Un témoin de Dieu
    Notes de bas de page

    Un témoin de Dieu

    « Je suggère que vous arrêtiez de vous sentir coupable de ne pas en faire assez pour faire connaître l’Évangile. Priez plutôt, pour être ‘[un témoin] de Dieu’. C’est une motivation bien plus forte que la culpabilité. »

    Une grande partie de l’importante œuvre de Dieu est invisible aux yeux du monde. Le sixième siècle avant Jésus-Christ a connu d’illustres penseurs comme Confucius, en Chine, et Bouddha, dans l’est de l’Inde, mais le pouvoir de la prêtrise de Dieu était sur Daniel, le prophète, qui vivait en captivité sous le règne du roi babylonien Nebucadnetsar.

    Troublé par un rêve pendant la nuit, le roi Nebucadnetsar exigea de ses magiciens et enchanteurs qu’ils lui disent ce qu’il avait vu en songe et qu’ils lui en donnent l’interprétation. Naturellement, ils en furent incapables et protestèrent. « Il n’est personne sur la terre qui puisse [faire cela ni aucun roi qui exigerait] une pareille chose1. » Le roi Nebucadnetsar, furieux de leur échec, déclara que tous ses conseillers seraient mis à mort.

    Daniel, l’un des sages du roi, implora la « miséricorde [de] Dieu [concernant ce secret]2. »

    Un miracle se produisit. Le secret du songe du roi fut révélé à Daniel.

    Il fut conduit devant le roi. « Es-tu capable de me faire connaître le songe que j’ai eu et son explication ? »

    Daniel répondit :

    « Les sages, les astrologues, les magiciens [ne sont pas capables d’expliquer le songe]. […]

    « Mais il y a dans les cieux un Dieu qui [peut révéler ces choses] et qui a fait connaître au roi Nebucadnetsar ce qui arrivera dans la suite des temps. […]

    « Le Dieu des cieux suscitera un royaume [une pierre qui se détachera sans le secours d’aucune main, deviendra une grande montagne et remplira toute la terre,] qui ne sera jamais détruit, et qui […] subsistera éternellement.

    « […] Le songe est véritable, et son explication est certaine3. »

    Son rêve ayant été expliqué et interprété, le roi s’exclama : « Votre Dieu est le Dieu des dieux et le Seigneur des rois4 ».

    L’intervention miraculeuse de Dieu auprès de Daniel s’est avérée être la prophétie du rétablissement à venir de l’Évangile de Jésus-Christ, un royaume qui remplirait toute la terre, « ne sera[it] jamais détruit et subsistera[it] éternellement. ».

    Le nombre de membres de l’Église dans les derniers jours resterait relativement faible, comme l’a prophétisé Néphi, mais ils seraient répartis sur toute la surface de la terre, et le pouvoir et les ordonnances de la prêtrise seraient accessibles à tous ceux qui le désireraient, remplissant la terre comme Daniel l’a prédit5.

    En 1831, Joseph Smith, le prophète, a reçu la révélation suivante : « Les clefs du royaume de Dieu [et du rassemblement d’Israël des quatre coins de la terre] sont remises à l’homme sur la terre, et c’est de là que l’Évangile roulera jusqu’aux extrémités de la terre, comme la pierre, détachée de la montagne sans le secours d’aucune main, roulera jusqu’à remplir toute la terre6. »

    Une responsabilité que nous partageons

    Le rassemblement d’Israël est un miracle. Il s’apparente à un immense puzzle dont les pièces seront mises à leur place avant les glorieux événements de la Seconde Venue. Nous serions perplexes devant une montagne faite des morceaux d’un puzzle. De même les premiers saints ont dû penser que le commandement de porter l’Évangile rétabli au monde entier était une tâche presque aussi impossible. Mais ils commencèrent, une personne et un morceau du puzzle à la fois, trouvant les bords rectilignes, formant correctement le pourtour de cette œuvre divine. Petit à petit, la pierre détachée sans le secours d’aucune main a commencé à rouler ; des centaines puis des milliers et des dizaines de milliers, et maintenant des millions de saints des derniers jours dans l’alliance, dans toutes les nations, relient entre elles les pièces du puzzle de cette œuvre merveilleuse et de ce prodige.

    Un immense puzzle

    Chacun de nous est un morceau du puzzle, et chacun de nous aide à positionner d’autres pièces importantes. Vous êtes important pour cette grande cause. La vision qui s’étale devant nous est claire maintenant. Nous pouvons voir le miracle qui se poursuit et la main du Seigneur qui nous guide pour remplir les parties manquantes. Ensuite, « le grand Jéhovah dira que l’œuvre est accomplie7 » et il reviendra en majesté et en gloire.

    Chacun de nous est une pièce du puzzle

    Le président Monson a dit : « Le moment est venu pour les membres et les missionnaires de s’unir, d’œuvrer ensemble […] pour lui amener des âmes. […] Il nous aidera dans notre tâche si nous agissons avec foi pour accomplir son œuvre8. »

    La responsabilité confiée par Dieu, qui autrefois reposait principalement sur les épaules des missionnaires à plein temps, repose désormais sur nous tous. Nous voulons tous proclamer l’Évangile rétabli et, nous en sommes reconnaissants, des milliers de personnes se font baptiser chaque semaine. Mais, malgré cette merveilleuse bénédiction, le souci que nous avons de nos frères et sœurs, et notre désir de plaire à Dieu nous donnent le sentiment de l’urgence de faire connaître et de fortifier le royaume de Dieu dans le monde entier.

    Les limites de la culpabilité

    Même avec un désir ardent de parler de l’Évangile, il se peut que vous ne soyez pas du tout satisfaits de la réussite de vos efforts passés. Peut-être éprouvez-vous ce qu’un ami m’a confié : « J’ai parlé de l’Église à notre famille et à nos amis mais peu ont montré de l’intérêt et, à chaque rejet, je suis devenu plus réticent. Je sais que je dois en faire davantage mais je suis coincé et tout ce que je ressens, c’est une immense culpabilité. »

    Voyons si je peux aider.

    La culpabilité a un rôle important car elle nous fait prendre conscience des changements que nous devons faire, mais il y a des limites à l’aide qu’elle nous apporte.

    La culpabilité est comme une batterie dans une voiture à essence. Elle peut éclairer la voiture, faire démarrer le moteur et alimenter les phares mais elle ne fournit pas le carburant pour le long trajet à venir. En soi, la batterie ne suffit pas. La culpabilité non plus.

    Je suggère que vous arrêtiez de vous sentir coupable de ne pas en faire assez pour faire connaître l’Évangile. Priez plutôt, comme Alma l’a enseigné, pour que des occasions vous soient données, d’être « les témoins de Dieu en tout temps, et en toutes choses, et dans tous les lieux où vous serez […] afin [que d’autres soient] rachetés par Dieu et [soient] comptés avec ceux de la première résurrection, afin [qu’ils aient] la vie éternelle9. » C’est une motivation bien plus forte que la culpabilité.

    Être les témoins de Dieu en tout temps et en tout lieu reflète notre façon de vivre et de nous exprimer.

    Parlez ouvertement de votre foi en Christ. Quand l’occasion se présente, parlez de sa vie, de ses enseignements et de son don incomparable au genre humain. Faites-vous l’écho de ses vérités puissantes enseignées dans le Livre de Mormon. Il nous a fait cette promesse : « Quiconque me confessera devant les hommes, je le confesserai […] devant mon Père […] dans les cieux10. » Je vous fais la promesse que, si vous priez souvent et sincèrement pour avoir des occasions « d’être témoins de Dieu », elles vous seront données, et des personnes qui cherchent davantage de lumière et de connaissance seront placées devant vous. Si vous réagissez à son inspiration, le Saint-Esprit portera vos paroles dans le cœur de quelqu’un et, un jour, le Sauveur vous confessera devant son Père.

    Un effort concerté

    Le travail spirituel d’aider quelqu’un à entrer dans le royaume de Dieu est un effort de groupe. Sollicitez les missionnaires dès que vous pouvez et priez pour que le ciel vous aide. Mais n’oubliez pas, le moment de la conversion de quelqu’un ne dépend pas entièrement de vous11.

    Kamla Persand, originaire de l’île Maurice, faisait ses études de médecine à Bordeaux (en France) lorsque nous nous sommes rencontrés en février 1991. Nous avions prié en famille pour avoir l’occasion de faire connaître l’Évangile à quelqu’un qui cherchait la vérité et nous le lui avons enseigné chez nous. J’ai eu l’honneur de la baptiser mais ce n’est pas nous qui avons exercé la plus grande influence sur son choix de devenir membre de l’Église. Des amis, des missionnaires et même des membres de sa famille avaient été des « témoins de Dieu » dans son pays natal et un jour, en France, quand le moment est venu pour Kamla, elle a pris la décision de se faire baptiser. Aujourd’hui, vingt-cinq ans plus tard, cette décision lui a apporté de très nombreuses bénédictions, et son fils est missionnaire à Madagascar.

    Kamla Persand et sa famille

    Ne considérez pas les efforts que vous faites pour faire connaître l’amour du Sauveur à quelqu’un comme un examen dont la note serait déterminée par l’enthousiasme avec lequel vos amis réagissent à vos sentiments ou à votre invitation à rencontrer les missionnaires12. Avec nos yeux mortels, nous ne pouvons pas juger des effets de nos efforts, pas plus que définir le moment où ils porteront leurs fruits. Quand nous faisons connaître l’amour du Sauveur à quelqu’un, notre note est toujours un vingt sur vingt.

    Certains gouvernements ont restreint l’action des missionnaires, ce qui conduit nos nobles membres à faire preuve d’un courage encore plus grand pour être des « témoins de Dieu en tout temps et en tout […] lieu ».

    Nadezhda, de Moscou, offre souvent aux autres un exemplaire du Livre de Mormon placé au milieu de beaucoup de bonbons dans un paquet cadeau. Elle explique : « Je leur dis que c’est le cadeau le plus doux que je puisse leur faire. »

    Peu après son baptême en Ukraine, Svetlana s’est sentie inspirée à parler de l’Évangile à un homme qu’elle voyait souvent dans le bus. Quand il est descendu à son arrêt, elle lui a demandé : « Aimeriez-vous en savoir davantage sur Dieu ? » L’homme a répondu « Oui ». Les missionnaires ont instruit Viktor et il s’est fait baptiser. Plus tard, Svetlana et lui ont été scellés au temple de Freiberg, en Allemagne.

    Soyez alertes ; vos bénédictions peuvent se manifester de manières inattendues.

    Il y a sept ans, Kathy et moi avons rencontré Diego Gomez et sa magnifique famille à Salt Lake City. Ils assistaient en même temps que nous à une visite guidée du temple mais ont décliné poliment notre invitation d’en apprendre plus sur l’Église. En mai dernier, j’ai été surpris de recevoir un appel téléphonique de Diego. Des événements de sa vie l’avaient conduit à s’agenouiller pour prier. Il était allé trouver les missionnaires de lui-même, avait suivi les leçons et était prêt pour le baptême. Le 11 juin dernier, je suis entré dans les eaux du baptême avec mon ami Diego Gomez, disciple comme moi. Sa conversion s’est faite au moment voulu et grâce à l’aide et au soutien de nombreuses personnes qui sont allées vers lui en qualité de « témoins de Dieu ».

    Diego Gomez dans un groupe

    Une invitation lancée à la jeunesse

    À nos jeunes et jeunes adultes remarquables partout dans le monde, je lance l’invitation et le défi d’être des « témoins de Dieu ». Dans votre entourage il y a des personnes en recherche spirituelle. Vous souvenez-vous du puzzle ? Vous n’arrivez pas à la table de jeu les mains vides mais vous disposez de la technologie et des médias sociaux. Nous avons besoin de vous ; le Seigneur a besoin que vous soyez encore plus engagés dans cette grande cause.

    Puzzle sur un téléphone portable

    Il a dit : « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit13. »

    Ce n’est pas un hasard si vous vivez en Afrique ; en Asie ; en Europe ; en Amérique du Nord, du Centre ou du Sud ; en Océanie ou dans d’autres endroits de ce monde qui est à Dieu, car l’Évangile doit aller à toutes les « nations, familles, langues et peuples14 ».

    « Le Dieu des cieux [a suscité] un royaume [une pierre qui s’est détachée sans le secours d’aucune main, qui est devenue une grande montagne et qui remplit toute la terre,] qui ne sera jamais détruit, et qui […] subsistera éternellement.

    « […] Le songe est véritable, et son explication est certaine15. »

    Je termine par ces paroles tirées de Doctrine et Alliances : « Invoquez le Seigneur pour que son royaume aille de l’avant sur la terre, pour que les habitants de la terre le reçoivent et soient préparés pour les jours à venir, où le Fils de l’Homme descendra des cieux, revêtu de l’éclat de sa gloire, à la rencontre du royaume de Dieu […] sur la terre16. » Au nom de Jésus-Christ. Amen.