Le Maître-guérisseur
    Notes de bas de page

    Le Maître-guérisseur

    Vous n’avez pas à porter seules la tristesse causée par le péché, la souffrance causée par les mauvaises actions des autres, ou les douloureuses réalités de la condition mortelle.

    L’une des choses les plus enrichissantes qu’il m’est donné de faire est de voyager dans le monde entier et d’apprendre de mes sœurs. Il n’y a rien de tel que de travailler main dans la main avec vous, de vous voir en personne et d’unir mon cœur au vôtre.

    Au cours d’une expérience semblable, une dirigeante de la Société de Secours m’a demandé : « Y a-t-il quelque chose sur quoi les femmes devraient se concentrer ? »

    J’ai répondu « Oui ! » en pensant au discours de Russell M. Nelson intitulé « Plaidoyer à mes sœurs ». Le président Nelson a enseigné : « Nous avons besoin de femmes qui possèdent une profonde compréhension de la doctrine du Christ1. »

    Néphi décrit la doctrine du Christ en ces termes :

    « Car la porte par laquelle vous devez entrer est le repentir et le baptême d’eau ; et ensuite vient le pardon de vos péchés par le feu et par le Saint-Esprit. […]

    « Et maintenant […] je vous demande si tout est fait ? Voici, je vous dis que non ; car vous n’êtes arrivés jusque là que par la parole du Christ, avec une foi ferme en lui, vous reposant entièrement sur les mérites de celui qui est puissant à sauver.

    « C’est pourquoi, vous devez marcher résolument, avec constance dans le Christ, ayant une espérance d’une pureté parfaite et l’amour de Dieu et de tous les hommes ; c’est pourquoi, si vous marchez résolument, vous faisant un festin de la parole du Christ, et persévérez jusqu’à la fin, voici, ainsi dit le Père : Vous aurez la vie éternelle.

    « […] Tel est le chemin ; et il n’y a aucun autre chemin ni aucun autre nom donné sous le ciel par lequel l’homme puisse être sauvé dans le royaume de Dieu. Et maintenant, voici, telle est la doctrine du Christ2. »

    Pourquoi avons-nous besoin d’une profonde compréhension de ces principes ?

    Je rencontre souvent des saintes des derniers jours qui ont désespérément besoin d’aide et qui, pourtant, ne se tournent pas vers celui qui peut leur apporter une aide éternelle. Trop souvent, elles cherchent à comprendre en inspectant « le grand et spacieux édifice3 ».

    En augmentant notre compréhension de la doctrine du Christ, nous découvrons rapidement que nous acquérons une compréhension plus profonde du « grand plan du bonheur4 ». Nous prenons aussi conscience du fait que notre Sauveur, Jésus-Christ, est au cœur de ce plan.

    Lorsque nous apprendrons à appliquer la doctrine du Christ à notre situation personnelle, notre amour pour le Sauveur grandit. Et nous savons « qu’en dépit des différences, nous avons tous besoin de la même Expiation infinie5 ». Nous comprenons qu’il est notre fondation, « le roc de notre Rédempteur, […] une fondation sûre  […] telle que si [nous] construis[ons] sur elle, [nous] ne [pouvons] tomber6 ».

    Quelles bénédictions cette doctrine peut-elle nous apporter dans notre quête de la paix et de la compréhension, et dans nos efforts pour persévérer joyeusement dans notre voyage unique dans la condition mortelle ?

    Je propose que nous commencions, comme Néphi le dit, « avec une foi ferme en [Christ], [nous] reposant entièrement sur les mérites de celui qui est puissant à sauver7 ». Notre foi en Jésus-Christ nous permet d’affronter n’importe quelle difficulté.

    En fait, nous constatons souvent que, dans l’adversité, notre foi s’est approfondie et que notre relation avec notre Père céleste et son Fils, Jésus-Christ, s’est améliorée. Je vais vous donner trois exemples.

    Premièrement, le Sauveur, le Maître-guérisseur, a le pouvoir de changer notre cœur et de nous soulager définitivement de la tristesse engendrée par nos propres péchés. Lorsque le Sauveur a instruit la Samaritaine au puits, il connaissait ses péchés graves. Cependant, « l’Éternel regarde au cœur8 », et il savait qu’elle se laisserait instruire.

    Lorsque la femme est arrivée au puits, Jésus, l’incarnation de l’eau vive, a simplement dit : « Donne-moi à boire. » Notre Sauveur nous parlera de même d’une voix que nous reconnaîtrons lorsque nous irons à lui, car il nous connaît. Il se met à notre niveau. Et, du fait de qui il est et de ce qu’il a fait pour nous, il comprend. Parce qu’il a vu notre douleur, il peut nous donner l’eau vive lorsque nous la recherchons. C’est ce qu’il a enseigné à la Samaritaine lorsqu’il a dit : « Si tu connaissais le don de Dieu et qui est celui qui te dit : Donne-moi à boire ! tu lui aurais toi-même demandé à boire, et il t’aurait donné de l’eau vive. » Finissant par comprendre, la femme a répondu avec foi en lui demandant : « Seigneur, donne-moi de cette eau, afin que je n’aie plus soif. »

    Après cette expérience avec le Sauveur, la Samaritaine « ayant laissé sa cruche, s’en alla dans la ville, et dit aux gens :

    « Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait ; ne serait-ce point le Christ ? »

    Elle avait reçu un témoignage, elle avait commencé à boire de l’eau vive.et elle desirait témoigner aux autres de sa divinité9.

    Lorsque nous allons à lui d’un cœur humble et prêtes à apprendre, même si notre cœur est alourdi par les fautes, les péchés et les transgressions, il peut nous changer, « car il est puissant à sauver10 ». Et, avec ce changement de cœur, nous pouvons, comme la Samaritaine, aller dans notre propre ville, notre foyer, notre école, sur notre lieu de travail, pour rendre témoignage de lui.

    Deuxièmement, le Maître-guérisseur peut nous réconforter et nous fortifier lorsque nous souffrons à cause des mauvaises actions des autres. J’ai eu de nombreuses conversations avec des femmes accablées par des fardeaux extrêmement pesants. Le chemin des alliances contractées au temple est devenu un parcours difficile vers la guérison. Elles souffrent à cause d’alliances rompues, de cœurs brisés et de confiance perdue. Beaucoup sont victimes d’adultère et de sévices verbaux, sexuels et émotionnels, souvent en raison des dépendances d’autres personnes.

    Bien que ces femmes n’en soient pas responsables, ces expériences ont laissé à beaucoup d’entre elles un sentiment de culpabilité et de honte. Ne comprenant pas comment gérer les émotions puissantes qu’elles ressentent, beaucoup essaient de les enfouir au plus profond d’elles-mêmes.

    L’espérance et la guérison ne se trouvent pas dans l’abîme sombre du secret mais dans la lumière et l’amour de notre Sauveur, Jésus-Christ11. Richard G. Scott a donné ce conseil : « Si vous n’avez pas commis vous-même de péché grave, ne souffrez pas inutilement à cause des conséquences des péchés d’une autre personne. […] Vous pouvez ressentir de la compassion. […] Cependant, vous ne devez pas vous sentir responsable de ces actes. […] Une fois que vous avez fait ce qui est raisonnable pour aider la personne que vous aimez, déposez le fardeau aux pieds du Sauveur. […] Si vous le faites, non seulement vous trouverez la paix, mais vous montrerez aussi votre foi que le Sauveur a le pouvoir d’ôter le fardeau du péché des épaules de votre proche, par son repentir et son obéissance. »

    Il poursuit : « C’est par votre foi en Jésus-Christ, en son pouvoir et en sa capacité, par son expiation, de guérir les cicatrices causées par quelque chose d’injuste et d’immérité, que la guérison complète se fera12. »

    Sœurs, si vous vous trouvez dans cette situation, la guérison peut être un long processus. Elle exigera de vous que vous demandiez en prière à être guidées et à trouver l’aide appropriée, notamment en demandant conseils à des détenteurs de la prêtrise dûment ordonnés. Apprenez à communiquer ouvertement, fixez-vous des limites et, au besoin, allez consulter un psychothérapeute. Il est essentiel de conserver votre santé spirituelle tout au long du processus ! Souvenez-vous de votre identité divine : Vous êtes une fille aimée de parents célestes. » Ayez confiance dans le plan éternel du Père pour vous. Continuez chaque jour à bâtir sur la fondation profonde de la doctrine de Jésus-Christ. Exercez votre foi chaque jour pour boire abondamment au puits de l’eau vive du Sauveur Remettez-vous en au pouvoir qui nous est conféré à toutes grâce aux ordonnances et aux alliances. Et laissez le pouvoir guérisseur du Sauveur et de son expiation agir dans votre vie.

    Troisièmement, le Maître-guérisseur peut nous réconforter et nous soutenir lorsque nous connaissons les douloureuses « réalités de la condition mortelle13 » telles que les catastrophes, les maladies mentales et physiques, les douleurs chroniques et la mort. J’ai récemment fait la connaissance d’une jeune fille remarquable du nom de Josie qui souffre de trouble bipolaire. Voici un petit aperçu de son parcours vers la guérison, telle qu’elle me l’a raconté :

    « Les ténèbres les plus sombres se manifestaient les jours que ma famille et moi appelions ‘jours à plat’. Ce genre de journée commençe par une surcharge sensorielle, une hypersensibilité et une résistance aiguë à tout type de son, de toucher et de lumière. C’est le point culminant de l’angoisse mentale. Il y a un jour en particulier que je n’oublierai jamais.

    « C’était au tout début de ma maladie, ce qui fait que l’expérience était particulièrement effrayante. Je me souviens des sanglots et des larmes qui ruisselaient le long de mes joues tandis que je suffoquais. Mais ces souffrances intenses n’étaient rien comparées à la douleur qui a suivi lorsque j’ai vu ma mère, prise de panique, voulant désespérément m’aider.

    « Ma souffrance mentale lui brisait le cœur. Mais nous étions loin de nous douter que, malgré les ténèbres grandissantes, nous étions sur le point de vivre un grand miracle.

    « Au cours d’une heure interminable, ma mère n’a cessé de me murmurer : ‘Je ferais n’importe quoi pour te soulager.’

    « Pendant ce temps, les ténèbres s’intensifiaient et, alors que j’étais persuadée que je ne pouvais pas en supporter plus, il s’est produit quelque chose de merveilleux.

    « Un pouvoir sublime et merveilleux s’est tout à coup emparé de mon corps. Avec une ‘force qui surpassait la mienne’14, j’ai prononcé avec une grande conviction neuf mots en réponse au désir répété de ma mère de porter ma douleur. J’ai dit : ‘Pas la peine. Quelqu’un l’a déjà fait’.»

    Dans l’abîme sombre d’une maladie mentale débilitante, Josie a trouvé la force de témoigner de Jésus-Christ et de son expiation.

    Elle n’a pas été entièrement guérie ce jour-là, mais elle a reçu la lumière de l’espérance dans un moment de profondes ténèbres. Et aujourd’hui, soutenue par sa compréhension profonde de la doctrine du Christ et régénérée chaque jour par l’eau vive du Sauveur, Josie continue son parcours vers la guérison et fait preuve d’une foi inébranlable au Maître-guérisseur. Elle aide les autres en chemin. Et elle déclare : « Lorsque les ténèbres sont implacables, je m’appuie sur le souvenir de ses tendres miséricordes. Elles me servent de phare lorsque je navigue dans des eaux agitées15. »

    Sœurs, je témoigne que :

    Vous n’avez pas à continuer à porter seules le fardeau de la tristesse causée par le péché.

    Vous n’avez pas à porter seules la douleur causée par les mauvaises actions des autres.

    Vous n’avez pas à connaître seules les douloureuses réalités de la condition mortelle.

    Le Sauveur a supplié :

    « N’allez-vous pas maintenant revenir à moi, et vous repentir de vos péchés, et être convertis, afin que je vous guérisse ?

    « […] Si vous venez à moi, vous aurez la vie éternelle. Voici, le bras de ma miséricorde est étendu vers vous, et [quiconque] viendra , […] je le recevrai16. »

    « [Il] ferai[t] n’importe quoi pour [vous] soulager. » En fait, « [il] l’a déjà fait. » Au nom de Jésus-Christ, le Maître guérisseur. Amen.