Conférence générale
Pourquoi marcher sur le chemin des alliances ?
précédent suivant

Pourquoi marcher sur le chemin des alliances ?

La différence du chemin des alliances est d’une importance sans pareille et éternelle.

Au cours de son ministère, le président Nelson a étudié et enseigné ce qui touche aux alliances de Dieu avec ses enfants. Il est lui-même l’exemple brillant de quelqu’un qui marche sur le chemin des alliances. Dans son premier message en tant que président de l’Église, il a déclaré :

Votre engagement à suivre le Seigneur et à contracter des alliances avec lui et à les respecter ouvrira la porte à toutes les bénédictions spirituelles et à tous les privilèges accessibles aux hommes, aux femmes et aux enfants, où qu’ils soient.

[…] Les ordonnances du temple et les alliances que vous y contractez sont la clef pour fortifier votre mariage, votre famille et votre capacité à résister aux attaques de l’adversaire. Le culte au temple et le service que vous y accomplissez pour vos ancêtres vous apporteront davantage de révélation personnelle et de paix, et fortifieront votre engagement de rester sur le chemin [des alliances]1. »

Qu’est-ce que le chemin des alliances ? C’est le seul chemin qui mène au royaume céleste de Dieu. Nous nous engageons sur ce chemin quand nous franchissons la porte du baptême, puis « march[ons] résolument, avec constance dans le Christ, ayant une espérance d’une pureté parfaite et l’amour de Dieu et de tous les hommes [les deux plus grands commandements] […] jusqu’à la fin2 ». En avançant sur le chemin des alliances, qui se poursuit au-delà de la condition mortelle, nous recevons toutes les ordonnances et toutes les alliances qui ont trait au salut et à l’exaltation.

Le principal engagement que nous prenons par ces alliances est de faire la volonté de Dieu « et d’être obéissants à ses commandements dans tout ce qu’il nous commandera3 ». L’obéissance aux principes et aux commandements de l’Évangile de Jésus-Christ jour après jour est le parcours qui garantit le plus de bonheur et de satisfaction dans cette vie. Tout d’abord, il permet d’éviter un grand nombre de problèmes et de regrets. Permettez-moi d’utiliser une analogie sportive. Le terme « faute directe » est utilisé au tennis. Il désigne les situations où le joueur renvoie dans le filet une balle qui aurait pu être jouée ou bien commet une double faute lors du service. On considère les fautes directes comme étant le résultat d’une maladresse du joueur plutôt que la conséquence d’un coup habile de son adversaire.

Trop souvent, nous sommes à l’origine de nos problèmes ou de nos épreuves. Ils sont le résultat de mauvais choix, ou de ce que l’on pourrait qualifier de « fautes directes ». Quand nous avançons diligemment sur le chemin des alliances, nous évitons tout naturellement bon nombre de « fautes directes ». Nous évitons les nombreuses formes de dépendances. Nous ne tombons pas dans le fossé de la conduite malhonnête. Nous franchissons le gouffre de l’immoralité et de l’infidélité. Nous contournons les personnes et les choses qui, quand bien même elles sont populaires, compromettraient notre bien-être physique et spirituel. Nous évitons les choix qui nuisent à autrui ou les désavantagent et prenons au contraire l’habitude de l’autodiscipline et du service4.

On rapporte que J. Golden Kimball a déclaré : « Je n’ai peut-être pas toujours marché sur le chemin étroit et resserré, mais je m’efforce de le croiser aussi souvent que possible5. » Dans un cadre plus sérieux, je suis sûr que frère Kimball aurait été d’accord pour dire que si nous voulons, d’une part, être protégés des souffrances évitables et, d’autre part, surmonter les difficultés inévitables de la vie, notre meilleur espoir est de rester sur le chemin des alliances et de ne pas nous contenter de le croiser.

Certains pourraient dire : « Je peux faire de bons choix, avec ou sans le baptême. Je n’ai pas besoin d’alliances pour être quelqu’un d’honorable ni pour réussir. » Il y a, en effet, beaucoup de personnes qui, sans se trouver sur le chemin des alliances, prennent des décisions et apportent des contributions qui rappellent celles des personnes qui se trouvent sur le chemin. On pourrait dire qu’ils récoltent les bénédictions qui découlent du fait qu’ils marchent sur un chemin conforme aux alliances. Alors en quoi le chemin des alliances est-il différent ?

En fait, la différence est d’une importance sans pareille et éternelle. Elle comprend la nature de notre obéissance, le caractère de l’engagement de Dieu envers nous, l’aide divine que nous recevons, les bénédictions liées au rassemblement du peuple de l’alliance et chose plus importante encore, notre héritage éternel.

L’obéissance engagée

Le premier aspect unique du chemin des alliances est la nature de notre obéissance à Dieu. Au-delà d’avoir de bonnes intentions, nous nous engageons solennellement à vivre de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. En cela, nous suivons l’exemple de Jésus-Christ qui, par son baptême, « montre aux enfants des hommes que, selon la chair, il s’humilie devant le Père et témoigne au Père qu’il lui obéira en gardant ses commandements6 ».

Dans le cadre des alliances, nous sommes déterminés à faire plus qu’éviter les erreurs ou être prudents dans nos décisions. Nous nous sentons responsables devant Dieu de nos choix et de notre vie. Nous prenons sur nous le nom du Christ. Nous nous concentrons sur lui, nous efforçant d’être vaillants dans le témoignage de Jésus et de nous imprégner de sa personnalité.

Dans le cadre des alliances, l’obéissance aux principes de l’Évangile s’enracine dans notre âme. Je connais un couple dont l’épouse n’était pas pratiquante et le mari n’était pas membre de l’Église au moment de leur mariage. Je les appellerai Mary et John. Quand ils ont eu des enfants, Mary a vivement ressenti le besoin de les élever « en les corrigeant et en les instruisant selon le Seigneur7 », comme l’indiquent les Écritures. John l’a soutenue. Mary a fait d’importants sacrifices pour être présente à la maison et pour enseigner l’Évangile de manière régulière à ses enfants. Elle a veillé à ce que sa famille profite pleinement des services de culte et des activités de l’Église. Mary et John sont devenus des parents exemplaires et leurs enfants (des garçons pleins d’énergie) ont grandi dans la foi et dans le dévouement aux principes de l’Évangile.

Les parents de John, les grands-parents des garçons, étaient satisfaits des accomplissements de leurs petits-fils et de la vie saine qu’ils menaient, mais en raison d’une certaine hostilité envers l’Église, ils voulaient attribuer cette réussite exclusivement aux compétences pédagogiques de John et de Mary. Bien que n’étant pas membre de l’Église, John n’a pas laissé libre cours à cette évaluation. Il a insisté sur le fait que ce qu’observaient ses parents était le fruit des enseignements de l’Évangile, imputable aussi bien à ce que ses fils vivaient à l’église qu’à ce qui se passait chez eux.

John était lui-même influencé par l’Esprit, par l’amour et l’exemple de son épouse, ainsi que par les encouragements de ses fils. En temps voulu, il s’est fait baptiser, pour la plus grande joie des membres de sa paroisse et de ses amis.

Bien que leur vie n’ait pas été sans épreuves, ni pour eux ni pour leurs fils, Mary et John affirment de tout cœur que c’est bien l’alliance de l’Évangile qui est la source de leurs bénédictions. Ils ont vu les paroles du Seigneur à Jérémie s’accomplir aussi bien dans leur vie que dans celle de leurs enfants : « Je mettrai ma loi au dedans d’eux, je l’écrirai dans leur cœur ; et je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple8. »

L’union avec Dieu

Le deuxième aspect unique du chemin des alliances touche à notre relation avec la Divinité. Les alliances que Dieu met à disposition de ses enfants font plus que nous guider. Elles nous lient à lui et ce faisant nous vaincrons toutes choses9.

Un jour, j’ai lu l’article d’un journaliste très mal informé qui expliquait que la méthode que nous employons pour accomplir des baptêmes pour les morts consiste à plonger des bobines de microfilms dans l’eau. Alors toutes les personnes dont les noms sont inscrits sur le microfilm sont considérées comme étant baptisées. Cette méthode serait efficace, mais elle ignore la valeur infinie de chaque âme et l’importance capitale de contracter une alliance personnelle avec Dieu.

« Jésus [a] dit […] : Entrez par la porte étroite ; car étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent10. » Au sens figuré, cette porte est si étroite qu’on ne peut y entrer qu’un à la fois. Chaque personne prend un engagement personnel envers Dieu et reçoit en retour une alliance personnelle sur laquelle elle pourra s’appuyer complètement dans le temps et l’éternité. Les ordonnances de la prêtrise et les alliances manifestent le pouvoir de la divinité dans notre vie11.

L’aide divine

Cela nous amène à examiner le troisième aspect unique lié au chemin des alliances. Dieu offre un don presque incompréhensible qui aide les personnes qui contractent des alliances à être des personnes qui les respectent : le don du Saint-Esprit. Ce don donne droit à la compagnie, à la protection et à la direction constantes du Saint-Esprit12. Le Saint-Esprit, qu’on appelle également le Consolateur, « remplit d’espérance et d’amour parfait13 ». Il « connaît tout et témoigne du Père et du Fils14 » et nous nous sommes engagés à être des témoins15.

Sur le chemin des alliances, nous trouvons également les bénédictions essentielles que sont le pardon et la purification des péchés. Cette aide ne s’obtient que par la grâce divine, administrée par le Saint-Esprit. Le Seigneur a déclaré : « Or, voici le commandement : Repentez-vous, toutes les extrémités de la terre, et venez à moi, et soyez baptisées en mon nom, afin d’être sanctifiées par la réception du Saint-Esprit, afin de vous tenir sans tache devant moi au dernier jour16. »

Le rassemblement avec le peuple de l’alliance

Le quatrième aspect unique du chemin des alliances est les personnes qui avancent sur ce chemin reçoivent des bénédictions exceptionnelles par l’intermédiaire de différents rassemblements mis en place par Dieu. Les Écritures contiennent de nombreuses prophéties relatives au rassemblement littéral des tribus d’Israël dans les pays de leur héritage, suite à leur longue dispersion17. Grâce au rassemblement du peuple de l’alliance dans l’Église, qui est le royaume de Dieu sur la Terre, ces prophéties et ces promesses sont en train de s’accomplir. Le président Nelson a expliqué : « Quand nous parlons du Rassemblement, nous exprimons simplement la vérité fondamentale que chacun des enfants de notre Père céleste […] mérite d’entendre le message de l’Évangile rétabli de Jésus-Christ18. »

Le Seigneur commande aux membres de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours : « Levez-vous, brillez, afin que votre lumière soit une bannière pour les nations ; […] que le rassemblement au pays de Sion et dans ses pieux soit pour la défense, le refuge contre la tempête, et contre la colère lorsqu’elle sera déversée sans mélange sur toute la terre19. »

Un autre rassemblement du peuple de l’alliance se tient chaque semaine, le jour du Seigneur, à la maison de prière, afin de nous « préserver plus complètement des souillures du monde20 ». Nous nous rassemblons pour prendre le pain et l’eau de la Sainte-Cène en souvenir de l’expiation de Jésus-Christ et « pour jeûner et […] prier, et [nous parler les uns aux autres] du bien-être de [notre] âme21 ». Adolescent, j’étais le seul membre de l’Église de ma classe au lycée. J’aimais passer du temps avec de nombreux bons amis à l’école. Néanmoins j’ai constaté que ce rassemblement hebdomadaire le jour du sabbat était un moment sur lequel je comptais résolument pour me régénérer spirituellement ainsi que physiquement. Oh ! combien ce rassemblement régulier dans l’alliance nous a durement manqué au cours de la pandémie actuelle ! Nous sommes impatients de pouvoir à nouveau nous réunir comme avant.

Enfin, le peuple de l’alliance se rassemble également dans le temple, la maison du Seigneur, afin de recevoir les ordonnances, les bénédictions et la révélation que l’on n’obtient qu’à cet endroit. Joseph Smith, le prophète a enseigné : « Quel a été le but du rassemblement […] du peuple de Dieu à toute époque du monde ? […] Le but principal était d’édifier au Seigneur une maison dans laquelle il révélerait à son peuple les ordonnances de sa maison et les gloires de son royaume et d’enseigner au peuple le chemin du salut ; car il y a des ordonnances et des principes qui, quand on les enseigne et les pratique, doivent l’être dans un endroit ou une maison que l’on a construite dans ce but22. »

L’héritage des promesses de l’alliance

Le cinquième et dernier aspect unique du chemin des alliances est que c’est le seul chemin par lequel nous hériterons des bénédictions d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, bénédictions suprêmes du salut et de l’exaltation que seul Dieu peut offrir23.

Les passages d’Écritures relatifs au peuple de l’alliance font souvent référence aux descendants littéraux d’Abraham ou à la « maison d’Israël ». Néanmoins le peuple de l’alliance compte également toutes les personnes qui reçoivent l’Évangile de Jésus-Christ24. Paul a expliqué :

« Vous tous, qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ. […]

Et si vous êtes à Christ, vous êtes donc la postérité d’Abraham, héritiers selon la promesse25. »

Les saints fidèles à leurs alliances « se lèveront à la résurrection des justes26 ». Ils sont « parvenus à la perfection par l’intermédiaire de Jésus, le médiateur de la nouvelle alliance. […] Ce sont ceux dont le corps est céleste, dont la gloire est celle du soleil, oui, la gloire de Dieu, la plus haute de toutes27 ». « C’est pourquoi tout est à eux, que ce soit la vie ou la mort, les choses qui sont présentes ou les choses qui sont à venir, tout est à eux, et ils sont au Christ, et le Christ est à Dieu28. »

Puissions-nous écouter l’appel du prophète à rester sur le chemin des alliances. Néphi a vu notre époque et a écrit : « Moi, Néphi, je vis le pouvoir de l’Agneau de Dieu, qu’il descendait sur les saints de l’Église de l’Agneau et sur le peuple de l’alliance du Seigneur, qui étaient dispersés sur toute la surface de la Terre ; et ils étaient armés de justice et du pouvoir de Dieu, dans une grande gloire29. »

Tout comme Néphi, « Mon âme fait ses délices30 » des alliances du Seigneur. En ce dimanche de Pâques, je rends témoignage de Jésus-Christ, dont la résurrection constitue notre espérance et l’assurance de tout ce qui nous est promis sur le chemin des alliances et à son issue. Au nom de Jésus-Christ. Amen.