici-bas et qu’il y a un prophète vivant et douze apôtres. Ils nous ont enseigné la doctrine unique et remarquable selon laquelle la famille peut être unie pour toujours par l’autorité même de la prêtrise que Jésus-Christ avait donnée à Pierre, le chef des apôtres9.

Ma mère a instantanément reconnu la vérité et a reçu un témoignage de l’Esprit. Mon père, quant à lui, a oscillé entre le doute et les incitations de l’Esprit pendant l’année qui a suivi. Il était réticent à l’idée de changer ses habitudes de vie. Un matin, après une nuit d’insomnie et tandis qu’il faisait les cent pas, il s’est tourné vers ma mère et a dit : « Soit je me fais baptiser aujourd’hui, soit jamais. »

Ma mère a raconté aux missionnaires ce qui s’était passé et ils ont tout de suite reconnu chez mon père, l’étincelle de la foi qui allait maintenant soit s’embraser, soit s’éteindre.

Ce matin-là notre famille s’est rendue à la plage la plus proche. Ignorant ce qui se passait, mes sœurs et moi avons fait un pique-nique dans les dunes pendant que les frères missionnaires, Boyd Green et Gary Sheffield menaient nos parents dans l’océan pour les baptiser. Dans un acte de foi supplémentaire, mon père s’est engagé en privé auprès du Seigneur à rester fidèle aux promesses qu’il venait de faire tout le reste de sa vie, quoi qu’il advienne.

Un an plus tard, un temple a été consacré à Hamilton, en Nouvelle-Zélande. Bientôt, ma famille, accompagnée d’une personne représentant Ann, s’est agenouillée autour de l’autel dans la maison sacrée du Seigneur. Là, par l’autorité de la prêtrise, nous avons été unis en famille éternelle grâce à une ordonnance belle et simple. Cela nous a apporté beaucoup de paix et de joie.

Bien des années plus tard, mon père m’a confié que, sans la mort tragique d’Ann, il n’aurait jamais eu l’humilité nécessaire pour accepter l’Évangile rétabli. Mais l’Esprit du Seigneur avait distillé dans son cœur l’espoir que ce que les missionnaires enseignaient était vrai. La foi de mes parents a continué à grandir jusqu’à devenir un témoignage ardent qui a calmement et humblement guidé chacune des décisions de leur vie.

Je serai toujours reconnaissant de l’exemple qu’ont été mes parents pour les générations futures. Il est impossible de mesurer le nombre de vies qui ont changé à jamais parce qu’ils ont agi avec foi en réponse à une douleur profonde.

Vous qui êtes accablés par la tristesse, vous qui êtes aux prises avec le doute, vous qui vous demandez ce qu’il y a après la mort, je vous invite à placer votre foi en Jésus-Christ. Je vous promets que si vous désirez croire, si vous agissez avec foi et si vous suivez les murmures de l’Esprit, vous trouverez la joie dans cette vie et dans le monde à venir.

Oh, comme j’attends avec impatience le jour où je rencontrerai ma sœur Ann ! Et comme j’ai hâte de retrouver mon père, qui est mort il y a plus de trente ans ! Je témoigne de la joie que l’on éprouve à vivre par la foi, à croire sans voir, et à savoir par le pouvoir du Saint-Esprit que Jésus-Christ vit. De tout mon cœur et de toute mon âme, je choisis de suivre Jésus-Christ et son Évangile rétabli. C’est une bénédiction pour moi dans tous les domaines de ma vie. Je sais que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, notre Sauveur et Rédempteur. Au nom de Jésus-Christ. Amen.