Conférence générale
Oh, j’aime voir le temple
précédent suivant

Oh, j’aime voir le temple

C’est dans le temple que nous recevons l’assurance que les relations familiales empreintes d’amour se poursuivront après la mort et dureront pour l’éternité.

Mes chers frères et sœurs, je suis reconnaissant d’être avec vous pour cette première session de la conférence générale. Les orateurs, la musique et la prière ont apporté l’Esprit, ainsi qu’un sentiment d’inspiration et d’espoir.

Ce sentiment m’a rappelé le premier jour où je suis entré dans le temple de Salt Lake City. J’étais un jeune homme. Ce jour-là, je n’étais accompagné que de mes parents. Ils se sont arrêtés un instant à l’intérieur pendant qu’un servant des ordonnances du temple les accueillait. J’ai continué à marcher devant eux, seul pendant un moment.

J’ai été accueilli par une petite dame aux cheveux blancs, habillée d’une belle robe blanche du temple. Elle m’a regardé, a souri et m’a dit tout doucement : « Bienvenue au temple, frère Eyring ». J’ai cru pendant un instant qu’elle était un ange parce qu’elle connaissait mon nom. Je ne m’étais pas rendu compte qu’une petite carte à mon nom était placée sur le revers de ma veste.

J’ai continué à marcher puis me suis arrêté. J’ai levé les yeux vers un haut plafond blanc qui rendait la pièce si lumineuse qu’on aurait dit qu’elle était ouverte sur le ciel. Et, à ce moment précis, une pensée m’est venue à l’esprit avec ces mots clairs : « Je me suis déjà trouvé dans cet endroit lumineux auparavant. » Immédiatement après d’autres mots me sont venus à l’esprit, et ce n’était pas ma voix que j’entendais me dire : « Non, tu n’es jamais venu ici auparavant. Tu te souviens d’un moment avant ta naissance. Tu te trouvais dans un lieu sacré comme celui-ci. »

Sur le mur extérieur de nos temples, nous apposons les mots évocateurs : « Sainteté au Seigneur ». Je sais personnellement que ces mots sont vrais. Le temple est un lieu saint où la révélation nous parvient facilement si notre cœur est disposé à l’écouter et si nous en sommes dignes.

Plus tard, ce même premier jour, j’ai de nouveau ressenti le même Esprit. La cérémonie du temple comprend certaines paroles qui ont fait naître une sensation de chaleur dans mon cœur, confirmant que ce qui était présenté était vrai. Ce que j’ai ressenti concernant mon avenir personnel s’est réalisé quarante ans plus tard à travers un appel à servir le Seigneur.

J’ai éprouvé la même chose lorsque je me suis marié dans le temple de Logan, en Utah. Le président Kimball a accompli le scellement. Dans les quelques paroles qu’il a prononcées, il nous a donné ce conseil : « Hal et Kathy, vivez de telle sorte que lorsque l’appel arrive, vous puissiez partir facilement. »

Lorsqu’il a prononcé ces quelques mots, j’ai vu clairement dans mon esprit, en couleur, une colline escarpée et une route menant au sommet. Une palissade blanche longeait le côté gauche de la route et se fondait dans une rangée d’arbres au sommet de la colline. Une maison blanche était à peine visible à travers les arbres.

Un an plus tard, lorsque mon beau-père nous a conduits sur cette route, j’ai reconnu cette colline. C’était exactement ce que j’avais vu lorsque le président Kimball nous avait donné son conseil dans le temple.

Quand nous sommes arrivés au sommet de la colline, mon beau-père s’est arrêté devant la maison blanche. Il nous a dit que sa femme et lui étaient en train d’acheter la propriété et qu’il voulait que sa fille et moi vivions dans la maison d’hôtes. Ils vivraient dans la maison principale, à seulement quelques mètres. Ainsi, pendant les dix années où nous avons vécu dans ce merveilleux cadre familial, ma femme et moi disions presque chaque jour : « Nous ferions bien d’en profiter, car nous ne resterons pas longtemps ici. »

Neal A. Maxwell, commissaire à l’Éducation de l’Église de l’époque, m’a téléphoné. L’avertissement donné par le président Kimball de pouvoir « partir facilement » est devenu une réalité. On nous appelait à quitter ce qui nous semblait être une situation familiale idyllique pour servir dans une affectation et un endroit dont je ne connaissais rien. Notre famille était prête à quitter cette situation et ce lieu bénis parce qu’un prophète, dans un temple sacré, un lieu de révélation, avait vu un événement futur pour lequel nous nous étions ensuite préparés.

Je sais que les temples du Seigneur sont des lieux saints. Mon but aujourd’hui, en parlant des temples, est de faire croître votre désir et le mien, d’être dignes et prêts à saisir les possibilités plus nombreuses qui nous seront données de vivre des expériences au temple.

Quant à moi, ce qui me motive le plus à être digne des expériences du temple est ce que le Seigneur a dit à propos de ses maisons saintes :

« Si mon peuple me bâtit une maison au nom du Seigneur et ne permet à rien d’impur d’y entrer, afin qu’elle ne soit pas souillée, ma gloire reposera sur elle.

Oui et ma présence y sera, car j’y entrerai, et tous ceux qui ont le cœur pur, qui y viendront, verront Dieu.

Mais si elle est souillée, je n’y entrerai pas, et ma gloire n’y sera pas, car je n’entre pas dans les temples impurs1. »

Le président Nelson nous a clairement dit que nous pouvons « voir » le Sauveur dans le temple dans le sens où il ne nous est plus inconnu. Il a dit ceci : « Nous comprenons le Sauveur. Nous comprenons son œuvre et sa gloire. Et nous commençons à ressentir l’impact infini de sa vie sans égale2. »

Si vous ou moi devions aller au temple sans être suffisamment purs, nous ne pourrions pas voir, par le pouvoir du Saint-Esprit, l’enseignement spirituel sur le Sauveur que nous pourrions y recevoir.

Lorsque nous sommes dignes de recevoir un tel enseignement, notre expérience au temple permet à l’espoir, à la joie et à l’optimisme de grandir tout au long de notre vie. Cet espoir, cette joie et cet optimisme ne s’obtiennent qu’en acceptant les ordonnances accomplies dans les temples sacrés. C’est dans le temple que nous recevons l’assurance que les relations familiales empreintes d’amour se poursuivront après la mort et dureront pour l’éternité.

Il y a des années, alors que j’étais évêque, un beau jeune homme a résisté à mon invitation de devenir digne de vivre avec Dieu et sa famille pour l’éternité. Avec un esprit belliqueux, il m’a parlé des bons moments qu’il passait avec ses amis. Je l’ai laissé parler. Puis il m’a raconté qu’un moment au cours d’une de ses fêtes, en plein milieu du bruit assourdissant, il s’était soudain rendu compte qu’il se sentait seul. Je lui ai demandé ce qui s’était passé. Il m’a dit qu’il s’était souvenu d’un moment où, petit garçon, il était assis sur les genoux de sa mère, qui l’entourait de ses bras. Au moment de raconter cette histoire, il a eu les larmes aux yeux. Je lui ai dit ce que je sais être vrai : « La seule façon de ressentir ces liens familiaux chaleureux pour toujours est de devenir digne et d’aider les autres à recevoir les ordonnances de scellement du temple. »

Nous ne connaissons pas tous les détails des liens familiaux dans le monde des esprits ou ce qu’il adviendra après notre résurrection. Mais nous savons que le prophète Élie est venu comme promis tourner le cœur des pères vers les enfants et les enfants vers les pères3. Et nous savons que notre bonheur éternel dépend de nos efforts pour offrir ce même bonheur durable au plus grand nombre de nos semblables.

Je ressens le même désir de réussir à inviter les membres vivants de ma famille à vouloir devenir dignes de recevoir et d’honorer les ordonnances de scellement du temple. Cela fait partie du rassemblement promis d’Israël dans les derniers jours, des deux côtés du voile.

L’une de nos meilleures occasions est lorsque les membres de notre famille sont jeunes. Ils sont nés dotés de la lumière du Christ. Cette lumière leur permet de ressentir ce qui est bon et ce qui est mauvais. C’est pourquoi le simple fait de voir un temple ou la photo d’un temple peut faire naître en un enfant le désir d’être digne et d’avoir un jour le privilège d’y entrer.

Le jour peut alors venir où, en tant que jeune, ils reçoivent une recommandation pour entrer dans le temple pour y effectuer des baptêmes par procuration. Au cours de cette expérience, ils percevront clairement que les ordonnances du temple pointent toujours vers le Sauveur et son expiation. En ressentant qu’ils offrent à une personne qui se trouve dans le monde des esprits la possibilité de se purifier de ses péchés, ils auront de plus en plus le sentiment d’aider le Sauveur dans son œuvre sacrée en bénissant un enfant de notre Père céleste.

J’ai vu cette expérience changer la vie d’une jeune personne. Il y a des années, en fin d’après-midi, je suis allé à un temple avec l’une de mes filles. Elle a été la dernière à servir comme représentante dans les fonts baptismaux. On lui a demandé si elle pouvait rester plus longtemps pour terminer les ordonnances pour toutes les personnes dont les noms avaient été préparés. Elle a dit oui.

J’ai regardé ma toute petite fille s’avancer dans les fonts baptismaux. Les baptêmes ont commencé. Ma petite fille avait de l’eau qui lui coulait sur le visage chaque fois qu’on la relevait hors de l’eau. On lui a demandé plusieurs fois : « Pouvez-vous en faire plus ? » Chaque fois, elle répondait : « Oui ».

En père inquiet, j’ai commencé à espérer qu’elle serait dispensée d’en faire plus. Mais je me rappelle encore sa détermination lorsqu’on lui a demandé si elle pouvait en faire plus et qu’elle a répondu d’une petite voix déterminée : « Oui ». Elle est restée jusqu’à ce que la dernière personne de la liste ce jour-là ait reçu la bénédiction du baptême au nom de Jésus-Christ.

Lorsque je suis sorti du temple avec elle ce soir-là, j’étais émerveillé de ce que j’avais vu. Un enfant avait été édifié et changé sous mes yeux en servant le Seigneur dans sa maison. Je me rappelle encore la sensation de lumière et de paix que nous avons ressentie en sortant ensemble du temple.

Des années se sont écoulées. Elle continue à dire « oui » quand le Seigneur lui demande si elle fera plus pour lui, même quand c’est très difficile. C’est ce que le service au temple peut faire pour nous changer et nous édifier. C’est pourquoi mon espoir pour vous et pour toute votre famille bien-aimée est que vous ayez le désir et la détermination accrus d’être dignes d’aller dans la maison du Seigneur aussi souvent que votre situation le permet.

Il veut vous y accueillir. Je prie pour que vous essayiez d’instiller dans le cœur des enfants de notre Père céleste le désir d’aller au temple. Là, ils se sentiront proches de lui. Je prie aussi pour que vous invitiez vos ancêtres à se qualifier pour être avec lui et avec vous pour toujours.

Ces paroles peuvent être les nôtres :

Oh, j’aime voir le temple ;

un jour là-bas, j’irai

Pour ressentir l’Esprit-Saint,

Écouter et prier.

Car le temple est la maison de Dieu,

L’amour, la paix y règnent.

Je suis jeune et peux m’y préparer.

C’est mon devoir suprême4.

Je vous témoigne solennellement que nous sommes enfants d’un Père céleste aimant. Il a choisi son Fils bien-aimé, Jésus-Christ, afin qu’il soit notre Sauveur et notre Rédempteur. Les ordonnances du saint temple sont le seul moyen de retourner vivre avec eux et avec notre famille. Je témoigne que le président Nelson détient et exerce toutes les clés de la prêtrise qui rendent la vie éternelle possible pour tous les enfants de Dieu. J’en témoigne au nom sacré de Jésus-Christ. Amen.